Archives mensuelles : juin 2018

9 juin 1918

9 juin 1918

 

Tu as eu toutes les grandes nouvelles de ce matin, je n’ai donc pas grand-chose à y ajouter. Tu liras l’article de Gauvain, cause de la discussion de ce matin, et tu conviendras avec moi que j’avais raison, mais tu dois te rendre compte des difficultés que l’on a lorsqu’il s’agit d’orienter une politique.

Conversation avec le stratège Henry Bidou. Je lui pose la question suivante : Que pensez-vous de la menace sur Paris ? Il me répond que, naturellement, il ne peut rien affirmer, les derniers événements le prouvent surabondamment, mais néanmoins il ne lui paraît pas que la menace sur Paris même de bombardement puisse se réaliser avant un assez long temps. Elle ne succéderait qu’à deux ou trois opérations préliminaires dont chacune exigerait un certain délai.

Je lui demande ensuite : Croyez-vous, comme certains nous l’affirment, que si nous arrivons à tenir jusqu’à ce que le concours américain puisse donner son effet, nous soyons en mesure d’obtenir la victoire ? – Sincèrement, je ne le crois pas, m’a-t-il répondu. Nous obtiendrons la résistance mais pas la victoire.

Garde cette réflexion pour toi, mais elle correspond tellement à tout ce que nous croyons nous-mêmes que j’ai cru bon de la noter pour toi.

Si nous tenons et si l’Amérique tient ses promesses, il sera nécessaire de tirer de ces circonstances le meilleur parti possible. Mais si l’on s’obstine à chercher les choses impossibles, nous savons ce qui nous attend.

Tu as vu par La Libre parole le sort qui attend ceux qui cherchent à exprimer des choses sensées et qui veulent sauvegarder l’avenir de leur pays.

On me raconte une chose assez amusante, si elle est vraie, au sujet du nouveau gaz, l’« hypérite », dont je t’avais parlé il y a deux jours [1]. À l’attaque de Soissons, beaucoup d’Allemands, surpris par l’émission de ce gaz à laquelle ils n’étaient pas préparés et n’ayant pas les vêtements indispensables pour en être préservés, de plus, ne connaissant pas le traitement qui pouvait être appliqué, se sont enfuis dans nos lignes et sont venus demander à nos médecins un soulagement à leurs souffrances. Le gaz est-il réellement employé ? Voilà la question. Ceux qui me disent cela sont sérieux.

On m’apporte L’Heure. Encore l’article de Gauvain qui en fait les frais. Tu vois que je ne m’étais pas trompé et qu’il fait son chemin. La vérité finit toujours par trouver sa voie.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 5 juin 1918. Donc quatre jours plus tôt, et non deux.

7-8 juin 1918

7-8 juin 1918

 

Ce matin, un homme, dont le gendre est un des plus gros fournisseurs de cuir de l’armée, nous dit qu’on envisage évidemment une très longue durée de la guerre. Son gendre a été appelé à l’Intendance et a reçu une commande de soixante-cinq millions. Il fit observer que cela demanderait de longs mois car c’était en Argentine ou dans d’autres pays exotiques qu’il fallait s’approvisionner et, le temps de réunir les cuirs, de les préparer et de les transformer en buffletteries, souliers, selles, etc., on en aurait pour un an. – Mais parfaitement, lui fut-il répondu. Il est vrai que ce sont les mêmes gens qui ont fait cette commande qui, en 1914, n’auraient pas commandé pour vingt jours.

Je reçois des nouvelles d’Espagne :

« Je ne vois pas que le cabinet Maura, en dépit de l’irritant optimisme de nos agences télégraphiques et notamment de l’Havas, soit disposé à déployer contre les Allemands l’énergie que nous attendions. L’affaire d’espionnage de Barcelone est très édifiante à ce sujet. Dato a reculé tant qu’il a pu et, en dépit de sa sincère francophilie, il eût préféré étouffer le scandale que de se mettre l’ambassade à dos. Franchement, l’Espagne n’a pas bougé d’un pouce depuis 1914. J’ajoute que l’opinion et le gouvernement espagnols réagissent avec une extrême sensibilité aux nouvelles qui viennent du front. Ils croient la partie compromise pour nous et leur attitude s’en ressent très visiblement. Comment concilier ce sentiment avec la hidalguia castillane…

Règle générale. – Quand vous lisez dans un télégramme venant de Madrid à propos d’un torpillage de bateau espagnol : « l’opinion est très surexcitée, l’hostilité contre l’Allemagne fait des progrès, etc., etc. », n’en croyez rien. L’opinion est parfaitement blasée. Et en toute connaissance de cause, je puis vous dire que, si nous n’organisons pas nous-mêmes nos campagnes de presse dont vous aurez à Paris la répercussion plus ou moins fidèle, personne ne parlerait de la guerre sous-marine. C’est triste, mais pourquoi le cacher ?

Et notre propagande, direz-vous ? … (Ici, quelques considérations sur la parfaite nullité de notre propagande locale où il y a comme chef un très brave garçon, Glorjit (?) [1], que je connais, mais qui doit être un bon zéro)…

Ce qui n’empêche pas le nouveau chef de la Propagande à Paris d’émettre une série d’aphorismes généraux, judicieux, et peu applicables sur le régime de ce service. Que de fois, depuis trois ans, on a énoncé des programmes, posé des principes, annoncé des réformes. Et si vous pouviez voir quelle merveilleuse puissance d’amortissement possèdent les distances, quelle force de persistance possèdent nos pratiques les plus erronées, nos traditions les moins réfléchies…

Enfin, des manifestations comme celles du voyage des académiciens font assez bon effet. On peut dire d’elles ce qu’Aristote disait de la philosophie : elles sont les plus heureuses parce que les plus inutiles. Mais pourquoi diable ces académiciens, comme tant de nos compatriotes de moindre considération, se croient-ils obligés de prendre l’attitude mystérieuse et importante de gens qui véhiculent des secrets d’État ? Hanotaux parlait en termes si complaisants de la « partie réservée » de sa mission, et ma foi ! quand on pense à ce que l’Espagne peut bien nous « réserver » aujourd’hui, je vous avoue qu’on a plutôt envie de sourire.

Plus que jamais, nous devons nous féliciter de la présence de M. Thierry ici, c’est une physionomie qui respire l’énergie méthodique et le sang-froid. Je ne sais pas si on lui rend la tâche très aisée, mais c’est chose en soi fort compliquée que de traiter avec les Espagnols. Il en a fait l’expérience lors du fameux traité de commerce [2] dont il ne semble pas, malgré la loyauté de nos efforts, qu’on ait pu tirer le bénéfice espéré.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Il s’agit probablement du modus vivendi franco-espagnol de 1894, prorogé sine die en 1906.

6 juin 1918

6 juin 1918

 

Un de mes collaborateurs a eu une longue conversation avec Barthou. Ce que dit cet homme politique a toujours son intérêt car…

Spontanément, il a parlé de l’article de dimanche sur le 16 avril. Il est l’expression de la stricte vérité, a-t-il dit, jamais l’offensive n’a été arrêtée par ordre. Je suis bien placé pour le savoir. Ce qui est exact, c’est qu’il était impossible de la poursuivre, soit qu’on n’ait pas tenu compte de certaines circonstances, soit que Nivelle ait été dans l’impossibilité de connaître ces circonstances. On se heurta à des obstacles infranchissables – obstacles ou difficultés. C’est cette dernière hypothèse qui semble vérifiée par les faits, elle expliquerait le jugement du conseil d’enquête. Barthou a ajouté : « J’ai vu Nivelle après l’aventure, il était absolument effondré. »

La surprise de l’Aisne. (Ceci n’est pas du Barthou)

Les responsabilités sont partagées. Duchêne ne croyait pas que les positions de l’Aisne puissent être forcées. Elle se défend toute seule, disait-il. Cependant, sentant son front trop étiré, il demanda quelques jours avant l’offensive des renforts à Pétain. Celui-ci demanda à Foch qui, délibérément, refusa, disant : Qu’il se tire d’affaire avec ce qu’il a, ses positions sont très fortes. C’est qu’à ce moment, Foch constituait avec ses réserves une puissante masse de choc qu’il voulait garder intacte. Aujourd’hui, Foch formerait une puissante armée de couverture pour Paris qui serait confiée à Castelnau avec, comme lieutenants, Fayolle et Mangin. (?).

            Opinions de Barthou sur la séance de mardi.

J’ai fait un intercalaire dans la conversation Barthou sans y prendre garde, je reviens à lui.

Il dit que Clemenceau fut agressif sans raison, imprudent, maladroit. Il a provoqué ses adversaires (sans tenir compte des quelques énergumènes de l’extrême gauche). Il a eu des mots qui ne pouvaient qu’inquiéter ou mécontenter toute la Chambre. Il a très inconsciemment fait une lourde allusion au débat des Communes sur les événements militaires de la Somme et dont Lloyd George (qui a des points de friction avec Clemenceau) pourra être froissé.

Barthou ne peut comprendre pourquoi Clemenceau est descendu de la tribune au début de ses explications, à ce moment il ne se passait rien de violent et de nombreux députés n’ont pas compris. Certains se sont demandés si Clemenceau n’était pas désireux de se faire renverser sur un incident à côté. Clemenceau paraît fatigué. Voyages trop fréquents au front, audiences, auditions par les commissions. Les affaires du ministre de la Guerre restent en suspens. On s’accorde à trouver qu’il devrait être président du Conseil sans portefeuille, mais il ne veut pas en entendre parler. (Ecoute cela)

« J’en ai souvent causé avec Briand, il y était naguère opposé. Je lui en ai parlé récemment et j’ai quelques raisons de croire qu’il est en train de changer d’avis. »

N’es-tu pas frappé par ces conversations des deux B. sur ce sujet dans les circonstances présentes ?

As-tu lu les journaux allemands d’aujourd’hui ? Le ton est très curieux. Les socialistes ne parlent que d’une paix de conciliation. Le gouvernement les laisse dire et leur permet les attaques contre les pangermanistes. Je redoute tout des gens d’ici et de leur tournure d’esprit messianique.… Je ne t’en dis pas plus long, reporte-toi à ma lettre d’hier.

On prête à Clemenceau le projet de se détruire une fois tout perdu, mais on prétend aussi que, dans son cabinet, il a des gens qui ont une frousse intense et ce ne sont pas les plus âgés. Abrami, paraît-il, n’a voulu déposer dans le procès Paix-Séailles que pour être amené à démissionner et, contrairement ce qu’il avait pensé, Clemenceau l’y a autorisé. Un autre aussi, celui de la Quatrième République, serait dans ses petits souliers.

Si Paris est bombardé, me dit-on un peu de tout côté, ce sera le chambardement immédiat de Clemenceau et de son ministère. On ne voudra ni laisser bombarder ni laisser prendre la capitale. Il ne serait plus temps.

On aurait tout de même obtenu au Conseil interallié que les Anglais envoyassent des troupes d’Angleterre, mais veux-tu une idée de l’état d’âme britannique, lis ce passage d’une lettre que je reçois aujourd’hui.

« Le public est ignorant, soit…

Mais la presse, cette presse qui n’a plus ni âme ni cerveau qui lui appartiennent et qui n’est qu’un gramophone qui mout le même disque. Comment se fait-il qu’elle ne corrige pas cette fausse idée populaire ? Au lieu de cela, elle publie (v. Times d’aujourd’hui) de beaux articles sur la résistance française, la valeur des troupes françaises, la gloire de la vraie France, elle est plus fière de jour en jour de ses alliés (français), elle célèbre les prouesses de la défense française. Pas un mot dans tout cet article de l’importance des événements au point de vue britannique ; nulle part le mot « nous ». C’est peut-être une simple bêtise, mais l’effet sur le public anglais qui lit cela est de lui faire croire que l’armée allemande n’intéresse que les Français et Paris. Les Anglais regardent la carte qui figure sur la même page, constatent que Soissons et Château-Thierry sont plus loin d’Amiens et de Calais qu’Armentières, Bapaume ou Péronne, et se disent : « It’ ll be all right[1]. »

Il ne suffit pas de dire à un peuple dépourvu d’imagination que la situation est grave ; il faut mettre les points sur les i. Si la presse était libre, c’est ce qu’elle ferait probablement, mais elle est inspirée, contrôlée et elle ne va pas donner un démenti aux ministres qui déclarent que tout est pour le mieux. N’est-ce pas Bonar Law qui nous disait en plein Parlement le 21 mars : « Rien de ce qui est arrivé ne nous cause dans ce pays aucune inquiétude. »

N’est-ce pas Lloyd George qui disait le 9 avril en plein Parlement que « quand la bataille a commencé, la force combattante de toute l’armée allemande au front occidental n’était qu’approximativement mais pas tout à fait égale au total de la force des Alliés. En importance les Allemands sont légèrement inférieurs ; en artillerie ils sont inférieurs ; en cavalerie ils sont considérablement inférieurs et, ce qui est plus important, ils sont incontestablement inférieurs en aviation. » À Édimbourg, le 24, il a chanté la même antienne et a affirmé qu’à la veille d’une grande attaque, il avait la plus entière confiance dans le résultat…

Il est vrai que samedi le commentaire officiel nous a dit que « les Alliés ont à lutter contre de nombreux désavantages stratégiques et tactiques » et qu’ils sont « inférieurs numériquement à l’ennemi. »

Mais pour une personne qui lit les commentaires, il en est mille qui savent par cœur les déclarations de Bonar Law et de Lloyd George.

À toi.

Et

[1] En anglais : « Ça ira ».

5 juin 1918

5 juin 1918

 

À déjeuner, je trouve l’excellent Chapron [1], préfet de la Marne. Nous causons de tous les événements. Il n’a jamais été lui non plus un illusionniste. J’ai eu naguère avec lui des conversations que j’ai notées et qui étaient bien impressionnantes. Il m’avait notamment prévenu de l’emploi du nouveau gaz [2] dont il considérait la généralisation comme devant être fort grave pour la sécurité de nos lignes. Il a trouvé notre article excellent et cela me fait plaisir car je connais ses relations avec Gouraud et ce dernier est un des rédacteurs du rapport sur l’offensive du 16 avril. Je sais que dans ce rapport on blâme l’intervention parlementaire dans des opérations militaires mais on ne doit pas y louer beaucoup la préparation faite par Nivelle, la seule chose dont nous nous soyions occupés. On fait au contraire courir le bruit que ce rapport donne un quitus complet au généralissime.

À déjeuner, il y a un garçon bien placé pour savoir les choses qui me dit que Clemenceau et Foch se sont encore bien fait rouler par nos alliés anglais. Ceux-ci, sur dix divisions américaines, en auraient réclamé et pris six. Resteraient donc quatre seulement pour nous. Ce même garçon auquel je demandais si les bruits qu’on faisait courir sur une collaboration de Joffre étaient exacts. Le maréchal est complètement laissé de côté, me dit-il, on ne l’a même pas invité à dîner avec les Américains. Personne ne vient le voir et personne ne le consulte. Je crois du reste qu’il n’a aucune tendresse pour Pétain et celui-ci ne doit guère avoir de goût pour son ancien chef.

Scarpatett me raconte qu’il a vu hier un officier belge. La conversation en est venue à l’offensive d’avril. Le Belge demande à Scarpatett ce qu’il en pense. Notre collaborateur dit ce qu’il croit. Vous vous trompez complètement, reprend l’officier. Il avait été entendu au Comité interallié qu’on sacrifierait trois cent mille hommes pour prendre le plateau laonnois. Avec ce sacrifice on l’aurait enlevé, mais la politique a arrêté l’opération à son début. Note cela car tu liras tout à l’heure quelque chose qui se rapproche de cela.

Je suis donc allé chez Gauthier, chef adjoint du cabinet de notre Pichon. Lorsque nous eûmes réglé la petite chose qui m’avait amené chez lui, nous avons causé d’une façon plus générale. Après avoir échangé nos espoirs de voir les choses actuelles s’arrêter et l’ennemi paralysé dans son avance, il me dit :

Du reste, il serait impossible de parler de paix en ce moment, je défie le plus malin (et il y en a qui se croient assez malins pour l’obtenir) de trouver le moyen de faire la paix et non seulement en ce moment mais même si les Allemands arrivaient à Paris ou le bombardaient. Comment régler toutes les questions qui sont en litige, Calais, les colonies, et a-t-on bien pensé à ce que serait notre position vis-à-vis des Américains qu’il faudrait rembarquer ? Les Allemands sembleraient conciliants tout d’abord puis finiraient par nous imposer leurs conditions. Nous n’avons qu’une chose à faire, tenir et tenir trois mois. Dans trois mois nous sommes sauvés. Nos ennemis, à l’heure actuelle, semblent s’être arrêtés sur le point actuel, mais il faut nous attendre dans le plus bref délai à les voir tenter un coup ailleurs. Les quarante-cinq divisions du prince Ruprecht [3] vont se jeter sur un point ou sur un autre. Tout fait penser que ce sera sur Montdidier-Noyon. Le choc sera rude car nous avons peu de réserves en face du million d’hommes amenés de Russie. Il faut tenir comme je l’ai dit, même si Paris est en jeu (ce que sincèrement je ne crois pas, mais il faut tout prévoir). Si la France capitulait, ce serait sa fin dans le monde, son avenir économique ruiné, et je trouve que la conservation des beautés de Paris ne compenserait pas ce désastre. Déjà on a pris des mesures pour évacuer certaines usines. Les gens quittent Paris, ils ont raison, moins il restera de monde, mieux cela vaudra. Du reste, ajoute Gauthier, je m’attends à une offensive de paix. Je ne serais pas étonné que les Allemands, d’ici à peu de temps, nous demandent eux-mêmes à causer. Ils ne nous feront aucune condition puis, lorsque nous nous réunirons devant une table sur laquelle ils poseront leur revolver, ils nous demanderont une ou deux colonies, Briey, Calais, vingt-cinq milliards d’indemnité, etc., etc. Nous ne pouvons nous laisser duper, peut-être en 1916 aurait-on pu faire la paix, mais dans les circonstances actuelles je défie le plus malin de sortir de ce dilemme.

(Je me suis demandé si déjà on avait eu vent de quelque tentative allemande à ce sujet…)

Lorsque Gauthier me parlait du million d’hommes en plus du côté allemand, il me dit : En 1917 les rôles étaient renversés, c’est nous qui avions cette supériorité d’effectifs. Il me semble que si, à ce moment-là, on avait fait ce que les ennemis viennent de faire et si nous les avions attaqués, c’est nous qui aurions eu la victoire.

Voilà la conversation que j’eus avec Gauthier tantôt. Je te l’ai sommairement racontée. Tu en tires les conclusions que tu voudras.

Le discours de Clemenceau d’hier a produit mauvaise impression. Il a amené les gens aux établissements de crédit où ils ont appris qu’on ne pouvait déposer ni retirer des titres, ceux-ci étant transportés en province.

À toi.

Et

 

J’ajoute un mot : On vient de me dire que peut-être les six divisions américaines remplaceront des divisions anglaises envoyées chez nous.

[1] André Chapron (1865-1922). Préfet de la Marne depuis le 24 juillet 1907.

[2] Ce nouveau gaz est l’ypérite.

[3] Prince Ruprecht de Bavière (1869-1955). Héritier du royaume de Bavière. Commandant de la 6e armée allemande en 1914 puis d’un groupe d’armées en 1916.

4 juin 1918

4 juin 1918

 

Je t’ai raconté que, me rendant chez Laurent au déjeuner offert en l’honneur d’Otto Kahn par les hommes de Radio, j’ai rencontré plusieurs partisans ardents de la campagne à laquelle notre article a fait allusion : Lautier et Henry Bérenger sur la porte. Ils ont lu l’article. L’un, Lautier, n’entre pas dans les considérations militaires mais s’élève contre la déclaration de Painlevé : Il n’y aura plus d’offensive, déclaration soufflée par Pétain qui a mis les Allemands à l’aise et dont il peut nous être demandé compte par les Russes. Peut-être cette déclaration est-elle la cause de la défection. L’argument est nouveau. Chez Bérenger, l’offensive était si bien réussie que les Allemands devaient se retirer sur la Meuse. Pétain n’a rien voulu faire depuis (?). C’est un général peu sûr car il a toujours été en opposition avec tous les généralissimes. Bérenger me dit d’en croire, sur l’offensive, le rapporteur de la question au Sénat.

Au déjeuner, Polybe me reprend le même thème et voudrait me montrer le dossier. Je croise également Loucheur qui venait déjeuner. Il dit bonjour et on échange quelques mots. Lautier me semble lui dire qu’il a paru quelque filet sur lui dans un journal quelconque.

– C’est une règle que je me suis imposée, reprend le ministre, je ne lis jamais un potin de Paris.

La composition du déjeuner était assez curieuse. Barthou, Lescouvé [1], Austin Lee [2], Bliss, Quiñones de León [3], Lara [4] du Gaulois, Polignac, commandant Lyon[5] (maison Pleyel), Grau, Reinach, Galmot [6], Cerf, etc.

Les honneurs étaient faits par les Radios : Gabion, Sabatier, Astruc.

J’étais à côté de Quiñones de León qui m’a dit du bien de Thierry et d’un M. Galmot qui m’a semblé être un commanditaire de l’agence. C’est un homme grand et solide, colon à la Guyane, intelligent, mais qui ne m’a pas paru très au courant des choses parisiennes. Natif du Périgord, y possédant une magnifique terre, la terre de Montfort, il a navigué toute sa vie et, à ce titre, m’a intéressé. Il aime beaucoup la Guyane qu’il n’a pu revoir depuis la guerre et cela lui manque. Il est là-bas concessionnaire de toute la main-d’œuvre pénitentiaire. Il a comme comptable Duez [7], le liquidateur des congrégations. Il me dit que c’est un homme jovial qui a fini par prendre la chose du bon côté et qui cause toujours d’une façon intéressante.

Quelques points de la conversation sont à signaler. On s’est fait une idée terrible de l’île du Diable. C’est l’erreur la plus complète. Cette île est à peu près Saint-Honorat ou Sainte-Marguerite. Le climat y est tellement sain que c’est là qu’on envoie les malades.

[8] ne fut soumis à la double boucle que pendant trois jours. Pour tout le personnel de l’île du Diable, il était coupable et bien coupable. Galmot ajoute que ces gens-là sont assez connaisseurs. Ainsi ils avaient toujours considéré Brière comme innocent. Il existerait au gouvernement de la colonie un dossier auquel il s’étonne qu’on ne se soit jamais référé. Ce sont les câbles de Dreyfus avec sa famille. Extrêmement regardant, le prisonnier qui savait très bien s’il devait payer un franc dix au lieu d’un franc quinze une fourniture quelconque et vérifiait le prix de la bouteille de vin de champagne qu’il consommait, qui ne dépensait que deux cent cinquante francs par mois, envoyait tout à coup des câbles de mille huit cents mots à huit francs le mot dans lesquels il n’y avait que les choses les plus banales mais dont les mêmes idées étaient dans des brouillons différents exprimées avec des mots changés de place. M. Galmot en tire la conséquence qu’il devait avoir une grille, il prétend même que le gouvernement de la colonie la connaîtrait. Le célèbre Dubarry aurait voulu s’emparer de ce dossier mais le nouveau gouverneur, Rodier, très ferme, sut s’y opposer.

À la fin du repas, comme il était entendu qu’il n’y aurait pas de discours, Barthou en fit un à Otto Kahn à voix basse puis, à voix haute, déclara plusieurs fois qu’il n’y aurait pas de discours sans cela il eut dit à voix haute ce qu’il avait dit à voix basse tellement et si bien qu’il finit par faire un petit speech auquel Otto Kahn répondit ma foi fort bien. La petite difficulté qu’il avait à trouver ses mots ajoutait encore à la saveur du toast.

Ton vieil

Et

 

La séance de la Chambre [9] a été, paraît-il, très confuse et n’a pas laissé une bien fameuse impression chez ceux qui y ont assisté.

 

 

[1] Théodore Lescouvé (1864-1940). Avocat. Magistrat. Procureur général à Paris (1917).

[2] Henry Austin Lee (1847-1918). Anglais. Diplomate.

[3] José Quiñones de León (1858-1937). Espagnol. Diplomate. Attaché à l’ambassade d’Espagne à Paris. Correspondant du Temps à Madrid. Ami intime du roi Alphonse XIII d’Espagne.

[4] René Lara dit René d’Aral. Journaliste. Chroniqueur de politique étrangère du Gaulois depuis 1905.

[5] Gustave Lyon (1857-1936). Polytechnicien. Il succède à son beau-père à la tête de la maison de pianos Pleyel qu’il modernise. Il conçoit la salle Pleyel (1925-1927). Pendant la guerre, il conçoit des instruments pour le repérage des avions.

[6] Jean Galmot (1879-1928). Écrivain. Industriel qui fonde des comptoirs aux Antilles, aux Indes, au Sénégal en important des bois exotiques. Il accroît ses activités pendant la guerre et travaille pour le ravitaillement de l’armée. Il est accusé d’escroquerie pour avoir fait des bénéfices sur les fournitures de l’armée qui se termine par un non-lieu.

[7] Emmanuel Duez (1858-19). Liquidateur judiciaire, il est chargé de la liquidation des biens des congrégations religieuses. Il est arrêté en avril 1910 pour avoir détourné plus de six millions de francs provenant des biens religieux. Il est condamné à douze ans de travaux forcés.

[8] Alfred Dreyfus (1859-1935). Officier accusé et condamné à tort pour espionnage au profit de l’Allemagne (1894), gracié (1899) et réhabilité (1906) après une campagne de révision (1897-1899).

[9] La séance de la Chambre est agitée. Répondant à la demande de sanctions contre les « généraux responsables » de la surprise du Chemin des Dames, Clemenceau prend la défense du commandement français et obtient une majorité de 337 voix contre 110.

3 juin 1918

3 juin 1918

 

Je t’ai raconté les conversations du Suez où l’article d’hier avait produit une certaine sensation. Je t’ai également dit les pointes lancées contre le général Pétain. Comme c’est étrange. Comme je te l’avais annoncé, je devais passer dans la soirée chez Xavier Charmes. Je l’ai trouvé assez fatigué et couché. Après les quelques paroles du début, un petit récit de l’Assemblée à laquelle il n’avait pu assister, il me demande : « Pourquoi diable Le Journal des Débats tient-il à raconter une foule de choses complètement inexactes et qui, dans l’avenir, lui feront du tort ? Ce n’est pas Bidou dont les appréciations sont toujours si parfaitement justes. » Il ne se doute pas que Bidou est prêt à marcher dans le même sens et marchera au premier signe. Puis il rentre de nouveau dans les explications que tu connais. Il me cite ses sources qui sont terriblement pauvres et parmi elles figurent certaines appréciations de Joffre ! Heureusement, cette conversation s’est terminée assez vite car Paul Cambon a été introduit et la conversation a changé. L’ambassadeur nous dit qu’il partira demain matin car il espère que le Conseil interallié finira ce soir. Clemenceau doit recevoir demain dans la matinée les socialistes, et, dans la journée, il se présentera à la Chambre où il croit être vivement attaqué.

D’autre part, mon collaborateur Combe a causé avec le Tigre en personne et lui a demandé ce qu’il comptait dire aux socialistes : Je leur dirai tout, a-t-il répondu, et ce n’est pas décourageant !

Après quelques instants, je vis que je devais gêner mes deux messieurs [1] et je les laissai en tête-à-tête.

Entre temps, j’avais eu une longue conversation avec Gauvain qui était venu me voir. Il désirait évidemment me préciser sa pensée qu’il m’avait indiquée par téléphone il y a deux ou trois jours. Il me répète qu’on n’est plus en 1914 et que le gouvernement ne peut plus de lui-même évacuer Paris en renvoyant la Chambre. Il sait que certaines gens et certains chefs militaires voudraient arriver à ce résultat et se débarrasser du Parlement. Il me demande de ne plus laisser dire que c’est la Chambre qui a tout gâché. C’est là un thème facile pour expliquer les fautes. La Chambre sera notre sauvegarde à tous. Le gouvernement filant et la Chambre dispersée, c’est la révolution, le soviet qui s’installe à Paris. Il ne faut pas se bercer une minute de l’idée qu’on resterait sans un gouvernement. Celui-ci s’installerait et c’est alors que nous verrions les choses les plus graves. Gauvain a tout à fait raison. Il a raison aussi lorsqu’il s’élève contre les présidents du Conseil qui n’ont pas gouverné et qui ont laissé carte blanche au pouvoir militaire. Viviani et Briand ont été manœuvrés par Joffre, Painlevé l’a été par Nivelle, et Clemenceau, dans le fond, a accepté toutes les idées de Foch.

Trop de gens se figurent, et les militaires surtout, qu’une dictature arrangerait tout. Ce serait la fin. Comme moi, Gauvain pense que la prise de Paris amènerait fatalement la cessation de la guerre, et non seulement la capitulation de Paris aurait ce résultat, mais le simple bombardement avec cependant cette différence, qu’avec le bombardement on serait à même de négocier.

Pour lui, il faudrait travailler à fortifier Paris et à en empêcher l’approche, non pas faire de petits travaux ridicules mais les plus formidables que l’on pourrait. Pense-t-on à le faire ? Hélas, je n’oserais l’affirmer avec les exemples d’imprévoyance qui nous sont servis chaque jour.

Ma mémoire m’a rendu ce qui m’avait échappé dans mon entretien avec le commandant. Je lui disais que je ne pouvais être juge de l’adoption du plan Foch destiné à empêcher un Sedan anglais. Pour éviter le Sedan anglais, m’a t-il répondu, on en a préparé trois. C’est bien l’idée qu’avait le neveu de la démolition de la stratégie générale.

À toi.

Et

[1] Xavier Charmes et Paul Cambon sont amis de longue date, membres de la Famille, petite société secrète républicaine fondée à la fin des années 1870.

2 juin 1918

2 juin 1918

 

Je ne t’ai pas terminé mes conversations d’hier. J’ai vu par elles qu’il circule dans un certain nombre de milieux des idées sur la fin de la guerre. On dit que Briand a des propositions de paix dans sa poche. D’après ce qu’on m’en dit, on me paraît tout confondre, et les propositions Lancken et celles qui auraient été faites par Erzberger.

Quoi qu’il en soit, j’ai su d’autre part que Briand se remuait beaucoup et qu’il cause à force avec tout le monde. Il aurait peut-être refusé le Quai d’Orsay pour prendre la présidence du Conseil.

J’ai eu ce matin une longue conversation avec Gauvain. Il m’explique le but de son article, je ne trouve pas que cela se dégage très bien. Si j’ai bien compris, il voulait démolir certaines personnalités qui cherchent à faire filer en province Chambre et gouvernement. L’opinion de Gauvain est que nous ne sommes plus en 1914 et que nous ne pouvons appliquer la méthode de la fuite à Bordeaux. Si nous nous prêtions à la dissolution de la Chambre ou plutôt à sa suppression, ce serait une des choses les plus dangereuses. Il faut garder notre Parlement.

Gauvain veut-il dire que la possession de Paris mettrait fin à la guerre et que Paris pris ou bombardé la paix s’imposerait ? Il ne s’explique pas nettement sur ce point, le téléphone le gênait sans doute pour parler. Ce qui ressort cependant très clairement, c’est qu’en 1914 nous n’avions encore que quelques semaines de guerre. Il y en a quatre ans maintenant, il est impossible de reprendre les mêmes errements. Le bruit s’était si bien répandu de possibilité de l’évacuation des pouvoirs publics qu’un rédacteur envoyé par le Daily Mail est venu ce matin nous demander s’il en avait été question au Conseil de guerre hier [1]. J’ai su cependant que Poincaré serait hostile au départ ainsi que Clemenceau. Au cas où le départ serait envisagé, je puis te dire confidentiellement que ce ne serait plus Bordeaux qui serait choisi, mais Rennes. Néanmoins, la volonté des deux présidents ne pourrait s’opposer à celle des Chambres.

Je viens d’avoir la visite du conseiller de préfecture de Château-Thierry. C’est mon correcteur. Il était nommé depuis quelques jours seulement [2]. Il est arrivé pour assister à la débâcle. Il est en ce moment occupé aux évacuations. Il me donne les détails les plus navrants sur la surprise. Ce sont eux qui ont appris l’avance allemande au général Duchêne [3]. Personne ne l’avait prévenu. À Bazoches, les habitants ont été cueillis à l’heure du repas, chez eux. Les Allemands sont entrés dans les maisons en criant : les mains en l’air ! avant que ces malheureux aient même eu le temps de se lever de table.

À Château-Thierry, on a fait sauter les dépôts contenant soixante mille obus, un million de grenades, quatre-vingt mille litres d’essence, etc., et comme cela tout le long du chemin. Quelle affreuse chose !

L’article de ce soir va, je pense, être une rude pierre dans la mare aux grenouilles. Ce qui m’ennuie, c’est qu’il va heurter quelques amis du premier degré qui se sont embarqués dans cette galère, mais l’intérêt général passe avant tout cela et il faut tâcher de couper court à cette campagne. Je suis bien sûr que tu m’approuveras et j’espère que nos amis comprendront à quel sentiment j’obéis.

Il y avait une chose encore que je désirais te dire mais ma mémoire ne peut arriver à la retrouver. Peut-être cela me reviendra-t-il [4].

À toi.

Et

[1] La sixième session du Conseil supérieur de guerre a lieu à Versailles.

[2] Édouard Lacroix, chef correcteur du Journal des Débats, est nommé le 9 mai 1918 conseiller de préfecture de l’Aisne, à Château-Thierry, par intérim. Il démissionne le 1er mars 1919.

[3] Denis Auguste Duchêne (1862-1950). Général, il commande la 6e armée française.

[4] Cf. lettre du 3 juin 1918, dernier alinéa.

1er juin 1918

1er juin 1918

 

J’espère que le neveu, à qui j’avais recommandé de te téléphoner, t’a donné les nouvelles un peu plus réconfortantes qu’il m’avait portées à moi-même. Ce n’est évidemment pas encore ce que nous souhaiterions, mais enfin, dans l’état où nous étions, c’est meilleur.

Dans la soirée, j’ai vu ce commandant [1] dont je t’avais parlé déjà. Il est dans un bel état d’indignation contre ces généraux qui n’ont pour toute sanction de leur incapacité qu’un limogeage, dit-il, avec décorations, traitement, ordonnances, etc., alors qu’un pauvre diable est fusillé pour si peu de chose. Il me raconte la peine qu’ils ont eue, lui et ses hommes, à refaire certains ponts de l’Aisne que les Allemands ont passés en automobile et la canne à la main. La surprise aurait été telle qu’à Fismes l’état-major qui se trouvait là était attablé avec la famille chez qui il logeait lorsque les Allemands sont arrivés et il eut juste dix minutes pour filer. Ceci fut raconté au commandant aujourd’hui-même par les évacués qui étaient les hôtes eux-mêmes. Dans un autre endroit, deux généraux anglais furent enlevés alors qu’ils se faisaient visite ! Nulle part les Allemands n’ont trouvé ni un homme, ni une mitrailleuse, ni un canon ; ils ont passé en se promenant. Et, s’écrie mon commandant, on va sacrifier deux cent mille bons Français pour réparer les bêtises de ces messieurs. Tu vois à quel point cet homme est monté. Depuis quatre ans qu’il les voit, ajoute-t-il, il a pu se rendre compte de leur nullité et aussi, chez beaucoup, de leur j.m.f.isme. Il me cite des cas de leur justice terrible : Un jour, me dit-il, nous recevons pour la première fois des jets de pétrole enflammé. La première fois, on comprend un moment de faiblesse. Nous avons reculé de quelques centaines de mètres. Dans cette reculade, un de nos camarades s’aperçoit qu’il a laissé sur place sa lorgnette, une lorgnette de huit cents francs. Il déclare qu’il va retourner la chercher. Pour ne pas le laisser aller seul et ne pas être en reste de courage, on l’accompagne et on retourne. Mais le brave garçon qui était au poste d’écoute et qui avait fui lui aussi n’est pas reparti. Il fut condamné à être fusillé. On l’exécuta le lendemain matin. Il déboutonna sa tunique, refusa de se laisser bander les yeux et dit au peloton : J’ai eu peur du pétrole mais je n’ai pas peur des balles, tirez donc ! Les hommes le manquèrent presque et ce fut le gendarme qui lui donna le coup de grâce. Dans une autre exécution de ce genre, le peloton tira en l’air et le gendarme tua lui-même le condamné. Et alors, s’écrie ce commandant, on ne fera rien à ceux qui sont la cause de la mort de milliers et de milliers de poilus.

Tu vois qu’il y a de terribles mécontentements qui couvent et l’on ne semble guère s’en douter. Je veux bien que cet officier supérieur était déjà un peu un révolté avant la guerre, mais il y eut une conduite admirable et la guerre eût pu, justement, adoucir ses sentiments par la confiance acquise dans les chefs. C’est le contraire qui s’est produit.

Il semble incriminer Foch avec violence et me cite ce qui s’est passé au conseil des Alliés lorsqu’il s’est agi d’aller défendre l’armée anglaise. Pétain aurait fait des objections en faisant remarquer qu’on découvrait Paris et qu’une attaque pourrait très facilement s’ouvrir la route sur la capitale.

– Jamais ils n’attaqueront Paris, répondit Foch.

Pétain souleva son képi et se retira. Voilà les conséquences.

[1] Non identifié.