Archives mensuelles : avril 2019

11-12 avril 1919

            11-12 avril 1919

            J’avais si bien compté te voir au dîner d’hier que je n’avais fait aucun pensum, le bavardage devant compléter le papier que je t’ai remis ce matin.

            Vauréal était venu au dîner. Il aurait pu dire les choses les plus intéressantes, mais, comme d’habitude lorsqu’on amène quelqu’un qui a vu et qui sait, il est aussitôt chambré par les anciens diplomates qui lui racontent leur politique d’antan. Ça n’a pas raté pour Vauréal et il a eu à entendre toutes les prévisions de l’ami Vauvineux en Égypte.

            Il m’est revenu un petit souvenir du déjeuner au Quai d’Orsay. J’étais à côté de Grosclaude. Or tu sais que Grosclaude, en même temps qu’il est devenu un homme riche, est aussi devenu un arbitre des choses de la diplomatie. Il m’a confié qu’il fallait arriver à une entente entre les Serbes et les Italiens, mais que, pour cela, il fallait que l’on fît quelques sacrifices. Qui, on ? ai-je demandé. Les Serbes ? – Eh oui, évidemment les Serbes. C’est lumineux. Il est certain que si les Serbes cèdent sur tous les points, il n’y aura plus de question. Le malheur, c’est qu’ils ne veulent pas céder et qu’ils sont parfaitement capables de rosser les Italiens. Et Grosclaude ajouta : Du reste, j’ai longuement causé de tout cela avec un diplomate que je considère comme un des plus beaux cerveaux de ce temps, Barrère (ce dernier était en face de nous), et il est complètement de cet avis-là.

            Je pense que Barrère doit être de son avis. Et si cet ambassadeur est son conseil, les opinions de Grosclaude doivent être marquées au coin de l’impartialité. Du reste, ce fantaisiste avait eu soin de me dire qu’il était plus Serbe que les Serbes, leur ami de toujours, par conséquent son opinion pouvait prendre de ceci une importance.

            De plus en plus, on voit que les Italiens ont fait le nécessaire auprès de la presse. Les temps sont si durs !

            Un de mes amis m’a porté aujourd’hui copie de tous les documents maritimes et militaires concernant l’évacuation d’Odessa [1]. J’ai pu suivre ces douloureux événements demi-heure par demi-heure. Cette copie lui avait été adressée par la femme du commandant d’une des grosses unités navales. Quelle responsabilité pèsera un jour sur ceux qui dirigent la politique ! Tu ne te doutes pas de la malheureuse poignée d’hommes qui devait défendre la place. Les papiers que j’ai eus entre les mains sont tout simplement les ordres successifs donnés par le commandant en question et les rapports successifs adressés par lui à l’amiral. Ce qu’il y a de plus triste, c’est qu’il faut enregistrer le refus des troupes de se battre, notamment par le détachement du 176e. Je t’assure que, après avoir lu tout cela, on en tire la conviction que, si le bolchevisme pénètre dans l’armée, c’est qu’on l’aura bien voulu.

            Mon commissaire de police est venu me demander mon témoignage dans une affaire d’accident et j’ai causé avec lui. Il m’a fait ses doléances. Vieux commissaire déjà, il déplore le changement qui se produit dans le moral des agents de la préfecture. Il attribue cela aux changements constants des préfets de Police [2]. Ces derniers arrivent là ne connaissant ni les choses ni les gens, introduisent des réformes sans consulter d’autres personnes que leur entourage, et ne sont même plus là la plupart du temps pour faire exécuter leurs innovations. Avec eux changent les secrétaires généraux qui viennent d’habitude chacun avec leur marotte. Aussi, le personnel se désaffectionne de son service et neuf fois sur dix se détourne du malfaiteur ou du délinquant pour n’avoir pas à intervenir et, quelquefois, tout simplement parce qu’il n’est pas au courant d’un service que personne ne lui a appris. Comme tout va bien du haut en bas !

            C’est à n’y pas croire. Figure-toi que j’ai versé à l’Aéronautique militaire pour les victimes de l’aviation plus de quatre cent mille francs par coupures de cinq ou de mille francs. Je viens de recevoir du ministère une lettre officielle m’informant que les envois d’argent sollicités par lui et adressés aux familles des victimes coûtent des timbres et que la direction n’a pas de crédit pour cela. En conséquence, le sous-secrétariat d’État me serait reconnaissant de lui envoyer les timbres nécessaires aux envois ou de lui faire parvenir cent francs qui seraient mis en compte. Est-ce beau ?

À toi.

Et


[1] Le 6 avril 1919, les Alliés évacuent Odessa.

[2] Après Louis Lépine, préfet de police de 1899 à 1913, quatre préfets se succèdent : Célestin Hennion (29 mars 1913-2 septembre 1914), Émile Laurent (2 septembre 1914-3 juin 1917), Louis Hudelo (3 juin 1917-23 novembre 1917) et Fernand Raux depuis le 23 novembre 1917.

10 avril 1919

            10 avril 1919

            À force d’entendre des gens du matin au soir vous raconter les stupidités, l’incurie des hommes qui ont la responsabilité du pays, on tombe dans un état de tristesse, de lassitude lamentable. C’est dans cette sorte de dépression que je me trouve à l’heure tardive où je t’écris. J’ai cependant vu à Saint-Philippe [1] des gens qui paraissaient heureux ! mais ce n’a pas été long car j’ai quitté l’église pour aller déjeuner chez Pichon avec la reine de Roumanie, déjeuner très restreint improvisé à la dernière minute, auquel le ministre m’avait prié lui-même, ce qui ne m’a pas permis de me dérober. Il y avait là les Cambon, Barrère, le préfet de la Seine [2], Foch, Antonesco, Bratiano, quelques dames. J’ai un peu causé avec les Cambon, je ne les ai pas trouvés gais sur la situation. Jules me dit que Berthelot est bien un peu responsable des événements car il a trop fait fi des petites puissances et, grâce à cette politique, nous sommes menacés de sortir complètement isolés de la Conférence.

            Une des impressions pénibles de cette heure passée dans le monde officiel est celle qui se dégage de la conversation avec les hommes du cabinet de Pichon. On se demande vraiment à quoi ils pensent, si toutefois ils pensent quelque chose en dehors de leurs petites affaires. C’est à pleurer.

            Je me rendais de Saint-Philippe au Quai lorsque je rencontre un général qui est mêlé par sa fonction aux négociations. Nous faisons quelques pas ensemble et nous échangeons de mélancoliques réflexions. Il me dit que les mots de Clemenceau sont du plus fâcheux effet. On les colporte et on va aussitôt les répéter à l’intéressé, et quand celui-ci est le président Wilson il paraît que le résultat n’est pas joli. La dernière boutade qui circule est la suivante. On complimentait le Tigre sur des souliers tout neufs qu’il portait. Il aurait répondu en faisant allusion à je ne sais quel usage sur le président Wilson. On le lui aurait rapporté tout chaud, et ce ne fut pas pour enchanter ce respectable chef d’État.

            Ce matin, je vois le colonel Koechlin [3], frère du nôtre [4]. Il portait une serviette bourrée de papiers. Il me dit qu’il [est], à l’heure actuelle, conseiller de préfecture à Colmar et chargé de la reconstitution du pays. Je lui demande s’il ne doit pas passer par dix-sept services avant d’obtenir le moindre cure-dents. Dix-sept services, me répond-il, plût aux cieux. Autrefois, oui, nous passions par dix-sept services. Aussi on a réclamé à cor et à cri Millerand. Maintenant nous avons Millerand et ne dépendons plus que de lui, aussi qu’arrive-t-il, c’est que nous n’appartenons plus à aucun ministère et que, partout, on nous envoie promener. Nous n’obtenons donc plus rien du tout.

Confidentielle.

            Fernand de Brinon est allé hier avec Pierre de Vauréal voir Mandel pour lui raconter les choses qu’on avait chargé Vauréal à Constantinople de dire à Paris. La conversation a lieu et Mandel reconduisait ces messieurs à la porte lorsqu’il dit tout à coup : Permettez, M. de Vauréal, je voudrais dire un mot à M. de Brinon.

            Il prend donc Brinon à part et lui dit ceci : Voyons, croyez-vous qu’une rupture avec le président Wilson aurait une grande répercussion sur le public ? Brinon répond ce qu’il peut, et Mandel reprenant : Je crois que le président Wilson prend toujours le parti des Allemands ou, plus exactement, travaille surtout pour les Allemands.

            Je te laisse à tes réflexions.

À toi.

Et


[1] L’église Saint-Philippe-du-Roule, Paris, VIIIe. Il s’agit probablement du mariage, le 9 avril 1919, de Jean Lebaudy (1894-1969), fils unique de Paul Lebaudy et donc neveu de Pierre Lebaudy, avec Henriette de Ganay (1898-1983). Pierre Lebaudy est témoin.

[2] Le préfet de la Seine est alors Auguste Autrand (1858-1949) depuis le 27 avril 1918.

[3] Jean-Léonard Koechlin (1870-1951). Colonel. Frère de Raymond Koechlin. Conseiller de préfecture à Colmar.

[4] Raymond Koechlin (1860-1931).

9 avril 1919

            9 avril 1919 [1]

            Strictement confidentiel pour le moment et tu en comprendras facilement la raison. La tentative pourrait échouer en cas de divulgation.

            Tu as su que Mgr Amette avait eu avant son départ pour Rome une longue conversation avec Clemenceau. Celui-ci avait chargé le cardinal de tâcher d’obtenir une démarche quelconque du Vatican qui permettrait une conversation, et la conversation une fois entamée pourrait ne plus s’interrompre. Amette avait fait observer la difficulté de la chose, Rome demandant au gouvernement français cette même démarche puisque le Vatican n’était pas responsable de la rupture. Il avait cependant promis d’essayer. Chose extraordinaire, il aurait réussi et serait revenu porteur d’une lettre de Gasparri dans laquelle ce dernier exprimerait le désir de parler des affaires religieuses d’Alsace et de les régler en bon accord avec nous.

            Tu saisis l’importance de tenir cela secret. Decrais est allé chez Wilson hier. Il a été reçu par lui, mais pendant quelques minutes seulement. Il l’a trouvé jouant avec des gosses. Wilson lui a dit qu’il connaissait bien les Débats et qu’il aurait un entretien avec lui dans quelques jours. Il lui a recommandé de venir souvent les voir. Decrais a alors longuement causé avec Grayson. Il l’a trouvé en aussi mauvais état d’esprit qu’il y a quelques jours. Wilson et son entourage paraissent en avoir assez et veulent fiche le camp. Somme toute, mauvais. Je n’ai pas su si, aujourd’hui, les choses se sont un peu arrangées.

            Déjeuner aujourd’hui avec cinq ou six Polonais importants très montés contre Lloyd George qui, après avoir accepté le règlement de la question de Dantzig aux Six, jette la combinaison par terre aux Quatre [2]. Ils l’accusent nettement de faire le jeu de l’Allemagne, et celle-ci s’emploie à se rabibocher avec l’Angleterre. « Le Gott straffe England » est loin. Ce que j’ai cru démêler chez mes Polonais, c’est la ferme résolution, si on ne leur donne pas raison, de déclarer la guerre à l’Allemagne car, quoi que l’on fasse, jamais les Allemands ne livreront les villes que la Conférence donnera à la Pologne. Les Alliés ne s’occupent que de la Westphalie, ils ne s’occupent pas de la Silésie. La Prusse prépare le même coup qu’après Iéna. Toutes les usines de Silésie marchent, et c’est pour la guerre qu’elles travaillent. Mes Polonais ont versé une série de renseignements qui leur sont parvenus au ministère des Affaires étrangères . Ils savent ce qu’on a fait d’automobiles blindées, d’avions, etc., etc. On verra ce qu’en fera la diplomatie. Nous parlons de l’armée allemande. Un des Polonais, arrivé hier de Varsovie, dit bien que sur la frontière immédiate de la Pologne les troupes ne sont que de la racaille, mais, derrière, les Allemands ont encore seize divisions de très bonnes troupes composées de sous-officiers hostiles au nouveau régime.

            Si une nouvelle guerre éclatait entre la Pologne et l’Allemagne, l’avantage comme nombre et valeur serait de leur côté, malheureusement ils n’ont pas de matériel ni les moyens d’en faire. Il faudrait que les Alliés leur fournissent ce qui leur manque.

            En Silésie, les Polonais, du moins pour une très grande partie, n’ont pas adhéré au mouvement révolutionnaire. À la propagande instaurée par Berlin, ils répondent qu’étant polonais ils le restent et refusent d’être spartakistes. Une petite partie seulement de la Silésie industrielle a adhéré au mouvement.

            Visite d’une délégation de la presse étrangère qui veut me mettre à la tête d’un institut international de presse et préparer un congrès. Bien ennuyeux.

            Longue visite de Louise Weiss [3], fille de l’homme des charbons et des travaux publics. C’est une grande et grosse fille très intelligente qui écrit dans L’Europe nouvelle. Elle me raconte quelques traits assez amusants du fils [4] de Gorki qu’elle connaît assez intimement. Elle a reçu une longue lettre de lui hier et il lui raconte des choses abominables sur le bolchevisme. Ce garçon, quoique très admirateur de son père, est en opposition d’idées complète avec lui. Il s’est couvert de gloire sur nos champs de bataille où il a perdu un bras. Il est maintenant en Sibérie.

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix qui décide de placer la vallée de la Sarre sous le contrôle de la Société des Nations.

[2] Cf. lettre du 28 mars 1919.

[3] Louise Weiss (1893-1983). Parente de Lazare Weiller. Agrégée de lettres, diplômée de l’université d’Oxford. Journaliste, elle écrit dans Le Radical sous le nom de Louise Lefranc (1915). Elle fonde l’hebdomadaire L’Europe nouvelle (1918).

[4] Il s’agit de Zinovi Pechkov (1884-1966). Né Yeshua Zalman Sverdlov dans une famille juive de Nijni Novgorod. Le 30 septembre 1902, pour contourner la loi qui limite l’autonomie des juifs en Russie, Zinovi Sverdlov se fait baptiser dans l’église d’Arzamas. A cette occasion, Maxime Gorki lui sert de parrain et Zinovi Sverdlov prend le nom de ce dernier, devenant Zinovi Pechkoff, du véritable nom de l’écrivain. A partir de ce moment, il est considéré comme son fils adoptif. Incorporé au bataillon de marche du 1er régiment étranger, il part pour le front en Champagne. Nommé caporal le 1er avril 1915, il est à la tête de son escouade lors de la prise de Carency en mai 1915 quand il est gravement blessé au bras. Il est amputé du bras droit à l’hôpital américain de Neuilly, ce qui lui sauve la vie.

7 avril 1919

            7 avril 1919

            Ce matin, réunion du Suez où nous apprenons que les recettes sont revenues au chiffre de 1913 par le simple jeu normal du trafic, ce qui nous enchante, et où a lieu l’intronisation du nouveau représentant du gouvernement britannique, lord Downham [1]. Ce dernier n’a au physique rien de l’Anglais. Il fait un speech très simple, très cordial en réponse au discours de Dervillé. Il paraît du reste qu’il est très orateur et qu’il a même été fougueux lors des luttes politiques qui l’avaient amené au Parlement.

            Au déjeuner, je suis près de Paul Cambon de Londres. Je n’en ai pas tiré grand-chose d’autre que la mauvaise situation actuelle est due à notre propre faute. Pichon n’est pas bête, il sait beaucoup de choses, mais son entourage n’a ni idées, ni plan, ni savoir. Si en Orient cela va si mal, c’est que jamais l’on n’a voulu causer avec l’Angleterre qui s’y est cependant offert. C’est exactement la même chose que pour l’Égypte perdue par nous parce que nous n’avons jamais voulu discuter. L’Anglais, me dit-il, quand il voit une porte entr’ouverte la pousse et entre dans la pièce, mais s’il la trouve fermée il ne cherche pas à pénétrer. Quant aux hommes à qui est confié le soin de régler le sort du monde, c’est l’ignorance même. Le plus ignorant de tous est certainement Lloyd George. Cette idée phénoménale d’envoyer une commission recueillir les desiderata des populations d’Asie mineure en est une preuve flagrante. Voit-on Arabes, Syriens, Arméniens, Caucasiens, Kurdes, etc., etc., venir exposer devant cette commission leurs aspirations ? Mais le plus génial de la combinaison, c’est que le président de la commission ait été Augagneur !

            En Angleterre, la nouvelle causa une stupeur telle et créa un tel mouvement de protestation qu’on fut bien obligé d’abandonner ce projet insensé. On a senti quelle répercussion cela aurait en Égypte. Mais que dire du Premier ministre qui a conçu une idée pareille ? Paul Cambon est très mal impressionné et semble croire que nous perdrons la paix.

            Lord Downham connaît assez bien Barnes le travailliste. Il fait grand éloge de sa probité morale, de sa modération. Il comprend qu’il faut laisser au capital sa place. Ce serait plutôt parmi les socialistes un élément pondérateur. Comme nous parlions des impôts en Angleterre, Downham nous dit que, income tax et taxes locales réunies, on paie environ quatorze shillings pour une livre de revenus. Beaucoup des grandes fortunes anglaises vont être très atteintes. Du reste, Cambon nous dit que Lloyd George a toujours voulu faire disparaître les grandes propriétés et il arrive à son but. Beaucoup de ces gros revenus anglais sont absorbés par les charges diverses et il connaît des revenus d’un million qui laissent à peu près trois cent mille francs seulement d’argent à disposer.

            Causé ce soir avec un très gros industriel de Lille, Omer Bigo-Danel. C’est un gaillard hardi et bûcheur. Il a remis ses usines en marche, celle de Lille à 60 %, celle de Loos à 30 %. Il évalue à peu près à trente ou trente-cinq millions ce que va représenter sa résurrection. Les Allemands lui ont enlevé sept à huit cents tonnes de plomb (ce sont des imprimeries), toutes les pierres, toutes les machines de brochage, etc., etc., mais, chose curieuse, ils ont laissé tout le cuivre.

            Lille est beaucoup mieux ravitaillé. La vie y est meilleur marché qu’à Paris pour beaucoup de produits. La Compagnie du Nord aurait fait de véritables tours de force. Malheureusement, ce n’est pas partout comme à Lille.

            Bigo, qui est un gros bonnet de Lens, me dit qu’il espère qu’on pourra commencer à extraire sur un (?) seulement à la fin de l’année. On a commandé des pompes formidables pour vider l’eau des puits, mais elles ne sont pas encore arrivées. Il me conseille beaucoup d’aller visiter Lens. C’est là que l’on peut avoir l’idée véritable de ce que peut être la dévastation.

À toi.

Et


[1] William Hayes Fisher (1853-1920). Anglais. Homme politique conservateur. Il est alors président du Conseil. Il est élevé à la pairie comme baron Downham en novembre 1918.

6 avril 1919

            6 avril 1919

            Hallays, entre deux voyages à Strasbourg, est venu nous voir ce matin. Il paraît très satisfait de l’amélioration très grande en Alsace depuis le règne de Millerand près duquel Bucher est resté, je pense, avec voix prépondérante. Je n’ai pu causer un peu longuement avec lui, devant me rendre à Saint-Philippe, et je l’ai laissé dans une grande discussion des choses religieuses de nos provinces.

            On me donne des détails sur Rome d’où revient Baudrillart, la Rome noire. On y est francophile avec violence. On y baise la trace de nos pas. Quantum mutatus. Dans la Rome blanche on n’est pas hostile non plus, mais il ne faudrait pas qu’un rédacteur des Débats osât s’y aventurer. On l’y couperait en petits morceaux. Vraiment, le Vatican est comique dans ses évolutions. Tout à l’heure je te parlais d’Hallays. Je lui dis que je publie ce soir un rapport tout à fait prophétique du général Lebon [1] (car, tu as vu, tout y est jusqu’au mouvement flamingant) et je m’étonne que l’entêtement de l’état-major n’ait même jamais voulu songer à se garer à tout hazard d’une agression par la Belgique. Cela ne plaît pas à Hallays, il n’aime pas que l’état-major de 1914 ou d’avant puisse avoir des torts. Il m’objecte des raisons budgétaires. On ne pouvait pas faire les deux et, tout de même, c’est peut-être ce qu’on a fait dans l’Est qui a empêché l’invasion par là. Je lui demande alors s’il est bien sûr que l’état-major n’obéissait qu’à ces raisons-là et ne subissait pas l’enseignement de l’École de guerre. Je lui raconte les difficultés d’Étienne renversé au moment peut-être où il aurait pu faire quelque chose et où il arrivait à convaincre nos feuilles de chêne.

            Réunion d’urgence à 5h au Syndicat à cause des imbécillités que l’on fait à Versailles au point de vue presse.

            Jean Dupuy me paraît changé et dans un état physique diminué. L’ordre du jour épuisé, il nous fait une vive sortie sur la politique économique du gouvernement qui nous mène à la révolution en ne cherchant pas par tous les moyens à diminuer le coût de la vie. Il en a parlé à trois ministres Klotz, Loucheur et Clémentel. Tous les trois lui ont paru être de son avis mais ne pas oser se décider à prendre les mesures nécessaires. Jean Dupuy voudrait que les journaux fissent une campagne d’ensemble pour qu’on laisse entrer tout au moins les matières de nécessité. Si on continue les mêmes errements, on va à une révolution qui se manifestera par le pillage.

            Je suis envoyé au Quai d’Orsay pour signifier à Dutasta les résolutions du comité. Avant de m’y rendre, je passe à L’Illustration avec Baschet et il me montre de magnifiques gravures des couvents du mont Athos. On prépare cela pour le numéro exceptionnel de Noël prochain. Je crois que ce sera très beau.

À toi.

Et


[1] Félix Lebon (1845-1923). Militaire. Général de division. Commandant du 1er comité d’artillerie (1906-1908).

3 avril 1919

            3 avril 1919

            Après t’avoir écrit hier, j’ai vu le président de la Chambre de commerce d’Elbeuf, un M. Paul Frankel [1]. Je lui fais compliment sur la reprise de la prospérité dans sa ville, prospérité dont on peut lui attribuer une assez grande part, et lui demande s’il espère que, dans l’avenir, Elbeuf conservera son activité. Certainement, me répond-il, si le gouvernement veut bien ne pas nous empêcher. Et s’il continue à faire mettre des notes absolument fausses, qu’il sait pertinemment fausses, dans les journaux, ce sera un bien mauvais moyen. Il me sort alors une note d’hier matin parue dans L’Information et dans Le Midi par laquelle Loucheur aurait déclaré que, d’ici à peu de temps, les draps de vêtement diminueraient de prix de 40 %. Or, affirme Frankel, c’est tout à fait impossible. De plus, pour que nous marchions, il faut qu’on nous donne des matières premières et non qu’on nous importe le produit. Les matières premières nous permettront de travailler, tandis que si l’on continue dans la voie où on s’est engagé, c’est quatre cent mille chômeurs que nous aurons dans quelque temps.

            Un peu plus tard, j’ai vu un révolutionnaire dont j’ai dû te parler déjà, alors qu’il était parmi les promoteurs rédacteurs de La Vérité. Ce révolutionnaire mène la vie la plus large, possède autos et tout le confort, il s’est très bien conduit pendant la guerre mais s’élève violemment contre les gouvernements et les soi-disant égoïsmes conservateurs. Il me dit qu’il n’est plus à La Vérité, que celle-ci a évolué et qu’elle est aujourd’hui complètement entre les mains du gouvernement. Elle s’est mise à paraître le matin, et, aujourd’hui, c’est Le Populaire qui a pris sa place. Ce dernier journal, d’après mon homme, serait lui aussi subventionné par le gouvernement. Voici les journaux révolutionaires parisiens.

            Voici nos conférenciers, les grands Quatre, bien accrochés ! On se demande quand et comment on en sortira. Je pense qu’on a choisi les quatre bonshommes les plus têtus d’Europe. Clemenceau qui a bien sa tête, Wilson qui ne lui cède en rien et Lloyd George qui est bien celui qui a les méninges les plus dures. Le quatrième est dirigé par Sonnino [2].

            Milewski est venu ce matin. T’ai-je dit qu’il avait fait un livre dont il m’a donné les bonnes feuilles il y a quelque temps. Je l’ai parcouru et il est prodigieusement intéressant, très amusant même par instants. C’est le résumé de toute la question polonaise. Il y plaide sa thèse de la grande Pologne, contraire aux idées du comité Kléber [3]. De plus, il égratigne avec férocité quelques-uns des hommes du comité qu’il accuse de l’avoir fait passer à tabac en Suisse. Il se venge copieusement.

            Ce matin, il était venu me mettre au courant des affaires de Lituanie car il y a à Paris une mission lituanienne anti-polonaise. Après le traité de Brest-Litovsk, ces Lituaniens intellectuels, fort peu nombreux car ils ne sont d’instruits que un ou deux milliers sur les 60 % de Lituaniens qui peuplent la Lituanie, ont traité avec Scheidemann et touché deux cents millions. L’armée lituanienne ne se compose que de cinq mille Lituaniens et de vingt mille volontaires allemands auxquels on a pris vingt hectares de terre chacun à distribuer après la guerre. Ce seront donc des colonies allemandes qui vont s’installer définitivement dans le pays. Les officiers sont tous ou allemands, ou russes, ou polonais dont les familles sont otages. Or ces délégués lituaniens sont, à Paris, autorisés à circuler, vont en Suisse et en reviennent comme ils veulent. Ici, on ne paraît pas s’apercevoir du danger.

            Je suis appelé ailleurs. Si j’ai quelque chose, ce sera pour demain.

Amitiés.

Et


[1] Paul Frankel. Président de la Chambre de commerce d’Elbeuf.

[2] Le quatrième est Vittorio Orlando.

[3] Le comité Kléber est le comité national polonais installé dans un hôtel particulier 11 bis, avenue Kléber, Paris, XVIe.

2 avril 1919

2 avril 1919

            Les anciens élèves de Polytechnique sont allés hier, je crois, porter à Foch une adresse de compliments. Un des assistants m’a raconté ce matin l’entrevue qui fut toute cordiale comme il convient entre « chers camarades ». Foch a longuement parlé sur le ton le plus simple et le plus familier, et il a dit un certain nombre de choses intéressantes dans sa bouche.

            D’abord la fin de la campagne. Les gens qui disent que si la guerre avait continué on serait arrivé à encercler l’armée allemande et à un Sedan pour elle, se trompent complètement. On n’encercle pas une armée qui s’étend sur quatre cents kilomètres de front. Un Sedan eût donc été impossible. Il avait en effet son plan d’opération tout fait avec les Américains, on aurait tourné Metz, on aurait certainement avancé, mais jusqu’au Rhin seulement, et toutes ces opérations auraient coûté du monde pour arriver au même résultat qu’on a atteint sans coup férir. La capitulation allemande nous a amenés sur le Rhin la canne à la main et beaucoup plus tôt. De plus les Allemands, en reculant, auraient tout détruit, voies de chemin de fer, ponts, routes comme ils l’ont fait dès le commencement de leur retraite. La marche de nos armées en eût été singulièrement ralentie. Donc, à tous les points de vue, la cessation de la guerre fut une bonne chose.

Mais alors pourquoi, lors de la signature de l’armistice, n’a-t-on pas imposé aux Allemands des conditions plus dures et nous donnant toutes les garanties de sécurité ? À cela Foch répond : Quand j’ai soumis les clauses de l’armistice, tout le monde s’est accordé pour les trouver tellement rigoureuses que les Allemands ne les ratifieraient pas. Loin de là, ils se sont immédiatement inclinés. Du reste, ajouta le généralissime, on aurait grand tort d’attacher de l’importance à leur chantage. Ils signeront la paix, comme ils ont signé l’armistice. On n’a qu’à leur montrer le papier en leur montrant aussi une bonne épée dans l’autre main.

            À propos de la Conférence, l’impétueux soldat dit combien ces gens-là lui font perdre patience. Il lui vient par moment l’idée de prendre quelques caisses de gingembre et d’aller les coller dans le postérieur des plénipotentiaires pour leur donner de l’activité.

            Sic locutus est [1].

            De cette Conférence [2], je ne te parle pas. Il semble bien qu’on bafouille. Comme, depuis le début, nous n’avons jamais exposé nos propres points de vue, ceux sur lesquels on devait être intraitables, et que nous avons cédé sur tous les autres points, nos chers Alliés sont tout étonnés que nous exigions quelque chose. Tout ce qu’on leur a donné jusqu’ici ne compte plus, la flotte, les colonies, etc., c’est déjà le passé et ils se regimbent. Clemenceau, cependant, a rendu des services, c’est l’avis général, et maintenant il parle et s’impose.

            Un monsieur que je connais et qui est allé du côté de Rethel procéder à l’exhumation de son fils tué, revient et me donne des détails navrants sur l’état matériel et moral de nos populations. D’abord il n’a pas trouvé à se nourrir. On ne rencontre pas une âme sur des parcours de dix à douze kilomètres. Les habitants du village dans lequel il était n’ont aucune subsistance. Pendant trois jours il n’a pu manger que de la soupe au lard. Chaque habitant, depuis l’armistice, a touché un kilo de pommes de terre, soit pour quatre mois et demi. La terre n’a pas été touchée et il ne pourra y avoir cette année aucune récolte. Dans les environs de Château-Porcien, on trouve encore des cadavres qui n’ont jamais été enlevés. Les fermiers ne peuvent se procurer de chevaux alors qu’on en réforme des milliers à l’arrière. Ils ne peuvent obtenir la livraison des tracteurs qu’ils ont achetés et payés. En un mot, c’est la désolation, la ruine.

            Ils commencent à se fâcher et parlent maintenant, d’une façon courante, de prendre la manière forte. Si cela avait été dans le Midi, ils auraient trouvé un Marcelin Albert [3] qui aurait déjà mené la croisade. Ce qui augmente l’exaspération, c’est que les prisonniers boches qui sont nourris par l’autorité militaire reçoivent leur pitance très régulièrement. Du reste, ces prisonniers ne sont nullement surveillés et font tout ce qu’ils veulent. C’est grâce à des prisonniers que mon monsieur a pu procéder à sa triste besogne. Il n’y a dans le pays que très peu d’hommes et en voici la raison. Lorsque les Allemands ont vu l’approche des Français, ils ont réuni les habitants de trois communes dans une grande ferme et ils ont avisé notre commandement de respecter ce point. Quand nos troupes sont arrivées, pour éviter à ces pauvres gens les bombardements, on les a expédiés à l’arrière, mais dans le Jura où la plupart sont encore.

À toi.

Et


[1] En latin : «  Il a parlé ainsi ».

[2] A la Conférence de la Paix, le Conseil des Quatre décide la démilitarisation de la rive gauche du Rhin.

[3] Marcelin Albert (1851-1921). Cafetier. Vigneron considéré comme le meneur de la révolte des vignerons de l’Aude en 1907.