Archives de catégorie : Lettre

17 juin 1918

17 juin 1918

 

On me dit que les Américains s’installent à Beaune, et leurs organisations inquiètent vivement le pays. On réquisitionne, on construit des bâtiments et la rumeur publique prétend que, dans ce pays si riche par ses vignobles, nos alliés vont installer des filatures. Des filatures dans une contrée de vins, cela ne va pas sans troubler la population et cela se comprend.

Puisque nous parlons d’usines en province, la plus grande incohérence semble régner dans l’évacuation des établissements situés à ou près de Paris. Voilà ce que je viens de recueillir du chef d’une de nos plus importantes fabriques de munitions.

Ordre du ministère compétent : Il faut se rendre dans le plus bref délai en une province X où des emplacements sont réservés. L’usine demande alors à l’Armement, se basant sur l’ordre formel des Munitions, que des camions soient mis à sa disposition. Les Munitions répondent d’abord que l’on n’a pas de camions puis, finalement, en fournissent. L’évacuation commence, on arrive à X. Stupéfaction, c’est un terrain nu, il n’y a pas le moindre bâtiment. Il faut chercher ailleurs !

La même mésaventure, ou quasi la même, est arrivée à la portion des usines Creusot qui fut si fort brutalisée par la Bertha. On évacue ces ateliers sur Autun, mais là, on a trouvé les locaux déjà occupés et tout le bibelot a dû se replier sur la maison mère. Je te complète ainsi l’information que je te donnais hier sur les promotions de généraux.

1ère armée      : Debeney [1]

2e armée         : Hirschauer                Antoine

3e armée         : Humbert                        ?   (douteux)

 

4e armée         : Gouraud

5e armée         : Buat Nivelle ?

10e armée       : Mangin                    ou de Mestre

 

6e armée         : Desgouttes

7e armée         : de Boissoudy [2]                     Castelnau

8e armée         : Gérard

 

Comme tu le vois, les généraux de groupes me semblent encore douteux. Il est certain que la nomination de Nivelle ferait dans l’armée un effet déplorable. Avec Clemenceau on peut tout de même s’attendre à une mesure de cette nature.

De Londres je reçois une lettre intéressante disant que nos articles des 8, 9 et 10 ont été beaucoup remarqués mais que la grande presse britannique fait la conspiration du silence non par « ordre », la presse britannique ne reçoit pas d’ordre, mais par « inspiration », ce qui est bien différent, et par crainte du décret spécial, ce qui aussi est différent. Il n’y a que la presse ouvrière qui en parle, le plus souvent dans un sens purement pacifiste et non dans ce qu’on peut appeler le sens « Lansdownien » qui se rapproche le plus de notre Auguste Gauvain. Cependant, comme tout finit par se savoir, les articles publiés à Paris ces jours-ci font leur petit bonhomme de chemin.

D’après notre correspondant, si l’on s’en rapportait aux articles de la presse en général, on aurait une idée fort inexacte de l’opinion britannique car l’on n’y voit d’un côté que des outranciers et de l’autre que des défaitistes, pacifistes et autres istes. Comme on le sait, cela est contraire au tempérament britannique tout de moyennes, de transactions, de concessions. Et la guerre n’a pas encore transformé complètement la nature et le tempérament britanniques. Les Anglais sont sur le bateau et ils savent qu’il faut naviguer jusqu’à un port ou couler. Si l’on ne peut aborder à la destination primitive, il faudra cependant aborder dans un port quelconque qui puisse offrir un abri confortable. C’est le sentiment de l’immense majorité des gens pour qui la guerre n’est pas une carrière. Il y a trop de gens qui ont intérêt à ce que l’état de choses actuel se prolonge. Non pas seulement les gros industriels et les commerçants qui rançonnent leurs concitoyens, mais beaucoup de gens qui sont dans les munitions et gagnent trois, quatre, six fois plus qu’avant la guerre. Cette énorme armée de fonctionnaires improvisés de tout ordre qui sont grassement rétribués, confortablement embusqués, et pour qui la paix sera la mort de la poule aux œufs d’or. À côté de cela, il y a les gens dont la diplomatie a ourdi des filets dans lesquels ils sont pris et dans lesquels ils ont pris les autres et dont ils ne peuvent sortir.

Ce faisceau d’intérêts, formé de gens qui d’ordinaire n’ont rien de commun mais que lie la crainte de perdre soit un gros revenu soit une grosse situation, est inattaquable et inattaqué parce que la seule arme avec laquelle on pourrait l’entamer, la presse, n’existe plus et que l’opinion publique ne peut plus se faire entendre. Les deux seules voix qui s’élèvent étant celles des outranciers qui tiennent tout et des istes qui sont discrédités à cause de leurs opinions extrêmes. De l’autre côté, la masse des « moyens », dont on ne s’occupe que pour en tirer hommes et argent, est sans défense et sans voix.

Entre temps, on flatte et on intimide la presse, on la félicite de sa discrétion et on lui montre les verges. Ceux qui osent dire la vérité sont mis à l’index comme des criminels ou considérés comme des pestiférés et tous confondus dans la même catégorie, qu’ils soient des Bolos ou simplement des gens qui ont encore conservé le sentiment de la proportion ou même, tout bonnement, un peu de sens commun.

Comme tu le vois, que ce soit d’un côté ou de l’autre du détroit… Mais quel bloc à soulever avant qu’ait lieu The return to sanity.[3]

Ton

Et

 

[1] Marie-Eugène Debeney (1864-1943). Il commande la 1ère armée pour l’offensive à Montdidier depuis 1917.

[2] Antoine Baucheron de Boissoudy (1864-1926). Militaire. Chef d’état-major général commandant la 7e armée (1917-1918), puis les armées françaises en Belgique (15 octobre 1918 jusqu’à l’armistice).

[3] En anglais : « Le retour à une situation saine ».

16 juin 1918

16 juin 1918

 

Ce que c’est que la suggestion. J’ai déjeuné ce matin avec un homme qui n’est pas sans valeur ni sans talent, qui est Charles Maugras dont certainement tu as lu des ouvrages d’érudition [1]. Il me questionne sur l’offensive du 16 avril et lorsque je lui eus dit ce que j’en pensais, il me dit : « Vous me faites plaisir car je partageais votre opinion, mais on m’a fait lire divers documents dont un rapport qui m’avait troublé. Mon fils, au contraire, qui a pris part à cette offensive, m’avait donné des détails tout à fait conformes aux vôtres. »

Voilà donc un homme qui, renseigné par un témoin, était troublé par les récits qu’on lui faisait ces temps derniers et les documents que l’on se fait passer en sous-main. Ab uno disce.

Il y avait aussi à déjeuner, j’étais du reste invité par lui, un vieux camarade chef de bureau aux Finances [2]. C’est un bon bourgeois parisien rempli de bon sens. Il me supplie de faire quelque chose pour maintenir le moral du public très ébranlé par l’incohérence gouvernementale. Il me dit, ce que je sais hélas depuis le début, qu’autour du président du Conseil, il y a des gens qui tremblent dans leurs culottes, qui poussent au départ alors que la population ne demande qu’une chose, c’est à trouver dans son gouvernement les éléments d’une confiance qu’elle n’a jamais perdue. Il me signale que dans les ministères il y a des chefs de divisions, directeurs généraux qui voudraient bien qu’une mesure générale vint couvrir leurs désirs de fuite. C’est à tout ce monde-là qu’on doit les articles de journaux invitant à l’exode alors que les commissaires de police, les gares de chemin de fer, etc., font toutes les difficultés du monde pour délivrer les permis. Le renouvellement même des permis d’autos, simplement pour les gens qui, habitant les environs et ayant leurs affaires à Paris, prend un tel temps, est l’objet de tant de formalités qu’on est obligé d’y renoncer.

Je t’avais dit que ce n’était pas seulement les hommes d’âge du ministère qui se montraient les plus disposés à l’abandon de Paris mais les plus jeunes. Témoin L. C’est à ce dernier, m’a dit hier au soir un informé, que l’on doit pour beaucoup l’abandon de nos lignes de l’Aisne. Il aurait fait venir trois cent mille hommes pour protéger le bassin charbonnier alors que cent mille auraient largement suffi. Dans une certaine mesure, et en tenant compte des terribles responsabilités qu’on aurait encourues si nos dernières mines avaient été capturées, l’affolement et l’exagération se comprennent.

Longue conversation ce matin avec la présidente du Suffrage des femmes, Mme de Witt-Schlumberger. Ces dames sont très surexcitées par les paroles du président Wilson. Elle me demande de publier leur lettre au dit président. Elle me parle du rôle des femmes pendant cette guerre et estime qu’il serait vraiment abominable, après la cessation des hostilités, qu’on ne tint pas compte des capacités féminines qui se sont montrées si énergiques, si efficaces un peu dans toutes les branches de notre activité. Elle se demande si on continuera à donner raison au bistrot contre le suffrage féminin. Je lui dis que, pour le moment, la ligue doit rester sur le terrain des immenses services rendus par les femmes, hôpitaux, assistance, agriculture, mais de ne pas poser la question en face du bistrot. Celui-ci est le grand électeur, s’il doit se défendre il fera marcher la Chambre qui opposera un veto formel aux revendications. Le terrain des services rendus, des capacités éprouvées sera beaucoup meilleur. Le Bistrot [3] tient une place trop grande dans ce que l’on est convenu d’appeler les « consultations du pays ». N’ai-je pas raison ?

J’aimerais du reste bien trouver quelqu’un qui me ferait une série de lettres sérieuses et étudiées sur le rôle de la femme pendant la guerre. Ce serait, je crois, de nature à nous faire livre (?). Mais il faudrait quelqu’un de supérieur qui ne nous encombrerait pas de sentiments puérils et de banalités. Peut-être une campagne de ce genre, dans les limites du bon sens, nous assurerait-elle une clientèle assez nombreuse.

Tu as suivi sans doute l’affaire Cochin-don Besse [4], l’histoire de cet ecclésiastique préposé au contrôle postal qui documentait le moine intrigant. Don Besse ne vaut pas cher, il logeait chez les sœurs de la rue de Monsieur [sic]. On a perquisitionné chez lui. Toutes ces histoires et la personne même du moine ennuyaient beaucoup les saintes femmes, aussi l’ont-elles prié de déguerpir. Je viens de recevoir une lettre signée d’un prêtre un peu entaché de modernisme et, pour cela, persécuté par les don Besse, et, loin de chercher à innocenter l’Église, il nous raconte que les procédés employés par Cochin étaient les mêmes contre les religieux suspects d’avoir les idées nouvelles. Je ne publierai pas cette lettre pour ne pas fournir d’aliments à la campagne en cours, mais je note avec intérêt l’accusation.

L’article de Maurras est bien curieux à lire là-dessus aujourd’hui. Il tire argument de ce que don Besse ne recevait pas les documents eux-mêmes, mais des copies. Jolie excuse pour un homme à qui était confié le secret des correspondances.

Ton vieil

Et

[1] Charles-Gaston Maugras (1851-1927) est notamment l’auteur d’ouvrages d’érudition sur l’histoire du XVIIIe siècle.

[2] Non identifié.

[3] Il s’agit du bistrot de l’Assemblée nationale.

[4] Don Jean-Martial Besse (1861-1920). Moine puis supérieur de l’abbaye de Ligugé. Historien monastique. Il fait de longs séjours à Paris chez les bénédictines de la rue Monsieur, Paris, VIIe, dont il est l’aumônier. Il devient vers 1910 un fidèle collaborateur de Charles Maurras et tient la chronique religieuse de L’Action française sous le pseudonyme de Jehan.

15 juin 1918

15 juin 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Journée encore très calme, sans grandes nouvelles ni renseignements particulièrement intéressants. J’ai reçu une lettre d’Henry Bordeaux du GQG. Il n’y a que cette phrase sur la situation générale :

« Je reviens des armées, la partie est grave. Elle peut se gagner mais il faut utiliser à fond et tout de suite les contingents américains dont l’élan est remarquable [1]. »

Toujours la même note, en haut comme en bas. Bordeaux qui est près des grands parle, somme toute, comme les trois pauvres officiers évacués, mais d’une façon moins poignante.

Lettre du neveu, naturellement sans détails, mais, au 13 juin, tout était tranquille de leur côté. On vient de me dire d’un autre côté que les Allemands font pression sur les Autrichiens pour les mener à l’offensive. Ils voudraient beaucoup occuper le nord de l’Italie non pas seulement au point de vue militaire mais aussi pour récolter le riz. On estime qu’avec un effort des trois-quarts inférieur à celui qu’ils viennent de faire chez nous ils arriveraient à leurs fins. Seul l’état intérieur de l’Autriche peut empêcher la réalisation d’un plan qui les mènerait très vite à la Spezia [2], et alors une base sur la Méditerranée !…

Guillaumat est arrivé. Il a pris la direction des services du gouvernement de Paris. Je le crois tout de même très supérieur à Dubail. Il est actif et on peut espérer quelque chose de lui.

Sur ce papier tout à fait creux, je te quitte mon vieux et à demain.

Et

[1] Henry Bordeaux prépare un projet d’ordre du jour : « […] Vous avez avec vous ces jeunes troupes d’Amérique dont l’ardeur vous rend l’enthousiasme. […] », 14 juin [1918], Histoire d’une vie, t. VII, La Victoire et le Traité de Versailles.

[2] La Spezia est un port italien, en Ligurie.

14 juin 1918

14 juin 1918

 

Uniquement pour marquer la date [1]. Rien de très intéressant depuis notre entrevue. Cependant, à 3h, visite du brave Denys venu me parler surtout de son livre sur Louis-Philippe [2]. N’ayant que quelques minutes, je n’ai pu causer suffisamment avec lui. Je m’attendais à ce qu’il me parle de l’article « à propos d’une campagne » car tu sais à quel point il est dans l’affaire. À ce propos, je me demande si je ne ferais pas bien de lui montrer la lettre de cet officier qui me transmit le jugement de son gendre sur la préparation Nivelle. Ce serait sans doute de nature à le refroidir.

S’il ne me dit rien de cet article, en revanche il me fait grand éloge des articles de Gauvain. Il lui a même écrit pour le féliciter. Il a constaté que ces articles avaient complètement modifié le ton de la presse. Il me paraît être sur ce point beaucoup plus sage et clairvoyant qu’on ne s’y serait attendu. Tu sais qu’il y a ici un M. Couderc qui est un grand avocat d’Amérique et qui possède toute la confiance du président Wilson. Lechartier me l’avait envoyé il y a deux ans. Mais cette fois, ce Couderc a une mission, il doit renseigner le président sur les sentiments vrais de la France et les opinions des gens qui comptent chez nous sur l’avenir, la paix possible, etc. Couderc a demandé à Cochin : Que diriez-vous au président Wilson ? Comme catholique vous auriez certainement du poids auprès de lui. Cochin m’a dit quelle avait été sa réponse, je ne suis pas assez sûr de ma mémoire pour te la répéter, mais elle m’a paru sensée. En tout cas, l’opinion de notre ami est très nette et c’est, je crois, le fond de ce qu’il a dit à Couderc. Si les Américains veulent continuer la guerre avec une armée française complètement épuisée et décimée, ce sera la fin de la France sûrement si peut-être c’est la victoire.

Pour Cochin, le bombardement ou la prise de Paris marquerait également la fin de notre pauvre pays. Ruinée économiquement et financièrement, son sol ravagé, la France perdrait, avec Paris, la seule chose qui pourrait encore dans l’avenir la faire vivre. Elle cesserait d’être la patrie des arts, des idées et du goût dans laquelle, malgré la détresse matérielle, le monde entier est attiré. Pour Cochin, Paris reste bien au-dessus de l’Alsace.

Le bon Denys était à peine parti que de Caix m’est arrivé. Pour lui, Gauvain a eu un ton trop violent dans ses articles, violent n’est pas le mot car, en même temps, de Caix disait que ses articles sentaient la dépression. Il estime qu’ils étaient intempestifs et leur allure aurait pu faire croire, et a fait croire à certains, qu’ils étaient pacifistes. De Caix croit beaucoup à l’Amérique et à la victoire par elle. Il est persuadé que, grâce à elle, nous serons victorieux et que la résistance nous amènera à une paix honorable pour nous. Il est persuadé que si nous tenons, des conditions favorables seront offertes par les Allemands eux-mêmes. Je lui demande si les Alliés sont d’accord sur les conditions auxquelles on pourrait faire la paix. Il ne m’a rien répondu. Si les articles de Gauvain ont réussi à faire réfléchir les Alliés là-dessus, ce serait déjà une bien grande justification de leur utilité. Ils ont été, j’en suis sûr, encore plus utiles que cela… Cochin, tout à l’heure, s’émerveillait que L’Homme libre nous ait complètement emboîté le pas.

Notre A.L. [3] qui, hier, était d’une violence abasourdissante, nous est arrivé aujourd’hui très radouci. Il avait appris de quelqu’un très renseigné, nous a-t-il dit, que Foch était enfin relégué au rang de vieux bonze et que l’affaire était conduite par Pétain. Il conserverait son titre de généralissime mais c’était Pétain qui dirigerait.

Amen.

Et

[1] Nalèche n’évoque pas le dîner des Débats dont parle François de Wendel : « Dîner des amis des Débats. Nalèche assez noir, peu de confiance dans les Anglais. » François de Wendel, Journal, 14 juin 1918.

[2] Louis-Philippe, d’après des documents inédits, Hachette, 1918, 285 p.

[3] Il s’agit d’André Liesse (1854-1944). Cf. lettre du 13 juin 1918.

13 juin 1918

13 juin 1918

 

Matinée très sombre. Tout le monde était à la noire et, brochant sur le tout, notre ami de l’Institut [1] est venu avec la douceur que tu connais faire le procès de tout et de tous. Il avait eu hier le récit de la prise du Chemin des Dames et des conditions dans lesquelles elle avait eu lieu, alors tu entends d’ici le débordement.

Je suis allé déjeuner au comité polonais invité par Zamoÿski qui voulait me faire connaître les têtes du mouvement, entre autres Demowski [2] qui en est l’âme avec Seyda. Ils sont installés dans un très gentil hôtel, 11 bis, avenue Kléber, qui possède un jardin fort agréable. Nous avons causé de l’avenir de la Pologne. Demowski me paraît être très intelligent et ne pas porter Berthelot dans son cœur, pas plus que Briand du reste. Cependant il ne rend pas ce dernier responsable des fautes politiques commises, mais son éminence grise.

Demowski, après m’avoir exposé la situation depuis les élections de 1907 en passant par celles de 1911 faites sous la formidable pression du gouvernement autrichien, m’a montré que la députation actuelle ne représentait guère la nation polonaise puisqu’elle avait été envoyée à Vienne en 1911 et que ses pouvoirs avaient été prorogés. Néanmoins, il excuse leur attitude car, dit-il, il faut éviter l’irréparable et l’irréparable serait un morcellement que plus tard l’on aurait la plus grande peine à recoller. Les hommes ne sont pas sûrs de la victoire de l’Entente et on comprend qu’ils cherchent une contre assurance. On ne peut donc pas les blâmer complètement. Ces messieurs me paraissent espérer qu’aux mouvements de Prague et d’Agram succéderont des mouvements à Cracovie.

Je ne sais comment le nom de Fels est venu sur les lèvres de Zamoÿski. Il l’avait vu, je crois, hier ou avant-hier. Il me parle de son livre et me dit qu’il n’a pas eu le courage de le lire. Demowski a causé avec lui et, de suite, Fels lui a expédié son livre en lui disant qu’il viendrait lui demander conseil pour un ouvrage qui est sur chantier. Demowski ajoute que c’est bien ennuyeux car pour parler à quelqu’un de ses œuvres, il faut au moins les avoir lues. Il conclut en me disant : les gens qui, ici, raisonnent sur l’Autriche commettent une étrange erreur. Ils se figurent qu’en Autriche on parle et on raisonne en langue autrichienne… C’est tout le contraire.

Tout ce que je te dis là ne t’intéressera peut-être pas beaucoup mais, tout de même, il y a un petit point de curiosité à connaître ces foyers de politique d’indépendance des nations.

Je voudrais pouvoir te dire tous les noms, j’avoue ne pas les avoir retenus. En plus des Polonais, Russes, il y avait un Autrichien et un Posnanien, plus un major américain, Polonais de nationalité mais né aux États-Unis. Ce n’est pas le moins curieux de tous. Tout à fait Polonais de cœur et de dévouement, il n’en est pas moins yankee. Il est, me disait Demowski, comme un édifice dont les fondations seraient polonaises et tout le reste américain. Quand on lui parle de l’éventualité de la prise de Paris, il entre dans une rage folle et déclare que, jamais les Américains étant là, pareille catastrophe ne pourrait arriver.

Pour le reste, mon vieux, je ne te dis rien. Je suis assailli par des gens qui s’affolent et se figurent sans doute que je suis prophète. Que diable veux-tu que je leur dise ?

Ton vieil

Et

[1] Il s’agit d’André Liesse (1854-1944), élu en 1912 à l’Académie des sciences morales et politiques.

[2] Roman Demowski (1864-1939). Polonais. Nationaliste.

12 juin 1918

12 juin 1918

 

Coup de téléphone de Painlevé. Il demande à me voir et sera là dans une demi-heure. Il était 10 h 45 et n’arrive qu’à midi. J’allais lui laisser un mot d’excuse. Il commence par me remercier de l’article « admirable » que nous avons fait et qui rétablissait la vérité « sans ouvrir aucune polémique ». Il veut voir Bidou car il commence à se demander s’il ne devrait pas se défendre étant donné l’extension que prend la campagne fomentée par Nivelle et exploitée par Briand et les briandistes. Il se propage un tissu d’erreurs. Cet article du Collier’s Magazin, d’autant plus dangereux qu’il est assez bien fait, n’est qu’un tissu d’inexactitudes bien faciles à établir. Je lui dis combien cette campagne m’inquiète depuis longtemps, d’autant que je vois les meilleurs esprits se laisser gagner. Il me paraît perplexe sur l’opportunité d’entamer une campagne. Mais il dit que plus invraisemblable est une théorie, plus de chances elle a d’être accueillie.

J’étais un peu gêné avec lui car si nous lui donnons tout à fait raison au point de vue militaire, il est impossible d’approuver sa déclaration à la tribune due, je le sais bien, à son caractère impulsif mais qui était ultra dangereux.

En terminant, il me demande si je sais quelque chose des intrigues de Nivelle pour être nommé à la place de Franchet d’Espérey. Je lui réponds qu’avant-hier on donnait cette nomination comme faite, mais qu’aujourd’hui les choses paraissent très incertaines. – S’il était nommé, me dit-il, je considérerais cela comme une provocation. Ce sont ses amis qui font courir ce bruit-là pour en préparer la possibilité. Et comme je demande à Painlevé quelle serait au juste la valeur de Nivelle, il me répond qu’il pourrait être un bon chef d’armée mais que ce serait tout. Très vaniteux, très orgueilleux et très léger.

Tu retrouverais dans mes papiers, il y a bien longtemps, tu étais encore aux armées, ma stupéfaction d’avoir vu une correspondance grotesque échangée entre le généralissime et une fillette qui lui avait demandé un autographe [1]. À ce moment-là, je ne pouvais arriver à me mettre dans l’idée qu’un homme qui portait le poids de responsabilités pareilles pût se livrer à un semblable échange littéraire avec une enfant de 14 ans. Et quel style !

On me dit que c’est le général Cadoudal [2] qui aurait été frappé pour l’affaire de Ribécourt. Je ne puis pas te l’affirmer autrement.

Bidou, que j’ai aperçu un instant, me dit que de notre part l’affaire a été menée de la façon la plus classique et très bien. Il considère l’opération sur ce point précis comme à peu près terminée. Ne semble-t-elle pas recommencer aujourd’hui un peu plus au nord sur Villers-Cotterêts ? Comme je parle avec notre collaborateur de l’évacuation et de l’exode de nos bibelots, il me dit qu’on croit dans certains milieux que d’ici à très peu de jours les Allemands vont bombarder Paris de quatre-vingts kilomètres. D’après les artilleurs, ce bombardement ne pourrait être qu’une extension des obus actuels, plus fréquents, mais toujours dispersés et n’ayant pas beaucoup plus de résultats matériels.

Au point de vue ministériel, on me signale le travail intensif de Briand et toujours ses nombreuses conversations avec Barthou. Depuis la séance de l’autre mardi, l’intrigue marche avec entrain. Il paraîtrait que dans les offres certaines (ainsi que je te l’ai signalé) faites à Briand du portefeuille des Affaires étrangères, on avait mis comme condition la nomination de Tardieu auprès de lui comme sous-secrétaire d’État. Tu comprends qu’une condition semblable ne pouvait être agréée, il y a là un Berthelot qui veille, le Berthelot, dans la combinaison, aurait remplacé Tardieu à New York. On devine la besogne qu’il y aurait faite. C’était trouvé comme conception.

Quoi qu’il en soit, Berthelot serait parti à l’heure actuelle pour Washington. Il n’irait là-bas que pour dire un seul mot à Wilson et reprendrait immédiatement le bateau pour la France. Et ce mot, ce serait la demande de rappel du général Pershing que l’on trouve tout à fait insuffisant. ? ? ?

Je t’avais parlé de la nomination de notre correcteur comme conseiller de préfecture à Château-Thierry [3]. Il n’a pris possession de son poste que pour voir arriver les Allemands et procéder aux évacuations.

Il nous raconte les lamentables détails de cette fuite, mais il nous fait un éloge extraordinaire des troupes américaines qu’il voit à l’œuvre en ce moment et qui font de l’excellent travail tant au point de vue de la guerre qu’au point de vue de l’aide qu’elles apportent à leurs services. Un petit détail : ne pouvant obtenir des soldats français la conduite des troupeaux de bétail que l’on évacuait, il a réquisitionné cinquante hommes à cheval de police militaire américaine et ces gens, comme de vrais cow-boys, ont mené les troupeaux jusqu’à destination sans un mot de discussion ni de récrimination. Il en est de même partout. C’est à eux qu’on doit d’avoir récupéré la partie ouest de Château-Thierry. Ils ont été admirables. C’est Marchand, avec ses Noirs et l’infanterie coloniale, qui a arrêté la marche de l’ennemi à Château-Thierry. Notre conseiller nous dit que, véritablement, c’est un entraîneur d’hommes. Toujours au premier rang, il était sur le front au milieu des balles, parlant à chaque blessé, notant lui-même son nom et lui disant : « Va, mon garçon, on te guérira avec la médaille militaire. » Ceci enthousiasme ses hommes.

Aujourd’hui on l’a fait remonter un peu plus haut et c’est Mondésir qui commande.

Je viens de recevoir la visite de M. James Kerney [4], l’homme qui est à la tête des services américains. C’est un grand ami de Wilson. Il m’est conduit par Hyde qui est son adjoint. Conversation en anglais, forcément un peu difficile pour moi qui ai perdu la practice, et l’accent américain ne facilite pas les choses. On s’en tire comme on peu.

Kerney me dit toute la volonté du peuple américain. Il espère que cette guerre, dans laquelle l’Amérique entre tout à fait désintéressée, sera une grande leçon pour son pays. Il désire qu’en France on connaisse le gigantesque effort fait par l’Amérique et me demande conseil à cet égard. Grand éloge du président Wilson, etc.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 19 septembre 1916.

[2] Henri de Cadoudal (1859-1925). Petit-neveu de Georges Cadoudal (1771-1804) qui fomenta le complot royaliste contre Napoléon et fut exécuté après son échec. Général de division.

[3] Cf. lettre du 2 juin 1918.

[4] James Kerney (1873-1934). Américain. Journaliste. Directeur d’un journal libéral, l’Evening Times Trenton. Ami proche de Woodrow Wilson, alors gouverneur du New Jersey, il y fait paraître ses écrits.

11 juin 1918

11 juin 1918

 

Ce matin, visite de M. Heurteau qui vient aux nouvelles. On est évidemment assez mal impressionné. Il me dit avoir reçu une lettre de son fils qui est à l’armée anglaise. Il a interrogé des prisonniers allemands et ceux-ci auraient déclaré que l’Allemagne subissait elle-même une crise d’effectifs très sérieuse. Les divisions seraient incomplètes et le commandement serait assez inquiet de cette situation. Je devais dans la soirée entendre exprimer la même affirmation par Henry Simond de L’Écho de Paris. Il avait reçu une lettre d’un officier, un vrai poilu, pas du tout un phraseur qui, lui aussi, a entendu un officier allemand qui avait fini par se laisser aller à parler, dire qu’en Allemagne tout était en train de craquer, qu’on désirait la paix coûte que coûte et au plus tôt. D’où la formidable ruée destinée à l’acheter et à la payer. Depuis quatre ans, comme tu le sais, cela va de mal en pis en Allemagne et, finalement, on annexe pays sur pays.

Heurteau me dit que nous nous sommes peut-être lancés un peu vite dans l’affaire de l’offensive, que je devrais lire le rapport d’Henry Bérenger qui est concluant. L’offensive fut arrêtée par la douzaine de députés déjeunant chez Nivelle et qui, n’ayant jamais vu de sang couler, ont été affolés. Le rapport, ajoute-t-il, est péremptoire. Il y a une communication téléphonique de Poincaré prescrivant l’arrêt de l’offensive et le texte même de ce coup de téléphone est reproduit. Je réponds à Heurteau que peut-être l’intervention politique s’est produite mais que je ne m’en occupe pas. Nous nous sommes simplement placés au point de vue militaire pour couper court à cette légende de l’offensive heureuse. L’offensive s’est arrêtée d’elle-même et le rôle du Parlement n’y a rien changé.

– Si, reprend Heurteau, il est prouvé que peut-être il fallait arrêter l’offensive le premier jour pour laisser aux troupes le temps de se reprendre, mais on aurait recommencé trois jours après et c’était la victoire. C’est le Parlement, c’est le président poussé par lui qui ont empêché cette reprise décisive.

Voici un nouvel argument bien convaincant !

Déjeuner chez la charmante Mme Chanler [1] avec deux officiers américains dont un capitaine Miller qui aurait la femme la plus délicieuse de l’Amérique joignant le charme et la beauté à un grand talent d’écrivain. L’autre est Eustis, parent de l’ambassadeur. Mme Chanler, avec qui j’ai causé un grand moment avant l’arrivée de ses invités, me dit que, si l’Amérique a été si en retard pour bien des choses, c’est que l’on n’a pas su envoyer les hommes qu’il fallait connaissant les rouages de l’administration américaine. Ils se sont trouvés perdus dans le dédale des secrétariats, sous-secrétariats, exposés aux luttes avec des intérêts mesquins alors que des hommes ayant des relations auraient su tout de suite où frapper. C’était à la tête qu’il fallait s’adresser. Mme Chanler est un peu étonnée que nous, les alliés, nous n’ayions trouvé, comme sanction à la sinistre affaire du Chemin des Dames, qu’à nommer le coupable à un poste plus important. Voilà donc l’effet produit sur les étrangers par cette nomination. Du reste, je dois ajouter qu’elle n’en a pas produit un meilleur sur certains esprits d’ici, car j’ai rencontré ton ami Deschamps et il ne m’a pas caché qu’il avait été très clémenciste mais qu’il commençait à déchanter et que cette faiblesse lui paraissait navrante. Il aurait écrit au président du Conseil pour lui déclarer qu’on ne pouvait pas tolérer plus longtemps la présence de Duchêne. S’il n’en a pas fait une déclaration à la commission de l’Armée, c’est qu’il n’a pas voulu envenimer les choses.

Je reviens à mon déjeuner impasse Conti. Le mari de la dame qui me semble légèrement ataxique, car on le comprend assez difficilement en français ou en anglais et il s’appuie sur une canne, tout de même assez cultivé, montre une certaine irritation contre la célébrité que l’on fait à Otto Kahn [2]. Il m’en demande la raison car ce banquier n’a absolument rien fait pour nous que du battage. Il me dit qu’il dépense dix ou quinze mille francs par mois pour sa réclame. Il a eu au Temps et au Figaro un grand article dans chacun de ces journaux, et le prix uniforme chez les deux est bien connu. Il me dit même un chiffre. Je lui dit qu’Otto Kahn passe pour avoir travaillé énergiquement pour la France et que l’agence Radio en fait grand cas. Chaumeix (?) a l’air de savoir pourquoi.

Nombreuse réunion ce soir à notre Syndicat où l’on avait des quantités de questions à régler, notamment le transport éventuel des journaux en province. L’ordre du jour déblayé, on a causé. Jean Dupuy avait vu Doumer dans la journée. De son entretien avec lui il était sorti un peu plus réconforté. On se décide à fortifier non pas seulement Paris mais le chemin de Paris pour qu’on ne puisse pas bombarder. Déjà soixante mille travailleurs sont à l’œuvre et l’on place des canons. Si on a quelques jours devant soi, on pourra répondre de la sécurité de Paris. Je dis : « Tant mieux, car dans l’entourage du gouvernement on faisait vraiment trop bon marché de Paris et l’on envisageait avec une tranquillité stupéfiante le destruction de Paris afin de pouvoir continuer la lutte. »

– Jamais, interrompt Simond, on n’a eu cette pensée.

– Pardon, reprend Dupuy, Nalèche a raison, ce fut l’idée des premiers jours, mais on est revenu à de plus saines conceptions et on fait le nécessaire.

Je suis bien sûr que les articles de Gauvain ont dû être pour quelque chose dans les réflexions.

Simond me dit d’un ton sentencieux que les articles étaient intéressants mais que notre Gauvain a été trop loin. Je ne sais pas ce qu’il entend par trop loin, je le lui demande, mais il ne peut me l’expliquer. Je vois malgré tout que certaines idées ont fait, durant ces quelques jours, d’énormes progrès car un ou deux de mes confrères illusionnistes sont maintenant convaincus de certaines nécessités à un moment donné, la période critique passée, si elle est heureusement passée.

En nous en allant, le directeur de L’Écho me dit que Castelnau est toujours laissé à l’écart et que le Tigre lui a encore joué un tour fantastique il y a quelques jours. Décidément, ledit Tigre a joliment baissé dans les esprits. Berthoulat, cependant, reste enthousiaste.

Je suis allé de là dans un hôpital où trois officiers évacués d’hier, blessés, venaient d’arriver. Ils sont profondément tristes et ont laissé échapper cette phrase inquiétante : Que les Américains se dépêchent d’arriver car nous n’en pouvons plus et nous serons obligés de plier.

Paris étant devenu HOE [3], beaucoup de majors ont pris possession de services car d’énormes hôpitaux ont été enlevés avec tout leur matériel et là-bas on manque de lits et de tout.

Tout cela n’est pas gai !

J’espère que les nouvelles que je t’ai données tout à l’heure resteront relativement bonnes et que nous n’aurons pas quelque triste désillusion demain matin.

À toi.

Et

[1] Cf. lettres des 20 et 27-28 mai 1918.

[2] Otto Kahn (1867-1934). Allemand naturalisé américain. Banquier. Collectionneur, mécène, protecteur des arts.

[3] HOE signifie Hôpital ordinaire d’évacuation.

10 juin 1918

10 juin 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Franchet d’Espérey [1] part sûrement pour Salonique. Il sort d’ici. Il est venu lui-même changer l’adresse de son journal. Il n’a pas dit un mot des événements actuels mais a dit aux employés que Clemenceau le forçait à filer dès ce soir, ne lui laissant pas même huit jours sur lesquels il croyait pouvoir compter. Alfred Pereire avait écrit ce matin pour que le journal lui fut adressé à Versailles.

Quelle chose curieuse. Si on trouve qu’il n’a pas fait son affaire ici, pourquoi lui confier de nouvelles responsabilités d’autant plus graves qu’il n’y aura personne pour réparer les bévues. Qu’est-ce que cette manie des compensations qui fait que l’on donne toujours aux hommes reconnus insuffisants dans leurs fonctions des fonctions supérieures. Croit-on qu’en changeant ils acquerront les qualités qui leur ont manqué ?

Lorsque tu m’as téléphoné tout à l’heure, j’avais dans mon bureau deux personnes et il m’eût été difficile de causer un peu librement. C’étaient le comte Zamoÿski [2] et Seyda [3] venus m’entretenir des affaires de Pologne et me demander de déjeuner jeudi avec le comité polonais.

Sans leur présence, je t’aurais dit qu’on était évidemment un peu refroidi depuis hier. On ne voyait pas les choses d’une façon tout à fait aussi brillante. Malgré tout, l’opinion était que l’offensive se déroulait comme les autres auraient dû normalement le faire. On était satisfait mais on ne proclamait pas des résultats aussi brillants. Nous les avions enregistrés mais, tout de même, nous étions un peu étonnés. On me dit qu’il faut attendre chez nous des réserves que les Allemands ont à pied d’œuvre et cela prend toujours 48 heures. Jusque là, on est bien obligé de céder un peu de terrain.

Quoi qu’il en soit, à 3 h 1/2 l’impression était bonne. Souhaitons qu’elle le soit toujours ce soir lorsque je te téléphonerai.

On vient de me téléphoner de la Chambre les grands changements dans le commandement [4] dont je te parlais. Dubail irait à la Grande Chancellerie. Guillaumat, au lieu d’aller sur le front, recevrait le gouvernement de Paris [5] et Nivelle remplacerait Franchet d’Espérey. C’est le dernier tuyau.

On me dit également que les articles de Gauvain sont très commentés. Dans quel sens, ai-je demandé ? – Mi-figue mi-raisin, me répond-on. On se demande si Gauvain ne marche pas sur des données jusqu’ici inconnues et n’aurait pas des renseignements spéciaux. En tout cas, ce qui est fort curieux, c’est l’attitude de L’Homme libre. Il a fait, aujourd’hui encore, un article abondant dans le sens Gauvain. C’est le deuxième.

Le bruit courait à la Chambre aussi que le mouvement allemand était enrayé [6]. Je ne le crois pas mais il vaut mieux enregistrer ce bruit comme de favorable augure car, dans ce milieu impressionnable, la moindre nouvelle un peu fâcheuse devient un désastre comme une amélioration devient un succès. Conclusion : cela ne va donc pas trop mal.

À toi.

Et

[1] Le général Franchet d’Espérey succède au général Guillaumat à la tête de l’armée d’Orient. Le général Guillaumat est nommé gouverneur du camp retranché de Paris.

[2] Ladislas Zamoÿski (1849-1923). Polonais. D’une grande famille noble. Homme politique.

[3] Marjan Seyda. Polonais. Homme politique.

[4] Clemenceau rencontre le général Pétain et décide de remanier l’état-major. Le général Degoutte prend le commandement de la 6e armée en remplacement du général Duchêne relevé de ses fonctions.

[5] Le général Guillaumat est nommé gouverneur du camp retranché de Paris le 6 juin 1918.

  1. [6] En fait, l’attaque allemande se poursuit mais la résistance française est plus vigoureuse au cours de la journée.

9 juin 1918

9 juin 1918

 

Tu as eu toutes les grandes nouvelles de ce matin, je n’ai donc pas grand-chose à y ajouter. Tu liras l’article de Gauvain, cause de la discussion de ce matin, et tu conviendras avec moi que j’avais raison, mais tu dois te rendre compte des difficultés que l’on a lorsqu’il s’agit d’orienter une politique.

Conversation avec le stratège Henry Bidou. Je lui pose la question suivante : Que pensez-vous de la menace sur Paris ? Il me répond que, naturellement, il ne peut rien affirmer, les derniers événements le prouvent surabondamment, mais néanmoins il ne lui paraît pas que la menace sur Paris même de bombardement puisse se réaliser avant un assez long temps. Elle ne succéderait qu’à deux ou trois opérations préliminaires dont chacune exigerait un certain délai.

Je lui demande ensuite : Croyez-vous, comme certains nous l’affirment, que si nous arrivons à tenir jusqu’à ce que le concours américain puisse donner son effet, nous soyons en mesure d’obtenir la victoire ? – Sincèrement, je ne le crois pas, m’a-t-il répondu. Nous obtiendrons la résistance mais pas la victoire.

Garde cette réflexion pour toi, mais elle correspond tellement à tout ce que nous croyons nous-mêmes que j’ai cru bon de la noter pour toi.

Si nous tenons et si l’Amérique tient ses promesses, il sera nécessaire de tirer de ces circonstances le meilleur parti possible. Mais si l’on s’obstine à chercher les choses impossibles, nous savons ce qui nous attend.

Tu as vu par La Libre parole le sort qui attend ceux qui cherchent à exprimer des choses sensées et qui veulent sauvegarder l’avenir de leur pays.

On me raconte une chose assez amusante, si elle est vraie, au sujet du nouveau gaz, l’« hypérite », dont je t’avais parlé il y a deux jours [1]. À l’attaque de Soissons, beaucoup d’Allemands, surpris par l’émission de ce gaz à laquelle ils n’étaient pas préparés et n’ayant pas les vêtements indispensables pour en être préservés, de plus, ne connaissant pas le traitement qui pouvait être appliqué, se sont enfuis dans nos lignes et sont venus demander à nos médecins un soulagement à leurs souffrances. Le gaz est-il réellement employé ? Voilà la question. Ceux qui me disent cela sont sérieux.

On m’apporte L’Heure. Encore l’article de Gauvain qui en fait les frais. Tu vois que je ne m’étais pas trompé et qu’il fait son chemin. La vérité finit toujours par trouver sa voie.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 5 juin 1918. Donc quatre jours plus tôt, et non deux.

7-8 juin 1918

7-8 juin 1918

 

Ce matin, un homme, dont le gendre est un des plus gros fournisseurs de cuir de l’armée, nous dit qu’on envisage évidemment une très longue durée de la guerre. Son gendre a été appelé à l’Intendance et a reçu une commande de soixante-cinq millions. Il fit observer que cela demanderait de longs mois car c’était en Argentine ou dans d’autres pays exotiques qu’il fallait s’approvisionner et, le temps de réunir les cuirs, de les préparer et de les transformer en buffletteries, souliers, selles, etc., on en aurait pour un an. – Mais parfaitement, lui fut-il répondu. Il est vrai que ce sont les mêmes gens qui ont fait cette commande qui, en 1914, n’auraient pas commandé pour vingt jours.

Je reçois des nouvelles d’Espagne :

« Je ne vois pas que le cabinet Maura, en dépit de l’irritant optimisme de nos agences télégraphiques et notamment de l’Havas, soit disposé à déployer contre les Allemands l’énergie que nous attendions. L’affaire d’espionnage de Barcelone est très édifiante à ce sujet. Dato a reculé tant qu’il a pu et, en dépit de sa sincère francophilie, il eût préféré étouffer le scandale que de se mettre l’ambassade à dos. Franchement, l’Espagne n’a pas bougé d’un pouce depuis 1914. J’ajoute que l’opinion et le gouvernement espagnols réagissent avec une extrême sensibilité aux nouvelles qui viennent du front. Ils croient la partie compromise pour nous et leur attitude s’en ressent très visiblement. Comment concilier ce sentiment avec la hidalguia castillane…

Règle générale. – Quand vous lisez dans un télégramme venant de Madrid à propos d’un torpillage de bateau espagnol : « l’opinion est très surexcitée, l’hostilité contre l’Allemagne fait des progrès, etc., etc. », n’en croyez rien. L’opinion est parfaitement blasée. Et en toute connaissance de cause, je puis vous dire que, si nous n’organisons pas nous-mêmes nos campagnes de presse dont vous aurez à Paris la répercussion plus ou moins fidèle, personne ne parlerait de la guerre sous-marine. C’est triste, mais pourquoi le cacher ?

Et notre propagande, direz-vous ? … (Ici, quelques considérations sur la parfaite nullité de notre propagande locale où il y a comme chef un très brave garçon, Glorjit (?) [1], que je connais, mais qui doit être un bon zéro)…

Ce qui n’empêche pas le nouveau chef de la Propagande à Paris d’émettre une série d’aphorismes généraux, judicieux, et peu applicables sur le régime de ce service. Que de fois, depuis trois ans, on a énoncé des programmes, posé des principes, annoncé des réformes. Et si vous pouviez voir quelle merveilleuse puissance d’amortissement possèdent les distances, quelle force de persistance possèdent nos pratiques les plus erronées, nos traditions les moins réfléchies…

Enfin, des manifestations comme celles du voyage des académiciens font assez bon effet. On peut dire d’elles ce qu’Aristote disait de la philosophie : elles sont les plus heureuses parce que les plus inutiles. Mais pourquoi diable ces académiciens, comme tant de nos compatriotes de moindre considération, se croient-ils obligés de prendre l’attitude mystérieuse et importante de gens qui véhiculent des secrets d’État ? Hanotaux parlait en termes si complaisants de la « partie réservée » de sa mission, et ma foi ! quand on pense à ce que l’Espagne peut bien nous « réserver » aujourd’hui, je vous avoue qu’on a plutôt envie de sourire.

Plus que jamais, nous devons nous féliciter de la présence de M. Thierry ici, c’est une physionomie qui respire l’énergie méthodique et le sang-froid. Je ne sais pas si on lui rend la tâche très aisée, mais c’est chose en soi fort compliquée que de traiter avec les Espagnols. Il en a fait l’expérience lors du fameux traité de commerce [2] dont il ne semble pas, malgré la loyauté de nos efforts, qu’on ait pu tirer le bénéfice espéré.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Il s’agit probablement du modus vivendi franco-espagnol de 1894, prorogé sine die en 1906.