Archives de catégorie : Lettre

17 décembre 1918

            17 décembre 1918

            L’affaire Caillaux ne marche pas toute seule et l’on doute que l’on puisse en finir avant la mi-1920. Lescouvé serait plutôt très empêtré. La plupart des anciennes accusations seraient abandonnées pour être remplacées par de nouvelles. L’affaire Liptcher notamment. Voici ce que l’on dit à propos de cette dernière. On aurait soudoyé le journaliste espion Casella [1], qui appartient à titre officiel maintenant à l’ambassade, pour qu’il tâche d’obtenir de Liptcher des confidences. Mais l’entreprise a échoué et on reste très embêté. Il va y avoir un an que Caillaux est en prison. On pourrait le réunir à Villain, l’assassin de Jaurès qui, depuis quatre ans et demi, est en prévention. Il paraît qu’on évoque toutes les vieilles histoires, la N’Goko-Sangha, etc.

            J’ai vu G. de P. [2] à la sortie de son entrevue avec ton ami. Je crois que cela a assez bien collé et déjà nos deux personnages ont échangé quelques vues. P. a déclaré à D. [3] qu’en tout cas il aurait en lui un interprète exact des idées et des paroles de l’autre puissance. Il sera certainement excellent qu’il y ait entre les deux hommes un lien constant dans une œuvre si délicate qui doit être menée en collaboration et non pas en hostilité.

            Comment l’as-tu trouvé au milieu de ses grandeurs, peut-être un peu mince et fluet pour de si grosses responsabilités ?

            J’avais écrit à Bourdeau ces jours-ci pour différentes raisons et je lui parlais de toutes les préoccupations de l’heure. Il me répond à ceci dans un paragraphe qui trahit ses propres inquiétudes : « C’est aussi la raison pour laquelle je suis tellement d’accord avec vous pour apercevoir derrière tant de discours, d’ovations, d’embrassades et de fleurs, toute autre chose qu’une idylle. Notre civilisation est aussi brillante que fragile, et les classes cultivées et libérales en forment le frêle rempart. Oh ! combien faible devant le nombre, l’appétit, les passions et l’ignorance des assaillants. – Enfin, il faut être quand même optimiste sans excès de conviction. »

            Je viens de recevoir la visite d’un officier de marine venant de la part d’un grand chef pour me demander de publier un article sur les marins qui sont un peu oubliés en faveur des camarades terriens, et cela chagrine ces pauvres gens qui ont beaucoup peiné et dont beaucoup n’ont pas eu quinze jours de permission pendant les quatre années. Je lui réponds que je le ferai d’autant plus volontiers que j’en avais déjà le projet. Il y a eu de ces marins, et j’en connais, qui ont été torpillés deux et trois fois. Ce sera un acte de bonne justice.


[1] Cf. lettres des 21 et 22 mars 1918 où il est dit que Casella est un mouchard.

[2] Il s’agit probablement de Gustave de Puchesse.

[3] Non identifié.

15-16 décembre 1918

15-16 décembre 1918

            Je t’ai dit que Pierrefeu était venu déjeuner avec nous. Il descendait du train retour de Metz. Toujours bouillant, plein d’idées et de gaîté, il nous fait le portrait du Boche qu’il s’est pris à détester depuis qu’il l’a vu de près. Arrogant au début, il n’y a qu’à employer la manière forte, il devient souple comme un gant. Pierrefeu nous raconte un certain nombre d’histoires personnelles impayables qui corroborent son dire. Un moment, Jean Chantavoine qui est en Alsace nous racontait qu’il était délicieux d’être servi par les Boches. C’est dans les hôtels boches qu’on est le mieux servi, et avec la politesse la plus soumise.

            Pierrefeu a causé avec Hanotaux qui revenait d’une tournée dans les pays rhénans où il prétendait avoir trouvé les gens parfaitement gras et bien portants et que la misère n’était qu’une légende. Dans les villages, il avait vu des tas de fumiers, ce qui indiquait qu’il y avait des vaches, mais celles-ci étaient dans la cave. On feint la détresse pour apitoyer les âmes sensibles. On démobilise à tour de bras et on ne veut plus entendre parler de la guerre. Pierrefeu nous dit que le grand journal illustré correspondant à peu près à notre Illustration : L’illustrierte Zeitung ne donne plus une seule gravure guerrière. L’Allemand a compris que, militairement, la partie est perdue et déjà il s’apprête à nous battre sur un autre terrain. Il reprend sa pelle, sa pioche, son râteau, ses outils et, dare-dare, cherche à remettre en train la machine économique. Nous, nous nous grisons de nos succès, nous courons de réceptions en réceptions, nous nous offrons aux acclamations et nous ne bougeons pas. Le Grand État-Major ne veut pas démobiliser. Ceux qui en font partie tiennent à conserver le plus longtemps possible des prérogatives qu’ils ne retrouveront plus. Ils s’y accrochent désespérément.

            Decrais avait vu le matin Philippe Berthelot. Ce dernier l’avait prié de me dire qu’il fallait faire un article pour dire que nous avions montré la plus grande magnanimité en accordant la prolongation d’armistice, mais que nous ne pourrions nous montrer longtemps aussi accommodants, etc., etc. C’est, du reste, la note que tu as trouvée dans tous les journaux. Or tout cela, c’est du battage. Cet armistice nous était nécesssaire car nous ne sommes absolument pas prêts à négocier. Rien, absolument rien n’est prévu sur aucun terrain. On ne sait pas du tout ce que l’on veut. On ignore complètement même le régime qui va être établi dans les régions annexées. Quant à la mobilisation, le ministère et l’état-major se rejettent la balle de l’un à l’autre et s’accusent mutuellement de ne pas vouloir l’envisager.

            Mais ce que j’ai appris aujourd’hui d’assez grave, c’est que le torchon brûle un peu entre nous et l’Italie. On envisage des mesures militaires… Nous allons voir ce qui va sortir de la visite du monarque [1].

            Poincaré avait hier matin téléphoné à Gauvain qu’il désirait le voir et lui fixait audience à dix heures et demie. Je n’ai pas eu les détails de la conversation, mais Gauvain n’a écrit son article sur les toasts qu’après avoir causé avec le chef de l’État.

            On dit que Wilson partira pour l’Italie avec le roi. Ce dernier cherchera à l’amadouer, mais j’ai su d’une façon assez sûre que le président américain avait pour les ambitions italiennes les dispositions les moins favorables. C’est peut-être même cet état d’esprit qui permet en ce moment aux Alliés de se montrer fermes, nets et vigoureux. Combien de temps cela durera-t-il ?

            La fameuse Société des Nations [2] n’est pas encore formée et déjà l’on voit poindre bien des sources de conflit. Plus on tardera à négocier les préliminaires de paix et moins l’on aura de chance de trouver des solutions satisfaisantes.

            Jean de Kergorlay qui est venu me voir pour causer des affaires de Syrie, car il irait au congrès de Marseille si notre vicomte de C. [3] ne se décide pas, me dit combien Lechartier était un garçon intéressant mais qu’au dîner ce brave homme avait été chambré par trois de nos anciens diplomates qui n’avaient cessé de lui raconter leurs propres histoires, qui d’Espagne, qui de Russie, qui d’ailleurs, et qu’on ne l’avait pas laissé exposer tout ce qu’il connaissait si bien et qui eût pu être si intéressant. Déjà, pendant le repas, je le regardais causer avec Bompard et ce dernier n’avait pas arrêté de parler sur Constantinople et Pétrograd. Bompard, du reste, a dû s’en rendre compte après coup car, en me faisant l’éloge de Lechartier, il m’a dit : C’est surtout moi qui lui ai raconté des quantités de choses que j’ai vues et je ne l’ai pas beaucoup laissé parler.

            Il est assez comique de voir ces gens-là, au lieu de chercher à s’instruire de choses qu’ils ne connaissent pas et qu’ils n’ont pas vues, auprès de quelqu’un qui connaît et qui a vu, dans un moment où chaque détail a son importance, ils sont ravis d’avoir un homme réputé intelligent pour lui servir leurs plats diplomatiques rétrospectifs et considérablement refroidis.

            Les membres de l’Institut n’étaient pas contents à l’enterrement de Rostand [4]. À l’issue de la cérémonie, on fait entrer dans un petit local la délégation où on la tient enfermée pendant un quart-d’heure au bout duquel le maître des cérémonies vient lui annoncer qu’on ne saluera pas. De sorte que nos immortels, au lieu de se mettre selon l’usage auprès de la famille, durent se retirer sans même qu’aucun membre de cette dernière ne soit venu la remercier. Ils étaient furieux.

            Il y eut un conseil de famille qui s’est tenu pour examiner si Edmond [5] se ferait ou ne se ferait pas couper les cheveux pour suivre les obsèques de son père. Un conseil de famille !

À toi.

Et


[1] Victor-Emmanuel III.

[2] La Société des Nations est créée en 1920 entre les États signataires du traité de Versailles pour développer la coopération entre les nations et garantir la paix et la sécurité. Son siège est à Genève.

[3] Il s’agit de Robert de Caix.

[4] Edmond Rostand meurt le 2 décembre 1918.

[5] Nalèche se trompe car le fils d’Edmond Rostand s’appelle Maurice.

14 décembre 1918

14 décembre 1918

            Nous publions aujourd’hui une interview de Mgr Baudrillart sur son voyage en Amérique [1]. Le recteur de la faculté avait reçu une petite mission particulière à côté de la mission officielle. Voici les détails ultra confidentiels que j’ai recueillis.

            Le président avait, si tu t’en souviens, été marié par Baudrillart, et tu te rappelles aussi quelle campagne on avait mené contre le couple élyséen que l’on accusait de bigamie, le mari de la femme vivant encore, et la dépêche annonçant la mort de l’époux étant une fausse dépêche suivie d’actes civils faux. Bien que Baudrillart ait toujours prétendu qu’il n’avait procédé à la cérémonie que sur la production de l’acte de décès et qu’il était parfaitement à l’abri de toute espèce de poursuite, il n’en était pas moins resté un peu inquiet. Ce fut pour lui une occasion qu’il s’empressa de saisir lorsque Poincaré lui demanda d’aller à Milwaukee vérifier par lui-même la véracité des choses. Il fut pleinement satisfait. Il vint à Milwaukee, retrouva la tombe dont il fit un croquis, releva l’acte de décès sur les registres du lieu et revint à Paris chargé de ces pièces qu’il doit remettre à qui de droit demain ou après-demain. Je pense que les conjoints vont pousser un fameux soupir de soulagement lorsqu’ils seront en possession des fameux papiers [2].

            Baudrillart apprit également ce qu’avait été le défunt. C’était un Américain dont une sœur avait épousé un M. Conoli et habitait l’Italie. Après avoir pas mal rôti le balai et même subi une condamnation, cet homme vint en Italie et connut chez sa sœur Mme Poincaré qui était institutrice des enfants. S’éprit-il d’elle, la séduisit-il, je ne sais, mais toujours est-il qu’elle voulut l’épouser. Mme Conoli tâcha de la détourner de ce projet, lui représentant que ce mariage ne pouvait être que malheureux, son frère étant incapable de se fixer et de gagner sa vie, vivant à ses dépens. Elle ne voulut rien entendre et on passa outre. L’union ne dura que fort peu de temps et, au bout de quelques mois, le mariage fut disloqué. Ici se place la seconde existence de Mme Poincaré que tout le monde connaît. Elle serait bien née d’un Italien et d’une Autrichienne [3].

            Il y eut en face de l’Élysée, aujourd’hui, un véritable petit scandale. Aux fenêtres se trouvaient des officiers et des femmes. Celles-ci fumaient de gros cigares et buvaient urbi et orbi du champagne. Elles semblaient tout à fait pochardes, un peu comme leurs compagnons. Murat sortit de l’Élysée et elles crièrent : Murat ! Murat ! en tendant leurs verres du côté de Son Altesse Royale. Celui-ci releva le nez et leur fit signe de la main pendant que la foule riait et blaguait les toupies. L’effet ne fut pas heureux à cause des uniformes.

            Il est venu me faire part de ses craintes au sujet de notre politique. Il m’explique que, grâce à elle, Beyrouth va tomber complètement, se trouvant délaissée d’un côté pour Caiffa et de l’autre pour Saint-Jean-d’Acre. Et cependant le pays est riche, le commerce pourrait y être florissant. Beyrouth n’a pour tout potage qu’un malheureux petit chemin de fer à crémaillère absolument insuffisant. Pour établir la grande voie, il faudrait percer le Liban et l’anti Liban et l’on a évalué les travaux à trente ou quarante millions, ce qui dépasserait de beaucoup les possibilités de rendement.

            Il voit aussi avec appréhension le drainage opéré par les Anglais de beaucoup de nos indigènes algériens venus en France où ils sont maltraités et mal payés et retournent en Algérie mécontents. Ils feront le pèlerinage de la Mecque et n’en reviendront plus.

            Piat doit assez bien connaître la température de nos musulmans car c’est lui qui est préposé à leurs camps. Il trouve que l’on ne prend pas assez garde ici que nous avons quatre cent mille baïonnettes musulmanes et deux cent mille travailleurs.

            Le cabinet de Clemenceau nous a fait dire aujourd’hui qu’il fallait que la presse se montrât un peu plus enthousiaste pour Foch, au besoin de retirer au président du Conseil pour rendre au maréchal. Je n’ai pas constaté cependant que Foch ait été négligé. Il y a quelqu’un qui aurait des raisons de se plaindre, mais ce n’est ni l’un ni l’autre de ces deux-là.

            J’ai voulu te téléphoner tout à l’heure que la grève suisse qui te préoccupait était terminée, je ne te rappelle pas pour cela, les journaux te l’apprendront demain.

            En Espagne aussi, il y a dû avoir quelque chose d’assez grave car on a interrompu les dépêches.

À toi.

Et

            Le vieux forban de roi de Monténégro s’agite tant qu’il peut mais je pense qu’on va le laisser dehors. En attendant, il cherche à tailler des croupières aux Serbes.


[1] « Une conversation de moi sur les Irlandais et les progermains des États-Unis paraît dans les Débats. », Baudrillart, Alfred, Les carnets du cardinal, 1914-1918, p. 987, 14 décembre 1918.

[2] Raymond Poincaré s’est en effet marié civilement, le 17 août 1904, avec Henriette Benucci, divorcée d’un premier mari, américain, et veuve d’un second, sa compagne depuis 1901, quelques mois après l’élection à la présidence de la République de Raymond Poincaré. Le cardinal Baudrillart bénit discrètement le mariage religieux le 5 mai 1913, dans leur appartement du 10, rue de Babylone, Paris, VIIe, après s’être assuré auprès des États-Unis de la mort du premier mari. La rumeur lancée par les ennemis de Poincaré propage l’idée que le premier mari est toujours vivant, et le cardinal Baudrillart cherche, lors de son voyage aux États-Unis, à vérifier qu’il est mort.

[3] Issue d’un milieu modeste, Henriette Benucci est la fille d’un cocher d’origine italienne, Raphaël Benucci, et de Louise Mossbauer. Née hors mariage, elle est légitimée à la suite du mariage de ses parents le 14 juillet 1863. Elle épouse en premières noces Dominique Killoran, dont elle divorce en avril 1890. Elle se remarie le 24 juin 1891 avec l’industriel Arthur Bazire (1837-1892).

12 décembre 1918

            12 décembre 1918

            Tous les gens sérieux vus ce matin déplorent que le gouvernement n’ait rien répondu hier aux questions des socialistes. Il devait prendre carrément position, tant sur une question que sur l’autre. Il semble qu’il veuille tout faire en secret, je crains que ce soit une bêtise et une grosse imprudence. Petit à petit, les quelques hurluberlus qui battent l’estrade feront boule de neige et, un beau jour, on se trouvera en face d’un vote de la Chambre qui surprendra. Gauvain a fait ce soir un excellent article sur le sujet.

            Avais-tu su que le train parlementaire pour Strasbourg avait été copieusement hué par les poilus ? Le train qui marchait le premier était celui de nos rédacteurs. L’armée l’a pris pour celui des députés et ils ont été eng. numéro un. Les voyageurs ont compris l’erreur et se sont demandés ce qui allait se passer dans la suite. En effet, lorsque les soldats ont vu paraître aux portières les écharpes tricolores, ils ont compris leur erreur et ce fut, dit-on, une belle bordée d’injures.

            Nos parlementaires ne sont pas populaires évidemment, mais, si on les balaie, je crains fort qu’ils ne soient pas remplacés par ceux qu’espèrent Barrès, l’Action française et tutti quanti.

            Je t’extrais ce petit tableau de Constantinople d’une lettre particulière :

            « Quant à la situation à Constantinople, elle est assez étrange. Je m’attendais, comme beaucoup d’Occidentaux, à entrer dans une ville prostrée par la défaite et courbant l’échine avec quelque repentance pour atteindre la congrès de la paix. Au lieu de cela, des rues pleines d’officiers et de soldats Turcs d’une insolence extrême ayant l’air de se considérer comme les grands invaincus de la quadruplice, un gouvernement composé de quelques eunuques et un peuple courbé depuis quatre ans sous la plus indécente exploitation et la peur farouche de la potence et de la mitrailleuse.

            « On trouve à Constantinople toutes les marchandises dont on peut avoir besoin. Mais elles sont toutes entre les mains de quelques accapareurs qui en profitent savamment. Quiconque est curieux d’économie politique peut venir faire à Constantinople une étude sur la loi de la variation. Le Comité Union et Progrès s’est mis à faire l’épicier pendant la guerre. Il y a fort bien réussi. Il avait d’ailleurs une enseigne irrésistible, la potence et le gendarme. Muni de ces deux attributs essentiellement commerciaux, il achetait le sucre sept piastres en Asie mineure pour le revendre trois cent cinquante piastres à Constantinople, l’huile d’olive douze piastres pour la revendre deux cent cinquante. Et, dans un de ses rapports, il avouait ingénument que ce petit commerce lui avait rapporté environ onze millions de francs, ce à quoi il faudrait ajouter quelques zéros pour approcher de la réalité.

            « J’ai beaucoup aimé la Turquie autrefois, le peuple turc surtout, honnête, noble, rêveur. Malheureusement, la vermine du Comité Union et Progrès lui a appris à s’enrichir et cette folie du lucre, qui a secoué un temps ce peuple autrefois ennemi du commerce, ne fut pas une des causes les moins déterminantes de l’extermination des Arméniens et des Grecs […] ».

            As-tu entendu Lechartier comme moi ? Je ne te parle donc pas des questions qu’il a soulevées.

            Les Italiens, les Grecs et la rivalité anglo-américaine, nous allons avoir de beaux jours pour le congrès.

À toi.

Et

11 décembre 1918

            11 décembre 1918

            Le sentiment de tous ceux qui sont allés au ministère de la Guerre est qu’on y était nerveux, de mauvaise humeur, mais on n’en sait pas la cause. Arrivée de Wilson ou tout autre motif. À la préfecture de police, le voyage du président de la République tourmente beaucoup. On redoute les incidents que l’attitude de la CGT rend possibles.

            En attendant, on réquisitionne les hôtels à tour de bras. Voici Édouard VII qui vient de l’être après tant d’autres, et Plaza en a reçu la menace aujourd’hui. Le plus fort, c’est qu’on voudrait faire un club américain de l’hôtel de l’avenue Montaigne, club destiné aux journalistes, et l’on transformerait les chambres en bureaux. C’est de la pure folie. Que fera-t-on à Paris des voyageurs ? N’aurait-on pas pu laisser les journalistes se débrouiller tout seuls ? Il en vient cinq cents, cela a-t-il du bon sens ? De plus, il est un peu effrayant de voir l’État disposer ainsi de tout. Le directeur du Crillon nous disait que l’on se comporte chez lui à la prussienne. On colle des plantons à chaque porte, on perce les murs, on installe des fils téléphoniques comme on l’entend. La propriété n’existe plus. Puis, après, il faudra remettre tout cela en état. En attendant, tous les provinciaux iront coucher sous les ponts.

            Dupuy (?) a causé ce matin avec Berthelot. Il lui a demandé si l’on avait un plan avec les bolchevistes. Berthelot a fini par dire confidentiellement qu’on était très embêté et que, somme toute, on n’avait aucune ligne de conduite arrêtée. Les projets que l’on avait élaborés trouvent des empêchements. Moralité, on ne sait que faire. En Allemagne, jusqu’ici, on croit que le parti de l’ordre a le bon bout et tient encore des troupes fidèles, que, dans le fond, il faut laisser cuire la révolution allemande dans son jus. À propos du bolchevisme, Berthelot estime que les articles de Gauvain sont excellents.

            Tu sais que les Anglais n’étaient pas d’accord avec les Américains au sujet de la liberté des mers. Les voilà qui viennent, au cours des campagnes électorales, de soulever un nouveau lièvre, « l’indemnité ». Jusqu’ici, ils avaient toujours dit qu’ils faisaient une guerre complètement désintéressée ne demandant ni territoire ni argent. Villars m’écrit qu’il a causé avec un sien vieil ami pair d’Angleterre, ancien ministre sous Édouard VII et sous George V et qui lui a dit : « J’espère que vous vous montrerez raide (sic) avec Wilson et que l’on tiendra bon pour l’indemnité à laquelle il est opposé. »

            Or la presse syndiquée a annoncé que Lloyd George va fixer cette indemnité à huit milliards st. (deux cents millions de francs). Et quoi encore ?

            On annonce une nouvelle loi destinée à fermer la porte aux Allemands et aux étrangers indésirables en Angleterre. Il est probable que cette loi est un signe de la xénophobie qui s’accentue. On joue de tout cela pour les élections et Britain for the British [1] devient peu à peu un dogme. En dépit de l’internationalisme socialiste, les ouvriers anglais n’aiment pas l’étranger, et la nouvelle loi a pour but de rendre la vie impossible dans le royaume à tout ce qui n’est pas l’étranger riche. Tout cela n’est pas de très bon augure pour l’avenir.

            J’ai interrompu mon pensum pour recevoir un Américain qui était à Constantinople avant la guerre et qui revient ici comme capitaine avec la suite Wilson. J’ai dû t’en parler il y a quelque quinze mois [2]. Il se nomme Damon. Il espère beaucoup que le président ne se montrera pas trop pitoyable aux Allemands. Pour lui, ceux-ci doivent payer.

            Les affaires de Turquie l’intéressent toujours beaucoup et il est anxieux de savoir comment on va les régler. Il estime que, dans ces questions, France, Angleterre et Amérique doivent parler en maîtres et obliger les autre peuples à se soumettre à leurs décisions conformes aux intérêts de la paix future. Nous parlons de l’Italie et du rôle qu’elle joue. Il me dit qu’elle fait en Amérique une propagande éhontée affirmant qu’elle n’a aucune visée ambitieuse, mais que tout ce qu’elle réclame lui appartient ou lui est dû. Elle ajoute toujours que, du reste, elle n’est pas de ces pays qui font de la propagande, qu’elle reste modestement à sa place et, ce disant, elle embouche la trompette. Mais, énergiquement, Damon déclare qu’on ne doit ni l’entendre ni lui céder.

            Damon est très étonné de nos affaires de Syrie et déconcerté par le traité que nous avons signé. Tout ce qu’on donnera au royaume arabe, dit-il, sera donné aux Anglais. Du reste, ajoute-t-il, les Anglais gouvernent bien leurs colonies. Il faut tout de même que l’Angleterre, la France et l’Amérique restent absolument unis.

            Il s’étonne que sir Adam Bloch soit de nouveau en Turquie. D’après lui, ce fut sir Adam Bloch qui, en 1913, sauva les Turcs pris financièrement à la gorge par la France. Au premier jour de la guerre, il fila et prit le train et resta au Foreign Office jusqu’à maintenant, plaidant constamment pour les Turcs qu’il représentait au gouvernement comme des gentlemen. Il croit que son rôle continuera maintenant et qu’il tâchera de dégager les Turcs de l’étreinte alliée.

En hâte.

Et


[1] En anglais : « L’Angleterre aux Anglais ».

[2] Cf. lettre du 11 juin 1917.

10 décembre 1918

            10 décembre 1918

            Je viens encore d’en apprendre de sévères sur tout ce qui s’est passé à l’Armement jusqu’en 1917. Des signatures de ministre, prises dans des moments difficiles et données sans circonspection, établissent de véritables monopoles et permettent du jour au lendemain de tripler les prix. Exemple, les tubes d’avions. Avec quelques pièces de cent sous on crée une crise, le ministre s’affole, signe la création d’une sorte de bureau central, et le lendemain les prix sont majorés de la façon la plus magnifique. Je dois dire que cela se passait sous Thomas. Le brave homme n’y est pour rien du reste, sauf pour donner la signature libératrice.

D’Espagne :

            J’ai lu l’article du Journal (Le Journal) posant la question catalane comme nous intéressant au point de vue francophile. Cela me paraît monstrueux. La majorité des gens de Cambon fait les affaires des Allemands, et c’est une de nos traditionnelles illusions que de faire de la Catalogne un élément favorable à nos intérêts. Le petit clan de députés des Pyrénées-Orientales (Broussiète[1]), cherche évidemment à jouer le rôle de diplomate au petit pied et à nous faire croire que le démembrement de l’Espagne sert notre politique. Je me demande en quoi. Je pense que notre histoire d’ « embêter le Quai d’Orsay» ou notre ambassade à Madrid, laquelle professe là-dessus ce que professe tout observateur placé en Espagne et doué de raisonnement. Si l’on est ainsi, c’est bien mesquin. L’auteur de l’article ajoute que le reste de la presse française n’a rien compris à la question. Mille grâces pour nous. Et mon correspondant ajoute à sa lettre le post-scriptum suivant :

            « On me dit, au moment de clore cette lettre, que le roi appellerait Dato ou Maura pour former le cabinet. Quelle folie, et combien il peut se féliciter de n’avoir pas en face de lui un parti républicain qui soit sérieusement constitué. Il semble que les monarchies veuillent se suicider… quos vult perdere… »

            Je voudrais que le neveu puisse te raconter la cacophonie qui existe pour le voyage Wilson [2]. Il a été appelé ce matin pour l’organiser et toute une région lui est confiée. Il a vu notre Tardieu et il a eu l’impression que chacun tire Wilson de son côté. Tardieu cherche à l’accaparer mais Foch résiste et le veut pour lui seul.

            Désordre, désordre, désordre. Du reste, tu te feras dire cela toi-même.

Ton

Et


[1] Broussiète n’a pu être identifié comme député des Pyrénées-Orientales.

[2] Woodrow Wilson arrivera à Brest le 13 décembre 1918.

9 décembre 1918

9 décembre 1918

            Je venais de terminer mon pensum hier lorsque je reçus la visite de Charlot [1]. Sais-tu qui est Charlot ? C’est l’homme que l’on envoya à une certaine époque pour faire un rapport sur les écoles en Orient et qui conclut à l’établissement d’écoles laïques, cette belle opération qui nous réussit si bien et qui coûta les yeux de la tête pour faire déserter nos établissements. Depuis, Charlot a mis beaucoup d’eau dans son vin. Je suis bien sûr qu’il pense comme toi et moi. Il était, au moment de la guerre, quelque chose comme délégué de la Dette en Bulgarie. Il y retourne dans la même qualité avec mission de faire payer les Bulgares. Il croit que ce ne sera pas commode, les Bulgares ne se considérant pas comme vaincus et restant très insolents vis-à-vis des Alliés.

            Je lui demande s’il a de véritables nouvelles du pays car nous en avons fort peu. Il semble qu’on ne veuille pas dire ce qui se passe. Le jeune roi a-t-il filé ou est-il toujours sur son trône ? Il règne toujours, mais ce qui a pu faire croire à la fuite, c’est qu’il y eut deux tentatives révolutionnaires dont on est parvenu à se rendre maître.

            Charlot me demande si je voudrais avoir des correspondances sérieuses de Bulgarie pendant son séjour là-bas. Il m’offre pour cet office un jeune collaborateur qui ne manque pas de mérite et qui se nomme de Laas [2], mais ceci doit rester entre nous. J’accepte bien volontiers, d’autant que ce jeune homme a déjà beaucoup vu. Il a fait partie de la mission industrielle en Chine et possède une certaine expérience. Heureusement, dis-je à Charlot, que cette mission industrielle n’est pas la Banque industrielle de Chine. Il lève les bras au ciel et me dit combien cette institution est une chose malhonnête. Malheureusement, elle gagne des influences de plus en plus étant donné certains patronages. Je te les ai énumérés déjà, mais il était assez intéressant d’entendre un homme qui est tout à fait l’ami du ministre des Finances [3] me donner sur l’affaire une opinion aussi défavorable. Cela n’empêchera sans doute pas le gouvernement de prodiguer ses faveurs à André Berthelot et à Pernotte.

            Effroyable ce que mon courrier contient d’inepties ! Tu ne te doutes pas de la quantité de gens qui ont des idées sur les événements et qui éprouvent le besoin  de les écrire en de longs factums ridicules. Ce matin, c’était contre Wilson que s’exerçaient la plupart de ces politiques en chambre. Ce sont ceux qui appartiennent aux partis de L’Action française et de L’Écho et qui, lisant en plus les Débats, demandent à ce dernier de crosser le « dangereux philanthrope ». Comme c’est trouvé ! Et il faut répondre sans froisser ces idiots qui croient avoir écrit une page géniale. Plains-moi.

            Un de nos collaborateurs [4], capitaine d’artillerie, est sur le point d’être démobilisé comme vieille classe. Il n’en a plus que pour quelques jours, aussi s’empresse-t-on de le changer de résidence. Il demande que, pour la semaine qui lui reste à faire, on ne lui inflige pas un transport et un changement inutiles. La division refuse de transmettre la demande. À ce trait tu reconnais nos militaires. Gilles, c’est ce capitaine, a assisté au retour des prisonniers. C’est lamentable. On commence par les parquer sept ou huit jours avec des boîtes de singe dans une ville quelconque, puis, après cela, on leur en colle deux autres boîtes et on les renvoie dans des cantonnements situés parfois à quatre-vingts kilomètres à pied, et ces malheureux traînent le long des routes sans souliers, sans vêtements, sans le sou et vivant de charité.

            Bégouen revient du Nord. Il nous raconte que l’état est affreux et que c’est à en pleurer. Il va nous faire un petit papier demain. Le sous-préfet d’Arras[5] [6] lui dit qu’il a juste onze ouvriers pour remettre la ville debout. Que font donc les prisonniers boches ? Il est vrai que ceux qui travaillent le font à contrecœur, furieux de voir qu’on les garde après la signature de l’armistice.

            J’ai vu ce soir un bonhomme bien courageux, c’est le président des syndicats des laines de la Marne et de l’Aisne. Je croyais que l’industrie de la laine était bien décidément perdue à Reims, car on n’aurait jamais songé à remonter cette industrie conservée en cette ville beaucoup par tradition et, qu’une fois détruite, ce serait fini. Pas du tout, en créant une ville neuve, on y placera toutes les industries anciennes et celle de la laine refleurira.

            Cet homme me dit que la tâche de cette guerre aura été l’affreux pillage auquel nos troupes se sont livrées. On a forcé les secrétaires, volé jusqu’aux souvenirs de famille dans les maisons non pas abandonnées et dont l’autorité militaire avait fait évacuer les habitants. À Reims, pendant un temps, les camions militaires enlevaient dix mille bouteilles par jour et ces rapts se faisaient sous l’œil et le commandement des officiers.

Good night.

Et


[1] Marcel Charlot (1858-1954). Diplomate. Ministre plénipotentiaire, il a commencé sa carrière dans l’enseignement public, puis au ministère de l’Instruction publique. Il remplit une importante mission sur l’organisation et la situation de l’enseignement dans les écoles françaises d’Orient en 1906. Il est délégué de Paris-Bas des porteurs de titres d’emprunt bulgare dès 1912. Le ministre des Finances lui confie une mission en vue de l’élaboration du traité de paix de Neuilly – où il est nommé expert financier – en 1919 sur la situation financière de la Bulgarie.

[2] Non identifié.

[3] Il s’agit de Louis-Lucien Klotz.

[4] Il s’agit du capitaine Gilles.

[5] Robert Leullier (1870-1922). Homme politique. Préfet du Pas-de-Calais depuis le 20 février 1918.

[6] Nalèche se trompe : Arras est une préfecture. Le préfet du Pas-de-Calais est alors Robert Leullier.

8 décembre 1918

            8 décembre 1918

            Nous avons longuement parlé de cette honte qu’est le retour des prisonniers de guerre et, surtout, nous disions qu’il fallait éviter l’envoi de ces malheureux à leur dépôt où ils pourraient avoir une influence dépressive et que, du reste, ce qu’ils allaient y faire aurait parfaitement pu être fait dans les grands centres de triage. La plupart d’entre eux ne demande ni à être habillés ni à être logés, ils demandent à rentrer chez eux. Je comptais même faire quelque chose à ce sujet. Le capitaine Bourget nous dit que, sentimentalement, nous avons tout à fait raison mais que, dans ces hordes de prisonniers, il y a de tout, beaucoup de bolcheviks. Plusieurs qu’il a connus avaient des mandats des comités de Dresde ou autres pour la propagation des saines doctrines bolcheviks. Sur quatre-vingt-dix-neuf, il y en a peut-être un, et c’est celui-là qu’il faut trouver. L’envoi au dépôt est fait dans ce but-là, car dans des centres on n’y arriverait pas. Le capitaine Bourget convient cependant que l’on pourrait faire la principale besogne dans les centres qui, à l’heure actuelle, sont impossibles. Le prisonnier est obligé de s’en aller frapper à la porte de trois ou quatre services où il n’arrive pas à se faire entendre, d’où colères et menaces.

            Un jeune officier polonais qui est au Mans me disait que l’on reçoit à l’armée française des prisonniers et que leur sort est vraiment lamentable. Ces malheureux couchent sans fourniture sur la terre battue. Le gouvernement a positivement l’air de se moquer d’eux. On leur donne cinquante-quatre francs pour s’acheter un veston, un pantalon, des souliers, un chapeau. Que diable peuvent-ils faire de cinquante-quatre francs ? Le capitaine Bourget que tu as vu est un garçon de tout à fait premier ordre. Très gravement blessé en 1914, il a perdu l’usage de sa main droite mais il a été constamment dans le service des Opérations.

            Tu as su que dans je ne sais quelle île les Serbes et les Italiens se sont cognés, mais les Italiens n’ont pas le bon bout et Bourget nous dit que, si un conflit éclate, les Italiens recevront la plus formidable raclée qu’ils aient encaissée. Une chose seulement peut nuire aux Serbes, c’est le matériel qui leur manque, car pour la valeur humaine, si les Italiens ne sont pas quinze contre un, ils ne peuvent rien faire. Si notre Quai d’Orsay était intelligent comme en ce moment, il remonterait les Serbes en toute espèce de choses. Ils sont trop bêtes ! Depuis combien de temps nous berne-t-on ou plutôt se laisse-t-on berner par l’Italie ? J’en ai encore les preuves par Decrais où, comme nouveau venu, chacun a cherché à le mettre au courant et aussi en garde contre les Yougoslaves en faveur des Italiens.

            Jolie anecdote de Demaison sur le général de Lallemand [1] Cet homme, qui a été élevé chez les jésuites et qui a épousé la fille du vicomte de Meaux[2], est anticlérical jusqu’à la bêtise. Il s’est vanté je ne sais à quelle occasion de ne pas être entré dans une cathédrale, celle de Reims ou de Laon. C’est un être insupportable. Il était je ne sais dans quel cantonnement et, un jour, Mme de Lallemand [3] vient le voir. Il avait donné à l’ordonnance les ordres les plus sévères.

            – Le général n’est pas là.

            – Mais laissez-moi entrer, je vais l’attendre, je suis Mme de Lallemand.

            – Faut pas me la faire, elle est déjà là. (Tête)

À toi.

Et


[1] Valther de Lallemand du Marais (1860-1931). Baron. Il épouse Catherine de Meaux (1864-1935). Général. Aide aux majors généraux de l’Armée (20 mai-11 décembre 1917).

[2] Camille de Meaux (1864-1935). Vicomte. Homme politique. Ancien ministre. Député puis sénateur de la Loire.

[3] Mme Valther de Lallemand (1864-1935). Née Catherine de Meaux.