Archives mensuelles : octobre 2016

7 octobre 1916

7 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Comme je te le disais hier dans mon billet laconique, je suis parti pour Nantes à 3 h après-midi. Arrivé à 9 h 18, j’en suis reparti à 10 h 50 pour être ici ce matin à 7 h. Tu vois que je n’ai pas perdu de temps. J’ai pu avoir la demi-heure de conversation nécessaire avec la personne que je t’ai nommée hier. Celle-ci est là-bas dans les services dépendant du sous-secrétariat d’État des Munitions. Il est intéressé par son travail mais ennuyé que ce soit un travail de bureau. Il me dit combien l’activité est prodigieuse. Nantes est appelée à devenir un port extraordinaire. Déjà, les malins achètent des terrains tout autour de la ville et même assez loin. Les usines sortent de terre. Il m’a aussi donné quelques détails sur la façon dont les gens de l’État travaillent. Il semble qu’il y ait dans tout cela une sérieuse maffia. L’essentiel est qu’on produise, et il semble bien qu’on y arrive.

J’ai eu ce matin des compléments d’information de Lazare Weiller. L’armée Yvanof marcherait sur la Dobroudja. Trois cent mille hommes, cela m’a l’air bien invraisemblable. Lazare Weiller a dit aussi que les Allemands préparaient toute une armée d’hommes sans fusils mais qui seraient munis de nouveaux engins de meurtre.

Il paraîtrait qu’il y aurait eu une grosse échauffourée à Athènes dans laquelle un drogman aurait été tué. C’est très malheureux pour le drogman mais, au point de vue politique, ce pourrait être une bonne chose qui déciderait enfin à faire le coup de force. On aurait débarqué, dit-on, mais combien d’hommes ? Si c’est comme la première fois, on aurait eu avantage à rester chez soi.

Laurier m’a écrit une nouvelle lettre dans laquelle il s’alarme un peu de la perte des hommes. Je crains qu’il n’ait que trop raison.

J’ai reçu tantôt la visite du bon Imbart de La Tour très agité parce qu’il en est arrivé à ses fins et qu’il va venir à Paris pour une mission de membres de l’Académie d’Espagne. Il venait me trouver pour avoir des tuyaux sur la presse. Cette mission disparue, ce sera encore une mission de l’Institut français qui ira en Espagne pour voir tout ce qui s’y fait industriellement. Liesse en fait partie ! Qu’est-ce que vont prendre ses collègues ? Geoffray avait demandé à tous ses consuls des rapports sur le rôle des Allemands dans chacun de leur ressort. La Tour a tous ses rapports dans les mains. Il dit que c’est inouï de pauvreté. Aucun renseignement précis et une méconnaissance presque complète du ressort où nos fonctionnaires opèrent. Cela ne m’étonne pas, je connais ce personnel ! Tu comprends que La Tour et ses collègues qui sont allés quinze jours en Espagne s’y connaît. La péninsule est devenue leur chose et tout semble subordonné à l’Espagne.

Je ne t’ai pas dit que j’avais dîné hier dans le wagon-restaurant avec René Bazin qui a réclamé avec énergie et solennité un dîner maigre. Nous avons causé une heure et ce petit homme veut prendre tout le Rhin. J’espère bien, m’a-t-il dit, que vous allez faire une campagne énergique pour combattre les fâcheuses influences des socialistes qui, déjà, veulent limiter nos ambitions.

Je lui ai répondu qu’il était bien inutile de se battre sur ce point alors que la France est envahie, que pour l’instant notre seule ambition devait être de les flanquer dehors, et si nos armes sont victorieuses ce n’est pas Renaudel qui empêchera la marche en avant d’une armée triomphante. Avant de prendre des territoires aux autres il faut songer à récupérer les nôtres. Ils sont bons avec leurs parlottes qui ne font que semer la division.

Au revoir, mon vieux. Ton affectionné

Et

 

Je suis très content de ce que tu me dis pour mes lettres. Tant mieux si elles ne t’ennuient pas. J’ai toujours peur de cela.

6 octobre 1916

6 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai tout à fait oublié de te dire dans ma lettre d’hier que j’avais fait vérifier à l’Intérieur si M. Chargé était réellement conseiller général du Var. Aucun Chargé n’occuperait un siège de cette nature. On connaît à Toulon un Dr Chargé qui serait fort riche et aurait acheté une très belle propriété à Tamaris. Il ne serait pas originaire du pays.

Avais-tu entendu dire que l’aviateur Navarre [1] était au Cherche-Midi. On m’avait raconté son incarcération il y a bien au moins quinze jours, mais en ce moment il circule des tas d’histoires sur les faits et gestes de cet as valeureux qui n’est rien moins qu’un gentleman. On raconte qu’il fut mis en prévention de Conseil de guerre pour avoir eu une altercation avec un capitaine qu’il aurait bousculé et, aux observations de cet officier, aurait répondu : Vous ne savez pas qui je suis, je suis Navarre, et aurait terminé par des voies de fait. Chose assez curieuse, le capitaine n’aurait pas voulu poursuivre, mais c’est le public indigné qui aurait livré Navarre.

Partout où il va, du reste, il a des histoires. Dans un cinéma il faisait du potin, repoussait ses voisins qui finissaient par se fâcher. Aussitôt, Navarre se nomma, enleva veste, chemise et tricot et, montrant ses blessures, cria que lorsqu’on avait attrapé cela, on avait le droit de tout faire.

Au Café de Paris, il aurait invité plusieurs de ses camarades qu’il aurait royalement traités. Une trentaine de bouteilles auraient été bues. Le quart d’heure de Rabelais arriva et on présenta l’addition à l’amphitryon. Apostrophant le garçon, il déclara qu’on lui devait bien cela à lui, Navarre, lui qui avait descendu un nombre de Boches incalculable pour défendre le bourgeois et qu’il n’avait pas à payer. Brouhaha, tumulte. Les patrons très embêtés lorsqu’un Américain déclara que c’était très chic et qu’il prenait l’addition à son compte. Il en eut entre cinquante et cent louis. Non content d’avoir payé, il invita Navarre et ses compagnons à une autre bamboche qui alors coûta trois fois plus.

D’une façon générale, on se montre d’une faiblesse coupable à l’égard des aviateurs. Le public commence à le sentir, et l’adulation qu’on leur a témoignée commence à produire ses effets. Il y en a ici une bande qui n’a jamais fait la moindre incursion mais qui, en revanche, pousse des offensives chaque jour chez toutes les p… du quartier Monceau ou de l’Étoile. J’en connais pour ma part trois ou quatre de cette espèce-là. On prétend qu’il y a une certaine animosité contre eux chez les pauvres fantassins qui se font tuer sans gloire et sans avoir eu les mille et une douceurs dont sont comblés nos aviateurs.

Le déjeuner, auquel tu aurais dû prendre part, n’a pas eu lieu qu’aujourd’hui. Je t’ai regretté beaucoup car je suis sûr que cela ne t’aurait pas ennuyé par trop. D’après la conversation, il m’est apparu que mon hôte est tout à fait lancé dans la voie prolatine

[manque la suite]

 

[1] Jean Navarre (1895-1919). Aviateur. Précurseur de la chasse en monoplace, il se signale pendant la bataille de Verdun par sa virtuosité.

5 octobre 1916

5 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Confidentiellement, je vais te faire part d’une démarche faite auprès de moi aujourd’hui par Denys Cochin. Garde cela rigoureusement pour toi parce que s’il y avait lieu de donner suite il ne faut pas en parler avant, et aussi parce que la situation spéciale de notre ami faisant partie du cabinet doit nous engager à la réserve. Voici donc ce que m’a exposé notre ministre.

Plusieurs de ses amis dont Hanotaux lui ont exposé la nécessité de faire quelque chose pour l’après-guerre et d’organiser un parti des hommes qui veulent lutter contre la confiscation, la persécution religieuse, etc. Ces amis ont pensé que le fait, pour Cochin, d’avoir fait partie de ce gouvernement pouvait en quelque sorte établir en lui un centre capable d’attirer les adhésions et les ressources. De monarchie, m’a dit Cochin, il ne saurait plus être question, il ne peut donc s’agir que d’une union de libéraux dans le bon sens du mot. Nous ne sommes donc séparés par rien d’essentiel. Tous mes amis prétendent que les Débats sont le seul journal autour duquel ce mouvement puisse se faire. Et si cela entre dans vos vues je pourrai recueillir les fonds, etc.

Le Temps sous le pontificat d’Hébrard [1] aurait peut-être pu réaliser le programme, aujourd’hui cela me paraît impossible. C’est la rédaction des Débats qui, en ce moment, jouit de la plus grande réputation. Bidou, Gauvain. Qu’en pensez-vous ?

J’ai répondu que nous pourrions causer, et, comme dans ma boîte à ce moment-là en plein travail j’étais dérangé toutes les deux secondes, il m’a demandé de venir chez moi causer une heure un soir après le dîner.

Il m’a dit une chose assez curieuse : Il est temps maintenant de s’organiser car, malgré tout, je ne prévois pas que la guerre dure beaucoup plus que quelques mois.

 

            Dis-moi ton avis et déchire ma lettre.

 

Depuis hier au soir, je reçois coups de téléphone sur coups de téléphone. Broussilov aurait remporté une victoire importante. Ivanov s’avancerait avec une armée de trois cent mille hommes. Toutes ces nouvelles ont pour origine Lazare Weiller. C’est lui-même qui l’a dit tantôt à mon informateur et, pendant que ce dernier me le téléphonait, Charles Sallandrouze [2] me disait le tenir de la même source. Il était hier à la société des taxis lorsque Lazare Weiller avait reçu le papier des Affaires étrangères. Peut-être le communiqué de demain en parlera-t-il.

D’autre part, des avions allemands ont survolé Tsarskoïe Selo et ont jeté des bombes qui n’ont pas fait grands dégâts mais ont tout de même tué trois personnes.

Le consul général de Roumanie [3] a dit que d’ici à deux jours on annoncerait de bonnes nouvelles. Amen ! En attendant, les Roumains ont repassé le Danube.

À toi.

Et

[1] Adrien Hébrard (1833-1914). Avocat. Journaliste. Directeur du Temps qui était, en 1871, le premier quotidien d’opinion. Homme politique. Sénateur centre gauche de la Haute-Garonne (1879-1897).

[2] Charles Sallandrouze Le Moullec. Compatriote de Nalèche dans la Creuse. Tapissier-fabricant à Aubusson et Felletin, comme les ancêtres de Nalèche. Industriel en énergie hydro-électrique.

[3] Le consul général de Roumanie est alors Louis Dreyfus.

4 octobre 1916 [2]

4 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne sais si je t’ai écrit en son temps ou si nous en avons parlé depuis de la visite de Bénazet à Athènes. Cet agité, comme tu le sais en tout cas, a été reçu par le roi de Grèce. Je me doutais bien qu’à la suite de cette visite[1] il y aurait du grabuge. Naturellement, le député de l’Indre se croit maintenant le seul détenteur de la pensée royale et il mène une campagne de suspicion contre Venizélos. Il est vraiment extraordinaire que dans notre démocratie, au fond de ces âmes obscures de démagogues, les majestés exercent une semblable fascination. Tu vois combien le rôle de nos représentants officiels est rendu difficile par ces visites de personnalités sans mandat mais qui bourdonnent et hannetonnent au grand détriment de nos intérêts. Tels étaient plusieurs de nos missionnaires en Espagne et tel est ledit Bénazet. Le pire est que les souverains, même les plus idiots comme Tino [2], connaissent absolument cet état d’âme de nos hommes politiques et ils en jouent avec la plus grande habileté. L’homme qui a eu ce bonheur de s’entretenir avec un monarque entend généralement ce dernier lui dire que personne ne l’a compris, que sa pensée est mal traduite en France car le traducteur est insuffisant. Alors il se gobe et se dit : Le roi a vraiment du flair. Il me montre une confiance qui me touche profondément, aussi c’est moi qui vais rapporter à Paris cette conversation si bienveillante. Le bonhomme est roulé dans la farine et il vient ensuite la secouer partout.

Le général de La Guiche est revenu me voir hier au soir. Il venait d’apprendre que l’on envoyait au QG russe un journaliste du nom de Recouly [3] et désirait savoir qui était ce Recouly. Je lui ai dit ce que j’en savais. Gentil garçon, mais absolument aucune idée personnelle, une intelligence très courte et toute superficielle et la plus grande ignorance des courants profonds des peuples, bien qu’il ait fait beaucoup de politique extérieure. Il fut même, je crois, chef de service pendant un temps au Figaro. C’est la Rue François-Ier qui l’envoie là-bas. Les choix sont toujours heureux. Il n’y a qu’une seule chose qui pourrait rendre Recouly utile, ce serait une connaissance de la langue russe. J’ignore s’il la possède.

Claude Anet [4], m’a dit La Guiche, qui est là-bas pour Le Petit Parisien, sait au contraire admirablement le russe. Il est très bien vu, très bien accueilli, mais il partage souvent la vie des officiers, et les nuits au bivouac ne l’effraient pas. Il aurait fallu un homme comme lui.

J’ai fait part au général des dernières lettres reçues de Pétrograd dont je crois t’avoir fait part en substance. L’influence de l’impératrice grandit chaque jour en effet car l’empereur ne voyant personne, ne causant avec personne, on attribue naturellement à sa femme tout ce qui se fait, se signe ou se décrète. Elle n’est pas inintelligente mais elle a des haines et des rancunes.

Comme je faisais observer que de plus en plus à Pétrograd le philogermanisme grandissait et que l’on y raillait copieusement les Alliés, on ne les y a jamais aimés, m’a-t-il répondu, mais à cette sorte d’admiration pour les Allemands il se joint une très grande xénophobie qui se fera sentir péniblement à notre égard après la guerre. Pour le moment, ceux des Alliés pour lesquels les Russes se montrent les plus méprisants et les plus désagréables c’est nous, car les Anglais savent se faire respecter et se montrent farouches sur ce point-là. On peut dire que l’ambassadeur d’Angleterre, dans l’affaire Bournazel, a eu tort de s’en prendre au journaliste et non au gouvernement, mais il n’en est pas moins vrai qu’il a eu gain de cause. Nous, nous nous inclinons toujours et nous avons toujours cette sotte manie de vouloir nous faire aimer. (Le mot est assez bien).

Les Russes, ai-je répliqué, sont des orientaux, avec eux il faut être poli mais ne rien leur passer. Ils prennent généralement votre indulgence ou votre amabilité pour de la faiblesse et en abusent aussitôt.

Et La Guiche me cita ce mot de notre dernier ambassadeur au Japon de Gérard qui passa par Pétrograd et qui déclara n’avoir jamais rien vu d’aussi oriental que la Russie. Néanmoins, il faut distinguer entre la capitale et le reste de l’empire dans lequel les sentiments sont très différents.

Puis nous avons parlé des bulgarophiles encore très nombreux à Paris, à Londres et à Pétrograd. Notre ambassadeur qui fut ministre à Sofia a retrouvé là son collègue anglais qui l’était déjà en Bulgarie et ils ont communié dans l’amour du Bulgare. Le général est néanmoins persuadé que si les Russes avaient dès le début marché contre la Bulgarie il y aurait eu beaucoup de défections, mais aujourd’hui il était trop tard, les Bulgares étaient lancés.

[la lettre est coupée]

[1] Il s’agit d’une mission officielle envoyée par Aristide Briand auprès du roi Constantin Ier de Grèce pour le convaincre de retirer les troupes royalistes de Thessalie vers le Péloponnèse.

[2] Il s’agit du roi Constantin Ier de Grèce.

[3] Raymond Recouly (1876-19). Publiciste, journaliste, rédacteur politique au Temps, dont il est correspondant de guerre pendant le conflit russo-japonais de 1904-1905, et rédacteur au Figaro. Attaché à l’état-major, il est envoyé en mission en Russie et en Espagne par la Maison de la Presse. En mai 1916, il dirige l’agence d’informations télégraphiques de Madrid.

[4] Claude Anet (1868-1931). Pseudonyme de Jean Schopfer. Journaliste. Écrivain. Chroniqueur à la Revue blanche et au Gil Blas. Il voyage beaucoup. Pendant la guerre, il est reporter en Russie pour le Petit Parisien. Il est arrêté en novembre 1917 et rentre en France après de nombreuses difficultés.

4 octobre 1916 [1]

4 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Vu aujourd’hui le peintre Bouchor [1] qui m’a apporté un très beau livre qu’il vient d’achever et qui contient toute une série de gravures sur la guerre. Cela s’appelle Souvenirs de la Grande Guerre 1914-1915[2]. Bouchor est à l’armée Fayolle [3]. Il m’a assez intéressé avec le récit de sa vie au milieu des jeunes aviateurs. J’ai noté cependant une chose, c’est qu’à cinq kilomètres en dedans des lignes allemandes nous ne savons plus rien et n’avons aucun renseignement sur les travaux ennemis. Est-ce bien ton avis ? Cela corrobore ce que me racontait un de mes collaborateurs qui causait sur le front belge avec un général. Ce dernier, interrogé sur ce qui se passait derrière les lignes, a répondu : Plus loin, nous ne savons rien, et la marche en avant c’est un peu l’aventure…

De Russie, je reçois une lettre du comte de Margerie dont je t’ai parlé déjà. Il vient d’y rentrer et me fait part de quelques impressions :

« Quand je suis arrivé ici, on parlait de l’incident Bournazel [4] que vous connaissez sans doute déjà (que tu dois toi aussi te rappeler). J’ai la certitude que M. Stürmer a été l’inspirateur de l’article. M. Stürmer a fait dire par les journaux qu’il n’est pas germanophile ! ! ! !, qu’en pleine guerre avec l’Allemagne le premier ministre russe soit obligé de faire pareille déclaration est un fait digne d’opérette. Le président du Conseil est très bien en cour et l’impératrice [5] Alexandra l’écoute. C’est un vaniteux sans aucune valeur. D’ailleurs il ne durera pas, peut-être encore un ou deux mois. On m’a nommé un futur (pour le 1er janvier). C’est trop extraordinaire pour que je vous le désigne avant confirmation sérieuse. (?)

Les Polonais qui furent reçus par l’empereur eurent de celui-ci des promesses formelles – Je suis très bien informé – Sa Majesté les autorisa à répéter ses paroles. Pourtant rien n’a été signé et la date fixée a été dépassée. Le désir de Sa Majesté est d’accorder aux Polonais tout ce qu’ils demandent. L’extrême droite fait de son mieux pour retarder la décision ultime.

J’ai été désolé de constater que, malgré tout ce qui a été écrit ici en faveur des Alliés, ceux-ci ne sont pas très populaires, à Pétrograd surtout où l’on déteste les Anglais presque autant que les Allemands. Il n’y a aucun patriotisme ici. Chacun ne pense qu’à ses propres intérêts et à remplir ses poches.

Déjà, il y a des personnes qui parlent de l’innocence de M. Rubinstein ! Je pense que son argent l’empêchera d’être coupable.

Le Boche a su jusqu’ici conserver son prestige en Russie. Pourquoi le gouvernement français fait-il si peu pour la propagande ? Déjà maintenant il faudrait préparer le terrain pour l’après-guerre. La Russie sera une source de richesse pour les Français si ceux-ci veulent bien consentir à venir s’y enrichir.”

La plainte de mon correspondant qui vit dans le milieu aristocratique où son mariage avec une Russe lui donne des entrées correspond bien à ce que je te disais de la façon dont notre chère Maison François-Ier et son chef éminent ont compris la propagande.

J’ai pensé que ce bout de lettre d’un homme qui connaît bien la situation et la dépeint sous des couleurs autres que celles que l’on a coutume de nous donner t’intéresserait.

On me passe la carte de Biard d’Aunay [6]

Amitiés.

Et

[1] Joseph-Félix Bouchor (1853-1937). Artiste peintre, élève de Benjamin Constant. Membre de la Société des artistes français et de celle des aquarellistes. Il expose au Salon des artistes français à partir de 1878.

[2] Souvenirs de la Grande Guerre (1914-1915) d’après les tableaux d’un témoin J.-F. Bouchor, peintre du musée de l’armée, préface de Jean Richepin,… ; en-têtes et culs-de-lampe par David et Daniel Burnand, E. Mignot, [s. d.], 64 p.

[3] Émile Fayolle (1852-1928). Militaire. Général de division, il commande en février 1916 la 6e armée pendant l’offensive de la Somme. Il est remplacé par le général Nivelle.

[4] Bournazel. Journaliste.

[5] Alexandra Féodorovna (1872-1918). Russe. Tsarine. Épouse de Nicolas II.

[6] Nalèche se trompe d’orthographe. Georges Biard d’Aunet (1844-19). Diplomate. Premier consul général de France à Sydney (1893-1905).

3 octobre 1916

3 octobre 1916

 

Old man,

 

L’ami Laurier m’a encore adressé quelques intéressants détails que tu liras sans doute sous une forme ou une autre. Je l’en ai remercié.

Depuis ce matin, un gros poids m’a été enlevé à la nouvelle de l’initiative roumaine. Je t’avoue que j’étais un peu sombre à ce point de vue-là. On vient de me dire à l’instant que deux divisions, soit trente mille hommes, ont passé le Danube. Cela deviendrait sérieux et si les Russes pouvaient faire un effort sérieux, les Germano-Bulgares seraient très mal en point. La manœuvre roumaine rend le succès des Carpathes assez illusoire car je ne crois pas les Autrichiens capables de descendre en plaine. La situation se trouve renversée.

Comme tu as raison pour les articles du Matin. Ce sont des campagnes purement idiotes qui ne servent qu’à une chose, c’est à recoller en Allemagne les éléments dégoûtés de la guerre et qui auraient des tendances à lâcher le mouvement. Les gouvernants brandissent des papiers de ce genre en disant : Vous voyez les Français, c’est la destruction de l’Allemagne qu’ils cherchent. Il ne peut donc pas y avoir d’hésitation. Unissons-nous pour résister jusqu’au bout.

Depuis le début de la guerre, du reste, les comités se forment pour exploiter nos victoires, et je me rappelle à Bordeaux avoir été témoin des scènes les plus violentes entre des gens partisans d’annexer ci ou d’annexer ça, alors que nous nous demandions si Paris n’allait pas être de nouveau menacé. Pensons donc à délivrer nos départements envahis et après nous pourrons parler de ce que nous prendrons ou ne prendrons pas.

Nous avons reçu hier la visite d’une brave femme qui, étant femme de chambre de ma vieille cousine [1] de La Chassagne et après avoir reçu un legs sérieux de cette dernière, s’est retirée dans le Cher, ce dont elle se mord les pouces. Elle nous a dit qu’à Saint-Amand et dans la région l’esprit était épouvantable. Ce sont les riches et les curés qui ont fait la guerre et ne veulent pas la faire cesser. Puis, rien à faire, quand ils ont affirmé cela, ça y est bien. Même son de cloche dans la Haute-Vienne, dans l’Isère et dans l’Allier.

Il sort de chez moi un notable grec. Il m’a dit avec tristesse qu’ici on négociait encore avec le roi. Je lui ai demandé : Mais vous qui connaissez bien Romanos [2], savez-vous ce qu’il pense réellement ? – Oh ! m’a-t-il répondu, Romanos est le représentant du roi et défend sa politique. Mais une chose que nous lui pardonnerons difficilement c’est qu’il fait du zèle : Il va venir par exemple vous trouver, sachant que vous pouvez faire entendre vos paroles par les ministres. Il vous dira qu’il répond de Caleropoulos comme de lui-même alors que nous, Grecs, nous savons que M. Caleropoulos est député de Chalcis et que là, les ligues de réservistes ont démoli les boutiques des libéraux partisans de son concurrent. Naturellement on répète le mot de Romanos, et M. de Margerie, M. Berthelot, M. Briand, qui ne savent même pas où est Chalcis ni qui en est le député, le croient.

En tout cas, le mouvement libéral et national grandit chaque jour, et Venizélos, pour faire échec au Parlement croupion, va réunir une assemblée.

Au revoir, dear Peter, ton vieil

Et

[1] Marquise de Brinon (1832-1892), née Alfrédine de Courthille de Saint-Avit, épouse d’Achille, marquis de Brinon, grand-mère de Fernand de Brinon, qui avait reçu en dot La Chassagne, propriété de 71 ha à Saint-Quentin-La-Chabanne près de Felletin (Creuse).

[2] Athos Romanos (1858-1940). Grec. Diplomate. Ambassadeur de Grèce à Paris. Il signe le Traité de Saint-Germain (1919).

2 octobre 1916

2 octobre 1916

Mon cher Pierre,

Je ne crois pas que l’affaire roumaine soit bonne et si on lit la situation militaire de ce soir, on trouve un peu entre les lignes la véritable critique de l’affaire. Nous avons bien fait de nous réserver hier et de ne pas suivre l’impulsion donnée. Les Roumains s’en tireront je l’espère, mais ce n’est pas une raison pour traiter cette défaite comme une affaire sans importance. Il serait bien curieux que cette entrée en scène attendue avec tant d’impatience devint plutôt pour les Alliés une cause de faiblesse. C’est du reste ce que prétendent les Russes.

Savais-tu qu’à Salonique il y a aussi une princesse qui règne sur le cœur de notre vice-roi [1], c’est Mme Narischkine [2], ou plutôt ce serait elle car je n’affirme rien. Tu dois la connaître, elle est la belle-fille de Witte [3] et la vie du ménage [4] est assez mystérieuse au point de vue ressources. Elle habite Paris d’une façon habituelle et a fréquenté chez notre grand monde international. Mon hurluberlu de parent François de Chevigné [5] lui a fait une cour assidue, et nous avons vu trôner en place d’honneur les photographies de cette assez jolie personne que la petite cousine trouvait charmante. François croyait que les frais Narischkine étaient dus au charme de son esprit et à la beauté de son physique, mais un beau jour, il s’est trouvé en présence d’une demande de prêt par le ménage rastaquouère d’une assez grosse somme cinquante ou soixante mille. Il est tombé de son haut et en fut assez humilié. Depuis, inutile de te dire que les photographies ont disparu, comme les relations ont cessé. On n’en parle plus.

Eh bien, Mme Narischkine est allée à Salonique. Elle devait bien y aller, tous les aventuriers s’y sont donné rendez-vous. Il paraît que Sarrail est tombé sous le charme, qu’il n’y a pas une manifestation militaire où elle n’assiste, et elle est même devenue la toute-puissante favorite. Notre Sarrail doit croire que c’est une grande dame. Cette liaison, si toutefois elle est réelle, ménagera à ce conquérant de désagréables surprises.

À propos de Russes, on m’a rapporté tout à l’heure une anecdote assez amusante qui a été racontée à celui même qui me l’a dite par le colonel [6] Ignatiev, père de l’attaché militaire, et qui montre bien la supériorité des Japonais.

Quand les Alliés ont quitté Trentin pour marcher sur Pikin, comme il n’y avait pas de routes, ils sont partis en éventail. Ignatiev, qui appartenait à l’état-major, fut retenu quelque temps après le départ de son armée puis chercha à la rejoindre, mais il ne pouvait arriver à trouver la direction car la marche en éventail pouvait, s’il se trompait au début, le mettre à des distances considérables de son corps.

Très embarrassé, il ne savait comment faire, lorsqu’il vit un petit détachement de Japonais commandé par un caporal ou un sous-officier. Il les interrogea. Nous ne savons pas, répondit le chef du détachement, mais nous allons vous renseigner de suite. Il sortit un petit manuel de campagne de sa poche, chercha un instant, puis, mesurant par terre les traces des chariots d’artillerie, il dit : Voici votre chemin car l’artillerie russe a telles dimensions, tandis que les autres en diffèrent de tant…

N’est-ce pas admirable comme organisation ?

Amitiés.

Et

[1] Maurice Sarrail.

[2] Nalèche se trompe. Il ne s’agit pas de Mme Cyrille Narischkine, née Véra de Witte, fille adoptive de Serge de Witte, qui était en Russie à cette époque,  mais de Mme Léo Narischkine (1883-1957), née princesse Alexandra d’Oldenburg, citée à l’ordre de l’Armée d’Orient : « a fondé un hôpital chirurgical de 300 lits où elle dépense sa fortune et son activité ».

[3] Serge de Witte (1849-1915). Russe. Comte. Ministre des Finances (1892-1903). Président du Conseil des ministres (1903-1906).

[4] Cyrille Vassilievitch Narischkine. Russe. Diplomate. Gentilhomme de la Chambre, attaché d’ambassade à l’ambassade de Russie à Paris.

[5] Étienne de Nalèche et François de Chevigné sont apparentés par les femmes : la belle-mère de Nalèche et la femme de Chevigné, Gisèle, sont sœurs et nées Collas.

[6] Pavel Ignatiev (1832-1908). Colonel. Père de Nicolaï Pavlovitch Ignatiev.

1er octobre 1916

1er octobre 1916

 

Rien de bien intéressant à te raconter, mon pauvre vieux, les jours se suivent et se ressemblent, hélas, et l’on peut se demander quand tout cela finira. Il n’y a vraiment pas de raison pour que cela s’arrête avant la disparition complète des nations en conflit. Que de lenteurs ! que de gaffes ! faites en face de gens qui peut-être en font aussi mais qui, en tout cas, savent profiter de celles d’autrui. Tout est tellement pauvre que je me demande si ce que je t’écris peut réellement t’intéresser et si mon enveloppe de chaque jour ne te dégoûte pas. Si cela t’embêtait, ne crains pas de froisser mon amour-propre en me le disant.

Mon président des Colonies helléniques [1] est revenu me voir ce matin. J’ai senti qu’il était mortifié que Briand n’ait répondu au télégramme de Venizélos que par l’intermédiaire du consul. Il aurait voulu que Briand trouvât une réponse qui, sans rien compromettre, aurait servi au ministre grec vis-à-vis de ses partisans. Cependant la réponse directe était difficile, notre ministre aurait semblé reconnaître ainsi le gouvernement provisoire alors que rien n’est rompu encore avec le gouvernement régulier.

Triantaphyllidès m’apportait une dépêche à signer de compliments à Venizélos. Il avait une liste de personnalités auxquelles il devait demander leurs noms. L’idée était de Polybe, mais j’ai compris qu’il voulait s’assurer de moi et de Gauvain avant d’aller trouver les autres qui seraient alors moins timides. La dépêche est conçue en termes assez laconiques et prudents pour que je n’aie pas hésité, pas plus que Gauvain. En revenant, j’ai trouvé mon Triantaphyllidès en taxi sur le pont de Solférino qui recherchait ses bonshommes. Il allait chez Leygues, président de la commission des Affaires extérieures. Sûrement, celui-là signera pour faire pièce à Briand et dégager la commission avec laquelle nous avons eu l’incident que je t’ai raconté [2].

L’affaire roumaine est embêtante. Tous les journaux se sont empressés ce matin de dire en long et en large que cela n’avait aucune importance. J’espère bien en effet que cela n’en aura pas une très grande. Malgré tout, nous nous sommes réservés, préférant attendre des renseignements sûrs. Tout ce que je sais, et ceci pour toi, car cela me vient de Russes compétents. On se plaint en Russie que l’intervention de la Roumanie, au lieu de lui apporter une contribution avantageuse, a eu pour unique résultat d’étendre leur front d’une façon très grande. Il y a du vrai. D’autre part, les Roumains se plaignent vivement des Russes qui n’auraient pas envoyé assez de monde.

Nous parlions tout à l’heure de Polybe. Tu savais sans doute qu’il avait eu une passion vigoureuse pour la grande coquette nationale S. [3] qu’il avait comblée de somptueux cadeaux. C’est lui notamment qui aurait contribué pour la plus grande part à lui installer son magnifique appartement du Quai. Cependant, il aurait démissionné de son poste de… mécène en chef et serait resté son ami, il croit même son … gigolo. Tu vois d’ici le gigolo. Son plus grand plaisir serait, disent certaines mauvaises langues, de s’enfermer tout nu dans les armoires et d’attendre ainsi pour apparaître… et ce, après quelque séance où l’artiste aurait donné tout son talent. Ça je ne sais, mais évidemment ce doit être pour retrouver des impressions de jeunesse.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Il s’agit de Grégoire Triantaphyllidès.

[2] Cf. lettre du 18 septembre 1916 [1].

[3] Non identifiée.