Archives mensuelles : février 2018

16 février 1918

16 février 1918

 

Ma lettre d’hier n’étant pas encore partie, je profite d’un quart d’heure de répit pour glisser celle-ci.

On ne parlait dans la soirée à la Chambre que de la prochaine offensive. Voici ce qu’on y disait. Les Allemands attaqueront dans une dizaine ou une quinzaine de jours avec les moyens les plus puissants. On fera tout donner depuis les avions, les tanks jusqu’au nouveau canon de tranchée économisant le transport du gros matériel et permettant de jeter sur les tranchées ennemies des projectiles aussi puissants que ceux des gros canons mais à une distance de quelques centaines de mètres. (Ce sont les parlementaires qui parlent). À ce canon nous répondrions par le canon Archer [1] dont l’emploi aurait été imposé à Pétain par le Comité de Versailles, et directement par Clemenceau. Au milieu de ces conversations qui toutes roulaient sur l’attaque prochaine, Briand prétendait au contraire que l’offensive n’aurait pas lieu. Les informés répondaient que non seulement elle aurait lieu mais ils en déterminaient le point. Ce serait sur l’armée anglaise du côté d’Arras, avec peut-être des tentatives de fixation sur des villes comme Reims et Nancy, mais la véritable opération serait là. Nous aurions même massé des forces importantes derrière les lignes anglaises pour le cas où celles-ci viendraient à fléchir.

Voilà pour la Chambre, passons au Sénat. On y a entendu hier Clemenceau, Pichon et Klotz. Ce dernier était venu s’expliquer sur les fonds russes. Il a démontré que le gouvernement faisait ce qu’il pouvait, prenait telle ou telle mesure, telle ou telle garantie, somme toute rien de précis. Clemenceau a parlé de je ne sais quoi, mais il a eu beaucoup de succès. En revanche, et c’est le point le plus sombre, Pichon a laissé le Sénat sous une impression lamentable non pas à cause de sa propre conduite, mais sur sa peinture des rapports des Alliés entre eux. C’est l’incohérence, chacun tire à hue et à dia. Les Anglais ne veulent faire qu’à leur tête et les Américains de même. Somme toute, il a jeté les sénateurs dans un noir pessimisme.

À propos de la visite que j’ai reçue l’autre jour, j’ai eu ce matin quelques éclaircissements par Bidou sur les sentiments qui avaient décidé cette démarche. Bien plus en confiance naturellement avec le colonel qu’avec moi, il lui a fait part de ses inquiétudes réelles et immédiates à la suite de ce qu’il venait de voir et de constater dans son pays. Il est loin de redouter une fin générale, mais sa crainte de voir arriver une fin particulière… Je te donnerai verbalement toutes les explications sur ce qui lui paraît être un péril imminent, et, pour le conjurer, il risque sa peau.

À toi.

Et

[1] Le chasseur de chars Archer est un chasseur de chars britannique dont l’armement principal est un canon.

15 février 1918

15 février 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Il est étrange de voir comment, à Paris, les bruits se propagent du haut en bas de la société. Hier matin, je trouve ici le monde de l’office assez anxieux, c’était une femme, qui nous porte chaque matin un lait spécial venant de je ne sais quel faubourg lointain, qui avait colporté les pires pronostics. S’étonnant que nous ne partions pas alors que ce jour-là huit de ses clients d’Auteuil avaient filé, – Pourquoi ? pour les avions ? – Pas seulement pour les Gothas, mais aussi parce que toute l’armée allemande de Russie est là et qu’ils vont attaquer. Ils perceront et il y aura la révolution. Voilà pour chez moi. Chez Bockairy c’est la même chose, mais c’est le barbier qui fut l’écho. Vauvineux, alors, me téléphone et demande à venir me parler. Il vient en effet à 5 h. Nous causons de tout mais il tient surtout à me demander des renseignements pour rassurer sa femme à qui les dames ont parlé de la grande inquiétude du ministère de la Guerre qui redoute la percée allemande. Je lui dis de rassurer son épouse. Jusqu’ici, personne n’est affolé et surtout il n’a jamais été question de partir pour Bordeaux, comme on l’avait soufflé à Mme de Vauvineux [1].

Je crains que le gouvernement n’ait trop bien réussi en voulant préparer les esprits à une reculade ou à la perte de quelque ville du front. Le populaire a tout de suite vu que l’on s’attendait à une percée. La vérité c’est que l’offensive tarde, et Vauvineux me disait avoir causé avec Guy de Lubersac [2] qui est aviateur et qui lui a dit que ses observations en aéroplane ne lui faisaient guère croire à une offensive allemande. Il est vrai que Lubersac a fait une chute assez grave et que ses dernières observations remontent à la fin de janvier. Néanmoins, à cette date-là, déjà, on parlait des grosses concentrations allemandes.

Bidou, à qui j’ai téléphoné avant le dîner, me dit aussi qu’on est un peu sceptique sur l’offensive, qu’on en recule toujours la date et que les Allemands semblent hésiter à la faire. On leur prêterait même l’intention de causer avant de l’entamer et que le mouvement ne se déclencherait sans doute qu’au 1er mars.

Malgré tout, je te signale un communiqué allemand d’aujourd’hui qui annonce la canonnade toujours de plus en plus intense en Champagne.

Je sais depuis dimanche, mais je crois bien avoir omis de t’en parler, le retour du général Fayolle. On n’en connaît pas très bien les raisons. Est-ce tout simplement parce qu’il n’avait, en Italie, guère sa raison d’être ou le sent-on nécessaire en cas de la poussée allemande, sans doute les deux motifs sont-ils les bons.

Je pense que tu as su que le général Wilson quitte le Comité de Versailles, c’est la suite des incidents de Londres. Je ne crois pas que ce soit une grande perte. Je t’avais, dans quelqu’une de mes notes précédentes, parlé de cet homme qui a joué un rôle assez bizarre alors qu’il était à notre Grand Quartier au moment des affaires Nivelle. Il jetait le discrédit sur Pétain tant qu’il pouvait.

À toi.

Et

[1] Mme Charles de Vauvineux. Née Régeat, veuve de M. Villiers.

[2] Guy de Lubersac (1878-1932). Aviateur. Capitaine d’infanterie territoriale et d’aviation.

13-14 février 1918

13-14 février 1918

 

Je ne t’ai pas fait de pensum hier, mon cher Pierre, et je n’ai pas encore grand-chose à te raconter aujourd’hui. J’ai reçu ce matin la visite de Robert David [1], l’ancien député de la Gironde, qui part avec Jonnart dont il est depuis longtemps un fidèle mameluk et qui a fait Salonique et, plus récemment, la Grèce avec son patron. Je ne te cite sa visite que pour le nouveau témoignage des inquiétudes actuelles tant au point de vue ravitaillement qu’au point de vue agitation ouvrière. Comme David, partant aujourd’hui même, a dû, par ses fonctions, voir à peu près tous les ministres et envisager les problèmes posés, ce témoignage-là a tout de même une certaine valeur. Boret [2] lui a dit se demander s’il n’allait pas manquer de pain et, d’autre part, on lui a représenté l’état d’esprit dans la Loire comme détestable. Au point de vue algérien, la besogne qu’on va entreprendre n’apparaît pas comme très aisée. L’état de l’Algérie est loin d’être bon. Le manque de charbon est la cause de difficultés inouïes, et l’intensification de la guerre sous-marine ne contribue pas à les aplanir. Il faut ajouter aux problèmes économiques toutes les conséquences d’un lâchage presque complet dans le personnel et l’effervescence indigène mécontente des prélèvements opérés sans ménagement et que l’on veut augmenter encore. Voici du reste un post-scriptum ajouté à une lettre que m’écrivait d’Alger une jeune personne en balade :

« Toutes les nouvelles que je vous ai données, si elles sont vraiment des nouvelles, datent d’une semaine. Nos courriers, faute de charbon, arrivent tous les dix jours. La métropole nous a soufflé le charbon que l’Angleterre nous destinait et que Bordeaux a lâchement détourné de sa légitime orientation. On nous a coupé le gaz, et l’électricité va suivre ce déplorable mouvement. Les bougies ne sont pas nombreuses, le pétrole n’existe point depuis quelques mois et nous nous rabattons sur les veilleuses. Vraiment, c’est tout ce qui nous reste. »

Tu vois que c’est gai, la vie en Algérie.

Pendant que David me retenait, j’ai manqué la visite de Léon Bérard et je l’ai beaucoup regretté car il vous raconte avec beaucoup d’esprit une foule d’histoires du Parlement. Je suis rentré dans la salle de rédaction au moment où il s’en allait.

J’ai là une lettre du commandant Montal [3] qui est à New York et qui écrit une foule de choses très intéressantes sur l’Amérique. Il montre notamment ces yankees que nous croyons si pratiques, si décidés dans leurs déterminations, en proie somme toute au même mal administratif que nous-mêmes, pire encore. Je crois bien que je ferai arranger ce passage de façon à montrer au public ce qui en est sans y faire de critique.

Ce qu’il y a de comique dans la correspondance de Montal, c’est la façon dont ils ont envisagé la guerre, les prodigieuses illusions qu’ils se sont faites. Tu vas en juger :

« En juillet dernier, le jour même où je débarquais à New York, un Américain distingué et instruit qui m’avait invité à dîner me disait le plus sérieusement du monde qu’il estimait impossible de faire accepter aux Américains la guerre de tranchées, qu’ils escaladeraient les parapets et enlèveraient d’emblée les positions ennemies sans s’embarrasser des formalités compliquées de l’offensive moderne. Ce que j’ai pris à ce moment-là pour une boutade isolée n’était que la manifestation spontanée d’un état d’esprit assez communément répandu. Il s’est révélé curieusement au moment de l’offensive anglaise à Cambrai… »

Voici ce qu’écrit à ce sujet le Washington Post dans son numéro du 11 novembre. « Le virtuel point mort où en sont les choses sur toute l’étendue de la ligne depuis les Flandres jusqu’en Lorraine implique la croyance, parmi les grands chefs anglais et français, que les tranchées allemandes ne peuvent être forcées par une attaque de front. L’opinion prévaut parmi eux qu’on ne peut enlever des tranchées sans un feu de barrage. De même, on a exagéré la puissance défensive des réseaux de fils de fer. Il en est résulté qu’on a rendu le soldat timide et trop précautionneux. Les esprits militaires américains ne sont pas du même avis. Quand les troupes américaines iront au combat, ce sera dans l’American Way, comme Pickett [4] à Gettysburg [5], et avec les méthodes de la guerre civile. Ce sera l’heure de Pershing, cela coûtera des milliers de vies mais cela gagnera la guerre. Je me suis enquis comme de juste des méthodes de Pickett à Gettysburg et j’ai découvert qu’il s’agissait d’une charge de cavalerie. »

Voici l’histoire que nous conte Montal, ce n’est pas mal. On s’explique le désenchantement de Pershing et de son état-major. Ah ! ce n’est plus l’American Way, mais l’Ultra Prudence Way.

Sais-tu qui, aujourd’hui, à la sortie de l’Académie[6], eut le plus de succès dans la foule ? Ni Poincaré, ni Ribot, ni Deschanel, mais Rostand qui fut l’objet d’une véritable ovation.

À toi.

Et

[1] Robert David (1873-1958). Homme politique. Député gauche républicaine démocratique de la Dordogne (1910-1914).

[2] Victor Boret (1872-1952). Ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement (16 novembre 1917-20 juillet 1919). Il organise le ravitaillement de l’armée et de la population, s’occupe du rationnement et de l’adaptation de la production agricole à l’économie de guerre.

[3] Non identifié.

[4] George Pickett (1825-1875). Américain. Général sudiste.

[5] La charge de George Pickett lors de la bataille de Gettysburg est une meurtrière charge de cavalerie qui a lieu le 3 juillet 1863 durant la guerre de Sécession. Sur les 12.000 hommes du bataillon sudiste de Pickett, 10.000 tombent lors de cette charge. Cette bataille constitue un tournant décisif du conflit.

[6] Le maréchal Joffre est élu à l’Académie française le 14 février 1918.

12 février 1918

12 février 1918

(Strictement confidentielle)

Mon cher Pierre,

 

L’homme que tu as vu chez moi [1] est venu me dire les choses les plus intéressantes mais aussi les plus graves, non pas au point de vue militaire mais au point de vue de la situation politique anglaise [2]. Il revient de Londres [3] et a tenu à me mettre au courant de ce qu’il a observé. Ce qui donne du poids à ces confidences, c’est que, complètement indépendant, il n’attend rien de personne pour l’après-guerre et juge en pleine liberté d’esprit.

Je n’ai jamais manqué de te faire part des correspondances que j’ai reçues d’Angleterre. Je crois t’avoir montré depuis longtemps les progrès du Labour Party, sa mainmise complète sur le gouvernement, et je crois que tout ce que je t’ai écrit là-dessus est au-dessous de la vérité.

Il y a en Angleterre, m’a-t-il dit, quatre groupes d’influences. 1° Les travaillistes, 2° Les capitalistes, 3° Le gouvernement, 4° Les femmes.

Les travaillistes deviennent de plus en plus pacifistes et non pas pacifistes dans un délai plus ou moins lointain, mais pacifistes immédiats.

Les capitalistes, et il entend par ce mot les brasseurs d’affaires, un peu flou, un peu internationalistes, beaucoup juifs, deviennent petit à petit pro-Boches, non pas pro-Boches par amitié mais par esprit de commerce, en tout cas pacifistes.

Le gouvernement n’a que très peu d’influence. Lloyd George, contrairement à ce qu’on croit, n’est pas un conducteur d’opinion, il la suit plutôt. Il a un étonnant flair pour découvrir les courants et il se met avec eux. Il cédera donc toujours devant les influences des deux premiers groupes.

Les femmes, c’est tout naturel.

Or les capitalistes, en sous-main, favorisent les courants travaillistes qui servent leurs fins. À tort ou à raison, ils considèrent la France comme une nation finie, d’abord par le manque d’hommes et puis le manque d’esprit commercial. La paix faite, il faudra reprendre les affaires, ce ne sera pas avec la France qu’on le pourra mais bien avec les nations résolument progressistes c’est-à-dire Allemagne et États-Unis. La France devant rester de plus en plus la patrie des belles-lettres, des arts, des grandes idées.

Il y a là, me dit mon interlocuteur, un danger terrible pour l’avenir. Il faut y parer, et sans perdre de temps. Il serait nécessaire que l’on envoie quelqu’un à Londres de très considérable qui montre la France au travail, qui fasse espérer l’amélioration des ports de nos côtes, les intentions énergiques de notre pays de créer ou de développer la vie industrielle et commerciale. On a envoyé M. Tardieu aux États-Unis, qu’on expédie en Angleterre quelqu’un comme cela.

Il faudrait d’abord, dans une campagne de cette nature, s’assurer l’appui de la presse. Northcliffe [4] et tous ses journaux feraient peut-être cette besogne. Northcliffe aime beaucoup la France, il a visité les champs de bataille et il a une grande admiration pour l’armée française. Il serait nécessaire que vous le vissiez d’ici à très peu de temps. Informez-vous s’il doit venir à Paris d’ici à une quinzaine, sinon allez le voir à Londres. Surtout ne dites pas un mot de celui qui vous en a parlé, cela perdrait tout. Mais je vois que vous êtes assez documenté pour que cela vienne de vous. Il serait malheureux que tant de sang versé, tant de sacrifices consentis en commun aboutissent à ce qu’un resserrement se fasse entre nous et nos ennemis. En France, vous avez la haine du Boche, en Angleterre, on ne l’a pas encore complètement. Et puis, songez que chez vous, quand l’arrière ne va pas, c’est l’avant qui le renforce et vice versa. Chez nous, ce n’est pas cela, nos armées sont sur le continent et il y a une petite île séparée par un bras de mer et qui est cependant une grosse base militaire.

Tout cela changera peut-être quand notre armée reviendra car nos hommes auront souffert de l’Allemand, c’est possible, mais, pour le moment, je vous signale ce que je viens de constater.

Il est nécessaire que la France et l’Angleterre restent unies, c’est comme cela qu’elles pourront obtenir une paix meilleure.

Et la paix, lui ai-je demandé, la croyez-vous proche ? Oui, m’a-t-il répondu, non pas militairement, car militairement elle serait très éloignée, mais à cause de toutes les contingences. On a partout assez de cette effroyable chose. Et les milieux dont je vous parlais sont persuadés que sur le front occidental la victoire est impossible. Nous pouvons perdre des hommes, nous pouvons tuer du Boche, mais à l’arrière on est convaincu que le front est d’airain et que la guerre pourrait durer éternellement. L’armée anglaise est au contraire en excellent état d’esprit et parfaitement décidée à continuer la lutte.

Je t’ai griffonné en hâte ce papier. Je voudrais beaucoup causer avec toi si tu as une minute à me donner. Tout ce que m’a dit notre ami, et tu dois l’entendre comme moi, est dicté par une sincère sympathie pour la France.

Ton vieil

Et

 

Je ne te parle ni de Bucher, ni de Sergent, le sous-secrétaire d’État des Finances avec qui j’ai dîné hier en tout petit comité, nous étions quatre.

[1] Non identifié.

[2] Lord Beaverbrook (1879-1649) succède à sir Edward Carson au ministère de la Propagande.

[3] Session du Congrès économique interallié à Londres.

[4] Lord Northcliffe est directeur du Times.

11 février 1918

11 février 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Au sujet de ce que tu m’as dit, j’ai jeté un ou deux coups de sonde dans des cabinets de ministre, je n’ai rien trouvé. Je sais que vendredi et samedi, il y a eu dans la région dont tu m’as parlé des engagements très violents [1], c’est peut-être à ceux-ci qu’il a été fait allusion, mais pas encore d’action représentant le commencement d’une offensive de grand style. Ou alors ce serait de ce matin et personne ici ne le saurait encore, ce qui est possible.

Tu as vu le vote du Congrès socialiste de la Seine. Il est lamentablement probant. La propagande pacifiste fait des progrès de jour en jour plus grands, quand on dit propagande, est-ce bien le mot qu’il faut employer ? Il ne me semble pas que l’on puisse attendre, avec la confiance que nous constatons chez tant de gens, l’année 1919 pour être en pleine force et marcher à la victoire. Je crains qu’il ne se passe beaucoup d’événements d’ici là. Il me semble que, même dans notre maison, on se trompe lourdement en prenant pour un affaiblissement du socialisme le discrédit dans lequel les élus du Palais-Bourbon semblent tomber. En dessous d’eux, la campagne galope.

Je t’avais mis au courant de la scène de l’Institut d’il y a huit jours [2]. Samedi, le père Franqueville a pris la parole et a dit être allé demander à Jonnart des précisions. Celui-ci a répondu que M. Ribot lui avait déclaré qu’il devait ménager les Anglais, qu’étant allé à Londres pour arranger l’affaire, là on lui avait dit qu’on consentait à la déchéance du roi à une condition, c’est qu’il s’en irait de son plein gré pour qu’à cause du resserrement du blocus, le peuple ne crève pas de faim. 2° On ne devrait pas débarquer de troupes. Ribot, après avoir mis Jonnart au courant de la situation, lui aurait dit que, n’étant pas sur les lieux, il ne pouvait que s’en remettre à son haut-commissaire d’agir au mieux et de débarquer ou de ne pas débarquer.

Voici ce que Ribot appelle des ordres précis.

Ton

Et

[1] Les attaques allemandes sont repoussées au nord du Chemin des Dames et dans la Woëvre.

[2] Cf. lettre du 5 février 1918.

10 février 1918

10 février 1918

 

Te dire le nombre de sottises que j’ai entendu accumuler hier au soir à l’Union, je n’y parviendrai pas, mais le diplomate qui mérite le grand prix c’est, sans l’ombre d’un doute, le bon Navenne avec lequel j’ai eu un engagement assez vif. Raindre [1], qui était présent, ne pouvait donner raison à son collègue. Navenne nous a dit, en propres termes et sans rien exagérer, qu’il était le seul homme à Paris non seulement à connaître le Vatican mais à savoir ce qui s’y passait, le seul homme à avoir des renseignements sur la cour d’Espagne. Cette connaissance intime et profonde lui permettait d’affirmer que della Chiesa, qu’il connaissait depuis vingt ans, était ardemment francophile et que, par amour pour la France, d’accord avec Alphonse XIII, il voulait sauver l’Empire d’Autriche. Voilà en peu de mots le fond de la théorie de Navenne. Ajoute à cela les digressions des anciens diplomates sur les gens avec qui ils ont dîné, les conversations d’il y a quarante ans, et tu te rendras compte du sentiment que vous laisse une discussion de ce genre. Navenne est un bon diplomate, nous savons ce que nous coûte la carrière en ce jour de février 1918. J’en disais un mot ce matin à Pernot qui me répond : Le bon M. de Navenne a cherché à me sortir cela chez M. Lebaudy mais vous admirerez mon sang-froid, je n’ai pas répondu.

J’ai eu la visite de Gustave Rouanet le socialiste. Il était venu me parler du congrès. Grande sortie contre le ministère actuel, contre les procès en cours. Ce que je vois de plus effroyable, me dit-il, dans tous ces conseils de guerre, c’est qu’on veut expliquer la défaite par la trahison car ces gens-là ne croient plus à la victoire, et la défaite due à l’impéritie, à l’incurie, elle doit être attribuée à la trahison. Et personne à la Chambre n’ose s’élever contre le vieillard haineux qui mène tout cela. On prétend que Clemenceau représente la volonté du pays, il la représenterait encore mieux en cherchant à faire la paix. C’est la paix que le pays demande. Cette Chambre peureuse et abjecte qui tremble devant Clemenceau aurait un autre rôle à jouer. En 1793, c’était pour la victoire qu’on jugeait, qu’on condamnait, aujourd’hui c’est pour excuser la défaite. Quelle lumière les événements actuels jettent sur la Terreur ? Comme on commence à comprendre cette période de notre histoire.

(Tu sais que Rouanet est tout à fait lancé dans l’histoire de la Révolution et la Société des études robespierristes.)

Il est vrai que, hypnotisée par ce qui se passe au Palais de justice, la nation ne voit guère comment sont traitées les affaires publiques. Ex : Affaires de Finlande, d’Ukraine, nomination de Dutasta à Berne, etc., etc. Ah ! mon pauvre vieux, on verra la fin de tout cela et les magnifiques résultats qu’on retirera d’une politique qui consiste à montrer la moitié du pays occupée à trahir l’autre moitié.

J’avais presque espéré que tu serais venu ce matin, je t’aurais gardé à déjeuner car j’ai eu Jean Dupuy avec Pernot. Conversation très intéressante sur le Comité de Versailles et la conférence.

            Confidentielle. Jean Dupuy (?) regrette beaucoup le départ de Cadorna qui aurait été parfait. Il m’a demandé de lui envoyer demain plusieurs collections des articles récents de Gauvain parce que le général voudrait les emporter pour les répandre le plus possible en Italie. Il a prié Jean Dupuy (?) de dire à M. de Nalèche que ces articles étaient parfaits et de continuer dans cette voie en priant toutefois M. Gauvain de ne pas prendre à parti les personnalités.

Pernot répond que cette nouvelle politique de l’Italie n’est qu’une feinte. Ne pouvant obtenir ce qu’elle désire, elle semble s’engager à soutenir les nationalités et celles-ci devant être incapables dans l’avenir, l’Italie remplacerait l’Autriche. J’avoue ne pas très bien comprendre Pernot. Il est, il me semble, important de proclamer urbi et orbi ce ralliement de l’Italie aux nationalités et de la compromettre le plus possible dans ce sens en affectant de la croire de bonne foi. C’est ce que Gauvain a fait assez habilement puisque les Italiens eux-mêmes s’enthousiasment après nous avoir vilipendés.

J’ai appris une chose qui m’a bien étonné. J’avais entendu dire ici, justement par Navenne et tant d’autres, combien le gouvernement italien avait commis une erreur en choisissant Cadorna comme généralissime. Il avait obéi aux loges et, par suite, froissé les catholiques, le père du général étant l’homme qui était entré à Rome. Or Cadorna est ultra-religieux et, même, à Versailles, entend la messe chaque matin.

Ton affectionné

Et

 

J’avais oublié de te dire que la CGT est en train de chercher à organiser des manifestations féminines dans la rue pour demander du pain ou la paix. C’est sur la corporation de la Lingerie qu’elle exerce son activité. Attendons-nous donc à des incidents d’ici à quelque temps.

[1] Gaston Raindre (1848-1931). Diplomate. Ambassadeur de France, à la retraite depuis 1907.

9 février 1918

9 février 1918

 

Que va-t-il en sortir ? La censure nous a défendu de publier. Je vois que Le Temps a fait un article sur le sujet. Il conseille aux Roumains de résister. Nous avions fait cet article-là il y a quelques jours. Ont-ils ce qu’il faut pour tenir ? C’est un angoissant problème pour eux et… pour nous.

La note comique de la journée nous fut portée par le docteur Marcel Labbé qui arrive de Nice où il avait dans son secteur le fameux faux médecin Vacher [1]. Si l’histoire était arrivée huit jours plus tard, il était décoré. Labbé nous raconte les plus amusantes anecdotes sur la carrière de cet individu qui fut dépisté par son second, lequel doutait depuis longtemps, et s’y prit de la façon suivante pour le démasquer.

On amène un malade atteint de méningite cérébro-spinale. Le second constate et va trouver son chef : « J’ai là, dit-il, un cas très embarrassant, examinez le malade, je ne vous dirai rien et quand vous vous serez fait une opinion nous échangerons nos observations. » Il fallait s’exécuter. Vacher soulève les draps, ausculte, palpe puis regarde son second : Heu ! heu ! fait-il.

– Heu heu ? répond l’autre.

– Eh oui. Heu ! heu !

– Ne vous semble-t-il pas qu’il a un peu de bronchite, il tousse.

– C’est cela, oui, c’est de la bronchite.

– Cependant, il a pris une cuite, il a vomi, sans doute ce sont les suites.

– Oui, oui, ce sont les suites.

– Il a de la raideur, mal à la tête, c’est peut-être une cérébro-spinale. Qu’en pensez-vous, chef ?

– Évidemment, c’est une méningite.

Il était fixé et fit naître une petite querelle où il déclara catégoriquement à Vacher qu’il n’était pas médecin. Vacher s’effondra et déclara qu’il partait en permission.

Au revoir.

Et

 

Il y a aussi une histoire avec la femme d’un riche propriétaire qui est savoureuse, la femme aussi.

[1] Non identifié.

8-9 février 1918

8-9 février 1918

 

Notre soirée d’hier a tenu lieu de papier, mon cher Pierre. Je t’ai raconté à peu près tout ce que j’avais recueilli dans ma journée. Je t’ai répété la longue conversation sous-marine que j’ai eue sur ce qui était fait et ce qui restait à faire en vue de la lutte contre les submersibles. Mon homme m’avait dit que les Allemands ne respectaient presque plus la zone espagnole. Et cela m’est revenu ce matin d’une façon presque tragique. Je vois arriver Koechlin qui me dit : « Les journaux en font de belles. Le Temps et les Débats d’hier ont annoncé le départ pour le Maroc des princes Sixte et Xavier. Or ils ont été retardés et sont en route en ce moment. Songez quelle belle capture ce serait pour les Allemands de chiper les deux frères de l’impératrice d’Autriche [1] portés comme déserteurs. Ils ne manqueront certainement pas de chercher à torpiller le bateau qui les porte et je suis très inquiet. Ils ont dû quitter Tanger et ils ont peut-être quelque chance d’échapper car ils doivent être dans les eaux espagnoles. » Or on venait justement de me dire que l’ennemi ne se gênait plus, et cela n’a pas contribué à apaiser les inquiétudes de Koechlin. Nous ne pouvions pas nous dispenser de publier une dépêche visée par la censure et donnée par tout le monde. On se demande si ce n’est pas le commissaire de police de Marseille qui aura télégraphié la nouvelle à quelque agence. Le passage des jeunes gens avait été retenu au nom des comtes de Mercœur [2] et ces derniers étaient porteurs d’une lettre du Quai d’Orsay au commissaire de Marseille indiquant que les comtes de Mercœur étaient les princes de Parme. L’indiscrétion n’a pu venir que de là. Évidemment, une nouvelle publiée ainsi avec fracas met les voyageurs en péril. Il y avait ces jours-ci une grande concentration de sous-marins en Méditerranée. On avait attribué cette manœuvre au désir de protéger la sortie du Gœben [3] de la Méditerranée. Mon marin ne le croit pas. Pour lui, le Gœben avait l’intention d’aller faire du dégât dans les Dardanelles. La concentration à l’ouest pouvait avoir été ordonnée en vue d’attirer le plus de forces possible de ce côté-là et permettre au Gœben de travailler librement.

J’ai eu ce matin entre les mains les déclarations que Mirman [4], préfet de Meurthe-et-Moselle, a faites aux notables de Nancy. Il leur explique qu’il a été appelé à la présidence du Conseil et devant notre Grand État-Major. Là, on lui a déclaré qu’une offensive allemande très puissante allait se produire et que tous les renseignements indiquaient que cette attaque se produirait en Lorraine. Bien qu’on n’ait aucune inquiétude sur l’issue de cette offensive, il pouvait se faire qu’on soit obligé de céder du terrain, le choc devant être effroyable. Dans ces conditions, il semblait nécessaire que l’on n’attendît pas à la dernière minute pour l’évacuation de la ville de Nancy. La date de l’attaque serait vers le 20 février. À la suite de cet entretien, Mirman s’était rendu à l’administration de la gare de l’Est. Il lui avait demandé si elle pourrait, en cas d’offensive, évacuer en quelques jours la population (soixante mille âmes). L’Est a répondu que cela lui serait impossible, qu’il fallait commencer dès maintenant. Aussi allait-on commencer de suite à retirer de Nancy tous les grands établissements (École de commerce, Assistance, hôpitaux, etc.). Tous les évacués de Nancy, à part ceux qui jouiraient de gros revenus, toucheraient l’indemnité donnée aux réfugiés. Et le département où serait formée la colonie nancéienne était déjà désigné et que tout était préparé et prévu pour que la colonie ne manque de rien.

Le préfet ajoute qu’il est allé demander au général de Castelnau son avis sur l’offensive. Jamais, a répondu le chef militaire, les Allemands ne pourront mordre au Grand-Couronné de Nancy, nous céderons peut-être deux ou trois kilomètres, mais c’est dans les plaines de Lorraine que les Allemands seront défaits.

Pernot, à qui je racontais cela tout à l’heure, me dit que c’est peut-être là que Pellé a un peu raison lorsqu’il prétend qu’il est dangereux d’attendre ainsi de pied ferme et qu’une offensive bien montée sur un autre point peut empêcher de gêner celle de l’ennemi. Le tout est de savoir si nous pouvons perdre du monde à droite et à gauche, d’autant plus que Pellé, dans l’exemple qu’il nous citait, ne me paraissait pas démonstratif. Il montrait la Somme comme ayant contribué à sauver Verdun. Pernot me dit que Pellé a eu une théorie encore bien plus extraordinaire devant un de ses anciens subordonnés, le petit de Pierrefeu [5], auquel il a déclaré : Mais puisque l’Autriche est si mal en point, le salut ne serait-il pas de tenter une grosse offensive contre elle ? Je dois dire qu’à nous il n’a pas sorti celle-là.

Puisque je te parle de Pierrefeu, je vais te mettre au courant d’une petite affaire assez significative. Tu sais que L’Éclair a changé de maître. Pierrefeu y était entré avec Wertheimer et avait fait deux articles, je crois, où l’offensive du 16 avril était traitée comme il convenait. Crac ! subitement il paraît un article radicalement contraire. Pierrefeu, ahuri, déclare que, dans ces conditions-là, il se retire. Il semble bien que Briand et ses hommes ont passé par là. Petit à petit, ils font leur bonhomme de chemin et s’emparent des rédactions.

Le bureau de la presse roumaine nous a communiqué ce matin la dépêche suivante :

Le maréchal Mackensen [6] a adressé au gouvernement roumain un ultimatum.

Le gouvernement roumain délibère à Jassy sur la situation.

On s’attend à des événements importants.

[1] Zita de Bourbon-Parme (1892-1989), épouse de l’empereur Charles Ier de Habsbourg.

[2] Les comtes de Mercoeur sont le pseudonyme de Sixte et Xavier de Bourbon-Parme.

[3] Le 20 janvier 1918, le Breslau est coulé par les Alliés en sortant des Dardanelles. Le Gœben est très endommagé. Échoué, il est achevé par l’aviation britannique.

[4] Léon Mirman (1865-1949). Homme politique. Préfet de Meurthe-et-Moselle, département inclus dans la zone des armées, depuis le 9 août 1914.

[5] Jean de Pierrefeu (1881-1940). Journaliste. Collaborateur de l’Éclair. En 1914, nationaliste convaincu, il est rédacteur en chef de l’Opinion. Il est affecté le 23 novembre 1915 comme sous-lieutenant à la section d’information du Grand Quartier général, à Chantilly. Son rôle est de première importance : il est chargé de rédiger le communiqué officiel aux armées. Il écrit GQG Secteur 1, Trois ans au GQG, où il évoque cette expérience.

[6] August von Mackensen (1849-1945). Allemand. Feld-maréchal, il commande les troupes allemandes qui envahissent la Dobroudja à partir du 3 septembre 1916. Il fait tomber Bucarest avec le concours de l’armée de Flakenhayn.

7 février 1918

7 février 1918

 

Combe, l’homme de l’Intérieur, me rapporte également la nouvelle qu’il n’y aurait plus de raids sur Paris. L’ambassadeur d’Espagne se serait entremis et l’on ne bombarderait plus les villes ouvertes. Il me confirme également l’affaire de janvier sur Karlsruhe. Il n’y a qu’un malheur, c’est qu’on vient de me dire que Mannheim fut bombardée avant-hier, et cela de source très sérieuse. À rapprocher la dépêche du Rotterdamische Coment (?) publiée ce matin par les journaux. Attendons la lune et l’on verra.

Visite ce matin du petit Danois malin, Knud Ferlov. Je lui parle d’Amundsen et de ses affirmations [1]. Il me répond qu’un de ses compatriotes, qui vient d’arriver à Paris après avoir traversé l’Allemagne, dit le contraire et que l’Allemagne tiendra. Maintenant il faut dire que son ami n’a pas vu l’état de grève, mais il ne croit pas que cela puisse prendre une grande extension. Il prétend qu’il y a des Turcs à Hambourg pour assurer la police et des Bulgares à Berlin. C’est un échange puisque la police est faite à Constantinople par les Allemands. Ferlov, qui observe beaucoup comme étranger, me demande s’il n’y a pas une assez grande effervescence dans nos milieux métallurgiques. Il n’a pas tort, cela existe en effet, et le même sujet me fut exposé deux fois dans la journée.

J’ai reçu la visite de René Massigli [2] qui est à Berne et repart demain. Il est venu me porter les amitiés de Chaumeix. Je lui parle de l’ambassade et des projets de nomination de Dutasta. Il m’affirme que c’est à peu près chose faite et il s’en désole. Je comprends cela. Dutasta est la nullité faite homme et en

[manque p.2 r°/v°]

 

D’après leurs renseignements, ils ne croient pas, à Berne, que la Russie sera attaquée par l’Allemagne, celle-ci ferait marcher la Suède. Je n’y crois pas beaucoup, il me semblerait assez étonnant que la Suède assumât ce rôle de gendarme et allât occuper Pétrograd. Elle me paraît être, au point de vue ravitaillement, beaucoup trop dans la main des Alliés.

Dans le fond, la situation est dominée par la propagande maximaliste et c’est d’elle seule que dépend l’échéance de la guerre. Souhaitons que ce ne soit pas chez nous que l’explosion ait lieu d’abord. Mais, petit à petit, nos craintes deviennent de plus en plus confirmées. Comme je voudrais travailler sur ce sujet, mais à qui m’adresser ? Je ne trouve que des gens absolument aveuglés par les questions intérieures et personne ne veut voir la marche effroyablement rapide des idées. On en est encore à croire que l’exemple russe est l’ilote ivre et que le socialisme est en décroissance et un peu disqualifié par là même. Quelle erreur ! Ce fruit pourri gâte tout ce qui l’approche.

J’en arrive maintenant au déjeuner avec le général [3]. L’ami Pernot était là. Il est certain que tout n’est pas absolument à rejeter dans ce qu’il dit. Il a commencé par faire complètement abstraction des questions de personnes et s’est tenu sur les principes, néanmoins, un seul homme était visé – Tu me comprends – Il me donne, pour combattre la stagnation, des raisons dont quelques-unes ont leur valeur. Cependant, je pousse la question tant au point de vue moral qu’au point de vue stratégique, et je n’ai pas compris que les réponses aient été décisives. J’aurais voulu beaucoup que tu sois là, la clarté de ton jugement m’aurait rendu grand service. Somme toute, Pellé regrette que l’on se tienne uniquement sur la défensive préconisée par le commandement actuel. Il voudrait au moins une préparation, même si on ne doit pas l’exécuter. Ce sont les offensives qui ont sauvé la situation et arrêté les désastreuses attaques sur notre front. De plus, l’ennemi, voyant la stagnation, déclare que les Français s’avouent vaincus puisqu’ils ne font rien et reconnaissent d’avance l’inutilité de l’effort.

La question des effectifs ? On perd plus de monde à subir constamment des attaques qu’à faire une vigoureuse offensive une bonne fois.

La question d’état moral ? La perte de plusieurs kilomètres et d’une ville comme Reims ou Nancy ne sera-t-elle pas plus déprimante pour tout le pays qu’une offensive qui n’aurait pas donné les résultats escomptés ? L’homme de troupe qui passera mois sur mois à ne rien faire ne sera-t-il pas une proie encore plus facile pour toutes les propagandes maximalistes dont on connaît l’intensité ?

Je passe rapidement sur une foule d’observations et de critiques faites sur la situation actuelle et dont quelques-unes furent appuyées par Pernot.

En tout cas, Pellé est complètement de notre avis sur Briand et il s’alarme des renseignements qu’on lui donne tendant à montrer Briand revenant à la surface.

J’interroge Pernot sur la vallée de la Roya. Il espère encore que ce n’est pas fait. Pratiquement si, en échange, ainsi qu’il l’avait indiqué à Cambon dans une note qu’il lui avait faite pour combattre cette lamentable erreur de Briand, on nous donnait en échange les hauteurs de la Tinée, nous aurions là des positions stratégiques importantes. Mais nous n’avons, je le répète, aucune raison de céder à l’Italie un morceau de France, si petit qu’il soit.

Ton

Et

 

On me téléphone à l’instant que l’état d’esprit est très inquiétant à Roanne. Des ouvriers des tissages auraient même incendié une usine. Le gouvernement est préoccupé. Ces incidents seraient survenus à la suite d’un discours d’un nommé Andrieux [4], le même qui a déjà fomenté les grèves de Saint-Étienne.

Je ne sais pourquoi j’ai orthographié si mal dans ma dernière lettre et dans celle-ci la Roya. J’ai dû avoir la berlue.

[1] Cf. lettre du 30 janvier 1918.

[2] René Massigli (1888-1988). Journaliste. Officier interprète détaché au ministère des Affaires étrangères le 10 février 1916, il est rédacteur à l’agence télégraphique de Berne.

[3] Le général Maurice Pellé.

[4] Louis Andrieux (1840-1931). Avocat. Homme politique. Député républicain du Rhône (1876-1889), puis sénateur des Basses-Alpes (1885-1903). Député Alliance démocratique des Basses-Alpes (1910-1924).