Archives mensuelles : février 2017

28 février 1917

28 février 1917 [1]

 

Mon vieux Pierre,

 

            Entendu pour mardi soir.

 

Rien de particulièrement intéressant à signaler au long de cette journée. Cependant, un commandant qui est arabisant et connaît très bien l’Orient nous a dit que les Anglais seraient à Bagdad d’ici à une quinzaine de jours. Il y a environ cent cinquante kilomètres, je crois, il ne faudrait pas pour cela qu’ils aient à livrer beaucoup de combats en route.

As-tu entendu dire qu’on se battait sur notre front ? On dit beaucoup qu’il y aurait une action commencée depuis 48 h, mais on ne dit pas exactement où.

Je ne sais si je t’ai parlé hier de l’envoi que l’on m’a fait de New York d’un récit très curieux publié par un journal américain. L’auteur en serait un typographe hollandais qui, pour suivre les cours de l’université de Berlin, aurait contracté un engagement avec l’imprimerie du Vouvaerts et serait resté quatorze mois en Allemagne de 1915 à 1916. Il raconte ce qu’il a vu et entendu. Tout est tellement poussé au noir que je ne le donnerai pas. Je crains que ce ne soit guère authentique. Pour lui, c’est la faim qui a poussé l’Allemagne aux offres de paix et c’est la famine qui amènera l’écroulement. Ce récit est très vivant, très pittoresque et se passe dans une classe dont on n’a jamais beaucoup dépeint la situation actuelle. Néanmoins, malgré toutes les réserves que je pourrais faire, il me paraît dangereux de publier quoi que ce soit montrant l’Allemagne à deux doigts de l’abîme. C’est un mauvais service à rendre à notre public et on ne l’a déjà que trop leurré. Le récit est intercalé de quelques lettres de protestation écrites par des Américains d’origine allemande qui réfutent les assertions du Hollandais mais surtout dans les petits détails, notamment en ce qui concerne la grossièreté des policiers ou des agents de toute sorte.

Une lettre de notre correspondant de Londres nous montre le travail accompli en Angleterre par les chamberlainistes et les protectionnistes. C’est diablement dangereux. Il faut espérer que leur campagne ne sera pas complètement victorieuse. Il faut espérer qu’on trouvera à Londres des éléments de résistance aux menées protectionnistes. On trouvera peut-être dans la Cité des maisons de banque ayant intérêt à maintenir Londres comme place mondiale des changes.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Nalèche n’évoque pas ce dîner où Pierre Lebaudy devait être présent : « Au dîner de la rédaction des Débats ce soir, Nalèche m’apprend la réintégration de Roques dans son commandement. » François de Wendel, Journal, 27 février 1917.

27 février 1917

27 février 1917

 

Ne crois-tu pas comme moi, mon vieux Pierre, que les manifestations bordelaises devant les marins de l’Orléans sont un peu exagérées ? Personne ne semble plus étonné de cette surexcitation que le capitaine lui-même. Enfin, nous ne savons jamais rien faire raisonnablement. Il faut en prendre son parti, et cent ans de guerre n’y changeront rien.

En tout cas, Wilson agit bien comme Gérard l’avait prévu, il se garantit de toute espèce de surprises vis-à-vis du congrès et jette patiemment ses coups de sonde dans le pays.

As-tu lu ce matin l’article de ce farceur de Tudesq [1] dans le Journal ? Après l’avoir lu, on pourrait se dire que la guerre est sur le point de finir, les mirifiques obus anglais se chargeant de purger le sol de tous les Allemands. Je crains bien qu’il n’en soit rien car Tudesq a tout simplement utilisé un renseignement que lui avait donné notre général colonel X [2]. Près de Beaumont-Henriette [3] on a trouvé trois mille cadavres alors que cinq mille obus anglais avaient été jetés. Évidemment c’est magnifique comme résultat, mais il ne faut pas généraliser, on pourrait s’exposer à de graves mécomptes.

Aussitôt après t’avoir écrit hier, j’ai eu la visite d’un prélat fort distingué que vous devriez bien connaître, c’est Mgr Batiffol. Les âmes charitables prétendent qu’il est voltairien. En tout cas, il fut vigoureusement pour Léon XIII [4], et tu te rappelles sans doute qu’étant recteur de la faculté de Toulouse il avait fait un livre qui fut condamné. La réprobation est du reste effacée car il retira l’édition et fit les corrections voulues. Il est très intelligent, très fin et de manières parfaites. Il a le mot piquant et juste, parfois le trait dur. Quand il dit une rosserie, il a un sourire d’une malice extraordinaire.

Il venait me parler de la propagande en Irlande et m’apportait une note sur le mandement d’un évêque obligé, pour condamner les Sinn Féiner, de prendre des détours extraordinaires. Il désirait tout de même que cette petite manifestation fût signalée et que le brave archevêque de                         vît que cela avait été remarqué. Comme il me faisait remarquer cette timidité avec laquelle un prélat était obligé de marcher pour condamner le crime, je lui ai fait observer que cela ne m’étonnait nullement. Lorsque tout notre public religieux par exemple est embarqué dans une campagne passionnée, que de ménagements ne faut-il pas pour essayer de lui glisser quelques paroles de bon sens. Je lui citais justement les événements auxquels il a été mêlé, l’affaire Dreyfus où l’on ne pouvait risquer un mot sans être traité de traître et de vendu. Comment donc s’étonner que les Irlandais qui ont souffert, qui ont été brimés et ruinés, trouvent que le crime, quand il s’exerce sur l’oppresseur, est un acte méritoire. Nous avons bien découvert à nous tout seuls le faux patriotique !

Savais-tu que le 106e de ligne s’était mutiné ? Mis au repos, il avait été abruti de manœuvres et de contre-manœuvres par un général jusqu’au moment où il a regimbé. Il est probable du reste qu’on l’aura récompensé.

Au revoir, old man.

Et

 

Le Conseil des ministres s’est occupé ce matin du cas Roques, il a rapporté la mesure qui avait frappé ce vaillant général. L’enquête aurait prouvé que la faute ne lui incombait pas complètement mais que c’était aux Russes qu’il fallait en attribuer la responsabilité.

Briand était apparu seulement à la réunion, retour de Calais où il s’était rendu avec Lyautey. Nivelle reçoit le commandement entier du front français, et c’est Micheler qui lui succède dans son commandement des troupes françaises [5].

Et

[1] André Tudesq (1883-1925). Journaliste, grand reporter du Journal en Chine, dans les Balkans, etc. Auteur de plusieurs livres.

[2] Le colonel X est Henry Bidou.

[3] Il s’agit de Sainte-Henriette, près d’Hénin-Beaumont, à côté de Lens (Pas-de-Calais).

[4] Léon XIII (1810-1903). Pape de 1878 à 1903.

[5] Le général Joseph Alfred Micheler est commandant des troupes françaises.

26 février 1917

26 février 1917

 

Vu aujourd’hui Chardon [1] du Conseil d’État . Tu te rappelles qu’il fut en 1900 l’adjoint de Picard [2]. C’est un garçon intelligent dont on peut ne pas partager toutes les idées mais qui a beaucoup de valeur. Il me remercie du sort que j’avais fait à un de ses livres. Je lui demande s’il continue son travail sur l’organisation de la République. Non, me répond-il, il est terminé et je fais maintenant des choses d’un intérêt plus pratique et plus immédiat. J’ai été il y a six semaines appelé auprès de Claveille. J’avais déjà beaucoup de sympathie pour lui, mais aujourd’hui que je le vois au travail j’ai acquis une profonde admiration pour l’homme d’affaires et, je puis dire, beaucoup d’amitié pour la personne.

Je demande à Chardon si on arrive à des améliorations. Il me répond qu’il lui apparaît qu’on ait maintenant touché le fond des difficultés et que l’on doive remonter. Mais il faut s’attendre à ce que nous fassions des suppressions de trains, ce sera absolument nécessaire. Involontairement, il me revenait à la mémoire ce mot que je t’ai cité d’un de nos fonctionnaires : Claveille est l’homme qui a su stabiliser les retards de l’État. Pour sûr, il améliorera les transports car il supprimera l’objet transporté. Par conséquent, plus de difficultés.

J’ai pensé qu’il ne serait pas de très bon goût de citer le propos à un homme aussi convaincu du génie de son patron. Aussi l’ai-je ravalé.

Chardon espère fermement qu’on terminera cette année, mais, dit-il, ce sera une paix diplomatique, que l’on ne se fasse pas d’illusions à ce sujet-là. Tout le mal fait chez nous l’a été par les illusions que l’on a entretenues avec soin et par la méconnaissance des forces allemandes aussi bien que des forces françaises.

Les plus grands journaux ont passé leur temps à parler de l’Allemagne à genoux, de la nécessité de supprimer cette puissance et ses soixante-dix millions d’habitants. Croiriez-vous, a-t-il ajouté, et gardez ceci pour vous, que lorsque je suis allé porter mon livre à M. Poincaré et que j’expliquais mes idées sur le congrès : « Mais, cher ami, m’a dit le président, il n’y aura pas de congrès. – Comment, pas de congrès ? – Il ne saurait être question de congrès, nous dicterons nos volontés à l’Allemagne. » Je suis sorti de l’Élysée désespéré, me disant : se peut-il qu’on garde des illusions pareilles ?

Voyant Berthelot que je ne connaissais pas, le lendemain, ce diplomate me déclara au mot de congrès : M. Chardon, sachez qu’il n’y aura pas de congrès, nous dicterons, etc., etc. Alors mon découragement fut complet.

Cependant, malgré toutes les fautes, j’augure bien de la fin, sauf cependant le cas où des troubles intérieurs viendraient à éclater. Rappelez-vous l’histoire : 89 et 90, parfait ; 91, moins bon ; 92, lamentable, les massacres de septembre. Nous sommes en ce moment exactement en février 1792. Il faut que nous parions aux événements de septembre de la même année.

Quelques instants après, nous parlions avec Wilmotte des États-Unis. Il me cita la conversation qu’il avait eue hier matin chez Hyde avec quelque gros bonnet américain : Pour lui, l’entrée en lice des États-Unis peut être de nature à augmenter la durée de la guerre. Ils feront ce qu’ont fait les Anglais à qui il a fallu deux années de préparation. Les Américains ne voudront pas se borner à donner un appui moral seulement ou de marchandises, ils voudront participer et venir sur le front chercher des lauriers. Alors, organisation de légions, de régiments, instruction de recrues, tout cela sera long et il faudra le subir.

Wilmotte ajoutait, et c’est tout à fait mon avis, que passé l’automne prochain le temps travaillerait contre nous. Lui qui, dit-il, connaît très bien les Allemands, ayant habité chez eux et professé en Allemagne, il est persuadé que l’échec fatal de la politique sous-marine peut terminer la guerre. Toute l’Allemagne s’est raccrochée à cet espoir, la déception sera immense et il faut que cette déception soit définitive.

J’ai eu aussi une conversation avec Yves Le Trocquer [3], l’ancien chef de cabinet d’Augagneur, beaucoup mieux que son patron du reste. Il ne m’a rien dit de saillant, il me paraît être plus à l’écart des affaires qu’on ne pourrait le supposer. Ce qui l’effraie, c’est le socialisme grandissant.

À toi, old man.

Et

[1] Henri Chardon (1861-1939). Conseiller d’État. Pendant la guerre, il est directeur du personnel au ministère des Travaux publics et des Transports. Entre 1894 et 1900, il collabore avec Alfred Picard comme secrétaire général de l’Exposition universelle de 1900 et est à l’origine de l’aménagement de la place des Invalides et du premier projet de construction du pont Alexandre III. Il publie des ouvrages sur l’administration et les fonctionnaires.

[2] Alfred Picard (1844-1913). Polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, il devient conseiller d’État en 1881. Il est commissaire général de l’Exposition universelle de 1900, puis ministre de la Marine en 1908-1909.

[3] Yves Le Trocquer (1877-1938). Ingénieur. Homme politique. Ancien chef de cabinet d’Augagneur. Député Union républicaine des Côtes-du-Nord (1919-1930).

25 février 1917

25 février 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne croyais hier dire aussi vrai pour notre commerce avec l’Angleterre. Il faut bien que l’émotion soit très grande car j’ai reçu la visite ce matin de plusieurs négociants français absolument indignés de l’attitude de nos Alliés et surtout de l’incapacité ou de la servilité dont font preuve ceux qui nous gouvernent. Tu connais les Anglais aussi bien que moi, et tu sais qu’il ne faut pas avec eux user de procédés de flatterie. Il faut qu’ils sentent en face d’eux des hommes d’affaires énergiques et résolus, disposés à tout rompre si l’on ne cède pas sur une question de première importance. Au lieu de cela, nous avons des Herriot qui se font donner des lettres de recommandation pour des lords plus ou moins influents. Comprends-tu qu’un ministre de la République ait besoin d’une recommandation !

Donc, mes négociants se voient fermer le commerce avec l’Angleterre aussitôt après qu’on le leur interdit avec la Russie (lettre du 1er janvier). Ils se demandent si vraiment la France est plus vassale de l’Angleterre que ne l’est l’Autriche en face de l’Allemagne. Nous avons fait ce soir un filet qui, somme toute, susurre ce petit reproche sans grand espoir d’être entendu. Je crois qu’à un moment donné, il faudra emboucher la grande trompette car il est bien certain qu’avec ces nouvelles prescriptions la livre atteindra trente francs ?

Comme lorsqu’une question est dans l’air, tout vient s’y rapporter. Un de nos jeunes amis, officier interprète dans l’armée anglaise, me disait tout à l’heure que la situation actuelle est très désagréable pour ceux qui sont dans la même situation que lui. Autrefois tout allait bien, mais maintenant que les Anglais sont trois ou quatre millions on ne peut plus rien en tirer. De plus, on n’est soutenu par personne et envoyé faire f… par nos chefs qui ne veulent pas d’histoire.

On me signale une attitude épatante du jeune Neuflize [1] qui a su montrer de la résistance et obtenir gain de cause. Il a du reste eu financièrement le succès que sa conduite méritait.

À toi.

Et

[1] Jacques de Neuflize (1883-1953). Banquier. Un des dirigeant de la Banque Neuflize. Régent de la Banque de France. Il effectue entre 1916 et 1919 une mission officielle aux Etats-Unis.

24 février 1917

24 février 1917

 

Confidentiel.

 

Gros tirage entre la rue de Rivoli [1] et la rue des Petits-Champs [2]. Le père Ribot, qui a déjà donné deux milliards et demi d’or aux Anglais, demande à Pallain [3] encore un milliard en or. Pallain résiste et menace de donner sa démission, laquelle aurait un effet désastreux car il faudrait expliquer pourquoi.

Tu as dû lire du reste le discours d’Aimond [4] au Sénat. Tu as donc vu les reproches que l’on fait au gouvernement français qui n’a pas su se faire servir comme les Alliés. Il a dû en effet y avoir à Londres des combats violents, car Bark [5] a menacé de tout envoyer promener si on ne lui donnait pas d’argent. Que voulez-vous que nous fassions sans argent, disait-il, il n’y a qu’à lâcher. Nous ne pouvons faire de munitions et nous sommes en face d’un parti puissant férocement partisan de la paix. Sans argent, comment voulez-vous que nous résistions ?

Bark a obtenu quatorze milliards sans garantie.

Après Bark, ce fut le tour de l’Italie qui menaça elle aussi d’abandonner la lutte. Sans charbon, que pouvons-nous faire ? Si nous n’obtenons pas de charbon il est inutile de continuer la résistance. Et l’Italie obtint son charbon. Nous, nous ne venons qu’après tout cela, encore sommes-nous obligés de donner des garanties et de payer en or.

En entendant tout cela, je me demandais si nos finances n’étaient pas passablement avariées.

As-tu su également que le général Nivelle, excédé par les embarras continuels qu’il trouve sur son chemin, les prétentions des membres ou des sous-membres du gouvernement, avait écrit une lettre très catégorique au président de la République mettant ce dernier en face de la situation et des responsabilités. Je ne sais pas encore ce qu’a fait Poincaré, mais si on lui demande de l’énergie je doute fort qu’il en mette.

Entre-temps, les adversaires du ministère ne désarment pas. Klotz [6] est à couteaux tirés avec le cabinet et voudrait bien remplacer le père Ribot. As-tu connu cette anecdote qui date d’une quinzaine environ au lendemain de la nomination du « sot en hauteur » comme président de la commission de l’Armée. Klotz, prévoyant que le ministère allait être renversé et qu’il serait sans doute remplacé par les jeunes, chercha à faire à ceux-ci quelques avances. Il chargea un de ses mameluks d’aller trouver Maginot et de lui demander si les jeunes ne pourraient pas laisser un ou deux portefeuilles à des vétérans.

Le mameluk, connaissant les goûts gastronomiques de Maginot qui est ou a la prétention d’être un fin gourmet grand connaisseur en vins, invita le président de la commission de l’Armée. Contrairement à ce qu’on attendait de lui, il resta très froid et sévère. Cependant, à la fin du repas, lorsqu’on jugea que la bonne chère avait dû adoucir ses sentiments, l’amphitryon dit : Combien les jeunes veulent-ils de portefeuilles dans la prochaine combinaison ? – Il nous les faut tous, répondit Maginot, répétant un mot fameux. – Comment, tous ? – Oui, tous. Nous en avons assez des bêtises faites par les vétérans et, à supposer que nous en fassions nous-mêmes, elles seront toujours moindres que les précédentes.

Le mameluk revint piteusement rapporter cette réponse à son maître qui est navré depuis ce jour-là. Il vient de nous faire demander le texte de nos articles échoppés.

D’Estournelles, retour du voyage parlementaire en Italie, vient d’appeler au téléphone mon collaborateur [7] du Sénat. Voici ce qui m’est rapporté sur la prière du… de la Concorde. Il me demande si je consentirais à publier une lettre d’impressions d’Italie datée de Venise et écrite par lui. Ayant vu le roi à Udine, ayant été en contact avec tous les hommes d’importance de la péninsule, il est convaincu que l’Italie fait un effort gigantesque et digne d’admiration, que sa décision est formelle d’aller jusqu’au bout, que rien ne l’arrêtera, etc., etc. Je n’ai pas vu la lettre mais je suis bien convaincu qu’on pourra lire entre les lignes que c’est l’Italie qui supporte tout le poids de la guerre. Encore un à mettre dans le même sac que Bénazet.

Je viens de lire une lettre de Russie. Apprends que l’âme de Raspoutine revient errer autour de la famille impériale et que c’est dans les yeux de Protopopov que l’impératrice l’a discernée.

Sa Majesté causant avec le ministre lui dit : Il me semble que votre regard a quelque chose de mystique que je ne lui connaissais pas. D’un air pénétré, Protopopov répondit que Raspoutine le visitait chaque nuit et lui donnait ses conseils pour le bien de la Russie. Je t’avais dit déjà que Protopopov était atteint de psychose circulaire [8], cela lui donne une incroyable facilité à l’évanouissement. Et l’autre jour, il s’est évanoui devant l’empereur. Allons, ça va bien.

Toujours est-il que nous ne recevons pas de dépêches et que depuis trois semaines les journaux ne nous parviennent plus. Cela devient inquiétant.

À toi.

Et

[1] Le ministère des Finances, 93, rue de Rivoli, Paris, Ier.

[2] La Banque de France, 48, rue Croix-des-Petits-Champs, Paris, Ier.

[3] Georges Pallain (1847-1923). Avocat. Membre du Conseil d’État. Gouverneur de la Banque de France (1897-1920).

[4] Émile Aimond (1850-1917). Homme politique. Rapporteur général de la commission des Finances. En 1914, il est en désacord avec Caillaux sur la politique financière.

[5] Non identifié.

[6] Louis-Lucien Klotz (1868-1930). Avocat. Journaliste. Homme politique. Député radical socialiste (1898-1925) puis sénateur gauche démocratique de la Somme (1925-1928). Il est ministre des Finances (1911-1913 ; 1917-1920), et lance la formule : « le Boche paiera ».

[7] Il s’agit de René Boureau.

[8] Cf. lettre du 24 janvier 1917.

22 février 1917

22 février 1917

 

Reçu la visite ce matin du président d’une de nos plus grosses compagnies de métallurgie. Je lui ai demandé comment allaient les travaux. Assez pessimiste en général, il m’a paru être ce matin plutôt optimiste. Les travaux marchent très bien. Aucun ennui jusqu’ici de main-d’œuvre et même de matière. On a l’acier en abondance car l’État en a accumulé d’assez grosses avances. Néanmoins l’Amérique n’a rien envoyé depuis un certain temps, mais elle va reprendre ses exportations.

La fabrication des obus est intensive et celle des canons supérieure à ce que l’on avait escompté. Il en sort beaucoup plus qu’on ne l’aurait cru, mais l’usure des gros canons est extrêmement rapide. On essaie bien de les réparer mais cette usure est un facteur avec lequel il faut compter.

Malgré tout, je me demande quand les envois d’Amérique pourront normalement reprendre, car tu as su sans doute le nouveau méfait des sous-marins. Un transport (le Laos, je crois) des Messageries maritimes vient d’être torpillé. Il était porteur de deux mille Annamites. Mille quatre cents auraient été sauvés. Je ne pense pas qu’on laisse publier la nouvelle avant demain ou après.

D’autre part, le Brener a été coulé et l’on croit que le Deutschland est pris. La Marine attend des précisions pour donner une information complète. Notre service des primes pour le coulage des sous-marins aurait déjà payé quatorze primes. Voici donc la contrepartie. Espérons que cela durera et s’améliorera encore car le commerce entre la France et l’Algérie est quasi bloqué.

Tu verras le journal ce soir avec un blanc sérieux. Tout l’article de Gauvain a sauté, même le titre nous a spécifié le censeur. Ce dernier a oublié de mentionner le sommaire. Je n’ai pas à faire de zèle et je l’ai laissé. C’est purement grotesque. Tout ce que dit Gauvain mériterait d’être crié. Quels tas de fantoches! C’est écœurant.

Au moment où je partais, on m’a téléphoné que Roques était relevé de son commandement [1]. Voici un ancien ministre limogé. Cela ne réparera pas le mal qu’il a fait, mais cette solution vaut mieux que celle qui consistait à lui faire racheter ses bévues. Je ne crois pas que cette exécution ait une grosse répercussion à la Chambre malgré les basses concessions que Roques a faites au parti radical pendant son séjour rue Saint-Dominique.

Steed a dîné il y a quelques jours chez un de nos collaborateurs. Il a tenu là un propos à noter. « Vous devriez, a-t-il dit, profiter du moment présent pour négocier avec l’Angleterre des traités avantageux pour l’après-guerre. À l’heure actuelle, la France jouit en Angleterre d’un prestige énorme. On reconnaît dans mon pays le rôle prodigieux joué par votre armée jusqu’à ce jour, et certainement vous obtiendriez d’excellentes conditions commerciales. Plus tard, c’est-à-dire au moment du congrès de la paix, il peut arriver que l’armée anglaise, s’étant développée et fortifiée, ait joué une part plus décisive dans la dernière partie de la campagne et que naturellement ses sentiments, tout en restant les mêmes, l’inclineraient moins aux concessions très larges. »

Ne trouves-tu pas ces paroles curieuses dans la bouche d’un Anglais averti comme l’est Steed ? Il nous faudrait pour cela des négociateurs autres que nos pantins patentés. Sembat s’est fait rouler dans les grandes largeurs. Clémentel a accepté tout ce qu’on lui a proposé, et si tu as lu les interviews de Mme Reclamier, j’ai nommé Herriot, tu as vu que tout est parfait car il a été honoré des attentions de lord X., complimenté par lord Y. Comment la France ne serait-elle pas heureuse d’avoir son représentant aussi bien reçu dans la bonne société anglaise ? Elle peut bien racheter cela par des accords ruineux.

À toi, old man.

Et

[1] « Aux Débats, Nalèche me raconte que le général Roques aurait été limogé. C’est dans son secteur qu’a été enregistré l’échec de Maisons-de-Champagne. Nalèche a, d’autre part, vu Gérard, l’ambassadeur des États-Unis à Berlin à son passage – un bon Yankee – très russophobe. Il croit à la guerre avec les États-Unis. L’Allemagne serait, d’après lui, militairement encore très forte et pas aussi épuisée au point de vue économique qu’on le dit. L’intervention des États-Unis aurait, d’après lui, pour effet de prolonger la guerre. » François de Wendel, Journal, 23 février 1917.

20 février 1917

20 février 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je pense que tu as eu une bonne indigestion de moi. Aussi, la présente dans le but unique de t’informer qu’aucune lettre n’est perdue.

Ton vieil

Et

 

J’espère que tu ne t’es pas ennuyé.

Je suis resté à causer de nos affaires avec le Marseillais qui est rudement intelligent. Il a regretté beaucoup, m’a-t-il dit, de n’avoir pu t’entretenir de la question sucres.

Il m’a fait quelques ouvertures au sujet desquelles je te demanderai conseil.

Ton affectionné

Et