Archives mensuelles : mars 2017

20 mars 1917

20 mars 1917

 

Je t’ai beaucoup regretté ce matin car je crois que tu aurais pu venir sans inconvénient. Le général Pellé (?) m’a amené son remplaçant qui m’a paru un homme calme et intelligent. Il se nomme le lieutenant-colonel Fournier [1]. J’avais dit à Bidou de nous rejoindre et il est venu en effet comme d’habitude à la fin du repas. Du reste, Fournier et lui se tutoient, ils ont eu la surprise de se retrouver labadens [2]. Ils ont dû se gratter dans la main et se retrouver jésuites. Il n’y avait du reste pas dix minutes qu’ils étaient ensemble que chacun de son côté a tiré ses cartes et qu’une discussion ou plutôt une étude détaillée a commencé. Étude, je t’avouerai, à laquelle je n’ai pris aucune part.

Le général m’a paru dans d’excellentes idées, beaucoup meilleures que celles que tu avais entendu exprimer. Il trouve grotesque le battage qu’on fait autour du repli allemand et déplore qu’on le qualifie de victoire. Il est persuadé que le Boche nous réserve un coup de Jarnac quelconque, mais qu’enfin il faut s’attendre à une action nouvelle. Au reste, Bidou, dès le début, nous a dit la même chose et c’est bien ton avis.

En revanche, sur la crise et sur le passage de Lyautey au ministère, quantité d’anecdotes très amusantes dans lesquelles je retrouvais le Lyautey se brouillant avec le Comité de l’Afrique qui avait imprimé une phrase de de Caix qualifiant « d’épisode de la grande lutte pour la possession du Maroc » la bataille d’Aïn Sefra, et ne voulant plus parler à l’auteur pendant plusieurs années.

Quelques détails impayables sur les trains spéciaux pour le front : quinze wagons, vingt officiers, une agitation extraordinaire, mais néanmoins n’intervenant pas du tout dans les opérations. Il dément la légende de l’offensive différée par suite de mésentente entre Nivelle et lui. Les causes en étaient autres. En tout cas, hostilité avec le faubourg Saint-Honoré pour mille raisons dont je te donnerai l’exposé. Quant au grand acte de la fameuse séance, grosse déception pour la façon dont il avait été accueilli.

Tout à l’heure, un de mes amis est venu me trouver en me demandant si possible d’intervenir auprès de Ribot et de Thierry pour que Métin ne soit pas maintenu mais soit remplacé par Landry [3]. La raison que l’on me donnait de cette intervention était le désir d’écarter un socialiste, ce qu’il faut traduire par : désir de Landry et de ses amis de voir le premier au pouvoir. Le nouveau cabinet devait se réunir à 3 h aux Finances, il y avait urgence. D’après l’émissaire qui m’était envoyé, Thierry lui-même était opposé à Métin.

Je me suis méfié et j’ai téléphoné à Arnauné [4] pour demander si Thierry était arrivé. Il y était. Il est venu au téléphone, et je lui ai dit que, désireux de ne rien faire sans son agrément, je le laissais juge de se servir ou pas de notre autorité dans la discussion et que je ne le dérangerais que sur l’affirmation qui m’avait été faite de son hostilité à Métin.

Thierry m’a répondu qu’il serait obligé de s’incliner devant le désir de son respectable président à qui il ferait la plus grande peine en remerciant Métin.

Je le comprends du reste très bien. Il eût été très difficile pour Ribot de se séparer d’un collaborateur de l’ancien cabinet, d’autant qu’on gardait tous les autres sous-secrétaires d’État.

Mais comme tout cela est comique !

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Le terme labadens est utilisé au XIXe siècle et signifie camarade de collège ou d’internat, du nom du maître de pension dans la pièce d’Eugène Labiche, L’Affaire de la rue de Lourcine, 1857.

[3] Adolphe Landry (1874-1956). Homme politique. Député radical socialiste de la Corse (1910-1930 ; 1936-1940).

[4] Auguste Arnauné (1855-1927). Homme politique, chef de cabinet de Ribot.

19 mars 1917

19 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne te parle pas de tous les bruits qui circulent sur le repli allemand. Nous en avons dit quelques mots tout à l’heure. Néanmoins, un petit détail inédit qui n’a d’autre valeur que celle qu’on veut bien lui donner. Henry de Varigny me raconte qu’une amie à lui vient de recevoir une lettre de Bruxelles venue par la Suisse, voie conventionnelle, datée du 8 mars dans laquelle se trouve cette phrase : « Je suis à peu près certaine qu’avant la fin de mai vous retrouverez votre habitation dans l’état où vous l’espérez. » Ce qui veut dire que la Belgique sera vidée de ses envahisseurs.

Je t’ai laissé hier au moment où j’allais aller chez notre élégant Paul [1]. C’était bien le discours que j’attendais. Il m’a fait le récit de ce qui s’était passé entre lui et le chef de l’État. Appelé par ce dernier à 10 h du matin, il lui donne les indications qu’il croit devoir lui donner, c’est-à-dire que Ribot lui paraît tout désigné pour constituer un cabinet. La conversation a duré à peu près une heure et Poincaré lui dit que Dubost [2] a donné le même conseil. Au moment de se séparer, le président lui dit simplement de rester encore à sa disposition au cas où il aurait besoin de lui. Deschanel sentit qu’on allait lui faire un mauvais coup. Ça n’a pas raté, à 2 h le président le redemande pour lui demander de constituer un cabinet d’union patriotique. On me refaisait le même coup, dit Deschanel, que le jour où Ribot fit un cabinet qui ne dura pas une heure. Or j’estime que je suis à un poste difficile qui peut à un moment devenir dangereux, et je dois y rester. Ce n’est pas aujourd’hui que je puis accepter la formation d’un cabinet. Très volontiers je serais autrefois allé au Quai d’Orsay, je l’ai même désiré, mais les circonstances n’y sont plus. Le président m’a dit que c’était après avoir causé avec Briand qu’il me faisait cette proposition. Je lui ai répondu que s’il avait ses propres indications j’avais aussi les miennes. Je lui ai cité en particulier l’avis de Maginot, président de la commission de l’Armée, qui affirmait que ce devait être Ribot et Painlevé. Car Painlevé, hors du ministère, est un point géométrique autour duquel se formerait un noyau d’opposition. – D’autant, ai-je dit, que l’on prétend à tort ou à raison que Painlevé amènerait Pétain comme major général. – Ceci me paraît très difficile à cause des rapports de ce général avec Nivelle. Je crois même la chose impossible.

Toujours est-il que Poincaré et Briand s’étaient entendus pour me faire jouer un rôle de dupe. Avec ce cabinet d’union patriotique, j’avais même l’air, en refusant, d’être antipatriotique. J’avais espéré que l’on ne mettrait pas le public au courant, mais de suite on avait communiqué à la presse la note que vous connaissez, j’ai simplement fait changer le mot patriotique en nationale. Ce que je vous demande, c’est, par un mot dans le journal, d’approuver ma décision. – C’est d’autant plus facile pour moi, M. le Président, que mon opinion est très nette. Il ne faut pas en ce moment d’élection à la présidence de la Chambre.

Ce Briand, reprit Paul, comme c’est malheureux de voir ses qualités inutilisées. C’est le seul qui sache prendre la Chambre, et c’est surtout en Comité secret qu’il faut le regarder. Pas une nuance, pas un mot, rien ne lui échappe. Il est comme l’anguille qui passe son museau entre deux pierres. La tête ne passera pas, se dit-on, et elle passe ; le corps restera en route, pas du tout, le corps entier file par la fente. Il est vraiment étonnant !

Puis, le sujet tranché, nous avons parlé un peu de tout. Il m’a raconté que d’Estournelles de Constant était venu le voir et qu’il lui disait : Comment avez-vous pu vous fier à la convention de La Haye et faire cette campagne contre les crédits, alors que l’Allemagne augmentait les siens, etc. D’Estournelles s’est mis à pleurer de vraies larmes.

Il m’a raconté qu’à une certaine époque on avait voulu l’entraîner à Kiel et qu’une personnalité (ici ma mémoire me sert mal, je ne retrouve pas le nom) avait tout arrangé avec le prince de Monaco [3] pour ce voyage sans même avoir son assentiment. Ce quidam était venu le retrouver en lui disant, le yacht est à votre disposition, nous partons. Il a énergiquement refusé et n’y est pas allé.

J’ai mouchardé auprès de lui cet imbécile de Millevoye qui donnait vendredi soir joliment raison à Lyautey. Ce député est à la tête de quelque petite ligue d’aéronautique, et cette ligue siège au Crillon. Croirais-tu qu’il avait tenu une de ces réunions dans le hall où tout le monde prend le thé, Espagnols, Hollandais, vagues Américains, Boches, et à haute voix on discutait les programmes d’aviation, les nouvelles inventions, les revendications, l’organisation, en un mot tout ce qui intéresse la défense nationale. C’est une dame indignée qui m’a téléphoné le soir-même et m’a rapporté la réflexion d’un Espagnol qui était avec elle et qui s’est écrié : Mais voilà des renseignements qui pourraient me rapporter cent mille francs. – Il n’y aurait qu’à prendre un crayon.

Paul Deschanel m’a promis de laver la tête à Millevoye, je l’ai autorisé à se servir de mon nom. Oh inconscience! Quelles belles âmes que toute cette séquelle politique !

À toi.

Et

[1] Il s’agit de Paul Deschanel.

[2] Antonin Dubost (1842-1921). Homme politique. Député radical socialiste de l’Isère (1880-1897). Président du Sénat (1906-1920).

[3] Il s’agit d’Albert Ier, prince de Monaco (1848-1922).

18 mars 1917

18 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Bien que tu soies venu ce matin et que tu aies pris part à nos discussions, je ne résiste pas au désir de te faire observer qu’après avoir entendu notre Alter ego il ressort que, clair comme le jour, Briand a joué Lyautey. Tu as entendu l’histoire : Briand connaissait le projet de lettre, en avait même pris connaissance avant le départ pour Londres car il ne devait pas y avoir de Comité secret ; puis les projets tournent, il y aura un Comité secret, un officier est envoyé pour expliquer la situation en route au ministre de la Guerre. Ce dernier se demande pourquoi tout est changé, on ne lui explique pas, mais l’affaire éclate. Je croyais à la fourberie, mais j’avoue, quand Croisset m’a téléphoné [1], n’avoir pas cru à un exemple aussi formidable, eh bien, c’est vrai, et ceci, somme toute, de l’aveu d’un des meilleurs avocats.

Deschanel vient de me faire téléphoner demandant à venir me voir n’importe où je serais… Je réponds qu’ayant un rendez-vous tout à l’heure je ne puis le recevoir, mais que j’irai chez lui. On me dit aimablement que cela change les conditions et que c’était lui qui voulait se déranger. Devant l’assurance que je serais dérangé d’autant plus que le président se dérangerait, j’ai vaincu dans cet assaut de politesse et je me rendrai chez lui entre 7h et 7h1/2. À demain le récit. Mais je sais ce qu’il va me dire. Il a dû être appelé chez le président de la République et veut m’expliquer que sa présence est absolument nécessaire au Palais-Bourbon.

Vingt francs si cela n’est pas vrai.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 17 mars 1917.

17 mars 1917

17 mars 1917

 

Je regrette, mon cher Pierre, de n’avoir pu faire mon pensum hier, mais j’étais complètement cassé. J’avais cependant deux ou trois petites choses à noter, tout cela s’est un peu envolé maintenant. Je ne te parlerai que de la crise Lyautey, car la Russie, tu en entendras certainement autant que moi, et puis, quoi dire ? Tous les gens que j’ai vus, sauf Milewski que j’ai mobilisé dare-dare, ne m’ont dit que des âneries. Ce diable de Milewski est prodigieux, une sûreté de mémoire, une précision de pensée vraiment extraordinaires.

Je reviens donc à Lyautey. Avant-hier au soir, j’avais à dîner chez moi un officier de la boîte. On a fait tout ce qu’on a pu pour l’empêcher de faire son coup, mais sans y réussir. Dès le matin, il a déclaré qu’il ne coucherait pas une nuit de plus rue Saint-Dominique, ne voulant même pas assurer les affaires courantes, il a fallu nommer Lacaze à cet effet. Un camion automobile est venu le jour même et a stationné jusqu’à 7h1/2 dans la cour pour emmener les parapluies de Mme Lyautey, ses frusques, etc. Mon invité trouvant le général dans l’escalier s’entend dire : « Ah ! je ne suis pas fâché d’en avoir fini avec cette vermine ! » À qui s’adressait le mot, aux députés ou aux ministres, sans doute à tous réunis. Briand était venu causer avec lui à 7h, et durant la journée on avait pensé à mettre Thomas rue Saint-Dominique.

Mon invité a téléphoné de chez moi à Chaumet, député de la Gironde, pour savoir comment cette combinaison serait prise. Chaumet a répondu que si Thomas venait à la Guerre, cela ne durerait pas plus de trois ou quatre jours, qu’on lui sortirait les affaires de Roanne et que cela ferait scandale.

Après avoir téléphoné, mon ami me dit : Encore un qui a la haine de Briand, haine à lui flanquer un coup de revolver, tout cela parce qu’il n’a pas eu de portefeuille après des quasi-promesses. Il entasse joliment des colères, notre proconsul !

Il paraît, et c’est d’une autre source que je le tiens, que la décision de Lyautey a été grandement aidée par la séance du conseil du matin. Le ministre de la Guerre avait insisté pour que Castelnau reçoive un commandement, mais il s’était trouvé en face du refus obstiné de Malvy. Et cette opposition à de légitimes désirs n’avaient pas peu contribué à surexciter Lyautey.

Mais alors, sur tout ce que je viens de te raconter est venue se greffer l’histoire suivante. À midi 1/4 avant hier, Francis de Croisset me téléphone pour me demander s’il pourrait me voir dans les vingt minutes. Je fais répondre que oui mais l’administration avait coupé. Tu sais que Francis de Croisset travaillait au cabinet dans des fonctions que je ne définis pas très bien. Je ne m’en préoccupe pas autrement, et je n’ai plus de nouvelles de Croisset jusqu’à hier au soir. Nouveau coup de téléphone et explication. Il avait voulu me donner une indication assez intéressante pour notre article de la veille : « J’ai lu votre article, me dit-il, il était du reste très bien, mais peut-être y auriez-vous ajouté une petite note supplémentaire si vous aviez su que c’est M. Briand lui-même qui a conseillé à Lyautey cette déclaration, et mieux, c’est lui-même qui en a écrit les termes. Que dites-vous du procédé ? »

Si la chose est vraie, le procédé serait évidemment ignoble, mais j’ai peine à y croire car à 6 h du soir, avant la lecture et la scène de la Chambre, les officiers du cabinet savaient que leur patron était démissionnaire. C’est une version que l’on a mise en circulation car le baron de Castex [1] qui a vu ma femme [2] avant le dîner, lui a sorti cette même accusation. Cela m’a tout l’air d’être inventé pour les besoins de la cause. Néanmoins, quelqu’un m’a fait observer ce petit fait qui a été dans les journaux et qui, dans les circonstances, pourrait avoir une signification. Lorsque Lyautey s’est retiré, Briand lui a demandé ses papiers, mais il les a fourrés dans sa poche… Cela aurait-il un intérêt d’avenir ?

Mon informateur a vu Painlevé hier au soir. Celui-ci lui a dit : On ne m’a fait encore aucune ouverture officielle, mais cette fois il ne faudra pas que ce soit comme la dernière où l’on vous offre pour vous évincer. Les questions des personnalités me seront tout à fait indifférentes, c’est une question de programme et je n’accepterai que si mon programme est accepté.

Ce soir, il semble bien que c’est lui qui viendra à la Guerre. Notre Thierry rentrerait ainsi que Fernand David. C’est beau les caractères !

Ton vieil

Et

 

Bapaume est pris, mais tu le sauras avant ma lettre.

[1] Henri de Castex (1854-19). Baron. Ami de longue date d’Étienne de Nalèche et témoin à son mariage.

[2] Mme Étienne de Nalèche (1867-19). Née Julia Pervenche de Mesnard de Jannel de Vauréal.

16 mars 1917

16 mars 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Ma tête n’est plus qu’un pauvre grelot vide. J’ai vu tant de monde et entendu tant de propos que je ne me sens plus la possibilité de faire mon pensum. Ajoute à cela qu’il me faut à moi presque tout faire seul. Tu te doutes de ma journée ! Si les choses finissent par se classer un peu, je tâcherai de te noter certaines choses.

Ton vieil

Et

15 mars 1917

15 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai bien regretté de ne t’avoir pas vu tout à l’heure. J’avais mon petit conseil de Jaffa [1] et j’ai dû rentrer peu de temps après ton départ. Quelle journée ! mon pensum s’en ressentira car il me paraît bien difficile de mettre sur papier en quelques minutes tout ce que j’ai vu et entendu.

C’est donc toi qui avais raison pour Lyautey. Ce dernier a voulu s’en aller. Il n’avait pas digéré, dit-on, l’affaire Sixte-Quenin [2], mais ses dissentiments avec Nivelle avaient semblé, dit-on, tourner contre lui. On note en effet que son coup a été fait au retour de Londres où avait eu lieu le Comité de guerre, lequel devait avoir pour but un amendement au conseil de Calais qui s’était prononcé pour l’abstention. Il aurait senti que Briand le lâchait et le débarquerait un jour. Il aurait estimé qu’un homme comme lui ne saurait être débarqué comme le premier venu et il aurait pris les devants. Si telle est la vérité, il s’y est bien mal pris, et les meilleurs esprits ne peuvent s’empêcher de trouver dans le geste un lâchage incompatible avec la fonction dont il avait accepté la responsabilité. Maintenant que va-t-il se passer ? Si je crois les gens chargés de porter la bonne parole, Briand profiterait de l’occasion pour élargir son ministère, opération dont il avait l’intention dans un délai plus ou moins grand. Alors il chercherait à s’entendre avec Painlevé et Barthou. On parle du débarquement de Lacaze qui est un peu dans l’état d’esprit de Lyautey et qui est assez mécontent de Briand. On dit également qu’on remercierait Herriot. Mais tout cela n’est que « on-dit ». La seule chose à retenir, c’est le désir de Briand d’en arriver à prendre quelques-uns des opposants. Tardieu ? L’appel de Tardieu serait pour la Chambre une lâcheté, et l’acceptation par ce député d’un portefeuille, une capitulation assez méprisable (Ce sont les propos de la Chambre). Le duel est engagé, ni l’un ni l’autre ne peuvent sans déshonneur déposer les armes.

Je crois que le renseignement de Bidou sur Roye, et que je te donnais hier, n’est pas exact ou tout au moins ne l’était pas encore.

J’ai déjeuné ce matin, invité par William Martin, avec trois Espagnols dont le fils de l’ancien ambassadeur d’Espagne à Londres, Casa Valencia [3], qui revenait de Verdun où il a couché dans le fort avec trois évêques. Il a fait un récit enthousiaste de ce qu’il a vu. Il a même assisté à un bombardement par nous des lignes allemandes, “ce qui était très gentil.”

À ce déjeuner, j’étais à côté de Jules Cambon auquel j’ai demandé confirmation des nouvelles russes. Il ne semblait pas en savoir beaucoup plus long que nous et surtout d’une façon plus certaine. On prétend qu’il y a une dépêche de Radio [4] parlant de la mort du czar, je te mets le papier que j’ai trouvé en rentrant. Je ne sais cependant pas jusqu’à quel point on peut y ajouter foi, car comment Radio aurait-il des dépêches de Russie avec de semblables nouvelles ?

À noter dans la conversation de Jules Cambon la confirmation de ce que je te disais de la pression que l’on voudrait exercer sur les Russes pour la reprise du bas Danube. J’avais parlé à Gauvain de ce projet, et notre ami qui connaît bien les lieux ne pouvait comprendre ce que notre état-major et notre diplomatie entendaient par là. Il ne voit pas du tout le ravitaillement par ce côté. Cependant, Jules Cambon m’a dit qu’en effet c’était Berthelot qui voulait que les Russes reprennent les bouches du Danube. Du reste, a-t-il ajouté : Je ne m’occupe absolument pas de ces questions-là et ne veux en aucune manière m’en occuper. Comme je venais de parler de Gauvain, il changea de sujet et me dit : Gauvain est bien trop l’ennemi de l’Autriche. Si l’Italie n’était pas là, nous cueillerions l’Autriche avec la plus grande facilité. – Oui, mais l’Italie est là et il ne faut pas marcher avec les si, il faut prendre les situations comme elles sont.

En hâte, mon vieux.

Et

 

[Note jointe, écrite d’une autre main]

Radio téléphone qu’il a de Pétrograd une dépêche très grave que la censure ne lui permet pas de communiquer.

Confidentiellement, il y aurait en Russie un changement complet de régime et le nouveau gouvernement, entre les mains d’un parent du tzar [5], serait en fonction depuis deux jours. C’est tout ce que l’agence Radio peut dire pour le moment.

M. Henry Bidou, qui se trouve au journal au moment de cette communication, ajoute que le Palais d’hiver aurait été incendié et le tzar assassiné et que le pouvoir serait entre les mains du Grand-duc Nicolas. Cette révolution, dit M. Bidou, est faite par l’armée et le peuple contre les éléments germanophiles.

M. Gauvain, à qui je téléphone, n’était encore au courant de rien, mais il objecte qu’il ne doit pas s’agir du grand-duc Nicolas qui doit être en ce moment au Caucase.

En tout cas, je crois que ce serait Nicolas Nikolaïevitch le philosophe.

[1] Nalèche est administrateur de la Compagnie des chemins de fer de Jaffa-Jérusalem.

[2] Anatole Sixte-Quenin (1870-1957). Homme politique. Député socialiste des Bouches-du-Rhône (1910-1919).

[3] De Casa Valencia. Espagnol.

[4] Il s’agirait plutôt de la demande d’abdication de Nicolas II survenue vraisemblablement vers le 14 mars 1917 puisqu’il est mort à Iekaterinbourg le 17 juillet 1918.

[5] Il s’agirait du prince Georgy Evgenevich Lvov (1861-1925), président du Conseil des ministres du gouvernement provisoire de février au 8 juillet 1917.

14 mars 1917

14 mars 1917

 

Le Comité secret vient d’être voté par la Chambre. Je ne sais si on y dira tout mais on pourra faire un joli déballage sur l’aviation, et je crains que le colonel Barès ne passe un mauvais quart d’heure.

J’ai fait mon pensum dans de telles conditions de rapidité et de décousu (comme d’habitude du reste), que j’oublie la moitié des choses que je voudrais te raconter. Tu te souviens qu’à la Chambre on a fait voter les absents par congé et qu’une campagne s’est établie sur ce fait. Alors, dans la journée de lundi, une véritable course au clocher fut faite pour arriver à faire confirmer leurs votes par ceux qui n’avaient pas voté. De tous côtés on téléphonait pour avoir les adresses, et comme la plupart des absents étaient mobilisés, le ministère ne voulait pas donner les adresses exactes, on est venu tracasser les familles pour savoir au juste où se trouvaient les députés guerriers. Je connais une famille (Bertrand de Mun) où l’on a vécu la soirée dans une agitation extraordinaire. Les malheureuses femmes étaient prises entre les supplications téléphoniques et le sentiment du devoir qu’elles croyaient les forcer au silence.

J’ai eu aujourd’hui une confirmation inattendue de ce que je te racontais hier sur les rapports russo-roumains. C’est un long rapport du correspondant de l’agence Havas à un directeur où tout est exposé tout au long. Je n’ai eu ce document que deux heures à ma disposition, peut-être pourra-t-on me le rendre pendant vingt-quatre heures afin que je puisse le soumettre à Gauvain. En ce cas, si cela t’intéresse, je pourrai te le montrer. Ce n’est pas réjouissant, et si cette attitude russe continue, les débris de l’armée roumaine seront perdus. Si nous ajoutons à cela la situation intérieure révolutionnaire, nous ne découvrons pas un horizon réjouissant.

Un de mes petits employés qui est à Roye me dit qu’il a pris sa permission au moment où, avant-hier, on commençait une attaque. On avait fait venir de l’artillerie belge. Je lui ai demandé s’il croyait que ce serait une attaque importante, il ne le pense pas. – Tout juste, m’a-t-il dit, pour prendre Roye.

D’autre part, Bidou qui nous a envoyé un post-scriptum à son article sur Bapaume, nous a téléphoné que Roye, après un bombardement préparatoire, avait été trouvé par nos patrouilles complètement évacué par les Allemands. D’autre part, il nous dit que demain ou après-demain il y aura des choses intéressantes sur notre front et dont il parlera.

Le neveu m’a raconté une histoire comique. Ils ont fait un prisonnier qui avait sur lui une carte de consommation sur laquelle s’étalait dans un coin le nom de Suzie. Il y avait trois trous, c’est-à-dire qu’on avait consommé trois fois. Il paraît que les Allemands avaient trouvé dans je ne sais quelle ville une maison hospitalière dans laquelle se trouvaient un certain nombre, une dizaine de femmes. Leur génie d’organisation s’est tout de suite exercé, ils ont réglé la consommation par des cartes. Ces cartes sont différentes, il y en a de trois couleurs. Probablement qu’une des couleurs de la série, coûtant plus cher, donne droit à quelque boisson ou à un supplément de joie, je ne sais, mais toujours est-il que 50 % de la recette est versé à la Croix-Rouge allemande et le reste va aux femmes.

J’ai tout à l’heure une réunion où j’entendrai peut-être des choses intéressantes.

Tibi.

Et

 

13 mars 1917

13 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Le neveu est bien curieux, il nous a raconté ce matin une infinité de choses dont il se dégage que l’esprit de son côté est mauvais, et que si l’on ne fait rien ce sera la décomposition finale. Il a du reste des données assez exactes sur le repli allemand et il est persuadé que l’on a tort de laisser l’ennemi s’organiser sur des lignes nouvelles dont on a du reste les photographies par avion et qui, à un moment donné et si l’on ne fait rien, peuvent nous obliger à nous enterrer de nouveau pour des semaines et des semaines dans des pays dont tout aura été dévasté, même les œuvres d’art auront sauté. Ceci semble donc donner raison à Nivelle qui ne cesse de demander une action contre les préparations allemandes.

Le chef de l’armée de Lorraine ne s’occupe de politique et n’est intéressé que par ce côté de nos affaires. Voici le ton qui règne à la table de cet officier général. Il a fait venir un député radical-socialiste, Albert Leroy [1], et celui-ci dit ouvertement qu’il était heureux pour lui de n’avoir pas un browning dans sa poche lorsque Briand était à la tribune car sa conscience lui aurait fait un devoir de l’abattre en pleine Chambre et que chaque jour il se demande si son devoir ne serait pas de le supprimer. Le citoyen général ne proteste nullement et nomme M. Leroy inspecteur pour les gaz asphyxiants de son armée.

Il cherche partout les présidents des Ligues des droits de l’homme de la région et en fait ses collaborateurs du 2e Bureau. Entre-temps, on commence seulement les tranchées continues qui, après trois ans de guerre, n’ont jamais été faites sur ce front. C’est te dire quelle était la faiblesse sur ce point que tu connais d’une façon particulière (au début de ta carrière).

Je viens de passer une heure de la matinée avec le seul homme qui s’occupe d’hydravions. Notre article était encore au-dessous de la vérité, mais il a été le bienvenu car de lui datent les mesures prises d’urgence par Lacaze qui ignore tout de l’hydravion. C’est avec cet instrument que les Anglais ont démoli 18 sous-marins. Mais tu te rappelles, chez nous l’avion était inefficace !

En revanche, j’ai eu de bien mauvaises nouvelles de Russie [2] par un membre militaire du cabinet de Lyautey. Il m’a montré des dépêches de notre ambassadeur [3]. Quelle médiocrité solennelle. Les Russes ne veulent pas entendre parler de la Dobroudja et du ravitaillement de ces pauvres Roumains par le sud du Danube. Ils ont cinq cent mille hommes en Moldavie qu’ils ont complètement rasée, mais ne veulent rien faire et accusent la France. Ils offrent d’hospitaliser en Russie l’armée roumaine, le roi répond : En ce cas, je pars. Et tu devines où il se rendrait. C’est-à-dire que pour la deuxième fois les Allemands placeraient un Hohenzollern sur le trône de Roumanie. La reine supplie qu’on la sauve. Et la France ne répond rien mais suit, tel un caniche, sans chercher à imposer son autorité. Paléologue écrit : Il ne m’appartient pas, M. le Ministre, de chercher à pénétrer la volonté du gouvernement de Sa Majesté, et pas une minute il ne proteste.

J’avoue que ces dépêches m’ont impressionné car c’est un côté obscur en ce moment de la vie politique.

Ton vieil affectionné

Et

[1] Non identifié. Il ne peut s’agir de François Albert-Leroy (1856-1905), député radical-socialiste de l’Ardèche mais décédé en 1905.

[2] Il s’agit des premières émeutes à Pétrograd provoquées par la crise du ravitaillement.

[3] Il s’agit de Maurice Paléologue.

12 mars 1917

12 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Faux :             Il n’y aura sûrement pas d’interpellation demain car Briand est parti hier au soir pour Londres avec le général Lyautey.

On ne sait pas très au juste la raison du voyage, mais on croit généralement que c’est pour amender un peu le programme de Calais.

Briand aurait déclaré qu’il ne s’en irait pas s’il n’était f… à la porte. Il a repris toute sa sérénité. Il paraît même qu’à la suite de la séance il s’est répandu dans les groupes, ce qu’il n’avait pas fait depuis très longtemps, a même raconté des gaudrioles, pour ne pas dire des gauloiseries, et semblait très en train.

On dit beaucoup que l’accord est fait entre Painlevé et Barthou et que ce dernier serait décidé à marcher à fond. Les amis de Briand répandent le bruit que le changement ministériel entraînerait une crise de commandement, car Pétain aurait donné son adhésion aux projets de Painlevé et de Barthou et deviendrait généralissime avec l’avènement du nouveau ministère. On fait ressortir, toujours du même côté, la gravité d’une crise dans le commandement quatre mois seulement après la précédente. Si l’adhésion de Pétain est exacte, on n’a pas tort de redouter un nouveau changement. C’est bien ce que nous craignions dans le départ de Joffre, c’était l’ouverture de la série successive des généralissimes.

Tu as vu que mon bonhomme de l’autre jour, mon commandant arabisant, ne se trompait pas en disant les Anglais à Bagdad dans quinze jours [1]. Ils y sont. C’est une fameuse victoire pour eux, Anglais. Ils ont certainement travaillé les Arabes avec l’idée du royaume du Hedjaz.

D’autre part, un cousin de Bidou, le baron Poulain [2] qui est en Égypte, lui a écrit que les Anglais préparaient à force leur avance sur la Palestine. Ils construisent un chemin de fer à travers le désert, et cela à deux kilomètres par jour, ce qui, tu le vois, peut les mener rondement.

J’entendais ce matin formuler certaines inquiétudes sur cet empire que se taillent les Anglais en Orient, mais je crois bien qu’il n’y a pas trop à s’en inquiéter pour l’avenir car nous avons signé des accords formels avec l’Angleterre et même quand le moment sera venu, la prise de possession de la Syrie doit être faite par un commissaire français.

On vient de me téléphoner qu’à cause de la situation intérieure, Briand n’était pas parti pour Londres où se sont rendus Ribot, Thomas, Lyautey et Nivelle. Ils vont discuter la grave question du repli allemand qui doit faire évacuer toute la plaine de Cambrai. Nivelle aurait beaucoup voulu aller de l’avant prétendant que c’était le moment d’attaquer et que toute remise était du temps perdu.

Les Anglais, dit-on, s’attendent à une formidable poussée de l’ennemi sur l’Yser et se préparent à résister. Les Allemands auraient amené sur ce point cent quarante gros canons.

À la Chambre, ce soir, on est un peu moins excité, on se demande si on amènera d’autorité le débat sur la politique générale ou si on le laissera naître suivant les circonstances.

À toi, old man.

Et

[1] Cf. lettre du 28 février 1917.

[2] Non identifié.

11 mars 1917

11 mars 1917

 

Très vive excitation hier dans les couloirs du Palais-Bourbon. Tous les appétits étaient surexcités, et parmi ceux qui distillaient le fiel le plus venimeux étaient surtout les anciens ministres, ceux dont les gaffes nous ont amenés à la situation actuelle. Ils ne décolèrent pas d’être descendus du pouvoir, et pour y remonter tout leur est bon. Parmi eux, hélas, il faut bien reconnaître que notre cher ami Thierry est un des plus aigres. Lui, ne fut pas parmi les ministres d’autrefois responsables. Tu connais son passage à l’Intendance et combien il y a travaillé, mais ses ambitions ne peuvent pardonner à Briand de l’avoir laissé de côté. Je dois dire que son attitude ne le grandit pas. J’ai entendu depuis ce matin les opinions les plus sévères sur son compte.

Il y en a un autre, très intelligent aussi, qui a voué une haine féroce à Briand depuis le jour où il avait été entendu qu’un strapontin lui serait accordé et qui avait été éliminé, c’est Varenne.

Briand semble décidé à attendre les événements et à ne pas s’en aller. À mon avis il a raison. Rien ne prouve qu’il tombera, d’abord – puis s’il doit tomber il n’a pas à provoquer la chute. Comme tu le verras dans la dernière heure, le cabinet croit que l’interpellation serait nécessaire, son autorité, si elle n’est pas complètement démolie, étant très affaiblie. Nous verrons demain.

Alter ego n’est pas venu nous porter la parole du patron. Il est probable que notre article d’hier a paru juste et n’a pas déplu, sans cela nous aurions eu une discussion ce matin et les plus tourbillonnantes suggestions.

Je viens d’interrompre ma lettre, c’est un des nôtres qui est venu causer avec moi. Alter ego est venu à midi 10 après mon départ. (Le patron avait dû faire attendre) et on me mit au courant de sa conversation.

D’après lui, ce qu’il y a à la Chambre, ce sont deux courants contraires. Le premier, qui est celui du président du Conseil en faveur d’une campagne militaire (dans un délai X) seule capable d’amener la décision, et le second, celui des Jeunes-Turcs (Tardieu, Abrami, etc.) qui serait de rester sur la défensive et de compter sur une campagne économique qui épuiserait l’ennemi.

Voilà.

Amitiés.

Et

 

Alter ego a trouvé que l’article d’hier, à mon avis excellent, était beaucoup plus ministériel que l’on ne s’y attendait. Il a peut-être raison car j’avoue avoir très peur des polichinelles qui assiègent le pouvoir. Et toi ?

Et