Archives mensuelles : août 2018

15-16 août 1918

15-16 août 1918

 

Je t’ai donné de faux renseignements avant-hier et qui ne font pas honneur à mon esprit critique, mais tout le monde a marché sur la foi du voyage mystérieux du président [1]. J’avais bien émis quelques doutes à cause de la constitution des États-Unis, mais en temps de guerre tout est possible. Quelqu’un à qui j’en parlais ce matin me disait : J’ai beaucoup entendu dire par les Américains au courant qu’il valait cent fois mieux que le président ne vînt pas. Il ne connaît pas l’étranger. Il s’est fait une idée personnelle sur la guerre, s’il vient voir les choses, sa mentalité changera et ce ne sera peut-être pas très heureux. Je ne me rappelle pas qui m’a dit cela mais j’ai trouvé l’axiome très juste. On se fait une idée sur les pays et les gens ; si on se trouve en contact avec eux, c’est une éducation à refaire.

De Caix a déjeuné hier avec Gouraud qui est à Paris depuis deux jours. Certains y voient la préparation d’une nouvelle offensive. Ce n’est pas cette raison qui l’a amené, du moins à ce que je crois. Il est venu pour la réunion du Comité de Versailles où l’on a envisagé avec beaucoup de soin le problème russe. De Caix me disait que le général manifeste une joie quasi enfantine de sa citation. Le fait d’être un général vainqueur aurait pu suffire à lui donner une énorme satisfaction. Il faut que cela soit appuyé par un texte officiel, tant il est vrai que les militaires ont tous quelque chose d’un peu enfantin, même les plus larges de vue et de pensée.

J’ai eu à déjeuner aujourd’hui à l’Union quelqu’un d’assez intéressant, un Belge, M. Rolin-Jaecquemyns [2]. J’aurais voulu te demander de venir à l’Union ; je ne l’ai su malheureusement que juste au moment de nous mettre à table. Je lui avais écrit hier et il ne m’avait pas répondu. J’ai prié de Caix de se joindre à nous et je t’ai vivement regretté.

Ce M. Jaecquemyns est président du Comité des Prisonniers de guerre. On l’a laissé jusqu’ici aller assez facilement en Suisse, mais chaque fois on lui demandait sa parole d’honneur de ne pas venir en France. On avait même voulu, au début, lui demander de déposer caution. Il a refusé en disant : Ou vous me demandez ma parole d’honneur, ou je ne m’engage à rien et je verse caution. C’est l’un ou l’autre. Ils ont accédé. Il est assez curieux de constater que, cette fois, les autorités allemandes savaient qu’il avait besoin de venir s’entendre au Havre avec son gouvernement et qu’ils n’ont rien demandé, ni parole ni caution. M. Jaecquemyns repart ce soir pour Berne et doit être rentré à Bruxelles le 25.

Il n’a rien pu nous dire sur sa traversée des territoires allemands. Embarqué à 8 h du soir il est le matin presque en face de Schaffhouse, il ne peut donc recueillir aucune impression. La question dont il voulait surtout m’entretenir, c’était la question wallonne et flamingante.

Il voulait nous mettre en garde contre ce que les Allemands appellent un mouvement flamand et qui n’est en réalité qu’un complot. Les Allemands ont mis à la tête de cette propagande uniquement des gens tarés, sans autorité morale d’aucune sorte et qui n’en ont d’autres que celle que leur confèrent les gros prix que les Allemands les ont payés, prix tout à fait disproportionnés à leurs mérites. Ce n’est pas là qu’est le danger car, à l’heure actuelle, les Flamingants les plus ardents d’avant la guerre sont les meilleurs protagonistes de la culture française, juste retour de l’oppression et de la servitude. Le danger serait justement dans l’attitude des Wallons chez qui les Allemands, avec leur duplicité habituelle, cherchent à encourager un mouvement séparatiste en faveur de la France et soi-disant en haine des Flamands vendus aux Boches. Une pareille campagne serait désastreuse, ce serait l’Allemagne à Anvers. M. Rolin Jaecquemyns voudrait que, sous forme de conseil, un journal, ayant une importance en France, montrât le danger de la séparation autant pour les Wallons que pour les Flamands et même pour la France.

De Caix était tout à fait de son avis et, avant même qu’il eût parlé, il avait exprimé une opinion conforme à celles de M. Jaecquemyns, car notre collaborateur connaît très bien la Belgique où il a des attaches de famille très proches.

  1. Jaecquemynsnous a donné des détails sur la vie en Belgique bien difficile lorsqu’il faut payer le beurre trente-cinq et quarante francs le kilo, la viande trente-cinq francs la livre et se contenter de deux cent cinquante grammes de pain. Jusqu’ici on n’avait pas encore trop pâti car on avait des ressources disséminées dans tout le pays, mais, aujourd’hui, c’est épuisé et le ravitaillement est difficile. Cependant, dit-il, tant que la tuberculose ne s’y met pas, cela va, mais si la tuberculose entre, c’est le désastre. Il nous a raconté ce mouvement magnifique de la magistrature qui, depuis les cours suprêmes jusqu’aux justices de paix, a cessé d’exercer, de sorte que dans toute la Belgique il n’y a plus un seul tribunal.

La vie à Bruxelles est tout entière dans les nouvelles que l’on reçoit. Quand elles sont bonnes sur le front, on supporte tout avec allégresse, mais il a quitté Bruxelles dans le marasme à la suite de l’affaire du Chemin des Dames. On se demandait avec désespoir si toute la confiance que l’on avait mise dans l’issue de la guerre ne devait pas être compromise et si réellement il n’y avait pas chez nos chefs ou dans nos armées quelque mauvais principe inconnu. Au cours de son voyage, il a vu la magnifique reprise militaire et il en a été réconforté, et toute la Belgique doit oublier ses misères.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 13-14 août 1918.

[2] Rolin Jaecquemyns. Belge. Président du Comité des prisonniers de guerre.

13-14 août 1918

13-14 août 1918

 

Pas une minute hier pour faire le pensum qui eût du reste été encore moins intéressant que d’habitude, et, dînant dehors dans une maison où il n’y avait pas de téléphone, je n’ai pu avoir le communiqué qu’à 11 h 3/4, et comme il n’y avait rien de sensationnel, je n’ai pas osé déranger la maison pour faire part de la situation stationnaire. On parlait tout de même d’une offensive imminente [1] et aujourd’hui, dans le public, tout le monde dit que c’est engagé. Il est extraordinaire de voir comment, à la Guerre, les secrets sont bien gardés. Il est vrai qu’on situe différemment cette attaque, ce qui retire de la précision aux renseignements et les rend sans doute inoffensifs.

Je crois que l’attaque préparée le serait avec l’armée Gouraud. Nous verrons pour tout cela. Mais la grande préoccupation du jour serait le voyage de Wilson en France.

Le président de la République part mystérieusement ce soir même pour Brest. Il emmène quelques personnes dont un ou deux journalistes auxquels on a fait demander s’ils craignaient le mal de mer. C’est donc que Poincaré doit s’embarquer. Selon toute vraisemblance, il va attendre quelqu’un en mer et ce quelqu’un ne peut être que Wilson.

Tu as dû lire que, depuis quelques jours, on discutait la possibilité pour lui de quitter le territoire des États-Unis et, ce matin même, le Journal publie un article du député Demours [2] annonçant le voyage comme certain. Les députés ont toujours le droit de parler sans être censurés.

Si l’arrivée du président se confirme, il est certain qu’il y aura des déclarations intéressantes et peut-être verrons-nous plus clair dans les fins et les buts de la guerre. Je suis navré de ne pas avoir Gauvain. Je n’ose pas lui télégraphier, mais je lui ai écrit d’avancer si possible de quelques heures son retour.

Longue conversation ce matin avec notre correspondant d’Irlande qui est un ecclésiastique très intelligent et qui se plaint beaucoup qu’on ne veuille pas écouter ici les conseils que l’on donne pour la propagande. On a été jusqu’à lui envoyer des ballots de tracts défendant la politique anglaise. La situation reste très inquiétante. L’Irlande, quoique très calme en ce moment et tout entière occupée à la récolte et aux pommes de terre, est occupée militairement par soixante-dix ou quatre-vingt mille hommes pourvus de mitrailleuses, de tanks que l’on a ostensiblement promenés, des avions sillonnent constamment le ciel. On montre aux Irlandais que la première velléité de révolte sera réprimée avec la dernière rigueur. Malgré tout, on n’attend pas le mois d’octobre sans appréhension car, si le gouvernement ne trouvait pas cinquante mille volontaires, il se verrait obligé d’appliquer la conscription, et cette décision serait le signal de sanglantes luttes. Mon correspondant dit que ce serait la plus grande folie que de se résoudre à cela. Pour lui, ce qu’il y aurait de mieux ce serait de déclarer tout de suite que les engagements sont suffisants et de les camoufler assez pour donner le change et ne pas être acculé à des mesures de force.

Les élections seront très probablement Sinn Féiners pour les 3/4 et l’on redoute que le mécontentement anglais, déjà très grand, n’amène le gouvernement à user de coercition vis-à-vis de l’Irlande.

À toi.

Et

[1] Il s’agit des préparatifs d’extension de l’offensive à l’est de l’Oise et au nord de la Somme. La 10e armée se prépare à l’action.

[2] Non identifié

12 août 1918

12 août 1918

 

Causé aujourd’hui avec Petitjean [1]. C’est un des rares bonshommes de la Rue François-Ier qui soit vraiment à sa place. Il s’occupe des affaires de l’Amérique du Sud que de très gros intérêts qu’il y avait autrefois lui ont fait connaître, et il a toujours mené sa propagande avec la plus grande habileté et la plus grande intelligence. J’ai dû certainement parler de lui déjà [2].

Quoi qu’il en soit, il m’a paru profondément découragé par l’inertie de notre gouvernement qui se laisse distancer par l’Allemagne et l’Italie dans les Républiques du Sud. Les Allemands ont envoyé une mission en Argentine et dans les pays voisins. Cette mission paraît si bien réussir qu’elle va se rendre au Mexique faire la même besogne. Ici nous ne faisons rien. On avait fini par décider l’envoi d’une mission française, mais les récentes offensives ont arrêté l’exécution et tout en est là. Nous restons à regarder poser par nos ennemis les jalons d’après-guerre. Non seulement les Allemands envoient des missions de préparation, mais, pour retrouver à la fin des hostilités un personnel prêt à marcher et au courant de la vie sociale des pays dans lesquels il s’agira de faire reprendre les courants commerciaux, ils maintiennent avec leurs traitements les employés des établissements qui ont cessé de fonctionner, par conséquent toute l’armature de leur ancien commerce. Au premier jour tout ce monde sera mobilisé et marchera au grand détriment de nos intérêts. Ici ce sont des choses que personne ne veut comprendre parce qu’on est absolument fermé aux affaires extérieures.

Cambefort m’avait téléphoné ce matin pour me demander de venir dîner chez lui demain soir avec le président du Comité de ravitaillement pour la Belgique, retour de Berlin et de Bruxelles. Ce monsieur qui a passé par Le Havre aurait eu des choses intéressantes à me dire sur l’épineuse question des Wallons et des Flamands. À deux heures, le pauvre Cambefort me fait téléphoner que son fils [3] a été tué. Je vais essayer néanmoins de causer avec ce Guérin belge. À propos de Guérin, Pernot, qui l’a vu chez toi, l’a trouvé un peu baissé et pourvu d’idée fixe. Rome a hypnotisé cet homme qui était si intéressant quand il s’en tenait à ce qu’il connaissait bien. Je suis sûr que celui-là aussi aura été mordu par l’ambition de devenir ambassadeur au Vatican. Cela dérange bien des cervelles, même celles qui ne sont pas catholiques.

Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui ont approuvé nos articles sur la Haute Cour mais, pour la première fois, il y en a un qui a osé nous écrire sa satisfaction. Jusqu’ici, les gens qui prenaient la plume le faisaient pour nous injurier. Cette première lettre vaut bien d’être signalée.

Le brave Scarpatett, qui a déjeuné aujourd’hui avec plusieurs amis dont Marin, a eu à subir les mêmes avanies que moi l’autre soir et il a été copieusement eng… au nom de la patrie. Tu me demandais tantôt s’il n’y avait pas quelque chose de commencé en Alsace. C’est une éventualité que nous avions envisagée justement ce matin, mais, jusqu’à plus ample informé, je ne crois pas qu’il y ait quelque chose de commencé encore. On avait pensé à utiliser ainsi la nouvelle armée américaine avec Pershing mais jusqu’ici on avait cru qu’une opération serait tentée sur Saint-Mihiel.

Un succès, même léger mais nous permettant de prendre quelques kilomètres de terre au territoire allemand, ferait un effet énorme dans l’empire, il n’y a pas l’ombre d’un doute.

Je demande des renseignements, il est probable que j’aurais pu te dire quelque chose avant que tu n’aies reçu ce mot.

À toi.

Et

[1] Armand Petitjean (1884-1969). Ingénieur commercial. Homme d’affaires, il vit à Santiago en Amérique du Sud où il crée une société d’importation. Il s’occupe de l’Amérique du Sud à la Maison de la Presse. Il s’initie à la diplomatie au Brésil et en Argentine où il est mandaté pour déclencher l’entrée en guerre de ces pays aux côtés des Alliés en 1917. Il crée Lancôme en 1935.

[2] Cf. lettre du 25 juin 1917.

[3] Philippe Cambefort (1887-1918) Inspecteur des Finances. Lieutenant aviateur, il est mortellement blessé à Sauchoy-les-Davenescourt (Somme). Croix de guerre. Chevalier de la Légion d’honneur.

11 août 1918

11 août 1918

 

Il ferait bien bon aller te rejoindre sur l’eau par ce beau dimanche radieux. Hélas, il faut brouter où l’on est attaché.

Rien de nouveau aujourd’hui, tout le monde se balade évidemment. On nous dit cependant que les Allemands réagissent assez vigoureusement à Lyons. On nous dit aussi qu’une autre attaque aurait été déclenchée ce matin à 4 h par une armée française et à 6 h par une armée britannique, mais on ne nous dit pas exactement sur quel point [1].

Il paraît qu’on travaille vigoureusement dans l’aviation et que l’escadrille, projetée pour tenir l’air pendant treize heures, c’est-à-dire le temps aller et retour pour une expédition sur Berlin serait prête dans un mois et demi environ. Mais ce ne sont pas des prospectus que l’on lancerait. Le moteur de ce nouvel engin serait un moteur Liberty remis au point maintenant. Celui qui me raconte cela est un lieutenant aviateur dont je t’ai déjà parlé [2]. Je lui arrache aussi l’aveu d’une chose que je savais, la commande inconsidérée de Caproni [3], sans même que les gros bonnets de l’Aéronautique se doutassent que les Caproni avaient les types les plus différents. Quand les usines ont demandé quel type comportait la commande, nos gens n’ont pas su ce que cela voulait dire. On avait dû s’entendre à la suite de quelque déjeuner !

Je reçois la visite de mon homme qui fait l’enquête sur les délégués ouvriers. Si les syndicats consentent à envoyer tous les renseignements demandés, les patrons continuent à ne pas recevoir M.L. [4] De ses conversations avec les syndicaux, Leclercq rapporte l’impression qu’ils ne cherchent plus la lutte de classes mais la collaboration des classes. Ils voudraient que les patrons et les ouvriers se missent d’accord pour l’élaboration des salaires, ce qui se fait je crois en Angleterre avec les trade-unions. Les neuf dixièmes des patrons ne veulent pas entendre parler de cet examen à deux. Quelques-uns acceptent au contraire, mais ils sont fort rares.

Je crois tout de même qu’on ferait bien de ne pas être trop intransigeant et aussi de se mettre d’accord tant que la situation est calme. On n’échappera pas à cette éventualité. On devrait bien régler la question avant la guerre. Le poilu ne reviendra pas pour restaurer le Roy.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Offensive sur tout le front des armées britanniques et françaises. Les Anglais progressent vers Péronne. Les Français rencontrent une vive résistance devant la 1ère armée.

[2] Guy de Lubersac (1878-1932). Homme politique. Maire de Faverolles (Aisne) en 1904. Il s’engage dans l’aviation en 1914. Capitaine d’infanterie territoriale et d’aviation. Cf. lettre du 15 février 1918.

[3] Caproni est une société italienne de constructeurs d’avions fondée par Gianni Caproni. Il s’agit donc ici d’un type d’avions.

[4] Il s’agit de Marcel Leclercq. Cf. lettre du août 1918.

9-10 août 1918

9-10 août 1918

 

J’avais, hier, évité le pensum, mon cher Pierre. Il me semble que je doive tout de même noter pour ta mémoire ce déjeuner avec Ignatiev où je devais lui faire rencontrer Robert de Caix. Prends donc acte de cette réunion. Déjà, plusieurs fois, je t’avais annoncé la remise au lendemain du récit du dîner chez lui, 19 quai Bourbon, dans une vieille et ancienne maison arrangée avec beaucoup de goût par la Trouhanova [1], la nouvelle femme du général. Le dîner fut amusant dans cette intimité bizarre. La danseuse paraît remarquablement intelligente, connaît nos auteurs, les discute, depuis les classiques jusqu’à Villiers de l’Isle-Adam. Elle s’offrit même le plaisir de nous coller, Demaison et moi, sur un petit point de la littérature contemporaine. Moi, je suis facile à coller, mais Demaison, c’est quelque chose que le prendre en défaut, comme on dit dans le Midi.

Ignatiev se laissa aller aux confidences et nous dit ses projets qui étaient de faire choix d’un certain nombre d’hommes parmi ceux qui restent en France et à sa disposition, parmi lesquels sept cent cinquante officiers, pour s’en aller en Sibérie où son nom est vénéré à l’égal d’un saint à cause de son père [2] et il est sûr de reconstituer en six mois une armée nationale. Garde tout cela pour toi car ces projets, ébruités, feraient fiasco, même si l’Entente décidait de leur donner suite. J’ai du reste recorrigé de ma main le projet d’appel qu’il m’a présenté (strictement confidentiel).

Tu sais qu’Ignatiev, accusé d’impuissance par sa première femme, a un enfant avec la Trouhanova. Ils se seraient connus il y a dix ou quinze ans en Sibérie et se seraient aimés. Se retrouvant à Paris, ils se sont raimés. Quant à la première femme, elle n’était pas très jolie mais extrêmement piquante. J’ai fait scandale avec elle dans un grand dîner officiel au ministère de la Guerre, Millerand regnante. Jamais je n’ai entendu rire avec éclat comme par cette charmante femme, grande amie du ménage Reszké [3] avec lequel elle passait à Deauville la saison d’été. Drôle de milieu. La Trouhanova, elle aussi, ne m’était pas inconnue. Au temps où la vie l’avait accouplée à Hozeur, j’eus avec elle les relations les plus affectueuses. C’est égal, elle m’a bien étonné par son érudition, sa volonté. Croirais-tu que les revenus russes étant détruits, cette ballerine passe sept et huit heures chaque jour chez Pigier dans le dessein de monter plus tard une maison de commerce pour ne pas être à charge à son mari. Elle nous a montré alors différentes choses dont elle a l’idée, établir un commerce d’exportation de dentelles, ces ouvrages qui sont fabriqués dans les moindres villages et qui sont de pures merveilles.

À l’appui de ses projets, elle nous montre un magnifique album de photographies en couleurs d’une exposition en Russie représentant tout ce qui est ainsi fabriqué par les paysans russes. Je dois dire que c’est merveilleux.

Aujourd’hui, tu m’as quitté rue de Valois où j’allais retrouver des gens qui t’auraient beaucoup intéressé toi aussi, entre autres Chavagnes, le principal ajusteur de l’armée américaine, un capitaine Dalsace [4] qui s’occupe des services techniques de l’aéronautique, Guy de Wendel et un quidam dont je ne t’écris pas le nom [5], mais dont je t’ai parlé plusieurs fois, des services de la Guerre.

Chavagnes nous dit que les Américains ont fait les plus lourdes pertes, quinze mille hommes environ. Je trouve cela énorme sur la proportion générale des tués.

Guy de Wendel, qui est en permission de détente et qui a fait toute la bataille de l’Ourcq sans désemparer, nous a bien vivement intéressés. Tu sais qu’il se conduit de la façon la plus admirable. Ils ne sont revenus que quatre officiers de son régiment qui a fait des pertes énormes, mais il nous dit que, l’année dernière, sur son bataillon, il avait vingt-cinq cas de conseil de guerre, cette année et pour l’année, dans tout le régiment, il y a à peine un cas. Le moral de nos troupes est fantastique. Il le comprend à peine mais il attribue ce relèvement à Pétain, et tous ces officiers font chorus.

Néanmoins, Chavagnes fait une réserve. Il prétend que Pétain, avec lequel il était à Verdun, est admirable mais qu’il n’a pas les lueurs de génie de Foch. Il n’est pas d’un tempérament de joueur. Un joueur gagne tout ou perd tout. Pétain a peur de perdre. (Comme il a raison !)

Chavagnes me dit, pour la dernière offensive, deux choses pertinemment inexactes. Je les corrige. Il est étonné mais il convient. Le jeune capitaine Dalsace confirme l’affaire d’hier au soir dont je t’avais parlé déjà. Effacement du nom de Pétain par ordre, remplacement par celui de Foch.

D’une façon générale, voici des chefs de service qui nous donnent sur ce qui se passe les renseignements les plus tristes. Celui que Dalsace nous fournit est pire que les autres, c’est, dans l’aviation, la corruption la plus éhontée, et, malheureusement, pour des prix de famine.

À toi.

Et

[1] Natacha Trouhanova (1885-1956). Russe. Ballerine. Elle interprète pour la première fois, en 1912, le poème chorégraphique La Péri de Paul Dukas. Elle traduit également des textes russes en français.

[2] Le père d’Ignatiev est Pavel Ignatiev. Colonel.

[3] Jean de Reszké (1850-1935). Polonais. Chanteur. Il fait ses débuts à Madrid. Il acquiert une notoriété qui le conduit sur les scènes de Londres et de New York pendant plusieurs années. A partir de 1902, il est enseignant à Paris. Il épouse Marie de Goulaine.

[4] Il s’agit peut-être du commandant Thierry d’Alsace, des services de la Guerre. Cf. Lettres des 25 janvier 1918 et 1918 et 25 mars 1918.

[5] Non identifié.

8 août 1918

8 août 1918

 

J’ai reçu la visite de Colson. Il est venu deux fois. La première à une heure et la seconde il y a un instant. Il voulait attirer mon attention sur une phrase qu’il trouvait fâcheuse, celle qui fut relevée par L’Humanité où il était question du rôle du président du Conseil [1]. Cette phrase est du reste l’expression de la vérité, mais on ne peut supporter que quelque chose puisse s’accorder avec l’opinion socialiste. Si celle-ci dit à midi qu’il fait jour, il faut dire qu’il fait nuit si l’on veut être dans la note.

J’ai répondu à Colson, je crois, comme je devais le faire, et je lui ai parlé des suites de l’affaire en question qui a amené la proclamation de la CGT. Il ne l’avait du reste ni lue ni connue. Je l’ai bien étonné en lui montrant la campagne qui s’engage et qui est loin d’être finie par la condamnation. Évidemment je ne l’ai pas convaincu, on ne convainc jamais personne, mais j’ai tenu sur mes positions. Du reste, on peut interroger Bégouen sur ce qui se passe dans le Midi et on verra si l’on réagit si facilement que cela contre les menaces syndicales. En voici un exemple. Un procès-verbal fut dressé contre le chef d’une gare de la Compagnie du Midi pour complicité de corruption. On ne faisait partir les wagons que des gens qui payaient les employés. La compagnie voulut mettre à pied le chef de gare coupable. Menace de grève générale par le syndicat, et le chef de gare est maintenu à son poste, à tel point que le sous-préfet de Saint-Gaudens [2] a dit à Bégouen : Je fais comme les autres, chaque fois que j’ai quelque chose d’urgent à expédier, je donne vingt francs à l’employé et mes envois sont expédiés.

Bégouen nous dit une chose assez amusante, c’est qu’à Toulouse ce sont les Annamites qui ont la grande cote auprès des femmes. On n’aurait pas cru que le péril jaune prendrait cette forme. Il paraît que ces Annamites les affolent avec leurs correspondances tournées dans le style oriental et remplies des comparaisons les plus poétiques. Enfin, tout est pour les jaunes.

Je reçois d’Angleterre une lettre dont je te transcris un passage qui donne à réfléchir.

« Je vous recommande la discussion d’hier, 5 août, à la Chambre des lords sur la situation financière. Il va sans dire que personne ne la commente et que les comptes rendus sont très écourtés ; mais si les hommes politiques et les diplomates étudiaient un peu ces questions-là, cela n’en vaudrait que mieux pour tout le monde. Les Anglais qui croyaient leurs ressources illimitées commencent à avoir des doutes, mais la moitié qui vit en ce moment aux frais du gouvernement croit qu’il y aura toujours assez d’argent pour payer les salaires et les appointements, mais cela aura une fin. […]

« La question de la production est encore une autre chose que l’on néglige trop dans les hautes sphères politiques. Les manufacturiers, même ceux qui gagnent beaucoup d’argent, sont assez inquiets.

« Sans doute on parle beaucoup de ces choses au point de vue de la guerre économique, mais on n’oublie qu’un point, c’est qu’on ne sait pas du tout où on en sera le moment venu de faire cette guerre pour laquelle il faudra de l’argent comme pour l’autre guerre. C’est un cercle vicieux.

« Lord Inchcape est au-dessous de la vérité en estimant la dette de l’Angleterre à cent cinquante milliards de francs au mois prochain. On dit généralement deux cents milliards (huit milliards st.). Mais, même en tenant son chiffre pour bon, on arrive à un intérêt et un amortissement de trois cent trente millions st. par an et un budget normal de deux cent vingt millions ; plus les pensions, les retraites qui exigeront un budget annuel de sept cent millions st. Dix-sept milliards et demi de francs par an. Autrement dit, quarante-cinq millions de francs par jour ou un franc par jour par tête pour les îles britanniques. Et si cela dure plus de six mois encore (le si est admirable) cela sera davantage. »

Ces chiffres astronomiques sont effrayants. Tellement, que personne n’ose les faire connaître et que fort peu de gens les comprendraient, si même ils les voyaient ou les entendaient.

À toi.

Et

[1] Il s’agit de Georges Clemenceau.

[2] Le sous-préfet de Saint-Gaudens est alors Louis Bouquet-Nadaud (1871-19) depuis le 4 janvier 1916. Homme politique. Secrétaire général de Haute-Savoie (1910).

7 août 1918

7 août 1918

 

La censure nous fait des observations sur notre article Foch Pétain. Elle trouve que la première phrase n’est pas d’une amabilité suffisante pour le nouveau maréchal [1], mais elle constate que la phrase où nous parlons de l’union des deux généraux corrige cette impression. Je crois que l’article du stratège [2] est bien et met chaque chose à sa place. Dans beaucoup de milieux, je constate que l’on trouve la nomination prématurée et que l’intention de faire cette manifestation le jour de la condamnation Malvy est cousue d’un fil trop éblouissant de blancheur. Nous allons sans doute recevoir des pommes cuites pour notre article sur la procédure de la Haute Cour [3]. Ce sont des choses qu’il faut dire car, demain, une Haute Cour jacobine pourra condamner tout ce qui ne pense pas comme elle et, inventant dans sa souveraineté quelque nouveau crime, envoyer au poteau les Daudet, Maurras et consorts. Isaac, avec qui j’ai déjeuné et qui a entendu la lecture d’une partie de l’article, me dit qu’il y aurait danger à paraître critiquer un jugement qui donne une si grande satisfaction à l’opinion publique.

J’entame avec le président [4] mon thème de la politique ouvrière. Il croit que l’avance socialiste ne risque pas beaucoup de devenir plus grande qu’elle n’est aujourd’hui grâce à vingt-cinq ans de peur chez les gouvernants. Pour lui, les syndicats français sont inconsistants, leurs bureaux composés d’assez bas ambitieux qui ne savent guère prendre des décisions. En Angleterre, où je lui faisais observer que le gouvernement devait compter avec les travaillistes, il prétend que c’est très différent. Le parti est mené par des gens qui ne sont pas comme les nôtres désireux seulement d’avoir des fonctions rétribuées, ce sont des chefs conscients qui ont des masses derrière eux. Au contraire, nos syndicats n’ont pas de véritables troupes. Si on leur fait tête, ils cèdent. Il ne faut pas les craindre. Isaac dit qu’il les connaît depuis quarante ans et qu’il suffit de ne pas avoir peur.

Je crois le raisonnement de notre ami ne plus très bien s’appliquer à la situation actuelle. Les syndicaux ont fait, depuis ces dernières années, d’immenses progrès et on peut avoir de la fermeté tout en tenant compte du nouvel état de choses, et la manière forte ne donnera pas toujours les résultats que l’on attend.

Je disais à Isaac que, petit à petit, la mentalité américaine se modifierait en même temps que grandirait la puissance militaire. Déjà, me dit-il, cela se sent dans les rapports avec nos administrations. Et il me raconte le petit fait suivant en me demandant une discrétion que je te demande à mon tour.

Ayant besoin de régler certaines choses avec les compagnies, nos Américains avaient été envoyés de bureau à bureau, de contrôle à contrôle et, partout, ils se heurtaient au même « non possumus ». Ils ont fini par se fâcher et sont allés trouver Claveille auquel ils ont nettement déclaré qu’ils en avaient assez de ce régime et qu’ils demandaient la nomination d’un homme qui, seul, aurait affaire à eux quitte à se débrouiller ensuite. Mais quel homme ? répond le ministre. – Mon Dieu, nous avons été en rapport avec M. Mange [5], M. Margot [6] et d’autres directeurs. Choisissez parmi eux.

Claveille a choisi Margot au grand déplaisir de PLM qui l’avait déjà pris pour remplacer en partie Mauris sur la demande du ministre et qui se voyait enlever un de ses meilleurs chefs.

Ce petit fait est assez symptomatique. Il montre que nos Alliés commencent à imposer leurs volontés et comme ils ne trouveront personne en face d’eux pour discuter, ces volontés ne tarderont pas à devenir légèrement tyranniques.

J’ai lu ce matin des lettres de prisonniers très curieuses. Elles m’étaient apportées par de Caix qui connaît bien l’auteur. Elles montrent le Français assez choyé en Allemagne, pas détesté du tout et trouvant partout où on l’emploie les plus grandes facilités amoureuses chez les femmes des absents.

Ce prisonnier montre aussi la détresse dans les provinces allemandes où tout commence à manquer. Les colis des prisonniers sont pillés et servent à nourrir la troupe.

Je viens de recevoir longuement Austin Lee qui vient m’annoncer sa mise à la retraite de l’ambassade. Longue, longue, longue conversation pleine de souvenirs depuis 70 jusqu’à notre époque en passant par le Congrès de Berlin [7] où il était secrétaire de Beaconsfield [8]. Il trouve que le service de propagande anglais [9] est détestable, aussi mauvais que le nôtre, et s’inquiète des élections dans lesquelles l’élément vote féminin pose un inconnu préoccupant.

Au revoir, mon vieux, en hâte, je ne sais pas trop ce que je t’ai dit. Je dîne ce soir chez Wedel.

Amitiés.

Et

[1] Le 6 août 1918, le général Foch est nommé maréchal de France.

[2] Il s’agit d’Henry Bidou.

[3] « Les Débats ont stupidement traité la question au point de vue juridique (Dietz) et publié des articles dignes de l’Humanité, ce qui m’a valu une pique avec mon ami Nalèche. Le procès Malvy était un procès politique et c’eût été faire la part trop belle à ce ministre néfaste de circonscrire le débat aux questions que Malvy avait bien voulu soumettre à la Haute Cour. » François de Wendel, Journal, 10 août 1918.

[4] Il s’agit d’Auguste Isaac.

[5] Alfred Mange. Polytechnicien. Directeur de la Compagnie des chemins de fer de l’Orléans.

[6] Maurice Margot (1864-1954). Polytechnicien. Directeur de l’exploitation (1918), puis directeur général (1919) de la Compagnie des chemins de fer du PLM. Administrateur de sociétés.

[7] En 1878.

[8] Benjamin Disraeli (1804-1881). Anglais. Ier comte de Beaconsfield. Homme politique. Chancelier de l’Échiquier. Premier ministre (1868 ; 1874-1880). En 1878, au congrès de Berlin, il met en échec l’expansion russe dans les Balkans.

[9] Le bureau de propagande de guerre britannique est dirigé par Charles Masterman et est installé à Wellington House.

5-6 août 1918

5-6 août 1918

 

Pas de pensum hier. Je t’ai raconté la visite du général de M.. [1] et ce qu’il m’a dit de la défense des rivières, son expérience sur la Marne, etc. Dans la soirée, j’avais vu un grand ami du général Gourko, le colonel de R. [2] à qui le général a dit, après la messe célébrée pour le czar [3]: « D’après certains renseignements que je viens de recevoir, je crains bien que nous n’ayons célébré la messe du czar beaucoup trop [sic]. » Puis il me donne certains détails sur la Sibérie et les possibilités d’évasion auxquelles je ne comprends goutte, mais qui tendent à montrer que le malheureux souverain aurait pu s’évader. Je te livre le propos comme il m’a été tenu. Un jeune Polonais de la rédaction à qui je fais part de ce doute me dit : « N’oublions pas que la Russie est le pays des tzars ressuscités. » Gourko, de plus, comme tu le sais sans doute, est un tzariste convaincu. Il a aidé à la fondation à Paris d’un journal qui a copié les procédés de L’Action française et qui se nomme L’Action russe. Il vient d’être suspendu sine die. Quand je te dis que ce sont les procédés de L’Action française, tu vas voir jusqu’à quel point ce journal a poussé le scrupule de l’imitation. Un des personnages importants du nouvel organe vient me demander d’annoncer en termes sympathiques son apparition. Je m’empresse d’acquiescer. On fait une note fort aimable. Deux jours après, L’Action russe imprime « des défaitistes comme Nalèche (?) et Sembat. » Je n’ai pas manqué de leur dire qu’ils étaient tout à fait dans la plus pure et la plus saine tradition des néo-monarchistes.

Je dois dire que mes gens se sont vivement excusés et ont paru très mortifiés, mais enfin ça y était.

Garde pour toi ce que je vais te raconter car il ne faut pas découvrir ses amis. Je t’avais dit il y a quinze jours qu’on avait donné à la presse l’ordre de ne pas nommer Pétain et de tout attribuer à Foch et à Clemenceau. Je crois bien que le président du Conseil n’intervient pas dans la matière, mais il laisse tout faire à son chef de cabinet qui prend les initiatives. Il en a pris une bien bonne hier. Mandel a voulu faire publier par l’Havas une note qui s’appelait « la Sirène et le Tigre ». La Sirène, tu penses qui c’était, notre Briand national, et on lui faisait jouer un rôle lamentable. L’Havas a refusé à Mandel l’insertion, et, comme il insistait, on lui a répondu qu’il trouverait peut-être très mauvais qu’une note de ce genre, mais renversée, pût être publiée par l’Havas, M. Clemenceau n’étant pas éternel et les ministres étant appelés à se succéder assez rapidement dans notre IIIe République. Mandel, après quelque insistance, a fini par s’incliner. Quelles belles âmes ! Quels procédés !

Il est vrai qu’Aristide sait très bien user des mêmes armes.

Je ne sais pas quelle est ton impression du communiqué de midi, la mienne n’est pas très fameuse. On m’a dit ce matin qu’on s’était violemment heurté sur la Vesle et que nous avions fléchi par endroit [4]. Il m’apparaît que le communiqué en donne tout à fait l’impression. On me dit d’autre part que mon sentiment n’est pas exact mais qu’il est certain que les Allemands veulent retarder la marche de nos armées pour la préparation de leurs positions comme ils ont fait devant Oulchy-le-Château. Nos troupes seraient toujours en très bonne posture. Je veux bien le croire, cependant cette résistance prouve que l’ennemi est encore solide et qu’il est assez loin de la déroute que l’on nous représentait. Il se bat et énergiquement. Il est vrai qu’on me dit aussi que nous n’avons engagé maintenant que fort peu de monde (? ?)

Les personnes de sang-froid voient dans l’invention du crime de forfaiture le désir de la Haute Cour de condamner Malvy. On ne peut l’inquiéter sur les accusations dont il a été l’objet, mais on ne veut pas ou n’ose pas l’acquitter. Comme il n’y a rien à retenir dans les accusations dont il a été l’objet, on a réveillé le vieux terme de forfaiture et la loi de floréal a été faite justement pour sembler préserver la liberté politique alors qu’on voulait la frapper, et on veut l’appliquer justement contre quelqu’un qu’il s’agit d’atteindre dans sa liberté politique. Tout cela n’est ni très logique ni très courageux, mais la plupart des sénateurs redoutent d’être accusés d’avoir voulu l’acquittement et, par suite, exposés à quelque violente campagne de presse.

Quoi qu’il en soit, la condamnation de Malvy aura, pour l’avenir, une conséquence bien dangereuse. Ce sera de donner gain de cause à l’accusateur public Daudet. N’est-ce pas ton avis ?

Au revoir.

Et

[1] Il s’agit probablement du général de Mondésir.

[2] Non identifié.

[3] Le tsar Nicolas II, ainsi que sa famille, est assassiné par les Soviets à Ekatérinbourg le 17 juillet 1918.

[4] L’ennemi résiste au nord de la Vesle. Au sud de la Somme, l’ennemi retire ses avant-postes sur la rive droite de l’Avre, immédiatement suivi par les troupes de la 1ère armée française. Il garde une position sur la rive gauche à l’ouest de Montdidier.

4 août 1918

4 août 1918

 

On me raconte un petit fait qui me semble très indicatif d’un état d’esprit qui règne dans les classes patronales et que je considère comme très dangereux.

Un de mes anciens collaborateurs, tout à fait bourgeoisie riche d’origine et très conservateur, est venu me voir tout à l’heure. Il est aujourd’hui attaché aux services de propagande de la chambre de commerce. David-Mennet l’a prié de faire une enquête sur les délégués ouvriers. Il a donc interviewé Merrheim, Jouhaux, Keufer, Hubert. Il me dit avoir rencontré là des hommes fort intelligents, nullement violents, très fermes et très nets. Keufer, c’est tout naturel, il est très connu comme un modéré et très estimé comme homme. Mais les autres sont généralement représentés comme des violents. Leclercq [1], qui faisait l’enquête, se loue au contraire de la courtoisie avec laquelle il a été reçu, des explications détaillées qui lui ont été fournies et grâce auxquelles il a pu faire son papier avec des renseignements intéressants. David-Mennet l’avait de plus recommandé d’une façon toute spéciale à Robert Pinot, du Comité des Forges, afin de recueillir les indications des patrons. J’ajoute à ceci que Leclercq est lié depuis longtemps avec Pinot. Ce dernier n’a pas voulu recevoir et parler lui-même. Il a fait recevoir l’envoyé de la Chambre de commerce par un nommé Siméon, et Leclercq prétend qu’il n’a jamais entendu pareil tissu de calembredaines, de sottises et d’inepties et semblable méconnaissance voulue de la situation actuelle. De plus, ce M. Siméon a dit qu’eux seuls du Comité des Forges devaient donner les renseignements à ceux qui voulaient se documenter, que sans cela il y aurait des divergences regrettables. Toujours est-il qu’il est impossible de faire un travail sérieux sur les explications patronales et que l’on sera obligé de ne tenir compte que des déclarations ouvrières, ce qui est un comble. Et Leclercq se dit que David-Mennet fera une drôle de tête en voyant dans cette enquête uniquement les vues de Merrheim ou du colosse Hubert des terrassiers. Merrheim s’élève avec énergie contre le paternalisme des entreprises comme Le Creusot ou autres. L’ouvrier prétend que tout cela devrait se traduire en salaires et non en institutions patronales qui semblent, à tort ou à raison, une mainmise sur lui. Aucune contre-partie n’est fournie sur tous les points par les patrons qui ne veulent rien livrer. J’ai toujours pensé que Pinot, qui a déjà fait la formidable gaffe, qui a tant fait attaquer le comité, et en qui les grands chefs Schneider, François de Wendel ont la plus entière confiance, mènerait son comité, ou plutôt ce que ce comité représente, à l’abîme. Mon collaborateur veut, à la suite de ces démarches, faire un papier pour établir la différence qu’il y a entre l’intelligence et la faculté de gagner de l’argent.

Quant à Pinot, C. Dupeyrat [2] prétend qu’il est le produit d’une Boche et d’un jésuite… Il est du reste très faux, j’ai eu, en ce qui me concerne, l’occasion de m’en convaincre. Je ne reviens pas sur nos conversations du déjeuner. Je rappelle pour mémoire ce que nous dit Dalléas sur la nervosité du commandement qui, à la veille d’une attaque, sur un nouveau renseignement d’un prisonnier ou d’un avion, change tout, modifie les ordres et provoque sur le front des glissements toujours fâcheux au moment d’une action.

À toi.

Et

 

J’oubliais un détail. Le commandant Bouffarique (?), qui dirige le Bureau du contrôle de la Main-d’œuvre, a dit à Leclercq : Vous pouvez déclarer à M. Pinot que, si tous ces messieurs n’ont pas été fusillés par leurs ouvriers, c’est grâce à l’action de mon service.

[1] Marcel Leclercq (1887-1964). Industriel. Membre de la Chambre de commerce et d’industrie de Roubaix.

[2] Il s’agit peut-être de Joseph Dupeyrat, ministre plénipotentiaire, membre de l’Union interalliée.

3 août 1918

3 août 1918

 

Tout va bien. Les nouvelles continuent à être excellentes [1]. Ce matin, j’ai déjeuné avec Bidou retour de la région de Soissons. Il a assisté aux événements militaires et a même pénétré dans un village aussitôt après le départ du Boche. Il me dit que, depuis le début de la guerre, il n’a pas eu une impression de victoire aussi forte qu’aujourd’hui. Néanmoins, la retraite ennemie est tout à fait voulue car on ne prend ni prisonniers ni canons. Il y a des combats d’arrière-garde très violents, les arrière-gardes ennemies ne travaillant qu’à la mitrailleuse. Pas un obus ne tombe sur le champ de bataille, ce qui semble bien indiquer que l’artillerie ennemie est en route.

La première attaque Mangin avait été un assez mauvais bec, et Bidou en a vu les résultats, c’est-à-dire les lignes de tanks cloués sur place avec l’infanterie. Mais alors, le 2 août, plein succès. Il est vrai que les Allemands battaient en retraite. Bidou croit que les ennemis subissent une crise d’effectifs grave et ne les croit guère capables de faire quelque chose maintenant avant septembre, époque à laquelle ils recevront la nouvelle classe, car, me dit-il, on a trouvé des compagnies à quarante fusils. Bidou ne se prononce guère sur les suites de nos succès et il a trouvé le commandement très discret sur les réserves. Il serait donc difficile de diagnostiquer sans connaître la puissance de ces dernières.

J’ai lu hier une lettre d’un petit lieutenant à son oncle. Ce jeune homme trouve qu’on ne colle pas assez aux Allemands, qu’on devrait les talonner sans cesse et les gêner dans leur retraite. Il ignore pourquoi on ne le fait pas. Il y a sans doute des raisons, mais, pour lui, on devrait jeter le désarroi dans des troupes forcément un peu moins montées à cause du recul. Cependant, si les arrière-gardes sont si énergiques, il y aurait peut-être danger à trop s’avancer.

Je l’interroge sur l’armée anglaise et ce qui m’en a été dit. Il n’a pas l’impression qu’elle soit encore démoralisée. La 5e armée a été refaite assez vite et se trouve de nouveau en ligne, mais il croit que les Anglais n’ont aucun désir de se battre. Les Écossais, cependant, se sont très bien comportés. J’ai retenu un mot d’un officier supérieur écossais qui est assez suggestif. Tu as dû lire dans les journaux de ce matin que des braves gens avaient été très éprouvés dans une attaque où ils n’avaient pas réussi et qu’au contraire, dans la seconde, ils avaient réalisé leurs objectifs. Le colonel a dit à Bidou : « Eh oui, le général Mangin donne parfois des ordres qui ne sont pas toujours exécutables. » C’était une douce plainte sur notre terrible général et en même temps un regret pour un corps très éprouvé.

Si tu étais venu tantôt, tu aurais trouvé dans la salle de rédaction un spectacle inusité. Assis dans nos grands fauteuils se trouvaient Sa Grandeur Mgr Matanas [2], métropolite d’Athènes, et un autre évêque. L’archevêque avait tenu à me faire une visite. C’est un homme un peu fort, les joues grasses ornées d’une magnifique barbe poivre et sel, de fort beaux yeux intelligents, de petits traits fins. Nous avons causé un moment et il m’a dit que maintenant nous entrions dans la voie du succès. Il a été fort gracieux pour les Débats qu’il a remerciés de leur concours, et, naturellement, je lui ai montré le fauteuil que l’on attribue, à tort du reste, à Chateaubriand [3], mais enfin, il faut jouer de toutes ses cordes et le fauteuil de Chateaubriand, pour un Grec, c’est une belle relique !

André Chaumeix m’a raconté des choses assez intéressantes au point de vue des utopies bulgares. Pinon [4], qui représentait la diplomatie du côté des Alliés à Versailles, avait conservé ses illusions sur la Bulgarie et il avait tracé tout un plan que, naïvement, il a soumis à l’ambassadeur d’Italie. Ce dernier s’est inquiété et en a parlé à Pichon. On a compris alors que les militaires de Trianon-Palace faisaient, eux aussi, une politique extérieure, ce qui devenait dangereux. On a exilé Pinon, et Pichon paraît être en ce moment dans de bonnes idées. Mais que pense Berthelot ? Tu as vu qu’il a monté en grade. Notre pays a cet avantage, c’est que, plus l’on fait de gaffes, mieux on est récompensé.

Je te raconterai demain mon dîner chez Ignatiev.

À toi.

Et

[1] Les Alliés libèrent Soissons pillé par les Allemands. Ludendorff est obligé de reculer de 40 kms sur la Vesle.

[2] Nalèche se trompe : il s’agit probablement de Mgr Mélétios Métaxakis (1871-1935), métropolite d’Athènes, primat de l’Église orthodoxe de Grèce sous le nom de Mélèce III (21 mars 1918-14 novembre 1920).

[3] François-René de Chateaubriand (1768-1848) était ami de Bertin, directeur du Journal des Débats, qui le soutient dans son journal, où il peut mener son combat pour les libertés publiques après sa disgrâce en 1824.

[4] René Pinon (1870-1958). Journaliste. Diplomate. Consul général. Professeur d’histoire contemporaine à l’École libre des sciences politiques. Chroniqueur pour les questions internationales dans la revue Questions diplomatiques et coloniales, spécialiste des affaires d’Orient à la Revue des Deux Mondes à partir de 1906, il rédige la chronique de la quinzaine. Gabriel Hanotaux l’appelle comme conseiller diplomatique au ministère des Affaires étrangères et lui confie plusieurs missions, notamment lors de la négociation du Traité de Versailles et de la Conférence de Genève.