Archives mensuelles : mars 2016

15 mars 1916

15 mars 1916

 

Le sort en est jeté nous dit-on, mon cher Pierre, c’est le général Roques [1] qui est appelé au ministère. Je le connais un peu. Il jouissait autrefois d’une certaine réputation, mais son passage à l’Aéronautique et son commandement n’ont pas beaucoup contribué à la maintenir. Tout à l’heure j’étais dans une réunion de nos confrères, la nomination a été diversement appréciée.

Hier, au déjeuner que je te signalais en fin de lettre, on s’est préoccupé surtout des questions économiques et peut-être aussi des gaffes que l’on fait en ce moment et qui peuvent avoir les plus néfastes conséquences. Je crois déjà du reste t’avoir parlé de cette manie que l’on a eue aujourd’hui en poursuivant de soi-disant affaires allemandes de légiférer et par là même ruiner d’énormes entreprises françaises en Allemagne. Nous avons eu bien de la peine au début à Bordeaux à faire revenir sur un décret qui était la spoliation pure et simple des sujets appartenant aux nations ennemies.

[Pas de signature]

[1] Pierre Roques (1856-1920). Polytechnicien. Il est ministre de la Guerre dans le premier cabinet Briand où il remplace Joseph Gallieni le 16 mars 1916.

14 mars 1916

14 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je m’attendais à voir, après la lecture des journaux de ce matin, la reprise de l’attaque sur Verdun. Le communiqué n’y fait aucune allusion et quelqu’un qui avait quitté le Haut Commandement à midi me disait que jusqu’à cette heure-là aucune manifestation ne s’était produite.

Quant à la Rue Saint-Dominique, là aussi aucun changement. Voilà qu’on reparle d’un général que l’on ferait revenir du front, et on se livrait tantôt à des pointages pour savoir lequel ce pourrait être, on ne trouvait que Brulard [1] ou Dubail [2] ; ceci potins de couloir.

Évidemment cela dure. Peut-être le gouvernement, pendant ce temps-là, prend-il des mesures comme il l’avait fait pendant la dernière crise. Il laisse les députés s’agiter sur les noms des successeurs et agit dans les questions sérieuses. Si tu te le rappelles, c’est ainsi qu’on a réglé la question de Salonique et la coordination des efforts des Alliés. C’était pendant un interrègne où la succession d’un ministre intéressait plus nos législateurs que toutes les campagnes réussies. Je puis te donner l’état d’esprit de la Chambre. Un de nos amis député y arrive et demande si l’on a des nouvelles. Tout de suite on lui répond ministre de la Guerre. – Non, je vous demande des nouvelles de la guerre. – Ah c’est bien, on n’a rien, mais si l’on met + au ministère, etc.

Nous parlions tantôt de Berthelot et de son rôle au Quai d’Orsay, je montrais la puissance de cet homme-là que l’on dit intelligent et qui cependant fait les plus magnifiques boulettes. – Il ne faut pas oublier, m’a-t-on répondu, que son rôle a été excellent auprès de Bienvenu-Martin au moment de la déclaration de guerre. Cela est très exact. Avec Bienvenu-Martin cela allait encore. Ce brave homme ne savait que dire à l’ambassadeur d’Allemagne : – Comme c’est ennuyeux ! Que c’est désagréable ! Comme c’est triste ! Il n’ajoutait rien à ces exclamations simplistes, mais il avait auprès de lui un homme qui avait des idées personnelles, Abel Ferry. Alors, avec ce dernier, les conversations devenaient extrêmement dangereuses : « Je ne vois pas très bien comment sortir de cette situation, disait Abel Ferry à Schœn [3]. Voyons, vous, comment feriez-vous pour en sortir ? » – Schœn expliquait alors ses moyens d’en sortir. Tu vois d’ici ces entretiens diplomatiques où Abel Ferry demandait conseil à Schœn.

Je viens d’être mis au courant d’une magnifique saleté faite par la maison à laquelle tu t’intéresses spécialement. On cherche à démolir un service excellent qui fonctionne ailleurs et qui marche dans la perfection mais qui gêne considérablement, à cause de cela même, la belle institution dont je t’ai souvent parlé. Songe donc que ce service est fait par des gens qui ne reçoivent aucun argent, nul subside et qui ne seront même pas payés en considération et en avantages matériels comme ceux de Paris. Seulement, Berthelot n’a pas la main sur ces braves gens et cela le gêne. Il veut installer à leur tête l’ancien chef de service sur lequel j’ai du reste les renseignements les plus déplorables mais dont l’intelligence ne fait pas de doute. Nous avons là un ami qui joue un rôle très louche et c’est pour moi une très grande peine car j’avais beaucoup compté sur lui et je m’aperçois qu’il est un admirable démolisseur avec une dextérité extraordinaire. Garde tout cela pour toi naturellement et pour ta documentation personnelle.

Reçu la visite aujourd’hui d’un vieux brave homme qui m’a raconté une singulière histoire dont tu as peut-être eu déjà l’écho. Je t’assure que le père Bonet-Maury [4], inventeur du Congrès des religions, n’est pas un plaisantin. Voici.

Il était chez Mme Charles Hayeur [5] (la femme du collectionneur défunt), dont le salon est un beau foyer à cancans du reste. Il entendit parler de Madeleine Lemaire [6] dans les termes les plus vifs. Puis, ayant passé dans un petit salon, il se fit raconter ce que l’on disait de l’artiste parisienne par une personne très au courant, Melle de Callias [7]. Cette dernière dit que devant Mme Gallet [8] (tu la connais sûrement, celle qui chante) Madeleine Lemaire aurait déclaré qu’elle avait eu les Allemands chez elle dans sa propriété et qu’elle n’avait eu qu’à se louer de leur politesse (elle mettait peut-être cela au pluriel), que les Français devraient bien souvent prendre modèle sur eux, et que même la France aurait gagné à passer quelque temps sous la férule des Allemands afin d’y apprendre la bonne tenue. Mme Gallet, outrée, serait allée déposer une plainte chez son commissaire de Police, lequel en aurait référé à ses chefs, et Laurent [9] aurait fait appeler Madeleine Lemaire, l’aurait engagée à modérer sa langue et lui aurait annoncé que d’ores et déjà il la mettait en surveillance quitte, en cas de récidive, à prendre des mesures plus sévères contre un professeur dans une école du gouvernement. Je crains que Mme Gallet n’ait un peu exagéré, mais je ne puis m’empêcher de me rappeler la blague que l’on colportait et qui voulait que Madeleine Lemaire soit allée dans sa propriété exprès pour lutter contre les derniers outrages allemands. Un jeune lieutenant teuton un peu ivre escaladait les marches du château en criant : – Je tue, je pille, je viole ! Madeleine Lemaire apparaît, le lieutenant continua à crier : Je tue, je pille ! … mais il s’arrêta et n’ajouta jamais « je viole ».

Peut-être est-il venu après des officiers supérieurs (j’ai dû te raconter cela, pardonne si je rabâche).

Amitiés.

Et

 

Déjeuner ce matin avec François de Wendel [10], Joseph Gillet [11] le grand industriel de Lyon et… Bidou.

[1] Jean-Marie Brulard (1856-1923). Commandant du corps expéditionnaire des Dardanelles (1915).

[2] Auguste Dubail (1851-1934). Général, il commande la 1ère armée, puis le groupe d’armées de l’Est (1914-1916).

[3] Wilhelm von Schœn (1851-1933). Allemand. Baron. Diplomate. Conseiller d’ambassade à Paris (1888-1895). Ambassadeur d’Allemagne à Paris (1910-1914). Il quitte son poste le 4 août 1914.

[4] Gaston Bonet-Maury (1842-1919). Libéral. Professeur à la Faculté de théologie protestante de Paris. Correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques.

[5] Non identifié.

[6] Madeleine Lemaire (1845-1928). Artiste peintre. Elle tient un salon.

[7] Suzanne de Callias. Peintre. Femme de lettres. Elle cosigne des livres avec Willy sous le pseudonyme de Ménalkas.

[8] Non identifiée.

[9] Émile Laurent (1852-1930). Il est alors préfet de police.

[10] « Dîner chez La Pérouse avec M. Gillet, le teinturier de Lyon, fort instruit des choses d’Allemagne. Nalèche voudrait le nommer administrateur des Débats. Comme quatrième, nous avions Bidou dont le général Von Klück lui-même lit, paraît-il, avidement la chronique militaire. C’est notre critique dramatique qui lui aurait, paraît-il, révélé certaines manœuvres de la Marne qui étaient restées des énigmes pour lui. » François de Wendel, Journal, 14 mars 1916.

[11] Joseph Gillet (1843-1925). Industriel lyonnais, teinturier de soieries et producteur de soie artificielle. Il a étudié la chimie en Allemagne. Homme politique centre gauche.

13 mars 1916

13 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Tes négociants sont dans le vrai et aucun marché ne peut résister à un afflux de valeurs constamment jetées et les forces d’absorption finiront par s’user. Le tout est de savoir si la pluie de titres est éternellement possible. De même faut-il sacrifier vingt francs pour avoir deux sous ? Comme tu dis, nous verrons. Patientons.

Rien ne s’est encore décidé pour le remplacement de Gallieni. Ce matin on parlait encore de deux noms, Lebrun et Noulens [1]. Lebrun, ancien polytechnicien, est très brillant et intelligent, mais au dire de tous ceux qui l’ont connu en fonction, il est sans volonté. On ne peut avoir sa signature pour les moindres choses qu’au bout de trois semaines. Il avait dit à des amis qui me l’ont répété au moment où, il y a quelques années, on avait voulu déjà lui donner le portefeuille de la Guerre : – Non, décidément, ce ministère est trop lourd pour moi. Et c’est en pleine guerre qu’il se croirait les épaules assez solides pour porter un fardeau si lourd ? Quant à Noulens, tu dois savoir ce qu’en vaut l’aune. C’est un ami de Caillaux et de Clemenceau et de plus un parfait imbécile faisant les choses les plus stupides avec la meilleure volonté du monde.

C’est lui qui, aux Finances, avait réuni les représentants des grands établissements financiers de Paris et m’avait convoqué comme président de la Presse, et nous disait après l’exposé d’une question : Ce n’est pas l’avis de M. Caillaux. Il y eut un froid dans l’assistance : il n’avait trouvé que ce seul argument.

Un jour où j’attendais le directeur de L’Homme enchaîné dans son antichambre [2], je vis sortir celui qui avait eu une conversation aussi longue. C’était Noulens.

Il existe de lui, quelque part au ministère de la Guerre, une lettre où, au lendemain de la mobilisation, il réclame avec violence contre les réquisitions de ses bêtes et de ses voitures. – Donnez l’ordre immédiatement de me rendre tout ce matériel si nécessaire à mes travaux agricoles. Toute la France s’inclinait, mais un représentant du parti radical-socialiste ne pouvait supporter l’idée d’être comme tout le monde…

On me téléphone à l’instant que la situation ministérielle est sans changement. À un déjeuner qui a eu lieu ce matin offert par Briand aux missions militaires, on a offert le portefeuille de nouveau à Joffre qui assistait. Le général aurait répondu : « Non je ne puis pas accepter, je tiens à rester généralissime, mais si l’on tient à me fendre l’oreille, je demanderai seulement qu’on me donne une division à titre d’exemple. J’ai moi-même fendu l’oreille à assez de gens pour comprendre cette mesure. » Voici le propos qu’on lui prête, il ne serait pas dépourvu de dignité.

On me fait observer qu’il faudrait que le gouvernement se dépêche à obtenir une solution car on s’énerve, et Maginot parle d’interpeller si l’affaire n’est pas terminée demain. On se demande si Briand lui-même ne va pas venir rue Saint-Dominique. Quelqu’un me disait ce matin : Qu’il y vienne donc en plaçant Cambon aux Affaires étrangères. Ce serait trop simple et n’arrangerait pas Berthelot.

Je ne puis pas te donner grands tuyaux sur la personne qui va venir. Je déplore pour toi la perte de ton ami et je crains beaucoup que la situation perde en agrément pour l’entourage. Quand il était au Havre, il était muet et invisible. Tout était fait par un des meilleurs esprits, une des plus lumineuses intelligences que possède le Parlement. J’ai nommé Johnny Hennessy [3]. Je pourrai t’avoir quelques détails d’ici à quelques jours.

Au revoir, mon vieux Pierre. Bien affectueusement à toi.

Et

[1] Joseph Noulens (1864-1944). Homme politique, diplomate, maître des requêtes au Conseil d’État. Du 9 décembre 1913 au 8 juin 1914, il est ministre de la Guerre, puis ministre des Finances du 13 juin au 26 août 1914.

[2] Clemenceau.

[3] Jean, dit John Hennessy (1874-1944). Fabricant de cognac. Homme politique. Fils de Maurice Hennessy, le directeur des cognacs Hennessy. Conseiller général de Charente (1906). Député socialiste de Charente à Barbezieux (1910-1932).

12 mars 1916

12 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ma journée qui a été abominablement chargée ne m’a permis ni de terminer ma lettre ni même de te l’adresser.

J’ai entendu dans ces vingt-quatre heures les choses les plus intéressantes notamment sur Verdun. Je crois que maintenant je suis tout à fait documenté sur ce qui s’est passé là. J’ai du reste une note là-dessus et si, lorsque je te reverrai, la question n’est pas primée par d’autres plus brûlantes, je te la montrerai.

Le général H. tâche de se justifier en invoquant le changement complet de son état-major suivant les ordres de Gallieni. Il est bien certain qu’il y a eu un bafouillage terrible dans la disposition des corps d’armée. Ce n’est du reste qu’un côté de la question.

Quant au ministère de la Guerre, Freycinet refuse, mais très discrètement et un peu de loin il fait l’intérim. Un de mes informateurs est allé faire un tour à la Chambre et voici ce qu’il m’a rapporté. Les candidatures sont nombreuses, d’abord Barthou, auquel tout le monde avait pensé. Le groupe socialiste s’est réuni pour discuter son nom. Il ne s’est pas prononcé pour l’exclusive mais, en revanche, les radicaux-socialistes ne veulent pas en entendre parler, c’est leur bête noire.

Puis on parle de Thierry. Comme candidat il reste discret, mais ses amis s’agitent vigoureusement.

On voudrait d’autre part pousser Thomas, mais la charge serait sans doute trop lourde pour lui.

En tout cas, on a offert le portefeuille à Joffre. Celui-ci a décliné l’invitation. Cependant, dans le gouvernement, on ne perd pas encore l’espoir de le voir accepter. Viviani est le promoteur de ce choix.

Donc tu le vois, incertitude complète. Briand dit qu’il irait très volontiers rue Saint-Dominique mais que tout de même il ne voudrait pas abandonner le travail commencé au Quai d’Orsay.

As-tu lu dans le discours de Barthou hier la phrase ayant trait à l’homme d’État qui ferait la paix et qui mériterait d’être appelé traître d’État. Chacun y a vu une allusion à C., et Delaunay [1], qui était présent, faisait une tête car il est l’ami de C. qui a fait sa carrière.

À propos de C., je sais que Ribot est ennuyé avec la question financière, la Banque de France aussi car on tire sur elle à boulet rouge.

Il y a un certain nombre d’hommes qui sortiront de cette crise peut-être très riches mais pas grandis. Édouard de [2] par exemple, quelle infériorité sur son père [3]. Croirais-tu que Morgan [4] a le culot d’offrir à la France de l’argent à 7 1/2 % avec garantie sur des valeurs américaines. Il fait toujours le coup du paquebot comme un maquignon fait le coup du départ, et l’on marche.

Des fortunes se font avec le change et le paiement des coupons. Chartier [5] a pris comme chef un employé du Comptoir qui avait sept mille d’appointements ; pour le garder, sa maison lui a offert quinze mille. Il a refusé et est entré chez Chartier avec une participation. Cette dernière lui a rapporté, en 1915, deux cent quarante mille francs.

Quoi qu’il en soit, on est un peu ennuyé pour se procurer de l’argent. Ribot [6] a dit à un de nos amis : « Mais il est bien plus cher de nourrir des canons que des hommes. » La guerre coûte cent millions par jour dont la plus grosse part va aux munitions.

À l’hôpital.

Un Marocain était soigné par une charmante jeune fille. Le malade dit un jour à son infirmière : – Toi bien jolie. Vaudrais mille cinq cents au Maroc. – Et moi ?, dit une jeune femme dont le mari a été tué la laissant avec une fillette : – Toi bien jolie, mais mariée et petit baby. Huit cents francs. – Et moi ?, s’empressa une vieille dame fardée à outrance et à prétentions de jeunesse : – Toi vieille peau, rien du tout. Elle court encore.

Ton vieil

Et

[1] Non identifié.

[2] Édouard de Rothschild (1868-1949). Banquier. Seul fils d’Alphonse de Rothschild (1827-1905), il lui succède à la tête de la banque Rothschild fondée par son grand-père, James de Rothschild. Régent de la Banque de France.

[3] Alphonse de Rothschild (1827-1905). Banquier.

[4] Morgan. Américain. Banquier.

[5] Non identifié.

[6] Alexandre Ribot (1842-1923). Homme de loi et homme politique. Nalèche le surnomme parfois « Alexandre le Grand ». De 1890 à 1892, il est ministre des Affaires étrangères puis, de 1892 à 1893, président du Conseil et ministre des Finances. En 1906, il est élu à l’Académie française au fauteuil du duc d’Audiffret-Pasquier.

11 mars 1916

11 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Gallieni est décidément très malade. Il a de l’infection locale et si cela se généralisait, le cas pourrait devenir très mauvais. L’opération évidemment entraînera tous ces germes, mais encore faut-il la faire et les médecins déclarent qu’il serait en état de reprendre ses services dans deux mois, mais deux mois par le temps qui court c’est vingt ans dans d’autres époques [1].

Le remplacement défraie toujours les conversations et l’on s’agite sur des noms. Lyautey est définitivement écarté, il a dû partir hier. Ses meilleurs amis lui ont conseillé de ne pas accepter, mais pendant quelque temps, Briand s’était montré partout avec lui. Peut-être n’était-ce de la part de Briand qu’une feinte et n’avait-il jamais eu l’intention réelle de lui confier le ministère. Il y eût été déplorable, agité, toujours mécontent ; je crois que lui aussi aurait fait œuvre de désorganisation.

On disait beaucoup hier au soir que Briand lui-même prendrait le poste et laisserait Bourgeois au Quai d’Orsay. La combinaison aurait eu l’avantage de ne rien changer dans la composition du cabinet. Peut-être Bourgeois aurait-il, lui, l’agrément de Berthelot car c’est ce dernier qui mène toute la politique française.

Une autre combinaison qui serait, je crois, très agréable au plus haut personnage de l’État serait d’amener Freycinet [2]. Mais il est bien vieux, cependant encore très alerte et sa grande connaissance du Parlement suppléerait peut-être à sa sénilité. Je suis certain qu’on va lui offrir le portefeuille, mais acceptera-t-il ?

[pas de signature]

[1] Joseph Gallieni meurt le 27 mai 1916.

[2] Charles de Freycinet (1828-1923) a alors 88 ans. Polytechnicien doué d’une immense force de travail, il accomplit une longue carrière politique. Il est ministre d’État dans le 5e cabinet Briand du 29 octobre 1915 au 11 décembre 1916.

10 mars 1916

10 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je vais en hâte t’écrire ma petite lettre quotidienne car il est tard et je n’ai pas eu une minute dans la journée pour bavarder avec toi.

Les choses en sont au même point qu’hier, politiquement parlant. J’ai su cependant par le chef de cabinet de Gallieni que ce dernier était réellement assez souffrant, qu’il était à Versailles dans une maison de santé, et les notes que nous voyons dans les journaux concernant son abstention des diverses réunions ne sont pas dues à une bouderie mais à un état de santé véritable. Tu sais qu’il souffre de la même maladie que Foch et que toutes les demi-heures… [1] On discute les chances des uns et des autres, le proconsul africain est toujours là. Hier on lui donnait comme coadjuteur Lebrun, aujourd’hui on raconte que ce serait Tardieu. Les agitations que je te notais seraient donc près d’aboutir. C’est déjà quelque chose pour une carrière que la possibilité du pouvoir ait pu être envisagée ne fût-ce qu’une demi-journée.

Un de mes jeunes collaborateurs russes, qui est à la fleur de ses ans et fait une noce carabinée, répondait à mes reproches inspirés par la plus saine morale qu’il avait appris comment on bambochait à l’hôpital de Nice où il avait été infirmier au début de la guerre. Il y avait, m’a-t-il dit, une directrice vraiment très jolie, la princesse Michel Murat [2], et dans cet hôpital je me suis offert les plus ravissantes femmes du monde. Cette Michel Murat, ajoutait-il, est américaine, son père a dû sûrement être chef car il n’avait d’autre joie que d’aller acheter des lunchs somptueux et il arrivait avec des paniers de fruits superbes, des jambons étonnants, des pièces de viande admirables, mais ce qu’il aimait par-dessus tout, c’était découper lui-même toutes ces victuailles et fabriquer de sa main les sandwiches. Quant à la fille, ohé ! ohé ! Le mari [3] est venu. Je n’ai pu causer longuement avec lui.

Le colonel Thomassin [4], fils de notre vieux général, était sur le paquebot Provence, il retournait à Salonique après avoir passé ici le temps de sa permission. Je crains bien qu’il n’ait disparu car, jusqu’ici, son nom ne figure pas parmi les rescapés [5]. Cela sera un coup terrible pour son pauvre vieux père.

Je dîne ce soir chez Millerand [6]. Veux-tu le noter pour demain.

À toi et affection.

Et

 

Je ne te parle pas de ce que tu fais en ce moment. Il est probable que vous devez être sur le qui-vive.

[1] Joseph Gallieni souffre d’une tumeur de la prostate. Il meurt des suites d’une intervention le 27 mai 1916.

[2] Helena Mac Donald-Stalo (1893-1932). Américaine. Elle épouse en 1913 le prince Michel Murat, arrière-petit-fils du maréchal Murat, dont elle divorce en 1928.

[3] Prince Michel Murat (1887-1941). Arrière-petit-fils de Joachim Murat (1767-1815), maréchal de France.

[4] André Thomassin (1865-1916). Fils du général François-Achille Thomassin (1827-1919). Commandant le 176e régiment d’infanterie. Embarqué sur la Provence, il reste sur la passerelle au moment du naufrage aux côtés du commandant, et ne veut pas quitter le navire. Il est englouti avec lui, ayant, jusqu’au dernier moment, collaboré au sauvetage du personnel et au maintien de l’ordre.

[5] La Provence, paquebot transatlantique français lancé en 1906, est torpillée en Méditerranée le 26 février 1916 alors qu’elle transportait des troupes jusqu’à Salonique. Le naufrage fait 990 victimes.

[6] 2, avenue de Villars, Paris, VIIe.

9 mars 1916

9 mars 1916

 

Mon bien cher Pierre,

 

La séance continue. – Les choses restent au même point. Il n’y a que les langues qui marchent, elles marchent d’autant plus que la censure a laissé passer dans l’édition de province du Petit Journal la nouvelle de la démission. De sorte que, maintenant, cela doit être connu à peu près dans toute la France. Aussi, aujourd’hui, pour nous, a-t-on redoublé de sévérité et on enlève tout ce qui a trait au Gallieni.

Quelqu’un d’assez informé m’a dit ce matin que la fameuse séance de la Chambre où a eu lieu la grande scène avait été parfaitement combinée mais que le coup a fait long feu. Le même informateur ajoutait que Clemenceau avait porté sur Gallieni comme il l’avait fait pour Boulanger [1], Doumer, de la même façon. L’homme qui parlait à Pétersbourg de faire sauter la mer Blanche [2] estime que dans des moments semblables le pays ne peut se passer de ses lumières.

Quoi qu’il en soit, la situation ministérielle me semble mauvaise. Les appétits sont de nouveau éveillés, et chaque changement de titulaire d’un portefeuille soulève les ambitions. Il y a contre Briand un sérieux mouvement dont il a peut-être tort de ne pas tenir compte. D’autant plus qu’il fait preuve de faiblesse à l’égard de certains agitateurs qui cherchent à fomenter des grèves. Tu as vu la séance de la couture. André Tardieu, qui était à Paris soi-disant pour quelques jours, est encore ici. On me dit ce matin qu’il s’agite énormément et qu’il veut renverser le ministère pour entrer dans la combinaison future. Évidemment cela lui manque encore.

Tu te rappelles un mot de lui que je te citais la semaine dernière alors que je lui demandais où en était sa nomination de ministre en Roumanie : « Je n’accepterai pas parce que je n’ai pas confiance dans le gouvernement ». [3] Cette phrase était grosse de rancœurs. Était-ce parce qu’on n’avait pas voulu lui donner le poste ou son désir de monter au pouvoir ? En tout cas, le propos venait bien de quelqu’un qui brisait avec le gouvernement.

Pendant que je t’écrivais, on me téléphonait pour me parler de projets orientaux dont Picot [4] aurait été chargé de négocier la réalisation à Londres. Tels qu’on me les décrit cela m’a l’air idiot. J’espère qu’on se trompe, sans cela il va falloir nous mettre à la traverse. Je te tiendrai au courant. Picot serait sur le point d’aller à Pétersbourg faire la même opération. Je te dis tout de suite qu’il ne s’agit pas de Constantinople mais de la Syrie.

Ton affectionné

Et

[1] Georges Boulanger (1837-1891). Général. Homme politique. Ministre de la Guerre (1886-1887). Nationaliste anti-dreyfusard.

[2] Cf. lettre du 5 mars 1916.

[3] Cf. lettre du 2 mars 1916.

[4] François Georges-Picot (1870-1951). Lieutenant de vaisseau en 1915, il défend Belgrade en croisant sur le Danube avec ses canonnières.

8 mars 1916

8 mars 1916

 

Eh bien, mon cher Pierre, voici une des crises dont je t’entretenais ces jours-ci qui me paraît arriver à son terme. Depuis hier au soir, Gallieni est démissionnaire [1]. On est arrivé, paraît-il, à gagner huit ou dix jours, mais il semble que ce délai soit dû aux opérations en cours mais ne doive pas changer la décision. J’avais une réunion ce matin de parlementaires très hostiles à Briand parce que tous anciens ministres ou candidats ministres. Ils paraissaient très émus à la pensée que Gallieni allait écrire une lettre qui motiverait sa retraite. Alors tu vois qui serait mis en cause et pas tout seul, deux ou trois autres dont il avait demandé le remplacement. Il y a également le conflit des sous-secrétaires d’État. Il prenait, disait-il, toutes les responsabilités et les sous-secrétaires d’État lui laissaient tout ignorer. S’il avait besoin de quelque chose, c’était un conflit avec le sous-secrétariat compétent.

Il n’était, disait-il, (je sais qu’il y a du vrai) absolument pas tenu au courant des opérations et se trouvait dans l’impossibilité de répondre aux questions des commissions par le fait du…

Donc, les causes profondes de la démission seraient ses demandes restées sans résultat. 1° Quant au commandement. 2° Quant aux sous-secrétariats qu’il aurait voulu ou soumis à lui ou devenus de vrais ministères avec leur propre responsabilité.

Au demeurant, et si mon avis vaut quelque chose, son passage aux affaires a été très mauvais. Du premier jour il a joué la carte contre… [2]. Il a donné une tête à tous les mécontents et a divisé l’armée. Il était soutenu dans son œuvre par son cabinet et par l’institution de la Rue François-Ier qui ne le soutenait pas positivement mais qui marchait contre…

Par qui va-t-on le remplacer ? Tu as vu que Lyautey [3], qui devait partir demain, a sursis à son départ pour paraître devant je ne sais quelle commission du Maroc. Le but est de lui faire prendre un premier contact avec le Parlement. À la Chambre, on dit que l’on prendrait un général comme Lyautey mais qu’il n’aurait aucun rapport avec les Chambres et ce serait Lebrun [4] qui ferait la liaison.

Au Sénat on donne trois noms : Barthou, Lyautey et… Maginot [5].

Comme ce matin je repassais par le Journal et donnais la nouvelle de la démission, il y avait à la rédaction Adrien de Montebello [6] et un de nos collaborateurs qui est mobilisé, quoique pas tout jeune, et qui est en ce moment en plein dans le pays le plus impressionnant au point de vue français. Adrien a aussitôt commencé à parler, à raconter toutes les petites histoires des uns et des autres qu’il colporte ainsi de place en place. Je voyais sur la figure de notre ami les traces d’une vive émotion intérieure et j’ai craint longtemps que son indignation n’éclatât. Après le départ d’Adrien, il nous a dit : En voilà assez de toutes ces vilaines histoires, ces cancans et cette abominable pourriture de politiciens. Nous allons passer certainement les deux mois les plus durs que nous ayons jamais subis et après cela j’espère bien qu’on balaiera tout cela. J’ai hâte de revenir aux armées. On y respire mieux. Quant à l’homme dont nous parlions, il nous a fait le tableau de sa carrière politique dans les termes les plus sévères. Et tu sais s’il a la dent dure et le mot méprisant car tu dois deviner à qui je fais allusion.

J’ai vu très bien dans cette courte scène se développer l’état d’esprit dont tu ne cesses de me parler. Les deux France, celle qui se bat et celle qui politique.

Tu m’avais dit de te parler de la Rue François-Ier. Colrat [7] parle de la paix de plus en plus. On vient de lui confier la direction du Bulletin des armées. C’est tout à fait l’intimité avec Berthelot et ce dernier gouverne la France. Notre ami Chaumeix [8] suit Colrat pas à pas ; généralement il se tait quand Colrat parle mais il s’approprie ses paroles.

Le collaborateur dont je te parlais plus haut juge très sévèrement l’officine du colonel Chapuis [9]. Comme il est à même de voir son travail puisqu’il reçoit tous les papiers que l’on distribue, il a suivi le mouvement depuis le début. Il identifie ce bureau avec une agence suisse d’information qui est dirigée par Matthias Mochard [10] (le chef des informations du Temps) et c’est grâce à ces deux organismes que l’on répand partout les nouvelles tendancieuses, la famine en Allemagne, les succès ridicules lancés par Le Matin. Chaque fois qu’une dépêche est de nature à nous faire du tort, on peut être assuré qu’elle est mise en lumière et qu’après cela la mauvaise foi de la presse française ou son imbécillité est soigneusement exploitée.

Aujourd’hui même, Corpechot [11] qui, lui, n’est que bête m’envoie un article tout spécialement auquel, me dit-il, il attache un grand prix, article rédigé tout prêt, basé, m’affirme-t-il, sur les documents les plus certains. Je viens de lire le factum. Il est assez bien fait et voici en quelques mots ma réponse qui t’éclairera sur ce qu’il contient : – Je ne publierai pas l’article car je trouve mauvais qu’on habitue l’opinion française à croire les Allemands à bout de souffle. Nous avons pour de longs mois avant qu’il en soit fini avec eux. Ce n’est pas le manque de charbon qui les amènera à résipiscence, pas plus que les subsistances elles-mêmes qu’ils trouvent dans les pays envahis, etc.

Remarque que cet article tenait deux colonnes. Le pauvre Corpechot va faire une tête.

Le service de propagande qui est aussi dans la main de Berthelot ne vaut guère mieux, je t’en ai cité naguère des exemples…

J’arrête ma trop longue lettre, mon pauvre vieux, en m’excusant de ce qu’elle peut avoir de baroque.

Ton vieil

Et

[1] Une très grave crise interne oppose Gallieni à Briand à propos des relations du ministère de la Guerre avec le Grand Quartier général, c’est-à-dire avec Joffre. Gallieni, qui est déjà très malade – il meurt le 27 mai 1916 –, propose sa démission. Briand obtient que le général Roques, considéré comme un proche de Joffre, assure l’intérim.

[2] Il s’agit probablement de Joffre.

[3] Hubert Lyautey (1854-1934). Élève de Saint-Cyr en 1873, il intègre en 1875 l’École d’état-major d’où il sort en 1877 sous-lieutenant. En 1894, il est chef d’état-major de Gallieni en Indochine, puis gouverneur général à Madagascar. En 1913, il est élu à l’Académie française. En 1914, il est résident général à Rabat.

[4] Albert Lebrun (1871-1950). Homme politique. Il est plusieurs fois ministre de 1911 à 1920.

[5] André Maginot (1877-1932). Homme politique. Député gauche démocratique de la Meuse (1910-1932). Sous-secrétaire d’État à la Guerre (1913-1914). En 1914, il s’engage comme soldat au 44e régiment territorial et rejoint une compagnie sur les Hauts de la Meuse. Il est grièvement blessé le 9 novembre 1914.

[6] Adrien Lannes de Montebello (1851-1935). Petit-fils du maréchal Lannes. Il a été chef de cabinet de son cousin Léon Say au ministère des Finances et à la présidence du Sénat. Député libéral de la Marne (1902-1906 ; 1910-1914). Membre de la commission de l’Armée (1898-1906 ; 1910-1914).

[7] Maurice Colrat de Montrozier (1871-1954). Avocat. Journaliste. Collaborateur du Journal des Débats et directeur de l’Opinion. Il devient directeur du Bulletin des armées début 1916.

[8] André Chaumeix, attaché d’intendance le 1er février 1915, est affecté au Bureau d’informations militaires du ministère de la Guerre depuis le 1er août 1915.

[9] Nalèche se trompe, il s’agit du colonel Victor Dupuis de la Maison de la Presse, 3, rue François-Ier, Paris, VIIIe.

[10] Il s’agit plutôt de Matthias Morhardt (1863-1939), journaliste au Temps. Cf. lettre du 9 avril 1916.

[11] Lucien Corpechot (1871-1944). Journaliste, il commence sa carrière au Moniteur universel et au Soleil, alors orléanistes.

7 mars 1916

7 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je voudrais pouvoir te dire tout ce que j’ai vu et entendu aujourd’hui. Tout ce que je te disais ces jours-ci au point de vue de l’état politique se trouve confirmé. Crise à droite, crise à gauche [1].

Polybe me téléphonait à 10 h pour me demander de venir causer avec lui en déjeunant. Je ne pouvais accepter car je déjeunais de mon côté chez un sénateur, mais nous avons causé un bon bout de temps au téléphone et nous avons été d’accord sur la situation qui est grosse d’événements.

À la question que je me posais dans ma lettre d’hier au soir : – Que fera-t-on de Gallieni ? il m’a répondu : – Mais l’Orient où on avait pensé l’envoyer déjà ? – Oui, mais l’Orient, il est tenu par le Grand Orient [2] ? Vous savez qu’il n’y fait rien de bon, il continue son système et sa visite à Athènes était uniquement pour demander au roi de se mettre à la tête du mouvement. Par conséquent, lui, ne dépendait plus que de Sa Majesté…

En effet, le tour était habile mais le roi n’était pas décidé.

Quant à Joffre, attaqué par tout le monde maintenant, s’il fallait changer la direction, j’ai conseillé de le faire monter dans les nues si haut qu’il y disparaisse.

Arrivé chez mon sénateur, j’ai trouvé les gens dans une violente discussion où Briand était vigoureusement pris à parti. Résolution un jour, irrésolution le lendemain. Mesures prises et déprises, enfin irritation grave.

Nous voici donc avec trois personnalités terriblement menacées. Comme je regrette, mon pauvre vieux, de ne pouvoir m’étendre un peu, mais je suis pris par le temps si je veux que mon épistole parte et il me serait difficile de dire tous les détails. Mes phrases décousues te suffiront peut-être pour t’éclairer.

Ajoute à tout cela que la Chambre fut agitée aujourd’hui, le communiqué n’étant pas très fameux. Mais le fond des conversations était Gallieni dont la présence ne paraît plus supportable. On parlait de mettre à sa place une personnalité militaire qui n’aurait aucun rapport avec le Parlement. D’autres chuchotent le nom de Barthou, mais pour cela il serait nécessaire que le cabinet restât avec des remaniements et on prétendait que Barthou avait eu des conversations avec Clemenceau dont quelqu’un (tu sais qui) faisait les frais. Alors ?

J’ai eu des conversations avec Carmichaël de mon côté et Touron du sien pour l’impôt sur le revenu. Je te raconterai cela une autre fois. Notre parti est un triste parti.

Ton vieil affectionné

Et

[1] Joseph Gallieni, ministre de la Guerre, démissionne le 7 mars 1916 au soir. Il critique vivement la conduite de la guerre par le Grand Quartier général.

[2] Il s’agit d’un jeu de mots sur une éventuelle appartenance de Gallieni à cette obédience maçonnique.