Archives mensuelles : novembre 2017

20 [sic] novembre 1917

20 [sic] novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Le père Guérin t’a-t-il montré la lettre qu’il a écrite à Mgr Tedeschini [1] dans le courant d’octobre ? C’est vraiment un morceau sérieux et qui a d’autant plus de force qu’il a été rédigé après la longue audience du Saint-Père au cours de laquelle Benoît XV avait manifesté certains signes d’impatience. Guérin crut même un moment qu’il allait être reconduit. Il n’en fut rien, et le pape le laissa aller jusqu’au bout.

Rentré en France, Guérin crut bon de préciser tout ce qu’il avait dit dans cette longue lettre que je viens de lire. Après avoir protesté de son filial respect, de son ardent catholicisme, il entame le procès de la papauté avec beaucoup de force, de vérité et de courage.

Il montre quelles apparences se donne le souverain pontife qui semble obéir aux Empires centraux. Il discute les trois points suivants qui, chacun, donne lieu à un long paragraphe.

– 1° Rome connaît insuffisamment la mentalité des Alliés et en particulier celle de la France.

– 2° Rome n’a qu’une foi douteuse dans la victoire finale de l’Entente et ne se rend pas compte que les Empires centraux doivent fatalement succomber.

– 3° Rome semble persister à ne pas comprendre qu’au-dehors et au-dessus de la question politique se dresse une question morale qu’il lui appartenait d’aborder ; son silence étonne le monde, même parmi les incroyants, et le prestige de la papauté va diminuant au fur et à mesure que ce silence s’accuse.

Ça et là il y a des phrases d’une force singulière et qui ont dû tomber lourdement sur le secrétaire d’État. Ex. : – Le successeur d’Attila [2] n’a pas trouvé en face de lui le successeur de Léon le Grand [3] – S’attaquer aux puissants expose presque toujours à quelques conséquences fâcheuses au point de vue humain, mais si on s’arrêtait devant elles, on n’agirait jamais.

Puis sur les raisons du silence du Saint-Père, il les suppose la crainte du schisme en Allemagne et de la désaffection des catholiques d’Autriche, etc., etc.

Il termine en annonçant qu’il ira de nouveau à Berlin où il ne manquera pas de recueillir des échos intéressants et il s’offre à son retour de venir causer avec le Saint-Siège. La réponse fut ce qu’elle devait être. On lui fit savoir que, s’il revenait à Rome, il ne serait pas reçu.

Je suis malgré tout très convaincu que si le pape fait une autre manifestation, il tiendra compte de la lettre de notre compatriote.

[1] Mgr Tedeschini (1873-1959). Italien. Prêtre. Chambellan privé du pape (1903). Adjoint au secrétaire d’État du Vatican (1914).

[2] Attila, roi des Huns (434-453). En 452, il pille l’Italie mais épargne Rome à la prière du pape Léon Ier. Son empire s’effondra après lui. Nalèche fait ici allusion à Guillaume II, empereur d’Allemagne.

[3] Léon Ier, saint Léon, dit Léon le Grand. Pape de 440 à 461. En 452, il persuade Attila d’évacuer l’Italie. Nalèche évoque ici le pape Benoît XV.

18 novembre 1917

18 novembre 1917

 

Au Palais, le changement d’avocat de Bolo fait beaucoup jaser. On se demande si le pacha n’a pas cassé aux gorges l’impétueux Bonzon par suite d’une transaction. Bonzon n’aurait ménagé personne, n’aurait respecté ni rang social ou politique, ni convenances, tandis qu’un avocat plus modéré comme ce Salle [1] apporterait quelques ménagements. Je n’en sais rien mais cela se dit beaucoup dans les milieux du barreau. Si c’était vrai, il serait assez curieux de noter que cette transaction se serait produite à la veille de l’arrivée de Clemenceau.

Quant au ministère, on continue à épiloguer sur son plus ou moins de durée. Somme toute, en en regardant la composition, on ne le trouve pas plus mauvais qu’un autre, il y a même quelques éléments supérieurs, par exemple Sergent [2] que l’on vient d’adjoindre au ministre des Finances. Je le connais depuis longtemps et nous l’avons toujours tenu pour un homme de haute valeur. Même le farouche Liesse le considère comme très distingué, bien qu’il lui reproche d’être un inspecteur des Finances et non pas un homme d’affaires. C’est un fonctionnaire de grand mérite, dit-il, mais un fonctionnaire tout de même. Il le croit capable de rendre de grands services dans son nouveau poste.

Clemenceau est d’une humeur délicieuse. Il rit, plaisante avec nos rédacteurs et paraît dans le bonheur d’avoir été rappelé au pouvoir. Il a dit à mon homme avec un clignement d’œil très cocasse et significatif : « Et nous publierons les dossiers », ce que ce journaliste interprète comme plein de menaces à l’égard des hommes politiques visés par L’Homme enchaîné et dont, en effet, il possède d’assez volumineux dossiers.

On dit également que Clemenceau a complètement changé son caractère. Perreau [3], du Temps, a dîné avec lui au QG de Castelnau et raconte que Clemenceau a ouvert son âme intime (ça doit être beau). Il a confessé avoir gâché sa vie par ses emportements et ses violences, que, si c’était à refaire, il ne recommencerait pas, etc., etc. Enfin, il a montré à l’assistance un Clemenceau de 76 ans tout neuf. L’enlèvement de la prostate serait-il l’équivalent pour les hommes de l’ablation des ovaires pour les femmes amenant une transformation consécutive ?

Quant aux socialistes, je ne les crois pas du tout aussi aplatis qu’on veut bien le dire. Un certain nombre d’entre eux regrette vivement les fastes officiels, mais ils vont se retremper dans leur retraite et je serais bien étonné si, à un moment quelconque, ils ne redeviennent pas arbitres dans quelque inextricable situation ministérielle. Toujours est-il que Thomas a écrit une longue lettre à Le Chatelier [4], du Collège de France. Il semble y regretter de n’avoir pu rentrer dans un cabinet. Il ne le dit pas formellement mais on en tire facilement cette conclusion. D’après lui, ce serait Varenne qui aurait tout gâché par sa précipitation alors que lui, Thomas, était en train d’arranger les choses.

On dit que le général Fayolle part ce soir pour l’Italie, mais je n’en ai pas eu confirmation.

L’offensive sur le Vardar va-t-elle se produire plus tôt encore que nous ne l’avions supposé ? Je te disais qu’elle aurait lieu dans un mois, il y a de cela quelque temps.

            Good night.

Et

[1] Albert Salle (1861-1937). Avocat. Membre du conseil de l’Ordre. Ancien secrétaire de la conférence des avocats.

[2] Charles Sergent (1869-1949). Inspecteur des Finances. Sous-gouverneur de la Banque de France et censeur de la Banque du Maroc, il est appelé par Clemenceau pour s’occuper des questions techniques auprès de Louis-Lucien Klotz, ministre des Finances. Il est nommé sous-secrétaire d’État aux Finances le 17 novembre 1917 et il reste en poste jusqu’au 19 janvier 1920.

[3] Perreau. Journaliste au Temps.

[4] Henri Le Chatelier (1850-1936). Inspecteur général des Mines. Professeur de chimie minérale au Collège de France. Inventeur de plusieurs appareils utilisés en physique et chimie expérimentales.

17 novembre 1917

17 novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Journée calme après l’agitation de ces jours derniers. On contemple l’œuf couvé par Clemenceau [1] et l’on se demande ce qui va en sortir. On ne peut nier que l’opinion publique ne soit extrêmement favorable, et dans la population on s’attend à de grandes choses, l’envoi au poteau en cinq sec de tous les Malvy, Caillaux, Bolo, etc. Clemenceau fait le geste de traduire tout ce monde-là devant la justice militaire, mais celle-ci ne sera-t-elle pas aussi lente que l’autre, et que peut-il faire de plus ?

On prête au nouveau président du Conseil l’intention de mener la Chambre tambour battant, de ne faire, pour ainsi dire, pas de déclaration et de commencer sa besogne de suite… On verra.

Je t’avais dit hier que Painlevé devait voir le grand chef et causer avec lui de l’opportunité de dire des choses sensées au milieu de ce débordement d’inepties intéressées. Il l’a vu en effet, mais celui-ci a estimé qu’en effet il serait utile de faire quelque chose et il fera appel à nous. Pour le moment, certaines démarches ont été faites pour faire cesser ou tout au moins affaiblir la campagne. Il estime qu’il faut en attendre le résultat. Bidou, que j’ai vu ce matin, est absolument de mon avis et quand je lui ai raconté ce qui se disait, c’est-à-dire que la dernière affaire n’était en somme que l’achèvement de celle du 16 avril, il a bondi.

J’ai récolté aujourd’hui quelque chose d’assez curieux à ce propos. Scarpatett me raconte qu’il a entendu dire ce matin même que Nivelle et son état-major savaient très bien que leur offensive était un échec, mais qu’une des parties ayant bien marché, ils avaient l’intention de recommencer et peut-être dans cette seconde tentative réussir. Mais ils n’en étaient rien moins que convaincus. Aussi, lorsque le gouvernement a arrêté les frais, ils se sont laissé faire sans mot dire, enchantés d’être tirés de ce mauvais pas mais gardant l’espoir de se justifier plus tard grâce à cette intervention gouvernementale. J’ai demandé à Scarpatett de qui il tenait ce raisonnement qui ne manque pas d’une certaine logique d’autant que la façon dont la campagne a été engagée longtemps après les événements lui donne de la vérité. Mon collaborateur m’a dit en riant que c’était de son perruquier, mais… mais ce perruquier est aussi celui de Painlevé, ce qui laisserait supposer qu’il a entendu les gens parler devant lui et qu’il en a fait son profit.

Tu sais que L’Intransigeant fait une campagne pour le retour à la terre, ce qui est parfait. Le bon Ambroise Rendu [2] est à la tête de la Ligue. Je viens de voir un pauvre diable qui aide à la correspondance. Il ne se fait guère d’illusions sur la beauté de ces œuvres naïves et m’affirme que tout ce qui gravite autour se compose d’ivrognes, de fainéants ou de gens qui veulent vendre leur propriété. Malgré tout, il ne faut pas décourager les gens de bonne volonté qui croient à l’efficacité de ces œuvres. Tu as vu qu’Augagneur, qui avait accepté de prendre la Marine, ne figure pas sur la liste et qu’il a été remplacé par Leygues. Il paraît que c’est sur une démarche de l’amiral Bienaimé [3] auprès de Clemenceau que celui-ci a décidé d’écarter l’invalide des Colonies. J’étais un peu étonné qu’une suggestion de Bienaimé ait été aussi bien accueillie par le Tigre, mais il y a, je crois, à reprocher à l’ancien ministre de la Marine des faits qui pourraient bien devenir scandaleux, et Augagneur aurait pu être l’objet d’une campagne qui aurait gêné le grand justicier.

Notre ami le colonel Prévost, qui avait la haute main sur la Rue François-Ier, les missions aux armées, etc., et qui se demandait avec anxiété ce qu’on allait faire de lui et de sa cravate de commandeur, va peut-être rester au cabinet avec des fonctions un peu transformées, c’est ce que vient de me dire un ex-membre du cabinet défunt. Pauvre Prévost, il a donné à son patron de si magnifiques conseils et des avis si judicieux, notamment que la défection des Russes, celle des Italiens ne pouvait prévaloir contre l’armée française, que celle-ci seule pourrait quand elle le voudrait jeter l’Allemagne à genoux. Entendu par un témoin au lendemain de la déroute italienne.

À toi.

Et

[1] Deuxième ministère Clemenceau.

[2] Ambroise Rendu (1874-1973). Ingénieur agricole. Co-fondateur de l’École d’agriculture de Purpan (Haute-Garonne) et des premiers syndicats agricoles. Homme politique. Député indépendant de la Haute-Garonne (1919-1924).

[3] Amédée Bienaimé (1843-1930). Amiral. Chef d’état-major général de la Marine (1900-1902). Homme politique. Dirigeant de la Ligue de la patrie française. Député progressiste de la Seine (1904-1919).

16 novembre 1917

16 novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Un des premiers effets de l’arrivée au pouvoir de Clemenceau fut de flanquer à la Rue François-Ier une épouvantable colique. Jeanneney, le nouveau ministre de la Guerre, ne fut-il pas le persécuteur de toute la gent si doucement embusquée dans l’immeuble dit de propagande ? Ce fut Jeanneney qui eut l’audace de venir en personne constater combien l’on travaillait peu dans les services groupés dans la Maison de la Presse, Jeanneney qui, patiemment, attendit tous les chefs de file jusqu’à l’heure de l’arrivée effective depuis l’heure réglementaire, c’est-à-dire 11h1/2 pour le matin, 5 ou 6h le soir. Je t’ai raconté tout cela en son temps [1]. Le malheur fut que le sénateur Jeanneney consigna tout cela dans un rapport où, hélas, des gens que nous connaissons bien sont nommément désignés [2]. Notre rédacteur est revenu ce matin en nous disant que tous les habitants de la Rue François-Ier étaient navrés, pour eux déjà la boîte est supprimée et ils font leurs paquets. Clemenceau ne les supprimera peut-être pas complètement, il se contentera peut-être d’exiger que ces messieurs travaillent.

Tu as compris qu’Heurteau était là quand je t’ai téléphoné. Il semble ravi que Clemenceau soit président du Conseil. Il partage ce sentiment avec beaucoup de gens de la classe bourgeoise. Clemenceau, disent-ils, est le seul homme qui puisse donner un coup de balai sérieux. Cela se peut, mais Clemenceau est aussi un X redoutable. Lis le Sembat de ce matin en faisant la part de la mauvaise humeur causée par la décision socialiste à quelqu’un qui aurait tout de même volontiers pris une part du gâteau. Il faut convenir qu’il analyse très bien les craintes que peut inspirer un homme comme le Tigre [3].

On prétend que, dans la journée d’hier, Jouhaux et Rivelli [4] se sont rendus chez le président de la République et l’ont menacé, au cas où Clemenceau prendrait le pouvoir, d’une grève générale qui jetterait cent mille hommes dans les rues de Paris. Le président, paraît-il, devant ces menaces qui voulaient être un simple avertissement, aurait été un instant ébranlé, mais on le remonta et il continua ses pourparlers.

Du reste, le cabinet de Painlevé est tombé dans la plus profonde stupeur. Les bons et judicieux esprits qui n’ont cessé de donner leurs conseils à Painlevé, Heilbronner et consorts, ne reviennent pas de ce que le grand succès escompté soit devenu un aussi pitoyable four. Tous annoncent les pires cataclysmes, l’émeute dans la ville et vous conseillent sinistrement de fuir la capitale.

Il se peut très bien que la CGT essaie quelque chose, il n’est pas certain que cela prenne, et Clemenceau peut prendre s’il le veut certaines précautions à l’égard de cette partie de la clientèle de Clemenceau (?).

Nous parlions tout à l’heure d’Heurteau. Comme je lui signalais l’article de Renaudel, j’ai encore une fois constaté combien la campagne criminelle des briandistes portait de fruit. Lui aussi nous dit : Mais vous savez que, dans les milieux militaires, il y a un véritable revirement au sujet de l’offensive. Tout le monde commence à convenir que le gouvernement a eu le grand tort de l’arrêter. Des députés déjeunant chez Micheler ont vu des blessés et des morts et ils sont revenus affolés, disant que cela ne pouvait pas continuer, qu’il fallait arrêter ce massacre ! On a transformé en une défaite ce qui aurait bien pu être une victoire. Du reste, le rapport des généraux est formel. Il innocente complètement Nivelle et Mangin, blâme légèrement Micheler et condamne Mazel. Il reproche surtout au gouvernement d’être intervenu et d’avoir arrêté l’offensive. Somme toute, on vient tout simplement de faire, six mois après, au Chemin des Dames, ce qui avait été commencé et si fâcheusement interrompu.

C’est fantastique d’entendre des hommes sérieux raisonner ainsi. Ce que l’on a fait au Chemin des Dames est la simple réparation de la situation dans laquelle cette bête d’offensive nous avait mis, situation intenable et meurtrière.

Je reviens à la situation ministérielle. Jonnart dit beaucoup que le président de la République l’a en quelque sorte obligé à accepter. Il lui aurait dit qu’il était la pierre angulaire de la combinaison, qu’il le considérait comme le régulateur de Clemenceau et que, s’il refusait, toute l’affaire était par terre. Jonnart a alors demandé un portefeuille qui aurait le minimum d’administration et de contact avec le Parlement pour se vouer à son rôle de régulateur et on lui a donné le Blocus, ce qui a fait dire ce soir au baron de Wedel : « Il n’y a somme toute qu’à moi qu’il aura à faire. »

J’ai eu la visite d’une gentille Scandinave, écrivain distingué dont je t’ai certainement parlé. Elle était venue en France il y a deux ans et a écrit de très bonnes choses sur nous. Elle me dit que l’arrivée des libéraux a modifié dans de grandes proportions les sentiments des Suédois à notre égard, qu’il y a beaucoup moins de germanophiles. Elle voudrait beaucoup, et s’y emploie, que la France fût mieux connue dans son pays. Elle cherche à créer une librairie française à Stockholm avec un groupe suédois car, dit-elle, il ne faut pas qu’apparaisse la main de la France, cela mettrait tout le monde en méfiance. Elle voudrait aussi que les Français créent un journal. Il y a deux ans, elle en avait trouvé un qui aurait accepté moyennant une somme minime de cent mille francs. Notre propagande a trouvé cela trop cher. Les Allemands l’ont aussitôt acheté et ce journal marche maintenant fort bien.

Elle cherche ici des matériaux pour faire en Suède toute une tournée de conférences dans lesquelles elle cherchera à expliquer la France. Je lui donnerai naturellement tout ce qu’elle me demande. Elle se nomme la baronne Marika Stürnstedt [5].

Au Cercle où je passe un instant, beaucoup de monde. On parle du ministère avec animation. On me fait asseoir au milieu d’un groupe important, on me pose des questions et je bafouille avec aplomb. Quand je sors de là, je tâche de me rappeler et de compter combien de bêtises j’ai lâchées ! Ça ne fait rien, j’ai l’air informé !

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 3 avril 1917.

[2] Il s’agit d’André Chaumeix et de Maurice Colrat.

[3] Georges Clemenceau redevient président du Conseil le 16 novembre 1917. Il est favorable à une victoire militaire et Poincaré le préfère à Joseph Caillaux. A son surnom de Tigre vient s’ajouter celui de Père la Victoire.

[4] Ange Louis Rivelli (1873-1938). Ancien matelot. Syndicaliste maritime. Il s’affirme à Marseille à partir de 1901. En 1902, alors qu’il n’appartient pas à la CGT, il dirige la grande grève des inscrits maritimes. En juin 1906, il fait adhérer les inscrits maritimes à la CGT. Secrétaire général de la Fédération nationale des inscrits maritimes (1908).

[5] Nalèche se trompe. Il s’agit de Marika Stiernstedt (1875-1954). Suédoise. Baronne. Écrivain sous le pseudonyme de Mark Stern. Elle publie en effet en 1917, chez Berger-Levrault, traduit en français, avec une préface de Victor Margueritte, L’Ame de la France, souvenirs et impressions.

15 novembre 1917

15 novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Raymond Koechlin vient de rentrer du Maroc, je t’avais mis au courant de ce qu’il m’avait dit avant son départ [1]. Je constate avec tristesse que ses opinions n’ont pas changé. Après m’avoir dit les choses admirables qu’il avait vues, notamment à la Moulouia, du reste tu liras la suite de ses lettres, il a ajouté : Devant cet effort magnifique, j’ai passé un mois très douloureux parce que d’ici à un an, du moins d’ici à la conclusion de la paix, nous n’aurons plus le Maroc, les Allemands nous l’auront pris.

Koechlin a des événements l’opinion la plus pessimiste. Comme nous, il voit l’artichaut s’effeuiller et considère l’avenir comme devant aggraver la situation.

– Alors que faire, lui dis-je, car il est impossible de causer en ce moment ?

– Il faut tenir le plus longtemps possible, c’est ce qu’Hallays nous écrit chaque jour et Hallays est bien placé pour voir les choses. Il ne cesse de supplier qu’on tienne envers et contre tout, que c’est pour nous le seul espoir de nous en tirer non pas avec profit mais au moins avec honneur. L’état de l’Allemagne est très mauvais et on ne se doute pas à quel point. Nous ne pouvons donc avoir qu’une seule chance, c’est dans la résistance tant que l’on pourra en offrir.

Du reste, Koechlin ajoute : Victorieux ou vaincu, notre pauvre pays est fichu. Du moment qu’une leçon comme celle-là n’a rien pu modifier, quel espoir voulez-vous que nous ayons ?

Les négociations ministérielles continuent, je ne t’en dis rien n’ayant pas de petit fait à te narrer, tu dois en suivre les péripéties. Clemenceau a été rappelé aujourd’hui à l’Élysée, ce qui est symptomatique. On me téléphone de la Chambre qu’une partie des radicaux commencent à flancher et que certains d’entre eux paraissent disposés à suivre Clemenceau. Si c’est ce dernier, qu’en sortira-t-il ? En tout cas, il laissera Pétain tranquille et nettoiera peut-être la poche à pus intérieur, mais que fera-t-il aux autres points de vue ? Est-il capable de comprendre la situation ? Dans quels sens donnera-t-il ses coups de tête ? Ne parlons pas de tout cela, les événements décideront.

Vu ce matin le capitaine Van Cassel, du 2e Bureau. C’est bien ce qu’il y a de mieux dans ce service. Nous avons parlé de l’Italie où il me dit qu’on a l’air décidé à s’y battre sérieusement (j’entends de notre côté) car on parle d’y envoyer treize divisions, et prises dans nos meilleurs corps, plus quatre autres qui ont l’ordre de se tenir prêtes. Dans ces conditions, cela devient sérieux. Nous irons faire tuer nos hommes pendant que deux cent cinquante mille déserteurs italiens iront empoisonner l’intérieur du pays et ménageront des hommes à l’Italie pour l’après-guerre.

Van Cassel me dit également que le parti radical ne pourra pas très facilement faire le cabinet qu’il désire car les Anglais ne le veulent pas et les Américains non plus. Du reste on pourrait encore se défendre, si on le désire vraiment, grâce à ces derniers qui ne nous remettent l’argent que de quinzaine à quinzaine et qui peuvent à tout moment couper le crédit.

Je te griffonne tout cela en hâte car je vais avoir une série de rendez-vous et je dîne dehors, ce qui ne me permettra guère de t’écrire un peu plus tard.

À 3 h, on m’a téléphoné du Sénat dans les couloirs duquel on dit que, si Clemenceau forme le cabinet, il aurait la présidence du Conseil et celle du Comité de guerre, Jeanneney recevant l’administration du ministère de la Guerre. Pichon irait à la Place Beauvau, Barthou garderait le Quai d’Orsay, Pams prendrait l’Agriculture, Bourgeois et Doumer resteraient à leur place… Le nom de Jonnart est prononcé avec celui de Barthou. Mais tout cela…

Un mot de Northcliffe pour terminer mon papier. Wickham Steed dînait hier au soir chez Quirielle et il a raconté que le président de la République avait reçu Northcliffe et avait causé assez longuement. Le propriétaire du Times, en sortant, dit à ceux qui l’entouraient : « Vous me dites que votre président est très cultivé, rempli de talent, d’une intelligence supérieure. Comment expliquez-vous qu’il ne comprenne rien ? » Ceci, dit avec le léger accent de Steed et le flegme britannique, fit un certain effet.

Encore autre chose. La firme aviation du Plessis-Belleville est très surexcitée. On vient de refuser le Morane dont on parlait tant. Ce petit appareil montait à une rapidité folle jusqu’à huit mille mètres, mais dans ces hauteurs on l’a trouvé un peu lent. Les spécialistes prétendent que dans des régions un peu inférieures à cette énorme altitude, il serait extraordinaire avec sa rapidité pour aller détruire les saucisses ou autres engins, d’autant plus qu’il serait d’une souplesse fantastique. Gilbert [2], qui le présentait, aurait accompli avec lui toutes les acrobaties les plus vertigineuses. Dernier motif de refus indiqué : Il n’est pas prévu de constructions de monoplans dans le programme de cette année.

Et Hervé réclame à cor et à cri dans La Victoire qu’on rende à l’aviation le colonel Barès.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 8 août 1917.

[2] Eugène Gilbert (1889-1918). As de l’aviation.

14 novembre 1917

14 novembre 1917

 

Nous voici dans l’incertitude et le gâchis. Hervé, dans La Victoire, pousse son Briand à fond. Le président de la République consulte les fortes têtes. Que va-t-il en sortir ? Je lis une petite note annonçant que Poincaré a reçu douze membres du Parlement américain. Il n’aurait qu’à leur donner à chacun un portefeuille, le ministère serait constitué !

Pendant la séance d’hier, un de nos amis était reçu par le président de la République. Il nous a raconté qu’un huissier est arrivé, très pressant, disant au président : « M. Dubost, président du Sénat, demande à être reçu de suite. » Or, il était 5 h 1/4 et Painlevé avait lu sa déclaration à 4 h 3/4, ce qui indiquait une fameuse hâte. Dubost n’avait pris que le temps d’aller au vestiaire et de filer faubourg Saint-Honoré. Notre ami est sorti et naturellement nous ne savons ce qui s’est passé, mais le père Antonin venait le mettre au courant de l’accueil qui avait été fait à la déclaration et qui était glacial.

Aujourd’hui, on m’a téléphoné à 2h50 du Sénat pour me dire que la commission des Affaires extérieures s’était réunie pour entendre Briand et, je crois, simultanément, Ribot. Clemenceau devait présider mais ce ne fut pas lui qui occupa le fauteuil. Il avait cédé sa place à Pichon, et ce dernier déclara à notre rédacteur [1] que Clemenceau avait été appelé à l’Élysée mais à titre de conseil seulement.

Je t’avais parlé ces jours-ci [2] d’une conversation du Tigre avec Jonnart. Il y fut dit un mot qui, aujourd’hui, prend un certain intérêt. Jonnart répondait à sa demande en lui faisant observer que si, comme ministre, on le faisait constamment venir à la Chambre s’expliquer sur une foule de questions qu’il n’aurait pas même eu le temps d’étudier, il ne saurait y consentir et n’accepterait jamais un portefeuille dans des conditions pareilles. Il travaillait lentement, voulait étudier les problèmes à fond avant de se prononcer, et, pour ce faire, il était nécessaire qu’on lui laissât son temps.

« Quant à cela, répondit Clemenceau, je ne me laisserai pas faire et j’enverrai la Chambre promener. Je tomberai très vite, je le sais, mais un mois après, je serai devenu indispensable. »

Je pense que Franklin-Bouillon va disparaître. Il faut que je te rapporte une histoire que vient de me raconter un de mes collaborateurs qui fut reporter dans un journal dirigé par ledit Bouillon et Pierre Baudin. Le journal s’est appelé La Vérité, il avait eu son siège où est aujourd’hui L’Écho de Paris et avait fait une réclame énorme avant son apparition. Les fondateurs du journal avaient estampé un Turc dont l’argent fut mangé avant la mise en vente du journal qui parut pendant quelque temps puis alla rejoindre les vieilles lunes. Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Un jour, mon rédacteur, faisant une enquête pour Le Temps au commissariat des Champs-Élysées, vit un bonhomme modestement assis dans le bureau, l’air assez miteux, et reconnut son ancien directeur, Franklin-Bouillon. Il fit semblant de ne pas le voir, mais tandis qu’il causait avec le secrétaire, l’homme se leva et, s’approchant de lui : Bonjour, M. Plan, comment vous portez-vous ? – Très bien, merci, et il lui tourna le dos. Là-dessus, Franklin-Bouillon sortit.

– Vous connaissez donc ce monsieur ? demanda le secrétaire.

– Mais oui, c’est M. Franklin-Bouillon, il me doit même neuf mois de traitement qu’il ne m’a jamais payés.

– Eh bien, il lui arrive une bien embêtante histoire. Il a épousé une Américaine à qui on a volé ses bijoux et le plus fort, ajouta le secrétaire tout bas dans l’oreille de Plan, je crois bien que c’est lui qui les a pris.

Aujourd’hui il est ministre, et représente la vieille tradition française dans les capitales d’Europe et d’Amérique.

On me téléphone du cabinet de Painlevé. On me dit que quel que soit l’homme qui sera chargé de former le ministère, il sera obligé de prendre des socialistes. Je crois bien pour ma part qu’un cabinet formé complètement en dehors de ce parti ne gouvernera pas facilement. Je me rappelle ce que disait François de Wendel qu’au moins la dernière majorité qu’avait recueilli le ministère Painlevé était excellente car elle était formée en dehors des socialistes. Ce fut bien précaire.

On parle d’un ministère Viviani-Thomas. Vesnitch, qui sort d’ici et qui a vu Viviani lundi, l’a trouvé malade sur sa chaise longue et hors d’état de sortir à la suite d’une mauvaise bronchite. Vesnitch se demande si sa santé lui permettrait d’accepter pour le moment.

Les socialistes vont-ils se montrer très exigeants pour leur rentrée et revendiquer, comme on le prétend, six ministères, je ne crois pas qu’ils iraient aussi loin. Ils se contenteraient sans doute d’un seul pourvu qu’il soit Guerre, Affaires étrangères ou Intérieur, mais ce serait grave.

Welschinger vient de me rapporter un mot que lui a dit Clemenceau après avoir entendu la lecture de la déclaration discours de Painlevé :

– S’il m’avait apporté cela pour mon journal, je lui aurais dit d’aller faire des souliers.

Et Jeanneney : Généralement, le président du Conseil fait un discours lorsqu’il arrive, c’est la première fois que l’on en fait un lorsqu’on s’en va.

Et

 

[1] René Boureau.

[2] Cf. lettre du 12 novembre 1917.

13 novembre 1917

13 novembre 1917

 

Mon vieux Pierre. Le ministère est par terre [1], je viens de le téléphoner chez toi. Je pense qu’on t’aura fait ma commission. J’avais commencé mon pensum vers 4 h sans savoir ce qui allait arriver mais pour te donner la mesure de l’incohérence dans laquelle le gouvernement semblait être tombé. Nous nous en sommes rendus compte par le petit côté de ses rapports avec la presse qui ont cependant bien leur importance en des jours comme celui-ci. La présidence du Conseil nous avise que nous aurons la déclaration du gouvernement à midi. À 11h, ce ne sera plus à midi car il y aura une réunion à 2h avant la séance et on doit y mettre la dernière main. À 11h1/2, on nous prévient qu’on nous donnera le document à 1h mais qu’on se réserve de faire des corrections, lesquelles nous seront téléphonées ou nous seront portées par un officier. 1h rien, 2h rien, 3h un seul exemplaire encore incomplet en existe [sic]. On ne pourra remettre à la presse qu’à 3h1/2, trop tard pour nous et La Liberté. Le Temps a voulu avec ses machines le publier et n’a pu prendre aucun de ses courriers.

Comprends-tu qu’un gouvernement n’a pu se mettre d’accord sur sa déclaration jusqu’à dix minutes avant l’ouverture de la séance. Cela donne une riche idée de l’unité qui régnait dans le sein du cabinet. C’est la première fois que je vois cela.

Tu liras les détails de la séance dans les journaux de demain, mais d’après ce que l’on m’a répété, Painlevé aurait été lancé dans la gaffe suprême par Klotz. Alors, maintenant ? ?

Le ministère avait cru que le voyage d’Italie, le déjeuner d’hier allait lui redonner une nouvelle existence. Le pétard a fait long feu. On avait avec soin gardé un silence absolu sur ce qui se passait à Rapallo pour que l’effet soit plus grand. Il a été joli, l’effet ! Du reste, je te le disais hier, cette combinaison bâtarde n’a enthousiasmé personne. J’ajoute que le choix des membres de ce comité n’était pas de tout repos. Cadorna, somme toute, est un limogé et Wilson, l’Anglais, est plus que douteux. Tu trouverais quelque part dans mes feuillets l’indication du rôle assez bizarre qu’il a joué pour barrer la route à Pétain. C’est un homme, paraît-il, de formes très agréables mais qui serait accessible à toute espèce de sollicitations.

Je t’avais dit hier que Lloyd George avait mandé Gauvain. Celui-ci est allé au rendez-vous. Il a d’abord rencontré le Premier seul, et le pauvre Gauvain a été obligé de tirer son anglais du fond de ses entrailles, ce qui n’a pas rendu l’entretien commode au début. Il a néanmoins pu causer sérieusement avec lui et le serrer un peu. Il a retiré la conviction qu’on avait fait d’assez bonnes choses en Italie pour la coordination des efforts, mais qu’au point de vue politique Sonnino était resté sur ses positions.

Au bout d’un moment, Franklin-Bouillon, qui devait servir d’interprète, est arrivé, puis Jean Herbette et Sauerwein [2] du Matin (ce dernier vient de changer de nom et s’en est donné un plus français et précédé d’une particule). Alors, la conversation s’est engagée autour d’une tasse de thé. Mais le pauvre Gauvain ne trouve pas assez de gémissements sur la légèreté brouillonne du parlementaire qui leur servait de truchement. Il est effrayé à la pensée que ce sont des gens pareils qui donnent des conseils aux hommes d’État qu’ils pilotent. Laissant de côté la politique, je vais te donner un avant-goût des reflexions du nommé Franklin-Bouillon. Lloyd George s’est mis à parler des Bretons, de leur ténacité, de leur entêtement supérieur à tous autres. Gauvain dit que les habitants de la Franche-Comté ne le cèdent en rien aux Bretons. Il cite à l’appui un proverbe de sa province.

– Qu’est-ce que c’est que la Franche-Comté ?, demande Lloyd George.

– La Franche-Comté, se hâte de répondre Franklin-Bouillon, c’est le pays du bon vin, Dijon et ses environs !

Oh yes, Burgundy, the best wine, I know [3], reprend Lloyd George.

La Franche-Comté, capitale Dijon, c’est assez bien n’est-ce pas ?

Reçu la visite ce soir d’un phénomène, Melle Sylviac [4], celle qui a eu cette histoire avec une demoiselle du téléphone à laquelle elle avait donné un nom d’oiseau. Sylviac ne manque pas d’esprit, elle écrit dans différents journaux, La Vie parisienne, et voudrait faire des petits croquis dans un grand quotidien. Elle me dit qu’elle a vu au début de la guerre le couple Bolo dans un hôpital de Bayonne très chic où elle était avec Melle Vix [5] de l’Opéra. Elle me dit : « Je ne comprends pas que des hommes comme Monier et autres personnages considérables aient pu garder une minute des illusions. Je ne savais pas qui était Madame Bolo, mais de suite j’ai dit à Vix : Ça, c’est une p… Rien qu’à sa façon de demander de l’argent on sentait qu’elle en était une. À un moment, elle nous fit cette réflexion : Vous qui êtes artistes, vous pouvez plus facilement réussir en demandant de l’argent aux hommes, tandis que nous, les femmes du monde… Après cela, il n’y avait pas à s’y tromper. » Et je te réponds que Sylviac s’y connaît.

J’ai eu ce soir entre les mains la fin du rapport de Baudrillart à Cambon sur son voyage à Grenade. Tu en as vu une partie dans le journal, le reste est plus confidentiel [6].

Partout le prélat a trouvé les sentiments pro-alliés en recul sensible. L’intervention des États-Unis a été pour beaucoup dans cette baisse de sympathie. L’Espagne ne leur pardonne pas la guerre de 98 et la perte de Cuba. Dans les milieux religieux, on considère les Français comme les fils de la Révolution et on n’en excepte pas le clergé. On ne croit guère aux atrocités allemandes et on fait retomber sur l’Angleterre les responsabilités de la guerre. Dans les collèges de jésuites, on est ouvertement germanophile. On affiche le communiqué allemand seul parce qu’il est le seul sincère. En chaire, les prédicateurs appellent couramment la France « pays de Voltaire et de Napoléon, porte de l’enfer. »

Nos établissements religieux font ce qu’ils peuvent, mais ils se plaignent d’être isolés, délaissés, ne recevoir aucune direction, aucun encouragement de nos représentants tandis que les concurrents sont absolument mobilisés et constamment menés dans le but commun de propagande contre nous.

La révolution est tout à fait possible car le roi est désorienté, prêt à jeter le manche après la cognée, mais cette révolution n’est pas à souhaiter. La république commencerait par le libéralisme mais tournerait bien vite au nationalisme le plus xénophobe, et il ne faut pas oublier les gros intérêts économiques que nous avons dans la péninsule. C’est du reste par le côté économique qu’il faut travailler. Il estime qu’il nous faut ménager le parti conservateur et religieux.

            Good night.

Et

[1] Le ministère Painlevé tombe, mis en minorité au cours d’un débat sur la politique intérieure à propos de l’affaire Malvy-Daudet et de la perquisition à l’Action française.

[2] Jules Sauerwein (1880-1967). Journaliste. Il est le directeur des services étrangers du Matin.

[3] En anglais : « Oh, oui, la Bourgogne, le vin le meilleur. Je connais. »

[4] Marie-Thérèse Chauvin (1863-1947) dite Sylviac. Actrice de théâtre, maîtresse du frère d’Étienne de Nalèche, Gilbert de Nalèche, dont elle a une fille, l’actrice Françoise Rosay (1891-1974).

[5] Geneviève Vix (1879-1939). Cantatrice.

[6] « J’ai rédigé pour le ministère mon rapport sur mon voyage en Espagne. », Alfred Baudrillart, Les Carnets du cardinal, 1914-1918, p. 680, 7 novembre 1917. « M. Cambon, à qui je remets aujourd’hui mon rapport sur le voyage en Espagne […] », idem, p. 681, 10 novembre 1917.

12 novembre 1917

12 novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je suis allé ce matin à l’enterrement de Mme Patinot [1] où j’ai été harponné par le sieur Georges Lachapelle [2]. Je t’ai déjà présenté le type. Il est terriblement bavard, mais comme il vit dans les coulisses du gouvernement, il finit par savoir beaucoup de choses. Il est alternativement bien et mal avec les hommes au pouvoir selon qu’il est ou n’est pas employé par eux. Nous parlons naturellement de Caillaux et des affaires en cours. Comme on a saisi les papiers Lenoir, on y trouvera forcément les traces des fripouilleries du député de Mamers et de son acolyte Malvy. Voici un spécimen. Aux élections de 1914, Malvy avait besoin de dix millions pour tripatouiller ses élections. Il fit venir Lenoir et lui demanda de prendre sur ses fonds de publicité d’un emprunt ottoman la somme requise. Mais Lenoir trouva les gros intermédiaires rétifs et ne put apporter que cinq millions à ses patrons. Que fit Caillaux, ce fut très simple, la Chambre n’y vit que du feu. Il fit exonérer l’emprunt d’un point de l’impôt de 3% dû à l’État, et ce point représenta les cinq millions qui manquaient encore. Nos deux gaillards purent alors, avec leur argent, triturer la matière électorale à leur guise. Évidemment, si cette belle opération vient au jour, cela ne fera pas très joli.

Lachapelle me raconte encore que Ribot s’est fait mettre dedans de la plus jolie façon par Lefèvre [3], du Lyonnais, à propos de l’affaire du Foncier dans laquelle Lefèvre a réalisé une jolie petite commission d’une dizaine de millions à la fureur des gens du Foncier.

Puisque nous parlons du Lyonnais et de Lefèvre, je te dirai sous le sceau du secret, car je l’ai appris de la façon la plus confidentielle de quelqu’un de très sérieux, que ledit Lefèvre faisait marcher en ce moment contre le privilège de la Banque de France. C’est le nommé Ajam qui serait l’homme choisi pour faire cette campagne. Je te le répète, garde cela strictement pour toi car ce sont des choses qu’il est très difficile de prouver. Il est bon de savoir ce qui se passe pour mettre des contre-mines, mais il faut se garder de rien ébruiter.

J’ai eu aujourd’hui le récit d’un entretien assez curieux de Clemenceau avec Jonnart. Quelqu’un demandait à ce dernier s’il se préparait à entrer dans le ministère Clemenceau au cas où ce dernier serait appelé à la présidence du Conseil. Jonnart a répondu : C’est tout ce qu’il y a de moins probable en ce qui me concerne car Clemenceau est venu lui-même me demander si, le cas échéant, je consentirais à entrer dans un cabinet formé par lui. Et comme je lui disais que je ne voyais pour moi qu’un seul portefeuille, celui des Affaires étrangères, le vieux Tigre m’a énuméré tous les ministères avec les titulaires possibles mais m’a dit : Il n’y a que celui des Affaires étrangères dont je ne pourrais disposer car je suis bien obligé, à mon vif regret, de le donner à Pichon. Dans ces conditions, ajoute Jonnart, j’ai répondu que j’étais désolé mais qu’il n’avait pas à compter sur moi, et il est parti furieux.

On prétend beaucoup toujours que Painlevé ne voudrait pas rester président du Conseil mais voudrait conserver la rue Saint-Dominique jusqu’à ce que l’affaire de l’offensive d’avril et l’accusation dont il est l’objet d’avoir arrêté Nivelle dans sa marche à l’étoile soit complètement réglée. En tout cas, il paraît que, depuis le retour d’Italie, tout le monde rayonne à la Guerre. Les hommes qui entourent le ministre prétendent que tout est parfait, qu’on a fait en Italie une besogne admirable et qu’on va se présenter demain à la Chambre dans d’admirables conditions. Nous l’aurons vu quand tu recevras cette lettre.

Quels drôles de gens que ces députés. Tu as vu qu’aujourd’hui il y avait eu le déjeuner Lloyd George et un échange de discours. À 4h, Lefas [4], qui cependant n’est pas sans valeur, me téléphone pour me dire qu’il sort de la réunion, que ce fut quelque chose d’extraordinaire, que Lloyd George a la physionomie la plus intéressante qui se puisse imaginer et qu’il me propose de faire un court article en trois parties. La première : peinture de Lloyd George, la deuxième : l’Italie, et la troisième : l’unité de front réalisée. Je lui dis : mais nous connaissons très bien Lloyd George, il est probable que Gauvain fera demain un article sur cette réunion et ses conséquences politiques.

– Mais y était-il ?

– Évidemment non, mais nous avons les discours. De plus, Lloyd George lui a fait demander de venir le voir à 5h ce soir. Il est probable que cette conversation sera plus précise que les discours.

Le député Lefas s’est incliné, mais cela lui a fait gros cœur. Vois-tu cet article fait d’enthousiasme sur le ministre anglais et sur l’Italie ! Ce serait du propre, et cela à l’heure où nous voyons ce qui se passe en Italie et où la situation de Lloyd George n’existe pour ainsi dire plus en Angleterre.

Le bon Seillière [5] est venu me voir ce soir pour me faire part de son intention de poser sa candidature d’essai au fauteuil de Ségur [6].

À toi.

Et

[1] Mme Georges Patinot, née Cécile Bapst (1859-1917), est la veuve de Georges Patinot, prédécesseur de Nalèche à la tête du Journal des Débats. Elle est la fille de Jules Bapst (1830-1899) et la petite-fille d’Armand Bertin (1801-1854), directeurs successifs du Journal des Débats.

[2] Georges Lachapelle (1859-19). Économiste.

[3] Eugène Lefèvre (1865-1926). Banquier. Directeur général du Crédit lyonnais (1922-1926).

[4] Alexandre Lefas (1871-1950). Avocat. Lieutenant d’état-major (1914). Homme politique. Député progressiste d’Ille-et-Vilaine (1902-1919).

[5] Ernest Seillère (1856-1955). Homme de lettres. Journaliste. Rédacteur au Journal des Débats et collaborateur de la Revue des Deux Mondes. Il est élu à l’Académie des sciences morales et politiques (23 mai 1914).

[6] Il s’agit du fauteuil d’académicien du marquis de Ségur décédé le 12 août 1916.

11 novembre 1917

Ce que je te dis plus loin sur les divisions allemandes retirées du front russe n’est pas du tout officiel, ce sont plutôt des présomptions.

 

 

 

11 novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Tu sais à peu près tout ce que Fernand de Brinon m’a dit hier, je ne t’en reparlerai pas, mais la conversation s’est continuée avec les deux autres personnages que je t’avais annoncés pour le déjeuner, et l’impression que je retire de notre réunion est détestable. Je crois qu’au cours de ces trois années, à part les tout premiers mois, jamais la situation n’a été plus mauvaise et jamais, pour y faire face, la faiblesse des gouvernements ne fut plus éclatante.

Si j’ai bien compris ce qui s’est dit, nous sommes à l’heure actuelle sérieusement menacés d’une tentative allemande par la Suisse. Douze divisions seraient ramenées de Russie à cet effet, et si ce n’est pas par la Suisse ce sera sur un point du front occidental. De plus, d’ici à un mois et demi, notre armée de Salonique aura à faire face à une offensive bulgare. Ceci n’a pas empêché le ministre et Lloyd George de se faire rouler par les Italiens ainsi que le démontre le communiqué grotesque de ce matin. Barrère n’a cessé de trouver les forces envoyées à l’Italie insuffisantes et ne veut pas tenir compte de la pénurie de nos effectifs.

Il nous faut en plus envoyer à Salonique des renforts pour notre armée d’Orient, et un de ceux qui étaient là ce matin, et qui a dû passer en revue toutes nos disponibilités, prétend que la situation est lamentable. Comme il a suivi Sarrail depuis le début et qu’il voit ses télégrammes de chaque jour, il ne craint pas de dire sur lui des mots assez durs. Du reste, Painlevé prétend que les Anglais vont évacuer car leur position sous la pression ennemie ne leur permettrait pas de se tirer, tandis que les troupes françaises pourraient à la rigueur s’échapper par la Thessalie.

Je te parlais du communiqué grotesque de Painlevé. Le factum semble en effet écrit bien plus pour une apologie que pour ce qui vient d’être établi et qui restera une chose tout à fait hybride. Je regrette un peu l’article de Gauvain d’hier ou plutôt la partie concernant la nouvelle création. Si j’en avais connu les détails, je n’aurais certainement pas laissé les Débats débuter par une sorte d’éloge sur les mesures prises.

Tout cela n’est pas gai, mon pauvre vieux, espérons que nous en sortirons tout de même. Malgré tout, je ne puis m’empêcher de faire un rapprochement entre le processus de l’Entente et celui du malade dont la courbe varie de jour en jour avec des alternatives de haut et de bas. Quand elle descend, c’est toujours de quelques points au-dessous du degré précédent, quand elle remonte, c’est aussi toujours un peu en dessous du point maximum. Du faisceau de l’Entente qui naguère était lié vigoureusement, voici que chaque jour se détachent des unités, Roumanie, Russie, Italie. Si l’on abandonne Salonique, la Grèce sera livrée aux ennemis. Enfin !

J’étais dans cet état d’esprit plutôt chagrin cet après-midi lorsque René Bazin est venu me voir. C’est l’optimisme extraordinaire. Je lui ai versé des flots de pessimisme pour qu’au moins il arrive à en dire quelque chose à L’Écho de Paris et que, dans ce journal, on veuille bien ouvrir les yeux à la réalité. J’ai compris que Bazin m’en voulait de cette sortie. Il m’a parlé en dernier ressort du concours américain. Je lui ai prouvé chiffres à l’appui que l’Amérique c’était mille hommes par jour, soit trois cent soixante mille par an si nous plaçons les choses à la perfection. Il a été très étonné. Tout cela ne l’a pas convaincu car il est parti en répondant à ce que je lui disais de l’Alsace-Lorraine par ces mots d’un mysticisme admirable mais qui ne vaut pas tout de même de bons canons et de gros effectifs : « Je ne crois pas que Dieu permette que notre pays ne sorte pas victorieux de cette lutte, et je m’en remets à Lui du succès de notre cause. » J’ai répondu – Amen – et je lui ai donné rendez-vous à notre prochain dîner où il compte venir. C’est égal, quelle belle réputation il va me faire dans les milieux héroïques.

Pour changer de sujet et en aborder un moins pénible, laisse-moi te raconter deux ou trois anecdotes concernant Joffre et qui sont dites par son officier d’ordonnance, celui qui l’a accompagné en Amérique et qui est resté auprès de lui à l’heure actuelle, François de Tessan lequel ne se doute pas de la puissance de ces petites histoires et du jour étonnant dont elles éclairent la physionomie du maréchal. Je commence.

Ces jours-ci, l’éditeur Conard [1] écrit au maréchal lui demandant de donner à une nouvelle édition de Montaigne qu’il prépare le nom d’ « Édition maréchal Joffre » car il a appris que c’était le livre préféré du généralissime, et qu’en raison de cette prédilection…, etc.

Le maréchal dit à François de Tessan : Mon bon ami, je ne sais pas ce qu’ils ont tous à me parler de Montaigne. Savez-vous pourquoi ?

– Mon Dieu, Monsieur le Maréchal, c’est que sans doute c’était la lecture de beaucoup de grands capitaines.

– Peut-être, mon ami, mais voulez-vous que je vous dise, je ne l’ai même jamais lu, leur Montaigne. Écrivez-leur tout de même que j’accepte de donner mon nom à la nouvelle édition.

Voilà comment l’éditeur Conard reçut le lendemain une belle lettre du cabinet de Joffre dans laquelle on pouvait lire ceci : Montaigne est en effet le livre de chevet du maréchal qui sera très heureux que la nouvelle édition porte son nom.

Un jour, à un grand dîner en Amérique, dîner officiel, le bon maréchal appelle François de Tessan et lui dit :

– Mon bon ami, je suis ennuyé, j’ai oublié de prendre avant le dîner certaines précautions et voici que maintenant il me faudrait sortir de table, je ne sais comment faire sans inconvenance. C’est un supplice cependant qui ne peut durer.

– C’est bien facile, Monsieur le Maréchal, je vais vous prévenir que vous avez omis de donner un coup de téléphone urgent et vous pourrez vous lever sans que l’on y trouve à redire.

Ainsi fut fait et le maréchal sortit. À la porte il trouva la garde qui, aussitôt, se leva, rendit les honneurs, un général qui la commandait se précipita. Le maréchal, d’un geste, remercia et calma tout le monde, fit quelques pas et, tout à coup, on entendit une épouvantable détonation ; M. le Maréchal s’était soulagé. Dans son bonheur de cette délivrance, il oublia totalement que son excuse avait été le téléphone et, radieux, il rentra et reprit sa place dans la salle du festin.

Dans toutes les grandes villes où l’on passait, on recevait la mission et on s’appliquait à organiser le protocole le plus soigné. Les milliardaires qui recevaient le maréchal disposaient pour l’arrivée des autos tout un monde de serviteurs, de majordomes, de porte-flambeaux pour le recevoir dès l’entrée. Mais notre homme a une habitude, c’est, aussitôt arrivé, de demander où sont les WC. Il n’y manquait pas et tout le protocole était désorganisé.

À Saint-Louis, un milliardaire s’était ingénié à faire mieux que les autres et il avait trouvé ce raffinement. Il avait un orgue dans le palais où il logeait la mission. Il fit venir des artistes et leur donna les instructions de jouer pendant tout le séjour du maréchal. Lorsque celui-ci entrerait, ce serait une marche triomphale. La nuit, les sons seraient doux et voilés, et au matin, on réveillerait nos compatriotes avec quelque chose comme le gazouillis des oiseaux. Tout alla bien au début. La mission rentra vers minuit, marche triomphale. Après, harmonie plus douce. Mais au milieu de la nuit, on entend un concert d’imprécations. Tout le monde sort dans son costume de nuit, le maréchal entr’ouvre sa porte et montre son épaisse silhouette un peu burlesque, on aperçoit Viviani en pyjama qui tempête et vocifère : Nous sommes donc dans une maison de fous. Impossible de dormir. Les serviteurs accourent, lui disent que c’est un artiste qui a ordre de jouer. Viviani fait venir l’artiste, lui flanque l’abattage le plus grossier et tout le monde rentre dans sa chambre.

Joffre adorait les petits cadeaux qu’on lui faisait et il en pleuvait. Mais un jour, une femme avait voulu se précipiter sur son passage pour lui remettre un présent. La garde écarta cette importune. La scène n’avait pas échappé au maréchal qui dit à François de Tessan : « La police est d’une brutalité extraordinaire. Elle a écarté cette femme qui voulait m’offrir un objet, j’ai bien cru voir que c’était en or, c’était peut-être un porte-crayon ou quelque chose comme cela. Il faudra dire à la police qu’elle mette un peu plus de douceur dans son service. »

Gillette [2], le rasoir, avait demandé à notre Joffre de lui signer une attestation, et lui avait promis en revanche de lui donner un gillette en or avec un rubis. Jusqu’à ces tout derniers jours l’objet n’était pas arrivé, et Joffre dit à François de Tessan : « Mon ami, ce Gillette est un farceur, je n’ai pas encore reçu son rasoir. Il faudrait lui demander tout de même ce que ça devient. » Sur ces entrefaites, le gillette arriva et le père Joffre fut content.

La dernière lettre authentique de Joffre à sa femme avant son retour :

 » Ma chère,

Je te rapporte des tas de bonnes choses. Tendrement à toi. »

Et

[1] Louis Conard. Libraire. Éditeur, il dirige les éditions Conard qui portent son nom. 6, place de la Madeleine, Paris, VIIIe.

[2] King Camp Gillette (1855-1932). Canadien d’origine française devenu Américain. Fondateur de l’entreprise de rasoirs Gillette Safety Company à Boston (1902). Inventeur du rasoir à lame jetable fabriqué en 1903, breveté en 1904. Il fournit, pendant la Première Guerre mondiale, 3,5 millions de rasoirs et 36 millions de lames à l’armée américaine.

9-10 novembre 1917

9-10 novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Hier et aujourd’hui, je t’ai à peu près vidé le fond de mon sac. Aussi, attendrai-je plutôt à demain pour te raconter ce qui m’aura été dit au dîner d’aujourd’hui et au déjeuner.

Je crois bien t’avoir répété ce que j’avais appris sur le premier contact des Américains avec l’ennemi. Tu as vu que les Allemands avaient fait un assez grand nombre de prisonniers parmi nos nouveaux Alliés. L’opération avait été simple, ces Américains s’en étaient allés droit chez l’ennemi, tout comme des Italiens. C’est un heureux présage pour l’avenir. On ne sait du reste pas très bien ce que sont ces soldats américains, beaucoup doivent être boches et par suite désireux de saisir la première occasion pour filer. Après tout, Pershing avait bien dans son état-major une quantité d’officiers appartenant à la presse Hearst. Ce fut toute une affaire que de faire comprendre au général qu’il ne pouvait avoir autour de lui des correspondants de journaux.

Je t’ai dit aussi les propos de Briand au Sénat avant-hier. Adossé à la cheminée, le proconsul a parlé pendant tout l’après-midi des négociations Lancken, de Mme de Mérode, etc., laissant dans l’esprit de ses auditeurs que, s’il était à la tête du gouvernement, la paix ne tarderait pas à être signée aux conditions les plus mirobolantes. Ce qu’il y a de curieux à noter dans ces bavardages dans les coulisses du Sénat, c’est que Briand fait évidemment la cour à la Haute Assemblée. Voici deux fois en une semaine qu’il vient là s’entretenir familièrement avec les sénateurs tâchant de faire pénétrer dans leurs esprits qu’il est un grand homme et qu’avec lui tout marchait et marcherait à souhait. Nivelle allait à la grande victoire, d’autres l’ont paralysé, et lui n’aurait fait qu’une bouchée des Allemands dans ses conversations avec eux. Donc, stratégie et diplomatie n’ont pas de secret pour lui.

Salomon, qui était venu aussi hier matin, me disait que la révolution de Pétrograd serait peut-être moins dangereuse qu’on ne pouvait le craindre [1]. Il croit qu’il y a un mouvement de Cosaques assez sérieux qui pourrait jouer un rôle à un moment donné. Raffalovitch, lui, qui m’a téléphoné ce matin demandant à venir me voir, compte sur l’hostilité extrêmement vive qui règne entre les ouvriers et les paysans. Du reste, le financier russe estime que les Allemands doivent être eux-mêmes assez embarrassés pour arriver à signer la paix. Avec qui ? et qui l’imposera ? Il compare la révolution de Pétrograd à la Commune de Paris. C’est assez juste, mais je lui réponds qu’en 70 nous avions en dehors de Paris un gouvernement, une armée, des forces organisées ; en Russie, rien de tout cela, des masses amorphes, une armée décomposée, et pas de chefs.

Raffalovitch me dit que les Alliés auraient dû quitter Pétrograd [2] et s’en aller à Moscou ou ailleurs, mais en tout cas montrer par leur départ qu’il ne reconnaissait pas aux Soviets le droit de parler comme gouvernement. De plus, dès que dans un coin de la Russie il y aurait un semblant de gouvernement établi, les Alliés devraient s’empresser de le reconnaître et de grouper le plus de forces possible autour de lui. Il n’a pas tort.

J’avais eu aussi hier la visite de Thomasson qui a quitté l’armée de Lorraine et le général Gérard [3]. Détail assez amusant, Gérard voulait à toutes forces avoir le commandement de Paris à la place de Dubail. Il a envoyé son acolyte Paul-Boncour afin de tâter l’opinion. Paul-Boncour est revenu, a dit au général que les affaires de la capitale étaient mauvaises, que l’hiver serait dur et que sûrement nous aurions des mouvements populaires. On serait amené à tirer sur le peuple. Mauvaise affaire, mon Général, mauvaise affaire.

Cela a suffi ; le général a écrit à Paris qu’il avait commencé des choses très importantes en Lorraine et qu’il priait le gouvernement de le laisser continuer sa besogne. Chaque fois qu’on parle à des ministres, l’émeute gronde, mais si l’on s’adresse aux conseillers municipaux, ceux-ci vous répondent que la population est très tranquille et que l’ordre ne sera pas troublé.

Rodolphe Rey, notre correspondant momentané aux armées, a fait une grande tournée et a longuement causé avec l’archevêque de Reims qui lui a raconté le voyage des prélats espagnols. Celui de Tarragone était arrivé, persuadé que les histoires de Reims étaient de la blague et que la cathédrale n’avait pas été détruite. Il a été abasourdi, d’autant mieux que pendant la visite au sanctuaire des obus sont tombés, et le pauvre homme faisait dans sa soutane.

En tout cas, cléricaux et libres-penseurs demandent la reconstruction de l’édifice. Les uns parce que c’est un lieu traditionnellement vénéré, les autres parce qu’ils croient que la ville ne se rebâtira pas autour de ruines. L’archevêque disait à Rey qu’on trouverait tout l’argent nécessaire, cela dût-il coûter cent millions. Il a chaque matin dans ses courriers les offres de concours les plus considérables.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Lénine impose ses vues aux Soviets et dirige l’insurrection d’octobre. Il est alors président du Conseil des commissaires du peuple (1917-1924).

[2] A Pétrograd, les élèves de l’école militaire tentent une insurrection contre les Soviets. Les troupes rouges occupent les écoles. A Moscou, des barricades sont dressées et des combats ont lieu entre blancs et rouges.

[3] Augustin Gérard (1857-1926). Général de brigade d’infanterie. Il sert avant la guerre comme chef d’état-major de Joseph Gallieni à Madagascar. Il commande la 8e armée de Lorraine (24 juillet-5 novembre 1915 ; 31 décembre 1916-armistice). Il commande la 1ère armée (31 mars-31 décembre 1916).