Archives de catégorie : Lettre

25 septembre 1918

25 septembre 1918

 

Tu as vu le joli trait de Berthoulat, la soi-disant dépêche de fabriquée rue Saint-Dominique pour juxtaposer le nom de Gauvain et celui de Mistral [1]. L’Action française a repris cela ce matin mais enlève le nom de Journal des Débats. Berthoulat y revient cet après-midi dans son coutumier et si intelligent éditorial. Tout cela c’est de la besogne Mandel. Il vous faut du courage, m’a dit l’autre hier.

J’ai su que tu avais téléphoné pour savoir ce que la censure avait caviardé dans L’Information. Je crois que c’était une allusion à l’offensive française, et tout à fait française [2], de Reims à Verdun avec les moyens les plus puissants. Je viens d’avoir quelques détails sur la préparation. L’attaque devait avoir lieu ce matin, et les concentrations d’artillerie sont formidables, surtout du côté de Souain. On prétend qu’il doit y avoir une diversion américaine un peu plus à l’est, mais l’attaque doit être, comme je te l’ai dit, faite avec nos propres forces.

Le filet que tu verras ce soir dans le journal sur les projets de Troëlstra a été écrit par André Chaumeix qui a vu ce matin des dépêches indiquant la manœuvre, et l’essentiel était de faire connaître cela de suite. André Chaumeix nous a dit également qu’on avait eu aujourd’hui des extraits d’une interview de Muehlon[3], au sujet des Turcs et des Bulgares, dans laquelle il déclare que l’Entente ne devrait pas se laisser aller à traiter avec les Bulgares [4].

D’autre part, l’Allemagne, devant les désastres infligés à ses alliés et ne pouvant pas les secourir tous deux, se déciderait à complètement lâcher les Turcs pour venir en aide aux Bulgares. Ils espéreraient qu’au règlement de comptes ils trouveraient bien toujours quelque chose à glaner en Turquie, tandis qu’ils veulent conserver les Bulgares pour l’avenir et, au besoin, pour les jeter sur les Turcs un jour ou l’autre.

Nous avons encore beaucoup de bulgarophiles ici, mais, qu’ils le veuillent ou non, nous serons bien obligés maintenant de marcher avec les Serbes.

On vient de balancer le préfet du Rhône, M. Rault, qui avait à Lyon beaucoup de sympathies. Je reçois, à propos de cette exécution, une lettre d’un de nos amis politiques qui est aussi une personnalité assez importante. Il juge cela assez sévèrement : « Le Tigre a jugé bon, sans motif sérieux, de mettre à la porte de la préfecture mon préfet Rault. Il s’est simplement vengé, sous l’empire d’un accès de fureur, de l’opposition politique du Conseil général du Rhône qui ne lui a pas voté d’adresse de confiance et qui a nommé vice-président un sieur Perret [5] qui a voté en faveur de Malvy. Il n’y a absolument rien [d’] autre ; vous sentez combien il est mauvais pour le personnel des fonctionnaires de voir que la bonne conduite au point de vue national, les services signalés ne sont absolument rien…, etc., etc. Les violences et les coups de nerfs de ce vieux, qui par ailleurs joue un si beau rôle patriotique, sont extrêmement regrettables. »

Au déjeuner d’hier, Tardieu me parlait de Gompers [6], et, à ce propos, nous avions soulevé la question ouvrière, rapports entre les ouvriers et le patronat. Tardieu m’a dit avoir eu affaire avec tous les gros bonnets de l’Armement et avoir été stupéfait de l’incompréhension de ces hommes qui, pour rien au monde, ne voulaient sortir de leurs routines. Et cependant, ajoutait-il, ce sont des gens très épris de l’intérêt général, ils seraient disposés à faire des sacrifices, pour lui peut-être plus que d’autres, mais ils ont une façon de le comprendre qui le ruine.

À toi.

Et

[1] Paul Mistral (1872-1932). Journaliste. Homme politique. Député socialiste de l’Isère (1910-1932). Il est l’auteur de nombreux rapports sur la production de guerre.

[2] Cette offensive a lieu en réalité avec les Anglais.

[3] Wilhelm Muehlon (1878-1944). Ancien directeur de la section d’armement des usines Krupp. Il quitte son poste au début de la guerre et s’installe à Berne où il tente de mettre en place un réseau d’intellectuels au service de la paix.

[4] La Bulgarie demande un armistice. Les Serbes prennent Vélès et Itchip. La cavalerie française pousse vers Uskub. Les forces britanniques pénètrent en territoire bulgare.

[5] Perret. Homme politique. Vice-président du Conseil général du Rhône.

[6] Samuel Gompers (1850-1924). Américain. Syndicaliste. Président de la Fédération américaine du travail.

24 septembre 1918

24 septembre 1918

Les bruits de la journée ont concerné les importants événements qui se prépareraient sur notre front. D’aucuns prétendaient même que quelque chose était commencé en Champagne [1]. C’est inexact, rien n’a bougé aujourd’hui. Mais les permissionnaires de l’Est ont été retenus, cela nous en sommes sûrs. Comme tu le sais puisque nous venons d’en parler au téléphone, il semblerait bien que le choléra ait fait sa sinistre apparition sous notre climat. Je ne crois tout de même pas que la grande mortalité de Brest soit due complètement au terrible fléau. Beaucoup de nos jeunes soldats ont bien réellement été victimes d’une maladie à forme pneumonique. Malheureusement, des cas paraissant certains ont été constatés. On m’a parlé tantôt de Dijon ? Nous avons encore bien des joies sur la planche.

J’ai eu ce matin une entrevue avec Tardieu qui, installé à l’hôtel Langham, 24, rue Boccador, me semble être au centre d’un mouvement très intense. J’allais le voir pour une petite question à régler comme président du Syndicat, celle des correspondants aux armées américaines et les détails d’une réception qu’il avait le désir de nous voir organiser en faveur de je ne sais quelle grosse légume de presse qui fut très fêté en Angleterre. Il s’agissait de ne pas être trop en retard.

J’en ai profité pour l’entretenir d’une question qui agite beaucoup les milieux bien pensants et au sujet de laquelle on m’avait prié de glisser un mot. Les Américains ont besoin de trouver des locaux dans lesquels mettre des lits, et ce n’est pas une petite affaire. En cherchant ces bâtiments, on a trouvé des établissements d’enseignement libre, entre autres, à Neuilly, celui de Mme Daniélou [2]. Après une série de pourparlers, Tardieu a fait dire que tout serait réglé d’accord avec Mgr Amette. Il n’en a pas fallu plus pour affoler tout le monde car l’archevêque n’aime pas beaucoup la boîte Daniélou et l’on a su qu’il ne s’en occupait pas pour porter son intérêt sur une foule de petits établissements qui ont tout son cœur. Tardieu m’a répondu qu’il ferait de son mieux mais qu’il était obligé de trouver des locaux car d’ici à x mois il lui fallait cent quatre-vingt mille lits. Quelques minutes après cette interview, je retrouvais mon Tardieu à un déjeuner Vesnitch-Pachitch au Cercle interallié. Le vieux président du Conseil, que je n’avais pas vu depuis deux ans, c’est-à-dire depuis les grands malheurs de sa patrie, m’a paru rajeuni avec les succès orientaux. Sa grande barbe blanche avait perdu l’air d’une barbe de pauvre vieil exilé, elle semblait plutôt la barbe d’un boyard opulent. J’ai peu causé avec lui, si tant est qu’on puisse appeler conversation le fait de l’écouter sans trop bien le comprendre. J’étais, comme d’habitude, obligé de filer aussitôt le café avalé. Le déjeuner, le second de la série, comprenait un mélange de presse et de politique. Marin, Franklin-Bouillon, de Fontenay, Gabion, Albert Thomas, Gauvain, un colonel anglais, un colonel américain, Géraud (Pertinax), Roels, Paul Louis, etc. J’étais entre Tardieu et Roels. J’ai donc causé beaucoup avec le haut-commissaire. Sans lui dire de qui je le tenais, j’ai répété un peu la lettre de Lechartier. Il ne m’a trop dit ni oui ni non, mais j’ai noté ceci : Tardieu prétend que, en France, beaucoup de gens se font des idées fausses de Wilson qui est la simplicité même et parfois « rigolo », bien que toujours un peu prédicant. Il a eu autrefois des histoires de femmes assez retentissantes. On lui attribue l’honneur d’avoir voulu mener son pays à la guerre depuis le début et d’avoir procédé avec la plus grande habileté et le plus beau machiavélisme. Rien n’est moins vrai. Wilson a été très longtemps hostile à l’intervention et ce n’est qu’à la fin qu’il s’est lancé dans l’affaire quand il a vu qu’il le fallait absolument.

Notre ami Tardieu a-t-il voulu dire par là que c’est lui qui a déclenché le président, c’est possible. Il faudrait revoir les dates, je ne voudrais pas faire de jugement téméraire.

Tardieu croit bien que l’Américain se créera maintenant un état d’esprit militaire, mais je ne sais pas s’il a très bien compris ma question car il m’a répondu que l’Américain s’assimilait très rapidement les choses et qu’en trois ou quatre mois il devenait un autre homme. Je crois qu’il a compris que je lui demandais si les Américains deviendraient de vrais soldats. Hall, au contraire, avait très bien compris ma question lorsqu’il m’a répondu qu’il ne croyait pas à cette mentalité militaire dans l’avenir. À propos de Hall, il m’a fait de ce journaliste le plus grand éloge et m’a affirmé que c’était un des hommes qui connaissait et jugeait le mieux l’Amérique. Il le voyait presque chaque jour là-bas et s’en félicitait beaucoup. Il a ajouté que Hall connaissait presque trop bien le pays car, très au courant des petites choses des gens, cela lui faisait peut-être perdre un peu de vue les grandes lignes d’ensemble. Cela ne m’a pas paru, et à toi non plus sans doute.

J’ai interrogé Tardieu sur ce refus de tonnage nouveau à l’Angleterre par l’Amérique. C’est tout à fait en voie d’arrangement, m’a-t-il dit. C’est pour cela que je vais à Londres la semaine prochaine, puis, quelques jours après, j’irai passer une semaine en Amérique et nous comptons que le tonnage entier de l’Entente sera réuni pour ne faire qu’un. Amen.

Au moment où je m’en allais, Arthur Meyer m’a pris à part et m’a dit : « Je viens de faire à Gauvain mon compliment, je dois vous le faire aussi pour moitié. Vous avez beaucoup de courage. » Comme je le remerciais, il m’a dit : Je comprends les choses, il vous faut un courage que moi je ne pourrais pas avoir.

À toi.

Et

C’est toujours Barthou dont on parle pour Madrid.

[1] Le village de Vendeuil, qui s’arrête aux abords de la Fère, est pris. La voie ferrée Paris-Avricourt est libérée par les batailles de l’Ourcq, du Soissonnais, du Tardenois et par celle de Saint-Mihiel. L’armée française avance à l’est du canal de Saint-Quentin et sur l’Oise au nord de la Fère.

[2] Les collèges Sainte-Marie.

23 septembre 1918

23 septembre 1918

 

Journée presque tout entière prise par les occupations professionnelles. Cependant, je t’ai parlé de ma conversation avec d’Ambert [1] qui m’engage à signaler toutes les plaintes que je reçois au sujet du service de Santé [2]. Comme je lui dis que je redoute, en plaçant ces choses dans le journal, d’inquiéter les familles, il me répond que c’est cependant le bon moyen de faire aboutir les réformes. J’en conclus que, tout en étant au pouvoir, il leur est bien difficile de faire avaler les réformes par tous les gros personnages en fonction. Chaque fois, me dit-il, que Mourier [3] va faire une inspection par lui-même, tout le monde est prévenu on ne sait comment et tout marche comme sur des roulettes. Il lui est très difficile de connaître la vérité, tandis qu’un bon filet de journal lui indique de suite les lacunes.

Je lui parle d’une autre lacune, celle qui laisse les familles dans l’incertitude du sort des leurs, et je lui raconte un fait dont je viens d’être témoin puisque c’est à moi qu’on s’est adressé. Un brave officier blessé, baladé d’ambulance en ambulance, avait dû finir par échouer dans un hôpital dont il était impossible de connaître la région. La famille affolée cherchait partout son malade, et, au bout de dix jours, n’avait encore pu savoir où il avait été transporté. D’Ambert me dit : « Mais c’est que là, pour les renseignements, le service de Santé n’est pas compétent. On a créé tout un service qui a pour titre « Les renseignements aux familles ». Trois mille employés y travaillent, mais c’est au bout de trente ou quarante jours seulement que l’on peut savoir si un homme a été tué. Abrami a été mis à la tête de ce service [4] et les bureaux fonctionnent comme tous les bureaux, avec la plus solennelle lenteur. J’ai un système que je voudrais voir employer, et là vous pouvez beaucoup m’aider. » En effet, le système qu’il m’explique me paraît assez rationnel. Il ajoute qu’il craint beaucoup qu’éclate un scandale quelque jour. Un père, affolé par toutes ces démarches inutiles et ces renvois de bureau à bureau, pourrait bien, un de ces matins, se livrer à des voies de fait.

De même, pour les retards de trains sanitaires, il y a un enchevêtrement de pouvoirs qui paralyse tout. Le train sanitaire appartient bien au service de Santé, mais les machines, les horaires, etc., lui échappent complètement. C’est une autre direction, un autre ministère qui en a la charge. Alors on voit d’ici les conflits !

On m’écrit de Brest aujourd’hui que la grippe espagnole faisait encore des ravages parmi nos jeunes troupes. On y compte près de trois cents morts. Là aussi il y a des faits regrettables. On a mélangé, sans souci de la contagion, les malades de la grippe avec les blessés sans prendre garde à la contagion toujours si menaçante sur des tempéraments débilités.

À notre Syndicat, ce soir, Cassagnac, qui est capitaine et chargé de la mission de presse, est venu avec un autre officier du GQG pour l’organisation des Informations.

Je te passe tous les détails concernant la profession, mais j’ai retenu de ses explications qu’on ne comptait rien arrêter pendant l’hiver et que la bataille se poursuivrait sans souci de la saison. Il voit la victoire approcher.

J’ai reçu ce soir une lettre de Franchet d’Espérey qui me répond sur une question privée, mais qui me demande de tâcher d’organiser un service de propagande et d’information orientale qui serait attaché à son état-major. Les Anglais, me dit-il, font d’immenses efforts dans ce sens. Il a tout à fait raison, je tâcherai de le faire comprendre, peut-être vainement, mais si on finit par se rendre compte de la nécessité d’un pareil organisme, on se demande, à la suite des exemples précédents, qui on enverra des genres Franklin-Bouillon.

Amitiés.

Et

[1] D’Ambert est chef du cabinet de Mourier à la Santé.

[2] Cf. lettre du 21 septembre 1918.

[3] Louis-Frédéric Mourier (1873-1960). Homme politique. Sous-secrétaire d’État à la Santé (5 février 1918-18 janvier 1920).

[4] Léon Abrami (1879-1939). Homme politique. Sous-secrétaire d’État à la Guerre chargé des effectifs et des pensions (1917-1920).

22 septembre 1918

22 septembre 1918

 

Causé ce matin avec une compétence orientale au sujet de l’offensive salonicienne et du succès obtenu [1]. Voici à peu près le résumé de sa conversation :

Si les Bulgares sont tout à fait démoralisés, notre action peut avoir des résultats importants. L’essentiel serait de couper les communications de l’Est à l’Ouest. Si on y arrive, on pourrait débarrasser la rive droite du Vardar et établir un bout de royaume dans la partie de Serbie reconquise. Mais il serait impossible d’entreprendre quelque chose sur Sofia. Ces attaques frontales seraient vouées à l’insuccès.

Le gros problème des armées de l’Entente est aujourd’hui le ravitaillement, c’est le point noir. L’installation du prince de Serbie dans une des villes reconquises serait un événement considérable. C’est cela dont Sarrail n’a jamais voulu. Il craignait qu’un semblant de royaume serbe reconstitué, sa personnalité devint de second ordre, et à tout prix il a voulu l’empêcher. À ce propos, on verra plus tard l’ignominie que fut l’affaire de Monastir où tout fut sacrifié avec intention. Quoi qu’il en soit, il serait imprudent pour les Alliés de chercher à s’emparer des régions du Nord.

Un note dans les journaux a dû te montrer que le torchon brûlait à l’agence Radio. La grande âme qu’est Turot se retire et cède la place. Il le fait sans bonne grâce. Il vient de m’écrire un mot personnel dans lequel il me donne le texte de son adieu à ses collaborateurs. Dans ce factum, il déclare se retirer pour ne pas compromettre la situation des employés hommes et femmes, mais que l’avenir jugera. La réalité est autre. Turot a fait un chantage terrible. Il demandait pour se retirer un million cinq cent mille francs. Il en obtenu huit cent mille et cède la place à Galmot qui, depuis onze mois, payait cent cinquante mille par mois. Galmot reprendrait Radio, paraît-il, avec un groupe puissant de métallurgistes ou autres gros fabricants. Ce sera Gabion qui restera le gros manitou. Pauvre Galmot ! Je ne sais si ce sont de gros industriels qui participeront avec lui, mais je suis bien sûr que c’est lui qui paiera et que cela coûtera encore cher avec des gens comme Astruc et consorts.

Le neveu est venu. Guy de Wendel aurait voulu le voir et m’avait prié de le faire téléphoner à Saint-Germain. Ils ont communiqué. Guy de Wendel lui a fait part de ses appréhensions au sujet de Mangin et dont je te parlais hier. Il semble que cela lui tienne au cœur, et Guy de Wendel n’est pas son cousin franc-maçon, il est dans les allants mais il voit clair et juste. Le neveu ne croit pas qu’on puisse continuer longtemps où on travaille en ce moment, il pense qu’on devrait trouver un autre théâtre d’offensive car, me dit-il, nous voici de nouveau aux lignes Hindenburg et il s’agit de réfléchir et de voir si l’on veut de nouveau ne plus songer qu’à la défensive.

André Chaumeix, causant avec Dutasta, a recueilli de ce dernier l’idée que la paix était proche et que les Allemands auraient de la peine à aller plus loin que mai prochain. ? ?

Il va sans doute s’ouvrir une grosse et pénible affaire d’espionnage. On fait tout ce qu’on peut pour l’étouffer. Il s’agirait du fils d’un gros industriel de Lyon qui, ayant fait du contre-espionnage, nous vendrait aussi. On ne dit rien car on espère pincer tout le bibelot. Mais la chose pourrait bien éclater.

À toi.

Et

[1] Les Alliés arrivent sur le Vardar.

20 [sic] septembre 1918

20 [sic] septembre 1918

 

Dîner hier au soir chez Thierry de Pierredon [1] avec un major à quatre galons qui doit être un garçon d’une certaine valeur car il fait partie du Comité consultatif. Je lui parle naturellement de ce qui nous tient tous au cœur, ces accidents causés par la faute de l’organisation des services de santé. Il me dit que le problème de l’évacuation est un des plus difficiles et que, dans cet ordre d’idées, il y a certainement régression en ce moment. Il prétend que nous sommes revenus aux mauvais jours de 1914. Du reste, tout marche dans cette administration, comme dans certaines autres, suivant les désirs des francs-maçons. Est-on de « la maison » ou n’en est-on pas, c’est là toute la question. Les gros bonnets qui président aux différents services sont tous « de la maison » et sont intangibles. C’est ainsi qu’entre eux ils désignent leur lien. Ne dit-on pas chez les jésuites : Il sort de « nos maisons ». C’est curieux cette analogie.

Du reste, d’après ce major, ce n’est pas seulement dans ces premières évacuations que le service se fait mal, mais il a constaté lui-même dans des gares de réseaux d’énormes et magnifiques trains sanitaires contenant quatre ou cinq cents malades, tous couchés, par conséquent gravement atteints, remorqués par de mauvais coucous qui restaient en panne, occasionnant des huit heures de retard. Résultat, sur cent malades parfaitement guérissables, deux ou trois meurent pendant le trajet, dix meurent après leur arrivée, trente ou quarante ont leur état considérablement aggravé et tous subissent une diminution de vitalité. Il prétend que les compagnies ne mettent aucune bonne volonté à améliorer les choses. Cela m’étonnerait beaucoup, il est probable que les représentants de l’autorité militaire ne doivent pas ajouter de facilité dans les rapports si j’en juge par l’anecdote suivante.

Mon major ayant constaté un fait du genre de celui que je t’ai dit plus haut, a immédiatement fait un rapport et il est allé le porter lui-même chez un nommé M. Je ne suis pas assez sûr du nom pour l’écrire mais c’est un des gros manitous de la maison. « Je le trouve les deux pieds sur son bureau, le corps renversé et les yeux au plafond.

– Tiens, te voilà. Tu viens prendre un bock.

– Non, je t’apporte un rapport que je viens de rédiger sur des faits que j’ai constatés et auxquels il faut remédier.

– Eh bien, cela ne t’empêche pas de venir prendre un bock. Mets ça là. Que diable veux-tu que j’y fasse ?

– Je tiens à ce que ce soit transmis.

– C’est bien, c’est bien, cela n’y fera ni chaud ni froid. »

Voilà à quels jean-foutre sont livrés nos malheureux soldats !

J’ai eu la visite ce matin d’un charmant homme que tu connais, je crois, et dont, en tout cas, j’ai dû te parler de temps en temps [2]. C’est Fougères, le directeur de l’École d’Athènes. Il est très intéressant comme toujours. Il me raconte qu’il a une histoire à propos des Débats. Je ne sais si tu te souviens avoir lu une lettre fort intéressante signée Ch. Frégier [3] et montrant la situation et l’état d’esprit des Grecs sous leur vrai jour, tellement vrai qu’un Grec, qualifié le petit Maccas, a dû répondre mais n’a fait que plaider les circonstances atténuantes. Tous ceux qui revenaient de là-bas nous ont félicités de cette mise au point. Seulement, paraît-il, les Grecs, ne trouvant pas les flatteries auxquelles ils sont habitués, se sont émus. Frégier avait fait lire sa lettre à Fougères en lui demandant s’il ne la trouvait pas un peu sévère. Fougères avait estimé qu’elle était juste et nécessaire. Mais Politis [4] alla se plaindre à Gramat qu’une critique ait pu être formulée par un officier. Frégier, en effet, est mobilisé et se nomme en réalité Dugas. Gramat fit venir Dugas et, du reste, sans élever l’ombre d’une critique sur le contenu de la lettre, il demanda simplement une explication sur le fait d’avoir écrit dans un journal. Frégier-Dugas répondit qu’il était militaire en effet, mais qu’il était détaché dans des fonctions civiles et qu’il considérait même comme un devoir d’éclairer le pays sur ce qu’il voyait autour de lui. Le général Gramat ne lui infligea aucun blâme et parut au contraire convaincu par le raisonnement de son subordonné.

Fougères nous dit que l’héroïsme grec consiste surtout à avoir une peur intense. Ils ont laissé marcher les Serbes les premiers, puis, quand ils ont vu que ça allait bien et qu’ils couraient le minimum de danger, ils se sont embarqués. Ils marchent avec leurs bons amis les Anglais car nous avons perdu la cote chez les Hellènes. Que voulez-vous, ajoute Fougères, nos poilus ne peuvent pas les sentir. Leur tête ne revient pas aux Français. On ne sait pas ce que pensent ces gars-là, disent-ils, et quand on regarde leur figure on a envie de taper dessus. Il n’y a rien à faire, c’est comme cela. Alors ce sont les Anglais qui sont maintenant les préférés.

Dans son voyage de retour en France, notre ami a assisté à une chasse au sous-marin. Il était à bord d’un torpilleur qui escortait, aidé par un second navire, un transport, l’Odessa, ayant mille cinq cents militaires à bord. Comme on approchait de Corfou, deux hydravions ont prévenu par signaux qu’un sous-marin avait été vu dans les parages. Ils ont jeté une sorte de boîte dans laquelle étaient des renseignements plus précis. C’était un sous-marin de grande taille qui devait avoir quelque chose l’empêchant de rester en plongée car il émergeait constamment. On fit rentrer le transport derrière les filets de Corfou et, ceci fait, le commandant déclara : Il est maintenant de notre devoir de courir à l’ennemi. Chacun prit sa place de combat et l’on chercha le sous-marin. Les matelots découvrirent une tache noire qu’on supposa être le sous-marin dans la position classique se confondant avec la côte alors que les navires se seraient détachés sur l’horizon. À toute vitesse on courut dessus et on lui envoya une première bordée – Trop court – On rectifie – On tire, et le sous-marin s’immerge. Le torpilleur s’élança sur la place où le monstre avait disparu et on laissa tomber à l’arrière de grosses torpilles spéciales calculées pour éclater à vingt ou vingt-cinq mètres laissant le bateau prendre du champ. Il paraît que l’effet de ces engins est saisissant, la mer s’entrouvre absolument et il jaillit une colonne, une montagne d’eau absolument noire, sans doute par les gaz. Le second torpilleur arriva et répéta l’opération. Les matelots prétendirent que le sous-marin avait été touché déjà par le canon et qu’il devait être détruit. Mais…

Dans ton voyage en Hollande, peut-être as-tu déjà vu des choses analogues et cela ne doit plus beaucoup t’intéresser.

Fougères va être nommé au Collège de France [5] mais il restera à Athènes jusqu’à la fin de la guerre, et ce séjour est du reste désastreux pour lui car, ainsi que tous nos fonctionnaires, il n’a que son maigre traitement du temps de paix et, aujourd’hui, à Athènes, le moindre repas qu’on donne chez soi à quatre personnes coûte au moins trois cents francs. Il faut absolument que nous attirions l’attention là-dessus. Nous en avions parlé lorsque tu es revenu, puis les événements nous ont fait ngliger ce point, cependant bien intéressant pour une foule de pauvres diables.

Ton

Et

[1] 9, rue Copernic, Paris, XVIe.

[2] Cf. lettres des 30 décembre 1916 [2], 7 janvier 1917 et 4 septembre 1917.

[3] Charles Frégier. Pseudonyme de René Dugas (1897-1957). Militaire. Lieutenant d’artillerie. Croix de guerre. Chevalier de la Légion d’honneur.

[4] Nicolas Politis (1872-1942). Grec. Juriste. Professeur de droit international public à la faculté de droit de Paris. Ministre des Affaires étrangères et délégué du gouvernement hellénique à la Conférence de la Paix.

[5] Gustave Fougères (1863-1927) est en fait nommé en octobre 1918 professeur d’archéologie à la faculté des lettres de Paris. En 1919, il devient directeur honoraire de l’École française d’Athènes.

20 septembre 1918

20 septembre 1918

 

Reçu hier au soir un agent de la Sûreté. Il m’a quelque obligation et vient me voir de temps en temps. C’est un homme très intelligent à qui on ne confie que les grosses missions. Il revient de Biarritz où il a procédé à une enquête sur un personnage douteux qui occupe cependant un poste officiel. Il est estomaqué de la masse d’étrangers qui habitent Biarritz, Espagnols, Argentins, Portugais. Tout cela grouille ou se démène et fait on ne sait quelle besogne. Nous parlons de l’affaire Malvy et je lui dis quelle lamentable impression j’ai retiré du défilé de fonctionnaires se chamaillant entre eux qui se sont succédé à la barre. Il me dit que c’est en effet très triste. Le lâchage a commencé avec un nommé Estève [1], chef du cabinet et beau-frère du directeur. Ce garçon n’ayant rien de ce qui fallait pour mener une direction aussi importante a introduit le désordre dans la boîte, et c’est alors que l’on a commencé à voir tous ces fonctionnaires marchant les uns contre les autres.

Il me dit qu’on a employé contre Malvy les moyens les plus répugnants et que la plupart des faits que l’on a apportés à la barre étaient complètement dénaturés.

Aujourd’hui, me dit-il, il n’y a pas grand-chose de changé sauf que, peut-être, les enquêtes deviennent de plus en plus difficiles. On a créé de nouveaux postes, mais ce sont des bureaucrates et on n’a nullement fortifié les services actifs. L’espionnage doit se pratiquer comme auparavant si ce n’est avec plus de facilité car, les bureaux étant plus nombreux, c’est autant de barrages qu’il faut traverser.

Mon homme me dit surtout une chose qui est un peu inquiétante. On ne se doute pas de l’esprit qui règne dans le peuple. On aura des surprises, et le retour des troupes ne sera peut-être pas ce que l’on croit et il ne faut pas se faire de grandes illusions. Il y a un état d’esprit révolutionnaire et ce n’est pas dans le sens de la réaction. Espérons que l’on prendra ses précautions.

Le gouvernement fait répandre partout que la grande opération américaine, dont on avait tant parlé ces jours-ci, est ajournée à cause des indiscrétions commises tant du côté français que du côté américain. On se serait aperçu que les Allemands, qui n’avaient plus à l’Est que des troupes de Landsturm, avaient remplacé ces dernières par de bons et solides contingents. D’où l’ajournement. Nos informateurs, répétant évidemment ce qu’on leur avait dit au ministère, ne parlaient que de mesures contre les bavardages et le colportage des nouvelles. Déjà, un rédacteur de l’Information serait en prévention de conseil de guerre, etc. Évidemment, il n’était question depuis quelques jours que de la fameuse offensive américaine, mais il y avait eu une histoire, il y a déjà une quinzaine de jours, à propos des dépêches de l’Associated press. Ce serait plutôt là qu’il y aurait eu des indiscrétions, et tous les agents de cette agence ne sont pas des plus sûrs.

Je suis néanmoins un peu sceptique au sujet de ce soi-disant ajournement. Il me semblerait un peu étrange qu’on l’annonce ou le fasse annoncer aussi ouvertement. Ou il y a une autre raison, ou c’est une feinte, d’autant qu’un maréchal des logis d’artillerie, ouvrier clicheur chez nous, me dit qu’en partant en permission son groupe était dans la Somme et qu’il doit aller le rejoindre en Alsace où il a été envoyé. Il a ajouté qu’on envoyait beaucoup de monde vers l’Est [2].

J’ai eu quelques détails sur l’évacuation d’Amiens par Bégouen qui a un ami chef d’un groupe automobile. On ne peut rien en dire, mais soldats et sous-officiers, avec la complicité d’un officier, auraient consciencieusement volé sous couleur d’évacuation d’objets d’art. L’ami de Bégouen, qui est officier, lui dit qu’il a quatre-vingts hommes à peu près sous ses ordres et que tous à peu près mériteraient de passer en Conseil de guerre. À la suite de ces quelques jours … de travail, les hommes ont envoyé en mandats environ trois mille francs à leurs familles. Il a fallu qu’ils trouvent cet argent.

As-tu lu ce matin dans Le Matin la prise de Coucy-le-Château, c’est magnifique. Ce récit nous donne la mesure de ce que sont nos correspondants de guerre et de la façon dont ils voient les choses. Le hazard a fait que le fils d’Albert-Petit était justement là, et c’est même lui qui est entré le premier dans Coucy. Son père a reçu de lui ce matin une lettre lui racontant ce qui s’était passé. Il nous a lu le passage écrit de la manière la plus simple et dans lequel ce jeune homme raconte qu’ils ont avancé lentement, sans recevoir une balle ni un obus, précédés par la colonne de feu et de fumée que faisaient les tirs de barrage. Ils sont entrés dans Coucy dont les ruines très démolies font cependant encore un effet plus saisissant encore que Château-Gaillard, puis ils ont continué en avant et sont entrés dans une autre petite ville (sans doute Coucy-la-Ville) dont l’église était très belle mais très abîmée et dont les maisons démolies à un mètre rappelaient les ruines de Pompéï. Tout cela sans qu’on ait vu un seul cadavre, un seul canon, aucun matériel. Les Allemands avaient filé sans rien laisser. Dans la compagnie, un homme seul avait reçu une balle. Le jeune Albert-Petit ajoute qu’ils sont très fatigués mais tout à fait indemnes et qu’on les relève pour les mettre au repos.

Quelle foi avoir dans nos journaux !

Et

[1] Non identifié.

[2] L’offensive de la 1ère armée française continue. L’ennemi résiste devant la 10e armée sur les plateaux au nord de l’Aisne.

19 septembre 1918

19 septembre 1918

 

Eugène Schneider a dit à Puchesse [1] qui me le répète, que Metz ne pourrait résister plus de quatre jours aux canons du Creusot placés de façon à faire un bombardement sérieux. Je te livre le propos pour ce qu’il vaut. Il n’y a plus donc qu’à trouver les positions.

Je ne t’avais pas parlé dans ma lettre d’hier de ce que j’avais appris au sujet de la mort du pauvre Jacques [2] et des responsabilités encourues par le service de santé de la 3e armée. (Il paraît du reste que les chefs de ce service laissent beaucoup à désirer et qu’ils vont sans doute être changés.) J’ai vu que vous étiez au courant de ce qu’avait raconté le jeune médecin, je ne t’en parle donc plus. Mais comme je causais de cela avec un docteur ce matin, il m’a dit que des choses comme cela devaient fatalement arriver. Il n’y a parfois au front que des hommes n’ayant même pas toutes leurs inscriptions de médecine. Il me cite l’exemple d’un hôpital de sept ou huit cents malades qui n’avait pour tout médecin qu’un aide-major ne possédant que quatre inscriptions. Et Dieu sait cependant si nous voyons ici des quatre et cinq galons qui sévissent dans les ambulances et les hôpitaux cherchant, par une foule de mesures saugrenues, à rendre leur présence nécessaire.

Nous avons reçu aujourd’hui les plus mauvaises nouvelles de Thierry [3]. Une lettre d’un de ses amis intimes adressée à Doumerc ne laisse guère d’espoir et l’on craint un dénouement fatal dans un délai assez bref. Déjà, on s’est préoccupé d’un remplaçant et l’on me parle de Pams ? Il avait déjà été question de lui au moment où la succession de Geoffray s’est ouverte, mais Thierry avait été préféré sans doute parce qu’on voulait compenser la grande désillusion qu’il avait eue lorsque Berne lui échappa. Voici ce que me dit mon correspondant de Madrid au sujet des craintes pour la vie de Thierry.

« Je crois qu’il serait difficile que nous n’y perdions point. M. Thierry était l’homme qu’il fallait au moment où il est venu. Il n’a sans doute point tous les dons du diplomate, mais son sens des réalités économiques l’a, somme toute, fort bien servi, et dans des circonstances d’autant plus difficiles qu’il n’a pas trouvé partout un égal bon vouloir.

Mais je crois que, très en selle sur les questions économiques, notre ambassadeur sent le terrain moins ferme sous ses pas dans les problèmes d’ordre politique. C’est une impression que je ne suis pas le seul à avoir et qui paraît confirmée par ce qui s’est passé dans les affaires de propagande où, visiblement, il se refuse à intervenir radicalement par défaut de connaissance personnelle de la matière et du pays. C’est ce qui arrive avec les gens de haute valeur et qui se sont spécialisés : le sentiment de l’effort qu’il leur a fallu déployer pour se mettre à la hauteur des circonstances les rend hésitants et timides pour les questions avec lesquelles ils ne sont pas familiarisés. En ce sens, la médiocrité courtoise et suffisante du diplomate avait du bon… Si le malheur voulait que la succession de M. Thierry s’ouvrît, il est probable que ce serait encore la préoccupation de nos nécessités d’ordre économique qui dicterait le choix de son successeur. »

Mon correspondant de Florence [4] qui sort d’ici me dit qu’Orlando est venu demander aux Américains vingt-cinq divisions, ce qui ferait cinq cent mille hommes. Ces gens-là sont effarants. Quelle politique !

Pendant que Diaz négociait lui aussi pour l’envoi de renforts, il a déclaré aux Américains que les Italiens avaient des lions devant eux !

Amitiés.

Et

[1] Gustave Baguenault de Puchesse (1843-1922). Cousin éloigné des Wendel. Érudit. Membre des dîners Galliffet.

[2] Non identifié.

[3] Joseph Thierry meurt le 22 septembre 1918 à la suite de l’opération d’un abcès interne. Cf. lettre du 14 septembre 1918.

[4] Il s’agit de Jean Alazard. Cf. lettres des 29 et 31 décembre 1917, 6 et 10 janvier 1918.

18 septembre 1918

18 septembre 1918

 

As-tu lu le discours de Clemenceau [1] ? Mon avis est que notre Tigre a donné en plein dans le panneau et que son discours, dont on a voté l’affichage en France, pourrait être affiché en Allemagne. Il donne satisfaction certainement à la grande majorité des Français, et Capus plaira certainement à toute la classe bourgeoise et myope. Mais aucun discours n’aurait pu mieux aider au recollement germanique. De plus, mon avis est qu’il ne plaira guère aux poilus et que son style sera tout à fait incompris des paysans. Gauvain, avec qui j’en avais parlé avant son article, n’a pas cru évidemment devoir mettre les pieds dans le plat, il a peut-être eu raison de ne pas heurter de front, mais je souhaite que son dernier paragraphe ait été compris. De toute la presse française, il est bien certain que le seul Sembat a eu raison.

Je reviens à l’offensive macédonienne [2]. J’ai eu quelques explications ce matin par un de ceux qui ont été mêlés à la préparation. Ce serait une action préparée par Guillaumat. Le général, voyant combien les Bulgares étaient à bout, dégoûtés de la guerre, s’est demandé pourquoi on ne profiterait pas de la situation, et il a combiné tout un plan de campagne dont Franchet d’Espérey a commencé l’exécution. Comme je te le disais hier, ce plan devrait avoir les plus grosses conséquences, mais les moyens ne me paraissent pas être accordés en proportion. En principe, on aurait préféré aller jusqu’à Sofia, mais, pour cela, les moyens de communication ne suffiraient pas. On compte donc aller jusqu’à Uskub, c’est déjà beau. Malgré tout, tant qu’on n’aura pas coupé le

[manque la suite]

[1] Le 17 septembre 1918, Clemenceau fait une déclaration au Sénat au sujet des propositions de paix autrichiennes.

[2] Le 15 septembre 1918, a lieu une offensive franco-serbe sur un front de 15 km. La première position ennemie, Dobropolié-Vetrenik, tombe. Le 16 septembre, la brèche faite dans le front bulgare s’élargit et les défenses avancées du massif de la Dzena sont conquises les 16 et 17 septembre. Puis, le 18 septembre, sous la poussée des troupes franco-serbes, le front bulgare cède sur une largeur de 25 km. A l’aile droite, Doiran est conquise par les forces anglaises.

17 septembre 1918

17 septembre 1918

 

Tu as vu le communiqué de l’armée d’Orient. On dit beaucoup de choses sur cette offensive. Aussi, suis-je, dès ce matin 9 h, allé en causer avec notre stratège que je trouve à sa table de travail. Il me dit ne pas voir encore assez clair dans l’affaire pour pondre un article. En dehors de l’hypothèse par laquelle on expliquerait l’engagement d’un coup de Franchet d’Espérey sachant qu’il va être remplacé et se dépêchant d’entamer une opération qui nécessiterait son maintien, il m’en cite une autre. Celle-ci lui a été fournie par la diplomatie ; elle comporte un plan tellement considérable qu’il n’ose pas en parler. L’opération projetée, non seulement materait la Bulgarie, mais rendrait son action à la Roumanie et arriverait à menacer l’Autriche. Tu le vois, la conception est vaste, et si elle a quelque chance de réussir on aurait bien tort de na pas engager de grosses forces. Mais voilà le hic… Pour exécuter ce plan mirifique, on vient de décréter qu’on n’enverrait aucun renfort et que l’armée d’Orient devrait l’accomplir par elle-même… On ira loin.

Le stratège part demain pour notre front. Il se demande pourquoi il est l’objet d’autant de prévenances. Il me montre une lettre de Canonge [1] dans laquelle ce dernier écrit que le général Pétain se fait un très grand plaisir de le voir et que les jours qui lui paraissent les meilleurs seraient le 17 ou le 18. Henry Bidou se demande si la fixation d’un jour spécial ne veut pas dire qu’on prépare quelque chose et qu’on désire le lui montrer. Il me raconte en riant qu’il a été introduit, à la stupéfaction de tous les correspondants ou critiques, dans le saint des saints, j’ai nommé le 3e Bureau dans lequel jamais personne n’est admis. Et là, on lui a montré des foules de choses fort intéressantes. Tout cela le stupéfie. Quoi qu’il en soit, il part demain et restera, je crois, un certain nombre de jours. J’espère que nous pourrons, à la suite de son séjour, nous faire des idées un peu nettes sur les événements en cours et futurs.

Toujours dans la matinée, j’ai trouvé dans le métro ton ami D…ps [2]. Il était avec la dame : Comment, c’est vous ? – Mais oui. – Nous sommes bien heureux, etc. – Eh oui, nous arrivons de Vincennes, le bois est charmant, etc.

Je me demandais : Que diable ce couple est-il allé faire à Vincennes pour en être de retour à 11 h du matin ? Je n’ai pas tardé à en avoir l’explication car D…ps est descendu en cours de route et j’ai continué avec la grande artiste. En veine de confidence, elle m’explique qu’elle est allée à Vincennes pour une raison cinématographique. Elle ne pose pas dans le cinéma mais elle était dans une entreprise de films qui lui a donné beaucoup de tracas. Elle avait mis cent mille francs (m’a-t-elle dit) dans une affaire qui consistait, je crois, à tourner des films de romans américains et, avec Louis [3], elle était allée à Vincennes pour demander à Pathé [4] de racheter son entreprise.

– Cependant, lui dis-je, ces machines cinématographiques gagnent beaucoup d’argent.

– Vous pensez bien, me répond-elle, que lorsqu’une femme comme moi met de l’argent dans quelque histoire de ce genre, vous pouvez être sûr que c’est elle qui est mise dedans.

– J’en suis bien sûr en effet.

– Je suis assez contente, reprend-elle, je crois que cela va marcher avec Pathé car il a demandé un service à Louis, et il ne l’aurait pas demandé s’il n’avait pas eu l’intention d’aboutir de son côté.

À l’Étoile, nous nous séparons au sommet des deux escaliers et, de mon trottoir, en attendant mon train, je vois la grande artiste qui arpente son quai du haut en bas, l’air très affairé et très préoccupé, rêvant certainement aux bons billets que lui comptera Pathé.

Elle a dû se laisser embobiner par quelque phénomène, car elle me semble avoir parcouru la France cet été pour tourner ses films dans les pays les plus variés où l’entraînait la fantaisie du romancier, et elle a dû rencontrer des difficultés de toute nature car elle en parle avec une certaine lassitude.

Le général de Berckheim est revenu me voir. Il est décidément un peu comme la lune, mais il me raconte une chose qui a, mon Dieu, son petit intérêt.

Le président de l’Azow-Don [5], une grande banque russe, danois d’origine, lui a dit tenir de Ballin [6], je crois, des détails sur Guillaume II. L’empereur est extrêmement changé, neurasthénique et tombé sous une sorte d’influence quasi-mystique d’un homme qui serait l’amiral Hiller (?). J’écris le nom comme cela, car c’est ce nom-là que Berckheim a entendu, mais il n’a pu m’en dire l’orthographe. Cet amiral tient absolument Guillaume comme Raspoutine dominait le tzar – (questions charnelles à part). L’empereur, qui a le grand souci de son rôle quasi divin, est écrasé aujourd’hui par ses responsabilités, et il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il cherche à y échapper en s’abandonnant à une volonté forte plus énergique que la sienne.

De plus, il serait maintenant complètement chambré par son état-major qui ne laisse plus approcher de lui que les gens ayant montré patte blanche. Et, à l’appui de son dire, l’ami de Berckheim cite l’anecdote suivante.

Ballin demande audience à l’empereur qui s’empresse de la lui accorder. Avant d’être introduit, il est pris à part et interrogé par les officiers d’état-major sur l’objet de sa visite. Une fois celui-ci exposé, il reçoit l’ordre de ne parler à l’empereur que de tel ou tel sujet. Tout autre est absolument interdit. On laisse comprendre à Ballin que, s’il transgressait ces instructions, il pourrait lui en cuire.

Ballin entre chez son maître. Il est surpris de le trouver physiquement très changé et moralement très affaissé. Il cause une demi-heure environ et la conversation s’engage sur un des sujets non prévus par les chambellans. Aussitôt la porte s’ouvre, et paraît un aide de camp qui dit : Je dois rappeler que le train part dans tant de temps et qu’il sera impossible d’en avoir un autre.

Aussitôt, l’empereur se lève et congédie son visiteur. On écoutait à la porte !

À toi.

Et

[1] Canonge. Capitaine du 60e bataillon de chasseurs.

[2] Il s’agit probablement de Deschamps.

[3] Louis Lumière (1864-1948). Ingénieur. Avec son frère Auguste, il invente le cinématographe en 1895 et met au point le premier procédé commercial de photographie en couleurs en 1903.

[4] Émile (1860-1937) et Charles (1863-1957) Pathé. Ingénieurs. Émile fabrique des pellicules pour le cinéma et Charles crée le journal d’actualités cinématographiques en 1909.

[5] Non identifié.

[6] Albert Ballin (1857-1918). Armateur à Hambourg, président de la Hamburg-Amerika-Line. En 1914, il s’entremet personnellement auprès de Winston Churchill dans la recherche d’un accord germano-anglais.