Archives mensuelles : mai 2016

10 mai 1916

10 mai 1916

 

J’ai été gâté hier et aujourd’hui, mon vieux Pierre. Deux lettres de toi qui toutes deux, hélas, me parlent du marmitage à peu près constant de votre cantonnement. Tâche de ne pas te faire amocher.

Je vois d’après ta lettre d’hier que la tentative sur Reimsn’a dû être qu’une feinte pour cacher les nouveaux préparatifs sur Verdun. Le Temps avait solennellement annoncé que c’était fini de ce côté-là et beaucoup de journaux avaient suivi. La première phase était terminée comme l’avait très bien écrit Bidou, lequel se promène en ce moment sur tout le front avec le colonel Feyler [1]. Son intérim a été fait par… Chaumeixqui, comme je te l’ai dit, s’offre de la meilleure grâce à toutes les suppléances, même la mienne !

Je ne comprends pas comment la presse est si dithyrambique au sujet de la note Wilson [2]. Ou plutôt je le comprends très bien car hier, dès 10 h du matin, Chaumeix me téléphone pour me dire : Ne trouvez-vous pas la réponse de Wilson extrêmement ferme et n’est-ce pas celle que nous attendions et qui condamne l’Allemagne ? – Ce n’est pas mon avis, ai-je répondu. Wilson faisait état de tout torpillage dans la note du 20 avril et aujourd’hui, d’après le premier aperçu, il semble qu’il soit résolu à attendre de nouveaux torpillages et qu’il ne s’agisse plus que de la vie des Américains. C’était évidemment l’opinion de Berthelotqu’on cherchait à nous insuffler dès l’aube. Toute la presse a marché comme un seul homme. Nous verrons ce que dira Le Temps ce soir. Je ne serais pas étonné qu’après notre article d’hier il ne fît une légère conversion. J’étais heureusement tout à fait d’accord avec Gauvainet lorsque j’ai causé avec lui quelque temps après le coup de téléphone, nous avons convenu de l’article.

J’ai bien regretté que tu ne m’aies pas parlé de ta proposition [3], non pas que j’aurais pu avoir une bien grande influence, mais j’ai quelques camarades qui auraient peut-être pu surveiller un peu l’affaire.

As-tu lu l’article du Matin d’aujourd’hui ? Je suis très étonné que Briandl’ait laissé passer. Ce n’est pas un très bon système que de se faire couvrir, quand on a envie de prendre des mesures, par des campagnes de presse. Il est toujours dangereux de livrer des hommes aux discussions devant l’opinion. S’il y a des mesures à prendre, ce sont des mesures de gouvernement au premier chef. Toujours le même système de ne pas oser. Ce que je crains un peu, c’est que l’on démolisse l’un pour ne pas y placer celui qui serait tout désigné mais quelque autre personnage qui aurait les suffrages de la politique. Tu as bien compris que ma lettre d’hier faisait allusion à cette question.

Quelqu’un qui connaît beaucoup le général de Castelnaum’a dit que ce dernier, après sa visite à Salonique, était tout à fait contraire à une marche en avant sur Sofia. Un mur d’un côté et de l’autre un farfouillis inextricable sur trente kilomètres. Voilà ce que les troupes auraient devant elles. Autant Castelnau aurait été partisan de la marche au début de 1915 alors que la Serbie était encore vide d’Allemands, autant il y serait opposé en ce moment. Il faut rester à Salonique, disait-il, c’est nécessaire à cause de la Roumanie et de la Grèce, mais il ne faut pas risquer une aventure qui pourrait ne pas réussir. J’avoue que cette opinion me change mon point de vue. J’aurais bien cru qu’une fois en possession de moyens puissants il y avait quelque chose à tenter car, le chemin de fer coupé, c’est la chute immédiate de la Turquie.

D’opinion contraire il y a la plus haute personnalité de l’État [4] qui veut absolument que l’on passe à l’offensive là-bas.

Dans nos affaires particulières [5], je ne sais rien de très nouveau depuis hier sauf que le président d’honneur de la société tient tout à fait pour le directeur de l’exploitation et contraire absolument aux idées du directeur adjoint dont il ne veut pas étendre le pouvoir.

Au revoir, old man. Ton affectionné

Et

 

[1] Cf. lettre du 6 mai 1916.

[2] Thomas Woodrow Wilson (1856-1924). Américain. Homme politique. En 1912, il est élu président des États-Unis. Réélu en 1916, il engage son pays dans la guerre aux côtés des Alliés en 1917. Après le conflit, il s’efforce d’appliquer en Europe un système de sécurité collective, les « quatorze points Wilson ».

[3] Il s’agit probablement de la proposition d’entrée de Pierre Lebaudy dans l’ordre de la Légion d’honneur.

[4] Aristide Briand, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères.

[5] Cf. lettre du 9 mai 1916.

9 mai 1916

9 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je crois que notre usine aura besoin de modifications sérieuses. Aujourd’hui encore, on m’a mis au courant des difficultés qui règnent de plus en plus dans l’exploitation. Je te dirais même que celui qui m’a fait part de tout cela y était autorisé en vue de savoir ce qu’en pensaient certains gros courtiers en marchandises et aussi quelques agents de publicité.

Le sous-chef est de plus en plus ennuyé avec le chef – qui est soutenu par le président d’honneur de la société. Ce dernier intervient à tous propos et impose sa manière de voir dans des questions de technicité absolue. Naturellement, le directeur s’incline mais le sous-directeur, qui est aux prises avec toutes les difficultés tant de l’exploitation et du personnel que de la concurrence, sent peser sur lui des instructions qui n’ont rien à voir avec une exploitation normale. Je vais tâcher de sonder les différents agents dont je te parlais ci-dessus et tâcher de savoir si réellement ils font confiance à notre directeur adjoint ou s’ils ne veulent pas, par ce moyen, se servir de lui pour mettre la main sur notre affaire et imposer à la société un homme de leur choix, ce qui serait pire que tout.

Voici pour nos affaires privées et commerciales. Au point de vue général maintenant, j’ai vu ce matin le président d’une grosse affaire, Mines et métallurgie du Midi. Tout va. Gros stock de munitions. Seules peut-être, les grosses pièces sont lentes à arriver à cause des voies ferrées. De même on a fait des essais pour les gros obus. On ne sait si nous aurons les bons résultats qu’on escompte. Dans cette usine les essais vont se faire cette semaine. Ils reposent sur un changement de métal. Jusqu’ici on n’a pas eu complète satisfaction.

J’ai causé un peu avec François de Wendelqui vient de faire une longue promenade sur le front. Il n’est pas mécontent sans être enthousiaste. Certains secteurs ne paraissent pas tout à fait au point. Troupe et officiers subalternes en excellent état et moral parfait. Beaucoup moins content des gradés supérieurs dont un certain nombre ne se dérangent jamais et n’inspectent pas les travaux qui leur sont confiés. Je crois qu’à ce point de vue-là, tu es malheureusement fixé.

J’ai eu ce matin un déjeuner très intéressant que j’ai rendu à des Russo-Polonais et où j’avais prié Gauvainet de Caix. Comme je regrette que tu ne puisses venir à ces petites réunions. Si la guerre se termine bien pour nous, il faudra que nous organisions quelque chose ensemble, ou du moins que je te prévienne chaque fois que j’aurai des personnages sortant un peu de la banalité courante. On voudrait beaucoup que j’organise une réception pour les parlementaires russes qui vont arriver de façon à les soustraire aux influences des partis avancés de la Chambre qui ne manqueront pas de les accaparer et de leur montrer qu’il y a autre chose dans notre pays. L’idée est excellente mais me semble irréalisable car ces gens vont être pris dès leur arrivée par toutes les réceptions et n’auront pas cinq minutes à eux. D’autre part, ils sont vingt environ, alors tu vois où cela nous entraînerait.

De Caix va les recevoir à Londres et fera le voyage avec eux. Il se rendra compte si on peut tenter une réunion, du moins avec quelques-unes de ces personnalités !

Good bye, old man.

Et

Je ne te parle pas des États-Unis. Tu en sais aussi long que moi.

 

8 mai 1916

8 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Nous avons eu aujourd’hui des nouvelles d’Allemagne très fraîches : elles datent de six jours. Un parent de Rodocanachi qui habite Bucarest a traversé tout le pays. Il a d’abord voulu gagner la Suisse par la frontière d’Autriche. Mais arrivé là, on lui fit rebrousser chemin, la frontière austro suisse était complètement fermée. Il revint à Vienne, et là on lui donna le conseil de passer par Berlin et Francfort. Ce qu’il fit et il ne trouva aucune difficulté à passer.

La première constatation qu’il ait faite, c’est une gêne évidente pour la nourriture. Dans les plus grands hôtels le pain est rationné, et pour le petit déjeuner chaque voyageur ne reçoit que deux toasts.

Les conversations que notre homme a eues avec les Allemands, financiers, hommes d’affaires, etc., indiquent une très grande dépression et de grosses craintes d’avenir. Le mot catastrophe a été prononcé. Seuls les militaires restent très arrogants et affectent d’être certains du triomphe de l’Allemagne.

Dans Berlin on ne voit pas de blessés, évidemment on les cache. Mais ce qui a le plus étonné le parent de Rodocanachi c’est, dans toutes les villes allemandes, le manque d’hommes presque absolu. Il constate avec surprise la différence qui existe à ce point de vue-là entre la France et l’Allemagne.

D’autre part, mon collaborateur financier me racontait qu’un Suédois, désireux de se rendre compte de ce qui se passait dans le pays de Guillaume IIs’était mis en route muni de tous les passeports les plus authentiques. Arrivé dans la gare d’une certaine ville, on lui demanda ses papiers et s’il avait une raison pour venir. Il répondit, mais oui, je viens pour mes affaires et, sortant son carnet, il montra les noms des personnes à qui il avait affaire.

Fort bien, lui fut-il dit, nous allons aller chercher ces personnes et vous pourrez causer avec elles dans la gare.

Il reprit le train sans avoir pu pénétrer dans la ville.

En rapprochant tout cela du fait que les Allemands ne se sont décidés à parler dans leurs journaux des événements survenus que trois jours après, il semble bien que tout ne marche pas là-bas supérieurement. Sans se laisser emballer par ces menus symptômes d’affaissement, il faut cependant les observer.

François de Wendel est allé faire un tour intéressant sur le front avec Marin[1]. Ses impressions ne sont pas trop mauvaises sans être excellentes. Il a constaté que certains secteurs ne semblaient pas avoir été merveilleusement préparés. Je n’ai pu causer avec lui que quelques minutes mais je dîne sans doute, si je puis me libérer, avec lui après-demain et il me fera sûrement le récit de ses observations.

Notre directeur de Jaffa sort de mon bureau. L’annonce que je t’avais donnée lui venait de Rey[2], le directeur de la Régie des chemins de fer. Pavie me disait, à propos de ce débarquement, qu’il ne comprenait pas l’inertie de nos Alliés qui ont laissé pousser le chemin de fer jusqu’à soixante-dix kilomètres du canal sans inquiéter les travailleurs. Depuis Jaffa, le chemin de fer court le long du rivage à dix-sept ou dix-huit kilomètres. Ce n’eût été rien que de le gêner et de le couper.

Au revoir, old man. Ton vieil

Et

 

[1] Louis Marin (1871-1960). Avocat. Professeur d’ethnographie au Collège des sciences sociales. Philosophe. Homme politique. Président de la Fédération républicaine (1925-1940). Député républicain de la Meurthe-et-Moselle (1905-1940 ; 1945-1951). Membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

[2] Rey (18-1919). Directeur de la Régie des chemins de fer. Il meurt le 16 janvier 1919 dans le naufrage du paquebot la Chaouïa qui touche une mine dans le détroit de Messine.

7 mai 1916

[probablement 7 mai 1916]

 

[Manque probablement p. 1 r°/v°]

Le même personnage m’a dit des choses amusantes sur l’Italie, ou attristantes suivant l’angle sous lequel on peut les voir. Il m’a cité un passage officiel d’un récit de leurs opérations dans lesquels ils mettent leurs opérations sur le plan de celles de Verdun. Voici à peu près ce que dit ce glorieux récit : « Il est intéressant de voir l’immense effort italien au moment où les Allemands développent leur gigantesque lutte contre Verdun. »

Au demeurant, nos bons amis bluffent d’une façon incroyable. Tu as vu cette campagne de presse parlant de trois cent mille hommes à nous envoyer. Où les prendraient-ils ? Ils n’instruisent aucune classe en dehors de celles présentes sous les drapeaux. Ils ne fabriquent que vingt mille obus par jour, mais, en revanche, ils sauvent quotidiennement la France.

Je reçois d’un correspondant d’Espagne une note intéressante sur la mission Baudrillart [1], Bergson [2], etc. Tu ne trouveras nulle part une appréciation aussi juste avec une petite pointe un peu satirique mais sans mauvaise grâce qui doit avoir, elle aussi, un grand fond de vérité, surtout connaissant nos hommes. Je te copie ce passage :

« Ces messieurs ont en somme obtenu un franc succès. Mais c’est Bergson qui en est surtout le bénéficiaire. Il a eu l’art de se faire comprendre d’un auditoire qui le croyait plus abstrait et a été enchanté de se voir si aisément transporté dans les plus hautes régions de la spéculation métaphysique. Ses conférences ont été parfaites à tous les points de vue et notamment à celui qui nous préoccupe.

Les autres membres de l’Institut ont un peu fait à ses côtés figure de comparses. Widor [3] eût eu le succès qu’il méritait si on ne lui avait pas donné d’aussi misérables orgues que celles de Saint-Louis-des-Français. M. Perrier [4] a parlé pour un public dont il avait certainement sous-évalué la culture scientifique. On lui reproche d’avoir un peu trop généreusement vulgarisé. C’est une idée fort répandue en France que l’Espagnol est une manière de demi Africain, ignorant et simpliste. Peut-être M. Perrier partageait-il cette prévention. En tout cas il en a donné l’impression. M. Imbart de La Tour [5] a été un peu long. Il a parlé de Jeanne d’Arc et rudoyé avec plus de sincérité que d’à-propos nos amis les Anglais. Quant à M. Lamy [6], il avait préparé une petite allocution dans l’esprit qui anime notre propagande, c’est-à-dire orientée dans le sens d’un catholicisme ostentatoire. Le malheur est qu’il ait parlé devant un milieu athénéiste où domine l’élément libéral, pour ne pas dire plus, et où les amis de M. Melyniadès [7], Alvarez [8] (beaucoup de réformistes sont, comme vous le savez, francs-maçons) donnent habituellement le ton. Il y a eu une petite surprise et il était visible que l’orateur se méprenait sur l’état d’esprit de son auditoire.

Je vous cite ces petits faits sans malice et parce que ce sont ceux dont vous n’aurez l’écho ni par la presse ni par les intéressés. Mais ils n’empêchent pas, somme toute, que les résultats de cette légation suivante soient excellents. On n’en pourrait obtenir de plus excellents qu’en envoyant en France des académiciens espagnols. Car enfin, les esprits chagrins observent ici que ces manifestations tendent à affirmer une supériorité intellectuelle qu’on ne discute guère mais qu’on n’aime pas trop à voir exalter à tout propos. Nos excellents voisins seraient cent fois plus flattés de nous voir accueillir leurs sommités. »

N’est-ce pas que cette lettre est assez jolie. J’ai pensé que tu aimerais à la lire. Du reste, notre projet à nous était d’organiser la contrepartie que réclame mon correspondant.

Affaires industrielles : Un de ceux que j’ai vus ce matin m’a dit que notre directeur était, à peu près dans tous les services aujourd’hui, considéré comme insuffisant. Dans la grande crise industrielle il avait été ce qu’il fallait, car, pour nous servir d’un terme de boxe, c’était un excellent « encaisseur » mais, avec la reprise économique, il faudrait l’activité du directeur adjoint.

Un autre, qui a dans l’usine un poste à la direction, me disait que les rapports entre nos deux directeurs étaient très bons et très intimes. Ils causent chaque jour deux heures ensemble et dans le personnel on se fait une idée très inexacte sur leurs relations.

Voilà, mon pauvre vieux, ma lettre est bien longue, tant mieux si tu as eu quelques minutes d’oisiveté.

Ton affectionné

Et

 

On m’écrit de Valence qu’on a vu passer un dirigeable se dirigeant sur la Méditerranée, Bizerte, etc. Pauvre dirigeable, on l’a vu pour la dernière fois ! Le bruit court qu’il a été canonné par un sous-marin.

 

[1] Alfred Baudrillart (1859-1942). Prêtre oratorien. Normalien. Agrégé d’histoire, docteur en théologie. Cardinal. Camarade d’Henri Bergson à l’École normale supérieure. Il est très proche, par sa famille, du Journal des Débats.

[2] Henri Bergson (1859-1941). Philosophe. Normalien. Professeur au Collège de France. Président de l’Académie des sciences morales et politiques, il s’engage dans la guerre intellectuelle dès le 8 août 1914 par un discours prononcé devant les académiciens : « La lutte engagée contre l’Allemagne est la lutte même de la civilisation contre la barbarie. » Il effectue ensuite des tournées de conférences en Espagne et surtout aux États-Unis.

[3] Charles-Marie Widor (1844-1937). Musicien, organiste titulaire de l’église Saint-Sulpice à Paris. Membre de l’Institut et secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts. Professeur au Conservatoire national de musique.

[4] Edmond Perrier (1844-1921). Zoologiste. Normalien. Professeur agrégé de sciences physiques et naturelles. Directeur du Muséum national d’histoire naturelle (1900-1919). Membre de l’Académie des sciences (1892), dont il devient président en 1915. Membre de l’Institut.

[5] Pierre Imbart de La Tour (1860-1925). Normalien. Agrégé d’histoire. Professeur d’histoire médiévale à la Faculté des lettres de Bordeaux. Directeur des Archives d’histoire religieuse. Directeur du Bulletin de la semaine (1905-1911). Membre de l’Institut (1909).

[6] Étienne Lamy (1845-1919). Avocat. Homme politique. Député républicain catholique du Jura (1871-1881). Membre de l’Académie française (1905), il en devient secrétaire perpétuel le 13 mars 1913.

[7] Non identifié.

[8] Lévi Alvarez. Espagnol. Homme politique de gauche.

6 mai 1916

6 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ce n’est pas très bon aujourd’hui tout ce que l’on lit et tout ce que l’on devine en dessous des termes employés. Je crains que l’on ne se soit endormi dans l’idée que tout était fini dans le lieu où le plus gros effort avait été tenté : et pas du tout. Assez mal impressionné hier au soir, j’avais demandé des renseignements complémentaires où, tu dois le deviner, les réponses un peu alambiquées ne m’avaient guère satisfait. Les choses, me dit-on, vont être rétablies. Ce mot en dit assez long. Attendons. Et du reste, je crois sincèrement que cela pourra être rétabli, mais il ne faut pas être plus optimiste que de raison.

Parlons d’autre chose. Les espions allemands, d’après certains rapports de police, continuent à pulluler. Voici une histoire qui serait arrivée à S. E Monseigneur le cardinal Amette [1]. Tu y reconnaîtras la naïveté des curés comparable à celle des vieux militaires.

Une nommée Jaquenod, habitant Genève, 12, rue des Étuves et s’occupant beaucoup de la section catholique de la Croix-Rouge, est venue fréquemment en France et a eu des entrevues avec le cardinal Amette. On raconte avec un certain air de vérité qu’elle a réussi à tirer du vénérable prélat une somme de cent mille francs pour les blessés et prisonniers internés en Allemagne. On dit maintenant que cet argent est bien allé en Allemagne mais pas pour l’usage auquel il était destiné. Ladite Mme Jaquette irait du reste souvent en Teutonie et aurait de fréquentes entrevues avec le chancelier et avec les plus hauts fonctionnaires.

Si le bon père Amette se l’est fait mettre à ce point-là, c’est assez comique. Les détails que je te donne me viennent d’un commissaire central de province qui a reçu, avec la photographie de la dame Jaquenod, mission de lui mettre la main au collet s’il venait à la rencontrer dans sa ville. Il a reçu de même mandat d’arrêter un espion allemand Schlied qui, sous un faux nom, parcourt la France et demeure invisible et insaisissable. Cet agent de la police impériale réside à La Haye où il a des bureaux qui fonctionnent activement.

Bidou est parti aujourd’hui à midi avec Feyler[2] et un officier d’état-major de mes amis. Il va faire une magnifique randonnée, mais ce départ ne s’est pas exécuté sans que mon terrible collaborateur ne me joue un tour de c… À midi, il m’informe de son départ, ne me donne pas l’article habituel, me laisse pour trois jours dans l’embarras. Gentiment, Bidou est venu me voir avant de partir, laissant Feyler dans la voiture. Il a été bien reçu. Je l’ai interpellé avec la dernière violence. Je suis bien sûr que cette tempête l’a très peu ému. J’espère tout de même qu’il va nous rapporter des choses intéressantes.

Chevigné nous écrit aujourd’hui de Brest où il a été rappelé à bord d’un bateau. Jusqu’ici il commandait un groupe d’autos canons, maintenant il est affecté à la police des côtes. Il nous écrit donc qu’on a pris un radio allemand disant que Le Journal des Débats est le seul journal français ayant vu l’importance de l’affaire de Kut-el-Amara [3]. Ce n’est ni flatteur ni glorieux pour nous, mais je crois néanmoins que nous sommes plus dans la vérité que les journaux français en général qui n’ont vu dans la capitulation qu’un fait sans importance stratégique. Même à ce point de vue-là, je te l’ai dit je crois, l’événement en a, et au point de vue moral l’effet sera considérable.

Je trouve également que les journaux ce matin ont tout à fait bafouillé pour la note américaine. Ne trouves-tu pas, toi qui as l’esprit clair et dégagé des contingences, que c’est une fin de non-recevoir absolu malgré tout le contexte, le bafouillage qui l’entoure ?

Seul notre article sera câblé à New York. Je viens d’en être informé et il sera câblé in extenso.

Au revoir, old chap. Ton vieil

Et

 

 

[1] Léon Amette (1850-1920). Prêtre sulpicien. Archevêque de Paris (1908-1920), il est créé cardinal en 1911.

[2] Fernand Feyler (1863-1931). Suisse. Officier et professeur à l’École militaire de Zurich. Collaborateur militaire du Journal de Genève. Il publie plusieurs livres sur la guerre.

[3] Kut-el-Amara (Mésopotamie) est bombardée par les Turcs le 2 janvier 1916.

5 mai 1916

5 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Reçu ta lettre aujourd’hui à midi et je vois que la mienne t’est parvenue sans encombre. Les détails que je t’y donnais me venaient d’un ami intime du juge d’instruction.

Je n’ai eu naturellement, et comme je m’y attendais, aucune confirmation du soi-disant débarquement des Anglais à Jaffa. C’est un bruit qui aura circulé dans le milieu des Chemins de fer orientaux.

J’étais si bousculé hier que je n’ai pu te dire une information qui m’a été dite dans le tuyau de l’oreille, procédé qui, généralement, me fait de suite penser que l’information est fausse, que le grand effort allait être sur Nancy ou tout au moins à l’est, et, en ouvrant les journaux, j’ai lu que les Allemands faisaient évacuer Metz. Nous donnaient-ils le change pour couvrir l’opération à laquelle tu fais allusion, ou la nouvelle est-elle sérieuse ? Je vois en tout cas que l’arrosage de votre secteur devient sérieux… Enfin.

Un de mes amis est allé hier au centre de l’exploitation. Il a longuement causé avec tous les employés. Ce n’est pas le premier directeur qu’il a vu mais le deuxième, celui qui a si bien rétabli les affaires de l’usine. Il a conservé l’idée que l’entente dans la direction est assez loin d’être parfaite. Le directeur aime à s’en tenir à ses errements anciens et quand le directeur adjoint veut introduire des modifications plus conformes au progrès et à l’avancement des sciences actuel, il se trouve en face de la résistance des employés inféodés au vieux système. Ex : L’adjoint prescrit je ne sais quel perfectionnement et veille à ce que ce perfectionnement soit apporté à l’outillage. Ses employés à lui déclarent qu’on n’en a rien fait. Il adresse un rapport à la direction, laquelle, après en avoir pris connaissance, déclare que tout a été exécuté. Le brave homme part pour s’en rendre compte lui-même et s’aperçoit qu’en effet les procédés de courroies ou de pistons sont restés ce qu’ils étaient avant. En revanche, la concurrence marche et vous distance. Ce fut du reste l’histoire de la crise récente.

Ce serait au président du conseil d’administration d’intervenir au moyen de l’administrateur délégué, mais ce dernier, comme tu le sais, est très bien avec le directeur. Aussi, le président du conseil, qui n’a guère d’avis à lui tout seul et qui est un peu un linge mouillé prenant la forme de tous les corps successifs qu’il enveloppe, aurait voulu mettre la question devant l’assemblée générale. Détestable solution car tous les actionnaires s’affoleraient.

Il m’est revenu aujourd’hui par une jolie petite dame mi-partie actrice mi-partie cocotte que notre sénateur national Charles Humbert avait révolutionné Monte-Carlo où, comme tu l’as entendu dire, la partie n’est pas aussi forte qu’autrefois.

L’enfant me demanda : M. Charles Humbert, c’est bien un député ? – Non, répondis-je, c’est un sénateur. – C’est bien celui qui dit toujours : « Des canons, des munitions ! » – Oui, ai-je répondu, c’est bien celui-là. – Eh bien, on les a vus ses canons et ses munitions ! Il couvrait les tapis de billets de banque, je vous réponds qu’il en a jeté à la roulette. Ce gros homme a joué un jeu d’enfer. Ici je passe les appréciations sur la personne elle-même de notre homme. Elles n’avaient rien de flatteur. Tu dois du reste connaître ses manières et son physique.

Ton vieil

Et

 

3 mai 1916

3 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

L’ami Spronck [1] retour d’Espagne, nous est arrivé ce matin : il nous confirme en partie les appréciations de Chaumeix . Il a trouvé chez les Catalans beaucoup de sympathies ententistes. Mais il ne faut pas oublier que toutes ces sympathies se manifestent pour être désagréables aux Castillans et par suite au gouvernement. Ce n’est donc pas un excellent critérium. Néanmoins il faut en retenir une chose, c’est que la germanophilie a néanmoins baissé un peu. L’imagerie, par exemple, qui nous était si défavorable en 1914-milieu 1915 et que je voyais à Bordeaux [2], reproduit volontiers maintenant tout ce qui est français. Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que la sympathie pour les empires du Centre s’affiche tout de même moins qu’autrefois.

Je ne sais si je t’ai parlé hier des suites de la publication par nous d’une lettre très belle du cardinal Mercier à Bissing [3]. Dès le lendemain de cette publication, l’Osservatore Romano déclarait ce document apocryphe et le correspondant du Temps, Jean Carrère[4] donnait une note dans ce sens-là. Or cette lettre m’avait été envoyée par un correspondant que j’ai dans Bruxelles et dont jusqu’ici aucune raison ne pouvait me faire suspecter la bonne foi.

Hier on a pris deux radios allemands ainsi conçus :

1er radio : Marche 22 h 10 – « La presse française a publié une lettre apocryphe du cardinal Mercier en réponse à la lettre du gouverneur général von Bissing. Cette lettre a été rédigée par le rédacteur en chef du journal belge Le XXe Siècle, Nothomb , et par Anselle , collaborateur du Journal des Débats. »

Je ne connais aucun Anselle.

2e radio : – Agence Transocéan Berlin – « La Kolhnische Volks Zeitung apprend que la prétendue lettre du cardinal Mercier est apocryphe et a été en réalité écrite par Nothomb, rédacteur en chef du journal officiel belge Le XXe Siècle édité au Havre et par Quielle, correspondant au Vatican du Journal des Débats. Ils ont rédigé cette lettre ensemble, faisant un usage illicite des réflexions personnelles du cardinal. »

Quielle veut évidemment dire Pierre de Quirielle mon collaborateur.

D’autre part, La Gazette de Cologne écrit dans son numéro du 22 avril sous le titre : Réponse de Mercier :

Le correspondant de la frontière signale le démenti opposé par le correspondant romain de La Croix au Journal des Débats qui a publié une prétendue réponse du cardinal Mercier à von Bissing. Il ajoute le détail donné par Jean Carrère, correspondant romain du Temps, savoir que la lettre réponse du cardinal Mercier aurait provoqué une réelle indignation dans les milieux du Vatican.

Le correspondant fait à ce propos des réflexions : l’indignation du Vatican serait compréhensible après les avertissements donnés au cardinal lors de son séjour à Rome pour lui recommander d’observer, dans les questions politiques, la réserve qui convient à son caractère sacerdotal. Mais Le Temps ne peut s’empêcher de mener encore une attaque contre l’Allemagne en suggérant l’idée que la réponse publiée pourrait bien être l’œuvre de l’Allemagne. Le Journal des Débats qui, on le sait, a publié le premier la prétendue réponse, doit évidemment connaître son correspondant bruxellois et avoir des raisons de lui faire confiance. Aucun journal sérieux ne publierait une pareille lettre au hazard et d’après une communication de source inconnue. Mais qui sait ? Peut-être cette réponse n’est-elle devenue « apocryphe » qu’après que son auteur eût réfléchi au sujet de son envoi. Pourquoi le secrétariat de l’archevêché de Malines lui laisse-t-elle faire le tour de la presse française et italienne sans lui opposer un formel démenti ?

Cette question, comme tu le vois, fait couler beaucoup d’encre. Tu comprends que l’histoire Nothomb et de Quirielle est idiote. J’ai posé la question à notre correspondant de Bruxelles. Quand aurai-je la réponse, je ne sais, mais j’attends avant d’en parler.

Au revoir, dear Peter, ton vieil affectionné

Eti

 

 

 

[1] Maurice Spronck (1861-1921). Avocat. Homme politique. Député Action libérale, puis républicain progressiste de la Seine (1902-1919). Il est collaborateur du Journal des Débats, de La Revue des Deux Mondes et de La Revue bleue.

[2] Quand le Journal des Débats était replié à Bordeaux.

[3] Moritz von Bissing (1844-1917). Prussien. Baron. Général. Gouverneur militaire de la Belgique (1915-1917).

[4] Jean Carrère (1865-1932). Journaliste. Patriote languedocien, antidreyfusard. Il fonde à Bordeaux un éphémère Almanach du Midi et collabore sous différents pseudonymes aux feuilles méridionales. En 1901, il a été correspondant de guerre pour Le Matin au Transvaal et envoyé en Italie par Le Temps. Il se lie avec Gabriele d’Annunzio.

1er mai 1916

1er mai 1916

 

Dear old man,

 

Tout est au muguet, la place de l’Opéra ce matin n’était qu’un champ de fleurettes blanches. L’année dernière le muguet était hors de prix, venant pour la plus grande partie d’Allemagne et, naturellement, ayant manqué. On soupçonnait même les producteurs de muguet d’être un tantinet boches ou d’entretenir des relations coupables avec l’ennemi. Tu vois le muguet envoyé d’Allemagne par la Hollande ou la Suisse ! Rien de pareil cette année, pour dix centimes on en a une botte, et il n’y a pas une midinette qui ne soit fleurie, pas un permissionnaire qui n’ait à son casque ou à sa capote délavée un brin blanc.

Mon correspondant [1] de Florence m’écrit qu’il est allé avec Wilmotte déjeuner chez un restaurateur « pittoresque » du nom de Paoli et qui tient livre d’or des étrangers de marque venus manger dans son établissement. Avant de s’inscrire, ils ont parcouru le recueil et ont relevé l’inscription suivante : « M. Paoli fait revivre la tradition des grands maîtres de la bouche, italiens ou français, des siècles passés. En ces jours de guerre, il évoque dans ma mémoire les cuisiniers dont j’ai lu les hauts faits dans Monluc [2] et [3]. »

Signés : Joseph Caillaux – Henriette Caillaux [4] – 24 avril 1916.

Je n’ose pas le donner. Cependant cela ferait un écho amusant. Mais en ce moment… Quelque autre journaliste le trouvera bien un de ces jours.

L’affaire de Kont préoccupe beaucoup de monde et je le comprends. L’effet en sera déplorable en Orient et, arrivant en même temps que la tentative irlandaise, les Anglais seront fortifiés dans leur désir de ne pas envoyer de troupes à Salonique ou ailleurs. D’autre part, les Turcs vont promener partout leurs prisonniers et cette exhibition aura un effet moral fâcheux, sur les Bulgares par exemple. Puis les troupes turques vont pouvoir se retourner contre les Russes, et quelle tournure prendront les événements lorsque nos Alliés vont se trouver en face d’une armée organisée ? – D’autant qu’il me semble impossible qu’ils aient jeté de grandes masses d’hommes de ce côté-là. Enfin, nous verrons.

La Rue François-Ier avait envoyé à Marseille, pour recevoir les soldats qui nous arrivaient, un représentant qui est le critique musical de certains journaux, le nommé Laloy [5]. Ce dernier devait diriger la caravane des journalistes étrangers et se montra dès le début tellement autoritaire et désagréable que ces Messieurs renâclèrent, arguant que le gouvernement les avait fait venir et que c’était sans doute pour faire leur métier et non pas pour être traités comme des hommes de corvée. On s’émut, on fit intervenir les gens les plus huppés et les plus titrés, et la chose s’arrangea tant bien que mal. Le soir, le jeune Laloy était complètement éméché, il invita la bande à faire la tournée des grands-ducs marseillais. La plupart refusèrent sous le prétexte, qu’officiellement envoyés, il leur semblait déplacé de courir les mauvais lieux (quelques-uns surtout étant en uniformes militaires), mais Laloy avait le vin tenace et l’expédition s’organisa avec une douzaine de ces envoyés spéciaux étrangers. Alors, dans une maison hospitalière de notre Phocée, devant une demi-douzaine de reporters étrangers, Laloy donna vingt francs à un soldat pour sacrifier à Éros. Quelle bonne propagande pour nous !

Amitiés.

Et

 

 

[1] Jean Alazard (1887-1960). Historien d’art. Professeur à l’Institut français de Florence. Correspondant du Journal des Débats en Italie, notamment à Florence.

[2] Blaise de Monluc (1502-1577). Militaire. Homme de lettres. Maréchal de France. Il participe aux guerres d’Italie. Auteur des Commentaires qui fourmillent de détails concrets et de conseils pratiques.

[3] Pierre de Bourdeille, dit Brantôme (1535-1614). Baron de Richemont. Abbé commendataire de Brantôme. Militaire. Écrivain. Il est un chroniqueur mordant du XVIe siècle à la cour des Valois-Angoulême.

[4] Henriette Caillaux (1874-1943). Née Henriette Raynouard. Le 16 mars 1914, elle tue Gaston Calmette, le directeur du Figaro, de plusieurs balles de revolver pour se venger de ses attaques portant sur l’honnêteté de Joseph Caillaux.

[5] Louis Laloy (1874-1944). Normalien. Helléniste. Sinologue. Professeur d’histoire de la musique. Musicologue, librettiste de ballet. Secrétaire général de l’Opéra (1914-1940). Il est probablement choisi pour sa connaissance des langues. Directeur fondateur du Mercure musical, La Revue des Deux Mondes. Critique musical de La Revue musicale, La grande Revue, L’Année musicale, La Revue de Paris, du Temps et du Journal des Débats.