Archives de l’auteur : Odile Gaultier Voituriez

15-16 janvier 1918

15-16 janvier 1918

 

Ma journée d’hier, si bien commencée avec toi, s’est achevée dans un dîner où j’étais prié par Doumic qui réunissait les conférenciers de la saison [1]. Nous étions une dizaine de convives parmi lesquels Viviani, Wetterlé, Bidou, Spronck, Laudet, André Michel. Ce fut peut-être la seule réunion dans Paris où il ne fut pas question de Caillaux, de sa femme, du coffre-fort, etc. La présence de Viviani avait été la cause de cette réserve si remarquable. En revanche, on parla beaucoup orateurs, conférenciers, acoustique, etc. Viviani fut assez amusant en rééditant les épisodes comiques de la grande tournée Joffre aux États-Unis. Je t’ai raconté tout cela en son temps et mes récits en ont été ainsi confirmés bien que Viviani ait évité avec soin de trop mettre le maréchal en cause, tandis que l’officier n’avait pas eu les mêmes scrupules. Il est vrai qu’il s’adressait à des camarades.

Wetterlé a été assez intéressant sur l’Allemagne. Il convient qu’il y a des ferments d’indiscipline récents et qui semblent bien venir des exemples russes, mais on ne peut pas trop augurer de ce nouvel état d’esprit des changements considérables, néanmoins c’est à noter. Il nous dit que si les Allemands, voulant terminer la guerre, se décidaient à faire quelque chose, il y aurait trois solutions dont celle qui semblerait la plus avantageuse serait déplorable, ce serait l’indépendance complète de l’Alsace-Lorraine. D’abord, l’armée française se désintéresserait complètement de la question et on verrait aussitôt des divisions se produire dans le pays même. On a aussi beaucoup parlé des buts anglais qui, si l’Allemagne se décidait à rendre l’Alsace-Lorraine, ne se trouveraient pas atteints car nos Alliés visent bien plus et veulent, pour l’avenir, l’anéantissement militaire de l’Allemagne. Bidou raconte alors que Northcliffe prétend que la guerre actuelle n’est qu’une guerre de préparation entre l’Angleterre et l’Allemagne et que le véritable conflit sera pour plus tard.

Contrairement à ce que l’on entend dire d’une façon générale sur notre ami Thierry, voici un extrait d’une lettre que je reçois de Madrid et qui fait l’éloge de notre ambassadeur : « Quant à M. Joseph Thierry, il fait excellente impression. C’est la première fois, depuis longtemps, que nous avons en Espagne un homme qui professe à l’égard des Espagnols uns sympathie loyale. Notre diplomatie a eu longtemps à Madrid l’habitude de pratiquer une politique dite « d’affectueux mépris » et nous avons souvent traité les Espagnols sur un ton de persiflage désinvolte qui les a profondément blessés et en a rejeté beaucoup dans les bras de nos ennemis.

Ce qui est regrettable, ou plus exactement ce qui est regretté par beaucoup de nos compatriotes, c’est qu’on a frappé M. Geoffray qui était loin d’être le plus coupable dans les erreurs commises ici, sans atteindre ou tout au moins sans changer le fonctionnaire incohérent et retors dont notre ambassadeur avait eu la faiblesse de subir l’ascendant. On avait surnommé ici M. Geoffray « l’Évangile selon saint Matthieu » [2]. (Ce fonctionnaire, que mon correspondant ne nomme pas, doit être Vieugué [3], qui fut mon collègue autrefois, assez roué mais sans véritable intelligence).

J’attends du reste sous peu Lévis-Mirepoix. Il achèvera de me mettre au courant sur la situation de son patron.

Je reviens à Caillaux. Voici quelques détails inédits sur son arrestation. La porte fut ouverte à Priolet[4] non par un valet de chambre mais par une femme qui, au lieu d’aller prévenir son maître, fondit en larmes. Priolet pénétra de lui-même et traversa le cabinet de toilette de Mme Caillaux et pénétra dans la chambre à coucher où se trouvait Caillaux. De suite, il vit en évidence sur la table de nuit un revolver. Il s’en empara aussitôt et fut apostrophé par Caillaux qui lui dit : Vous êtes venu pour m’arrêter, vous n’avez le droit de rien saisir ici.

– Je ne saisis pas, Monsieur, je déplace simplement. Et il déposa l’arme sur une autre table en en séparant ainsi la main de l’inculpé.

Tu sais que Caillaux avait prévenu Raux [5] qu’en cas d’arrestation il y aurait cinq balles pour les agents et la dernière pour lui-même. C’est ce que Priolet a voulu prévenir.

Lorsqu’il fut invité à donner ses nom, âge etc., Caillaux, de son ton sec et malhonnête, dit : Ah, vous voulez ces renseignements, les voilà : Joseph Caillaux, né à Mamers le, etc., député de la Sarthe, président du conseil général, ancien président du Conseil des ministres. Etes-vous satisfait ? L’employé, assez irrité, lui répondit : On ne peut plus satisfait, Monsieur.

La fouille embêta considérablement notre homme, et cela se comprend. On vous fait déshabiller et vous apparaissez dans la nudité primitive. L’histoire ne dit pas si on appliqua le règlement dans toute sa rigueur. Celui-ci comporte en effet une opération qui ne doit pas être beaucoup plus agréable pour le patient que pour le tortionnaire. On fouille les cavités soit avec le doigt soit avec un instrument ad hoc. Caillaux fut-il soumis à cette investigation ?

À toi.

Et

[1] René Viviani, Émile Wetterlé, Henry Bidou, Maurice Spronck, Fernand Laudet, André Michel.

[2] Nalèche fait ici certainement allusion à l’influence – réelle ou supposée – de Louis Mathieu de Vienne (1874-19), diplomate, secrétaire de 1ère classe à l’ambassade de France à Madrid, en poste depuis 1910.

[3] Paul Vieugué (1865-19). Diplomate. De la même génération que Nalèche, ils ont probablement été en même temps attachés à la direction politique. En 1912, Paul Vieugué, secrétaire de 1ère classe, est nommé à Madrid comme conseiller de l’ambassadeur Léon Geoffray.

[4] Priolet. Commissaire de police du camp retranché de Paris. Il arrête aussi Mata Hari en 1917.

[5] Fernand Raux (1863-19). Préfet de police depuis le 23 novembre 1917.

14 janvier 1918

14 janvier 1918

 

Je ne me doutais pas, mon vieux Pierre, pendant que je t’écrivais hier, que les événements que nous prévoyions avec encore un peu de scepticisme allaient se dérouler aussi vite [1]. Apprendrons-nous demain que Mme Caillaux sera allée méditer de nouveau dans son ancienne pistole sur les dangers que porte la conquête de la célébrité ? Quand elle était l’obscure petite Mme Claretie encombrant tous les antichambres pour pousser son mari [2], elle se desséchait de sa vie bourgeoise et a tout fait pour parvenir. Elle y est arrivée. La presse du monde entier s’occupe d’elle. Laissons les époux Caillaux à leurs démêlés avec la justice de leur pays et passons à un autre exercice.

Je me demande si les partisans ne vont pas se remuer et tenter quelque chose. Jusqu’à quel point ne sent-on pas la main de tout ce monde dans les affaires de farine qui ont été assez graves bien qu’on ait fait le silence.

J’ai reçu ce matin la visite d’un garçon fort intelligent [3], très sérieux et consciencieux, qui appartient à la Sûreté générale et qui revient de Suisse. Je le connais depuis longtemps, aussi il cause volontiers avec moi. Sa conversation m’a laissé rêveur. Il ne m’a du reste pas du tout parlé de l’affaire Caillaux qui n’a été son rayon que par son côté suisse. Il avait prévenu depuis longtemps M. [4] qui de droit de ce qu’il avait vu. Il est néanmoins inquiet de certaines menées allemandes et redoute que les ennemis essaient de nouveau ce qu’ils ont été sur le point de réussir au printemps et plus récemment à Saint-Étienne. Ils croient qu’autour du renchérissement de toutes choses il y a de terribles intrigues et qu’un beau matin nous pourrions assister à quelque explosion de colères. Il me dit que si, dès le début, on avait compris ce qu’était la Suisse et qu’on y eût organisé des postes d’observation sérieux, on eût épargné beaucoup d’argent et de vies humaines. Tout, m’a-t-il dit, tout se fabrique en Suisse. Malheureusement cela n’a pas été compris, et lorsqu’on a voulu faire quelque chose, l’Intérieur, les Affaires étrangères et la Guerre se tiraient dans les jambes, et toute mesure qui demandait rapidité et discrétion devait, avant d’être exécutable, passer par une série de bureaux qui, par leur lenteur, en annihilaient tous les effets. On envoyait pour le contre-espionnage des officiers dont quelques-uns étaient de très grande valeur ; mais, pour un métier comme celui-là, il y a tout un apprentissage à faire, il leur manquait les premiers éléments et leur rôle s’en trouvait parfois inutilisé. Ajoutez à cela qu’il n’y avait aucun accord entre eux et l’Intérieur et que, brochant sur le tout, les diplomates voulaient tirer la couverture à eux. Il en est résulté qu’on n’a rien vu et, qu’à l’heure actuelle, on continue à ne pas voir grand-chose. Nous essayons en ce moment de faire comprendre cela à M. Clemenceau. Ce serait cependant bien important d’avoir une organisation, sinon aussi bonne que celle des Allemands, du moins capable de lutter avec efficacité.

Mon homme me parle de l’offensive sur laquelle il n’a rien de certain, mais il a entendu beaucoup de gens dire qu’elle n’aurait peut-être pas lieu. Mais, ce qu’il croit savoir de façon à peu près certaine, c’est que la situation économique est horriblement mauvaise et que la situation politique est loin d’être excellente. Cela m’a intéressé dans sa bouche, car ses renseignements, jusqu’ici, lui avaient donné beaucoup de scepticisme et il n’avait jamais cru à une Allemagne entrant en effervescence. Il affirme aujourd’hui que les idées de rébellion et d’indiscipline ont commencé à pénétrer. Évidemment il faudrait baucoup de temps pour que l’Allemagne se soulève, mais la constatation de ces nouveaux ferments et la crainte de les voir se développer sont de nature à modifier l’état d’esprit des dirigeants.

C’est moi qui ai appris aujourd’hui à Guist’hau, l’ancien ministre, l’arrestation de Caillaux. Il en a paru très satisfait. Eh bien, maintenant, m’a-t-il dit, on va pouvoir causer. Tu sais que Guist’hau est le grand ami de Briand. J’apprends également la nouvelle à l’ancien chef de cabinet d’Augagneur. Il est resté tout à fait abasourdi et semble se demander comment pareille chose a pu se faire. En dehors de cela, dans le public, chacun paraît enchanté et paraît s’écrier : Enfin !

Les milieux politiques, eux, sont moins contents. Ne te paraît-il pas qu’ils se sentent tous un peu menacés et qu’ils ont perdu leur belle confiance en leur inviolabilité parlementaire ? Contrairement à ce que t’a dit ton ami Deschamps, si Caillaux eût été un simple citoyen, il est plus que probable que ses lettres et la preuve de ses compromissions avec Bolo et Almereyda lui auraient assuré depuis longtemps un logement à la Santé, tandis que son rang de député ancien ministre l’aurait fait complètement innocenter si la preuve n’était pas fournie de la trahison véritable.

À toi.

Et

[1] Joseph Caillaux, ancien président du Conseil, est arrêté dans le cadre de l’affaire du journal Le Bonnet rouge.

[2] Léo Claretie.

[3] Non identifié.

[4] Non identifié.

13 janvier 1918

13 janvier 1918

 

Ignace en personne a dit hier au soir à notre informateur que l’on tenait définitivement Caillaux, et notre rédacteur est venu m’apporter cela dès ce matin. Il ajoute que c’est le coffre de Florence qui a livré tous les secrets. D’abord beaucoup d’argent, et puis des listes d’individus très suggestives. Notre rédacteur, à qui je demande si l’on parle d’arrestation, croit que cela arrivera un de ces jours. Convoqué par Bouchardon quelque matin, on ne le verra plus sortir du cabinet du juge. Attendons jusque-là.

L’élection du secrétaire perpétuel à l’Académie des sciences morales fut hier assez comique. Lyon-Caen [1] devait être élu, mais Benoit [2] et Welschinger se mirent sur les rangs. Welschinger vint avant-hier me demander de presser nos amis et de faire passer une petite note. Pour les amis, lui ai-je répondu, les positions sont prises, quant à la note ce n’est pas l’usage chez nous. Il fut tellement bruyant et embêtant que je me dis : s’il fait seulement une ou deux démarches de ce genre, il est rasé pour la vie. Au premier tour les voix s’égrenèrent un peu, mais, au second, Benoit une voix, la sienne. Welschinger une voix, la sienne aussi. On vit alors Benoit filer dans l’antichambre et aborder un des journalistes et lui dire : Vous savez, je n’étais pas candidat. – Cependant, mon cher maître, répond le journaliste, vous m’aviez remis une petite note sur vos œuvres en cas de nomination. Que dois-je en faire ? – Rien du tout, rien du tout, c’était à tout hazard, mais je n’étais pas candidat. Le journaliste reprend : Cela ne fait rien, mon cher maître, j’ai été très heureux d’avoir votre curriculum vitae car, n’ayant pu lire toutes vos œuvres, cela m’a mis au courant de vos travaux. Tête de Benoit sous l’œil ironique des bons confrères.

D’Angleterre.

Nous voici arrivés au point prévu depuis longtemps. On ne peut plus prendre d’hommes pour l’armée sans dégarnir les ateliers de munitions et, pour remplacer les hommes qu’on y prendra, il faudra puiser dans les industries non nécessaires au pays (il n’y en a plus guère) ou parmi les hommes de quarante-et-un à cinquante ans dont l’armée ne veut pas. Les statistiques de recensement sont là et l’on ne peut les contester. Je vous ai mis en garde plus d’une fois contre les statistiques fantaisistes de Repington qui arrivait à trouver un million deux cent mille hommes ou un million cinq cent mille de plus qu’il n’y en a dans le Royaume-Uni, d’âge militaire bien entendu…

Je ne sais pas ce que demandent les trade-unions pour rendre au gouvernement sa parole. (Loi électorale ou buts de guerre)… Sans doute le gouvernement pourrait, en dernier ressort, se montrer ce que l’on appelle « ferme » et faire une espèce de conscription industrielle, mais cela serait bien dangereux s’il ne s’est pas assuré le concours des organisations travaillistes. Tout cela, du reste, n’est pas nouveau et il y a longtemps que vous le savez. Ce qui est grave, c’est que l’on ne veut pas le dire chez nous et que nous nous exposons un de ces jours à voir l’opinion française furibonde contre les Anglais qu’elle accusera de nous lâcher, tout simplement parce qu’elle ne sera pas renseignée. Si l’on ne voit pas les classes ouvrières et si l’on ne les entend pas parler, on ne peut se rendre compte du progrès (?) des idées depuis trois ans. La Russie leur a donné quelques leçons dont toutes ne sont pas perdues bien qu’un bouleversement ici soit inconcevable, à moins que les gouvernants ne se montrent encore inférieurs à ce qu’ils sont, ce qui n’est pas très vraisemblable.

Mais nous pouvons avoir des désordres locaux dus à la disette un peu trop rapide (ici, énumération des difficultés d’approvisionnement).

J’en reviens toujours au même point. Les Anglais ne sont pas pacifistes et ils iront jusqu’au bout, mais à la condition qu’ils sachent quel est le bout et s’il est conforme au bout qui leur a été indiqué dès le début de la guerre, pour lequel ils ont pris les armes et pour lequel Kitchener a eu ses volontaires. Pour cela ils feront tous les sacrifices. Mais s’ils ont l’idée qu’on les trompe et qu’on veut les mener par des moyens détournés à des buts différents, il est fort à craindre qu’ils se gendarment.

J’ajoute qu’il n’est pas inconcevable qu’on les convertisse, mais le fléchissement du Labour Party, depuis août jusqu’à décembre 1917, qui n’a pas été assez remarqué chez nous, ne fait guère croire à une conversion.

C’est pour ces raisons que les négociations entre le gouvernement et les trade-unions ont une si grande importance. Elles peuvent influencer le cours des événements et on ne le sait pas chez nous, ce qui est fâcheux.

Voilà.

Et

[1] Charles Lyon-Caen (1843-1955). Agrégé de droit. Professeur de droit maritime et doyen honoraire de la faculté de droit. Membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

[2] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Charles Benoist, qui est membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1908.

12 janvier 1918

12 janvier 1918

 

Je reviens sur ce que je te disais hier de la visite d’Hallays et du voyage de Bucher [1]. Clemenceau le fit venir pour se documenter sur l’état de l’Allemagne, et Bucher fut obligé de travailler jour et nuit pour l’usage du président du Conseil. De plus, ce dernier le pria d’apprendre à House, l’homme de Wilson, ce qu’est la question alsacienne, question que les Américains comprenaient mal. Là encore, Bucher fit un travail formidable. Il paraît que House est reparti pour Washington tout à fait en état d’expliquer la question au président et à ses compatriotes.

Clemenceau offrit à Bucher de le garder auprès de lui, mais le docteur répondit qu’ici il ne servirait à rien, que son service l’intéressait vivement, qu’il y était nécessaire et que tous les renseignements qu’il avait, il les tenait justement de ce service. Clemenceau s’est rendu à ces raisons et il a été convenu qu’il le ferait venir de temps à autre pour se renseigner.

André Hallays, très fatigué, est en congé de deux mois. Il me dit qu’en ce moment l’armée, comme le civil, a repris confiance depuis l’arrivée de Clemenceau. Il entend dire aux poilus les mêmes choses qu’aux officiers généraux. Tous font l’apologie du Tigre pour les mêmes raisons, presque avec les mêmes mots. Les poursuites contre Caillaux auraient été accueillies comme une victoire par les officiers comme par les soldats. « Le jour où Le Petit Parisien est arrivé à Bechery (?), j’ai vu mes hommes accourir en fête, à croire que l’on avait pris Metz. » Je lui parle de la situation générale. « Extérieurement elle est mauvaise, me dit-il, intérieurement elle est bonne. » Je le pousse sur la question extérieure, il voit malgré tout les choses bien tourner. Mais ce sera pour l’année prochaine. Sur l’Italie, dont il me parle en fermant les yeux, il n’a pas de vues trop pessimistes. En revanche, il me trouve beaucoup trop noir. J’en ai eu la preuve tantôt, car il a appris ma nomination et me félicite en souhaitant que cet événement heureux dissipe mon pessimisme.

Je crois t’avoir dit les impressions de Bucher sur tous nos hommes de gouvernement qui ont tenu à causer avec lui, Briand, Viviani, Barthou, Leygues, etc. Bucher est effondré de leur puérilité et de leur ignorance. Briand peut-être plus que les autres.

Je crois bien que j’avais raison en pressentant la forte gaffe dans la reconnaissance de la Finlande. Milewski, que nous n’avions pas vu depuis quelques semaines parce que deux fois quinze jours de prison pour grippe, est arrivé tout plein de son sujet. Il ne revient pas de cette précipitation [2]. Maklakoff, avec qui il a dîné hier, lui a affirmé qu’on ne l’avait pas consulté, c’est parfaitement exact. Il avait vu Pichon la veille, il ne lui en avait pas soufflé mot, et, le lendemain, il apprend que c’est chose faite. La Finlande, nous dit Milewski, a été plus que boche durant toute la guerre, elle n’a pas fourni un volontaire à la Russie, mais, en revanche, a eu dans les rangs allemands une légion de trois ou quatre mille hommes qui a toujours combattu l’Entente. On lui donne une récompense humiliante pour les Russes qui restent fidèles et, politiquement, on donne à l’Allemagne tout le golfe de Finlande. Pétrograd ne sera plus qu’une bourgade. Je pense que ce n’est pas par amour pour la Russie que Milewski parle ainsi, mais bien parce que l’indépendance du royaume de Pologne serait bien compromise. Il voudrait que l’on trouve un moyen pour rattraper cela.

J’ai quitté la rédaction et Milewski pour aller au Père-Lachaise enterrer un vieux camarade, H. Gérard [3]. Je chemine derrière le corps avec Ribot à qui je parle de la séance d’hier [4]. Nous sommes du même avis en ce qui concerne la séance d’hier. On ne comprend pas pourquoi Clemenceau et Pichon n’ont pas fait précéder les interpellations d’une déclaration qui fut notre réponse. Au lieu de cela, Pichon a fait une sorte d’aveu d’impuissance à trouver une formule d’ensemble en accord avec tous les Alliés. Je demande à Ribot ce qu’il pense de l’intervention stupide de Briand, plaquée là on se sait pourquoi. Ribot me dit que Briand joue un jeu d’intrigue. Il me parle des bavardages de l’ancien président sur l’Alsace-Lorraine, que toute cette histoire bâtie sur la conversation de Coppet était enfantine, et Coppet lui-même prétend n’avoir jamais affirmé cette promesse allemande. Briand s’en tire en disant que Coppet père a complété ce que Coppet fils avait rapporté. « Quand on verra tout le dossier, a dit Ribot, on se rendra compte de la puérilité de cette histoire. » Il me parle aussi du rôle de Brocqueville dans l’affaire, disant blanc aux uns, noir aux autres. Le roi s’en est montré très irrité, il a retiré à Brocqueville son portefeuille et a failli lui enlever la présidence du Conseil.

Combe, notre rédacteur, qui est tout à fait acquis à Briand, était venu ce matin me dire d’un air à la fois grave et convaincu, alors que je faisais le procès de l’intervention inopportune de son chef de file : Mais Briand nous a dit dans les couloirs qu’il avait estimé devoir prendre la parole car, entre les Alliés, c’était une course au clocher à qui ferait le premier la paix. ? ? Puisse-t-il dire vrai ! Ce fut mon exclamation qui laissa mon homme abasourdi. Non, mais vois-tu cette raison !

Toujours l’esprit de l’escalier. Comme je reparle de Briand, cela me remet en mémoire le jugement de Bucher sur lui. Après avoir constaté sa parfaite ignorance, il ajoute que Briand semble toujours vous écouter en vue de se servir de ce que vous avez dit pour en tirer des arguments oratoires soit pour le Parlement soit pour les salons. Quant à discuter une question, quant à approfondir un point quelconque, jamais.

À l’Union, tout à l’heure, Gaiffier me demande si j’ai des nouvelles d’Italie. Celles qu’il reçoit sont très mauvaises. Il redoute le départ de Sonnino et la paix séparée. Je lui dis ce que je sais.

Veux-tu un mot assez amusant de Lachaud, le député radsoc ? Je le rencontre, il m’appelle au travers de la rue pour me raconter je ne sais quelle histoire d’interpellation. Clemenceau avait laissé sans réponse une question écrite qu’il lui posait.

Pichon n’avait pas cru pouvoir faire passer un consul devant un comité d’enquête nouveau, l’ayant déjà traduit une fois, et le consul ayant été frappé de six mois de suspension pour manquement grave. Lachaud trouvait la peine insuffisante. Clemenceau ne bougeant, mon Lachaud flanque une demande d’interpellation. Dans les vingt-quatre heures, il reçoit une lettre dans laquelle on fait droit à sa demande. Il me dit : Il est malin, le vieux singe – ce n’est pas un tigre.

À toi.

Et

[1] Pierre Bucher (1869-1921). Journaliste. Directeur de La Revue alsacienne illustrée. Il réclame la création d’un État alsacien-lorrain, étape du retour à la France. Clemenceau l’attache à l’ambassade de France à Berne (1918).

[2] La conférence de Brest-Litovsk est ajournée.

[3] H. Gérard (18-1918). Camarade de Nalèche. Il est enterré au Père-Lachaise le 12 janvier 1918.

[4] Le 11 janvier 1918 a lieu à la Chambre un débat sur la conduite diplomatique de la guerre. Y prennent part Mayéras, Thomas, Briand et Pichon.

11 janvier 1918

11 janvier 1918

 

Je ne t’avais pas noté hier les bruits qui circulaient de l’arrestation de Caillaux [1]. Comme cela arrive en moyenne une fois par semaine, je n’y avais pas prêté grande attention. Cependant, cette fois ils ont peut-être un fondement plus sérieux car la censure s’en est préoccupée et nous a téléphoné ce matin de ne pas parler de l’ouverture du coffre-fort de Florence, elle a même dit le coffre-fort de M. Caillaux à Florence.

La rumeur publique veut qu’on ait trouvé dans ce coffre tout le pot aux roses et, de là à préjuger l’arrestation de Caillaux, il n’y avait qu’un pas qui fut aisément franchi.

Il se place même hier, à la Chambre, un incident assez sérieux. Caillaux vint trouver un rédacteur du Matin, nommé Talabar [2], et lui demanda à brûle-pourpoint : Est-ce vrai que l’on parle de mon arrestation ? Talabar qui ne savait rien a joué l’homme qui sait. Il répondit : Mais oui, Monsieur le Président, on ne parle que de cela. Comment cela peut-il se faire, dit Caillaux, c’est grotesque et stupide. – Évidemment, mais il n’en est pas moins vrai qu’il n’est question que de cela. Caillaux partit, l’air assez embêté. Attendons.

J’ai su ce matin que Gauvain avait fait une petite erreur en parlant du message inopiné de Wilson. Il n’était pas inopiné, il l’avait mûri depuis fort longtemps et son intention était de le sortir à l’occasion du 1er janvier. Un télégramme l’avait annoncé, et l’agence Havas avait reçu les ordres pour recevoir sur le multiple un télégramme de trois mille mots, mais le document n’était jamais arrivé [3]. Ce ne fut qu’hier matin qu’on le reçut. Lloyd George, qui était en pourparlers avec Wilson, lui avait demandé de différer l’envoi du message. Le président y consentit, mais sa fureur fut grande lorsqu’il lut le discours anglais. Il modifia son propre message et c’est à cela qu’il faut attribuer les passages sur la Mésopotamie, les colonies, qui ne sont pas du goût anglais.

Ne trouves-tu pas qu’on a été bien élogieux et admiratif pour ce message, nous-mêmes du reste. J’avais fait, avant l’article, quelques observations à Gauvain mais ce dernier a estimé qu’il valait mieux le prendre comme cela, quitte à faire certaines critiques au fur et à mesure des événements. De plus, on me signale une erreur matérielle dans le passage concernant la Pologne. Il y est question de rivages qui n’ont jamais connu un seul Polonais. Pour un chef d’État, c’est un peu choquant.

Je me suis renseigné au sujet de ce que t’a raconté Deschamps. Si Pichon lui en a parlé, c’est bien qu’il voulait attirer l’attention sans doute sur le danger de blesser l’Italie en ce moment. Tu sais déjà que Deschamps est très bien avec certains fonctionnaires de la Guerre qui comptent parmi les plus intelligents, je te raconterai ce que j’avais entendu dire de lui. En rapprochant tous les faits, je ne serais pas étonné que ton camarade se soit fait, auprès de Pichon, le porte-parole de ceux qui sont préoccupés de nos troupes au-delà des Alpes. Le ministre aurait alors un peu forcé le péril des négociations particulières. Que te semble-t-il de ce raisonnement ?

En tout cas, le flirt dont tu m’as parlé a parfaitement existé. Les personnages qui s’y sont livrés n’étaient pas des mazettes. On a refait, il y a quelques semaines, les propositions qui avaient été faites déjà six mois auparavant. Jusqu’ici, ces conditions sont inacceptables pour l’Italie. Il ne s’agit que d’un petit morceau (le tiers environ) du Trentin, et l’Italie garderait la neutralité complète jusqu’à la fin de la guerre. Tu comprends l’impossibilité pour l’Italie d’accepter un si petit gage. Ce serait un désastre après leurs revendications solennelles. L’intermédiaire dans la négociation est Romberg [4], le ministre d’Allemagne à Berne. (Garde tout cela strictement dans ta poche).

Voici les dernières histoires de la boîte aux fausses nouvelles, j’ai nommé la préfecture de police.

On aurait trouvé dans le coffre-fort de Florence, d’abord la preuve que Caillaux avait mis une grosse partie de sa fortune à l’abri de l’impôt sur le revenu et des investigations indiscrètes françaises, puis tous les papiers d’Agadir, enfin une série de papiers personnels dans lesquels on espère trouver des pièces curieuses.

On dit encore à la préfecture que des négociations marchent avec l’Autriche, la Turquie et la Bulgarie pour arriver à faire pression sur l’Allemagne. Celle-ci se trouve maintenant acculée à ce dilemme : ou se résigner et traiter sur les bases Wilson-Lloyd George, ou continuer la guerre, sacrifier de nouveau un million d’hommes et affronter deux années encore de misères.

Voilà.

Ton vieil

Et

[1] Joseph Caillaux est arrêté le 14 janvier 1918.

[2] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Gilbert Talabard, journaliste au Matin.

[3] Il s’agit peut-être de la note Wilson. Le 8 janvier, Wilson présente son plan de paix au Congrès américain en « 14 points ». Le parti travailliste américain approuve les « 14 points » de Wilson. Le Parlement français adopte le plan Wilson des 14 points par 377 voix contre 113.

[4] de Romberg. Allemand. Diplomate. Ministre plénipotentiaire d’Allemagne à Berne.

8-9 janvier 1918

8-9 janvier 1918

 

Pas un quart d’heure hier pour perpétrer mon pensum. Je reçois de Londres une lettre privée qui modifie considérablement l’impression qu’on a tirée du discours de Lloyd George. Voici : Une dépêche Reuter de ce matin (7 janvier) dit que la presse française accueille à l’unanimité la déclaration britannique et qu’elle est émue de ce que Lloyd George s’est tourné vers Albert Thomas et lui a dit que lui et le monde britannique ont décidé de soutenir la France jusqu’à la mort pour la restitution de l’Alsace-Lorraine. Lloyd George a parlé simplement de la révision (reconsideration) des torts commis en 1871, ce que tout le monde interprète comme voulant dire referendum. V. Morning Post, Observer, Reynolds, Daily News, Snowden [1], Ramsay Mac Donald [2], etc. Les journaux lloyd-georgiens, Times, Daily Chronicle évitent avec le plus grand soin, en donnant des extraits du discours, de reproduire le mot reconsideration. C’est significatif. Le Morning Post dit carrément que le terme est équivoque. Dans le public, l’opinion est que Lloyd George a capitulé devant le Labour Party. C’est très joli, mais je voudrais bien voir ceux qui le critiquent à sa place. Comment feraient-ils ? Il voulait des hommes, on les lui a donnés à des conditions à prendre ou à laisser. Et puis, l’Irlande les empoisonne. Elle ne donne pas d’hommes et quand on proposera le referendum pour l’Alsace, d’autres le demanderont pour l’Irlande…

Albert Thomas avait écrit de Londres à Gauvain en lui disant qu’il suivait tous ses articles et qu’il aurait le plus grand désir de causer avec lui, que, rentrant à Paris lundi, il prendrait volontiers rendez-vous avec lui dès mardi. Gauvain l’a vu hier, il lui a raconté des choses très intéressantes sur la situation des partis en Angleterre. Gauvain n’a pas cru pouvoir me les répéter dans le téléphone. En tout cas, Thomas ne pense pas prendre une grande part à l’interpellation de demain. On en a cependant un peu élargi le sujet, mais il préfère se réserver pour plus tard lorsque l’occasion se présentera d’un débat sur la politique générale.

Tu as su le propos qu’on prête au roi d’Espagne dans une conversation avec Thierry. Alphonse XIII aurait dit à notre ambassadeur : « Vous allez avoir à subir un choc très fort, comme cela est arrivé pour Verdun. Il est probable que le résultat sera le même. Mais il vous faut tenir, tenir à tout prix, l’Allemagne n’en a plus que pour six mois, après elle signera la paix que vous désirez. »

Entre nous, je me méfie un peu de l’authenticité des paroles de cette nature tenues par un souverain neutre à un ambassadeur belligérant.

D’autre part, Arcos [3], le secrétaire de l’ambassade d’Espagne à Berlin, a passé par Paris où il a raconté qu’il avait récemment dîné avec Guillaume II qu’il n’avait pas vu depuis assez longtemps. Il a trouvé un vieillard complètement blanc, très voûté, et qui n’a pas ouvert la bouche pendant tout le repas [4].

Un des nôtres a vu Pichon il y a deux jours. Il l’a trouvé très sombre et très préoccupé. Il ne lui a pas caché que les affaires ne marchaient pas bien, que l’on ne s’entendait guère entre alliés, que les Anglais marchaient suivant leurs idées et surtout que Sonnino était insupportable. Ses prétentions, loin d’avoir été diminuées en raison des faiblesses de son armée, se maintenaient plus fermes et plus étroites que jamais. En contradiction complète avec les déclarations que Clemenceau nous avait faites et dans lesquelles le président du Conseil déclarait au contraire avoir trouvé Sonnino admirable, Pichon, lui, prétend que le ministre italien a tenu à jouer ce rôle de maître chanteur (le mot n’est pas du ministre français) à la conférence même.

Je crois t’avoir parlé hier d’un coup de téléphone de Raffalovitch. Ce dernier avait ajouté qu’il avait été très regrettable que l’on se soit si vite décidé à reconnaître l’indépendance de la Finlande [5] et qu’on avait ainsi acquiescé à une mesure du gouvernement bolchevikiste. J’avoue que cela m’avait sauté aux yeux et que je t’en avais même fait la réflexion estimant que, si l’on reconnaissait la Finlande, l’Ukraine, etc., on semblerait peut-être aussi reconnaître implicitement la Russie des bolcheviks [6]. Eh bien, Pichon n’était pas partisan d’agir si vite, il l’avait déclaré. Je ne serais pas étonné que ce soit un coup de tête du Tigre. Il est sujet à des coups de tête de cette nature. J’ai beau faire, je ne m’habitue pas à voir Clemenceau au pouvoir. Je me fais bien une raison et je conviens qu’il prend des mesures qu’aucun autre n’oserait prendre, mais je redoute les conséquences de certaines décisions prises sans réflexion et, hélas, souvent par passion ou parti pris contre quelqu’un ou quelque chose. Espérons que cela tournera bien mais je n’ai pas confiance.

En attendant, on reste toujours perplexe au sujet de Caillaux, bien que, dans son cabinet, on prétende être très sûr de l’affaire. Un des chefs adjoints, ancien sous-préfet de Morlaix [7], a déclaré à l’un de nos reporters que Caillaux était pris et bien pris, qu’il ne pouvait pas en dire plus quant à présent, mais qu’on pouvait être tranquille.

[1] Philip Snowden (1864-1937). Anglais. Homme politique. Député travailliste. Pacifiste, il soutient les objecteurs de conscience et n’est pas réélu en 1918.

[2] James Ramsay Mac Donald (1866-1937). Anglais. Homme politique. Chef du parti travailliste (1911-1914).

[3] Arcos. Espagnol. Diplomate. Secrétaire d’ambassade à l’ambassade d’Espagne à Berlin.

[4] Guillaume II (1859-1941). Il a alors 59 ans.

[5] Le 6 janvier 1918, le gouvernement allemand et le gouvernement russe reconnaissent l’indépendance de la Finlande.

[6] Cf. lettre du 5 janvier 1918.

[7] Non identifié.

6 janvier 1918

6 janvier 1918

 

Le discours de Lloyd George [1] ce matin ! Ah ! ce discours, venant après la lettre dont je te citais des extraits, et tant d’autres de mon ami de Londres [2] dont je t’ai fait part même lorsque tu étais aux armées [3], comme on le comprend. Je n’ose pas te dire tout ce que j’en pense car il me faudrait coordonner mes pensées, les grouper, les composer et je n’en ai pas le temps. Tu me comprends, c’est l’essentiel, mais quelle page il y aurait à écrire si l’on osait, une bonne fois, dire des vérités que Lloyd George effleure (et c’est déjà beau) mais ne dit pas carrément.

Et pour l’avenir, quelle perspective, ce matin je le disais à Gauvain en m’expliquant avec lui pour son article. Ne trouves-tu pas extraordinaire qu’un Premier anglais ait choisi, pour donner les buts de guerre de l’Entente en réponse aux Centraux, ait choisi non pas une assemblée de diplomates, non pas un Parlement, mais directement un parti, et quel parti ? les trade-unions, le Labour Party. Cela m’apparaît comme une consécration. Aveugles et fous ceux qui ne veulent pas le voir, et ils sont nombreux. Ce matin, je me suis époumonné à chercher à démontrer que le parti socialiste, qui semble avoir été battu en brèche, n’en tient pas moins le monde du travail et il faut compter avec ce dernier. Ce ne sont pas les lourdes arguties du Temps défendant le parti radical, ou les dilettantismes de Capus ou de Beaunier, qui arrêteront la marche de l’humanité. Il n’est que temps de s’en aviser et de s’assurer contre les risques. Vois-tu, mon pauvre vieux, je sais bien que je prêche dans le désert et que les deux côtés me lapideront.

Confidentiel. En tout cas, j’ai reçu, après un coup de téléphone urgent, la visite d’un homme qui, lui au moins, est tout à fait au courant des idées du XXe siècle. Cet homme compréhensif est notre cher comte de Fels. Lui aussi est piqué de la tarentule du rôle à jouer. Il est venu, de son ton définitif, m’expliquer qu’il était le seul homme peut-être en France au courant des relations franco-vaticanesques. Son passé (deux ans de stage à l’ambassade) lui avait fait connaître tous les détours du Saint-Siège, j’allais dire du sérail, et il était l’homme désigné pour être envoyé à Rome en reconnaissance. Le pape avait été son camarade en tant que della Chiesa, il était capable de voir jusqu’à quel point le pontife pourrait aider la France. Il désirait que je voie Cambon, que je le présente et que je lui ménage une entrevue. Vois-tu, mon cher Pierre, ainsi qu’il me l’a dit, le pape ne peut voir que des aristocrates, c’est une chose à ne pas répandre dans nos milieux démocratiques, mais il ne saurait s’accommoder de plébéiens. Donc… Dieu que c’est beau. Je ne puis faire autrement que de voir Cambon et lui recommander un homme qui est de lignée assez haute pour être admis dans l’intimité du marquis della Chiesa, vicaire de Jésus-Christ sur terre.

Vois-tu, M. le comte de Fels voudrait être l’artisan de la réconciliation du Saint-Siège avec la République française, et ce sont les articles de Lazare Weiller qui ont surexcité son désir de jouer le grand rôle. Il prétend que Lazare Weiller est venu le trouver pour le consulter comme compétence, il a dû aller travailler notre Israélite qui a promis d’en parler à Clemenceau. Mais le comte est renseigné, il sait que Lazare Weiller n’a que peu d’influence sur le Tigre, alors il lui faut d’autres pistons.

Le déjeuner de ce matin n’a pas donné grand-chose. Echange d’idées, historiettes amusantes mais peu à retenir, sauf que le correspondant de Florence [4] redoute une dérobade italienne. Il voudrait qu’ici nous démolissions Sonnino. Oui, mais par qui le remplacer ? Orlando [5] ? Oui, mais lui aussi bien peu sûr. Maurice Pernot est convaincu que la chute de Sonnino livrerait l’Italie aux pacifistes et aux neutralistes, par conséquent on avancerait la catastrophe. Maurice Pernot n’envisage du reste pas celle-ci aussi tragiquement que bien d’autres. Il n’a peut-être pas tort.

Une bonne anecdote.

Hier au soir, Maurice Pernot était avec Clémentel qui lui annonce la reconnaissance de la Finlande. – Vous n’avez certainement pas fait cela sans avoir pris vos avantages. – Mais quels avantages ? – Comment quels avantages, mais la Suède s’est fait reconnaître des tas de choses. J’espère bien que vous avez déterminé des fournitures de bois, de marchandises de toute nature. – Ah, mais c’est vrai, vous avez raison, je n’y ai pas pensé. Demandez-moi au téléphone le ministre des Affaires étrangères.

– Allo ! Allo ! le ministre des Affaires étrangères.

– M. le ministre dîne en ville.

– Je lui téléphonerai plus tard.

Nous sommes bien tranquilles, rien n’aura été fait.

Ton vieil

Et

[1] Le 5 janvier 1918, Lloyd George fait un important discours sur les buts de guerre des Alliés à la conférence des trade-unions.

[2] Non identifié.

[3] Cf. lettres des 6 mai 1917, 11 mai 1917, 27 juillet 1917, 28 décembre 1917, 6 janvier 1918.

[4] Il s’agit de Jean Alazard. Cf. lettres des 29 et 31 décembre 1917.

[5] Vittorio Orlando (1860-1952). Italien. Président du Conseil (1917-1919).

5 janvier 1918

5 janvier 1918

 

Mon papier était si long hier, qu’aujourd’hui je vais te laisser reposer. J’ai bien vu un certain nombre de personnes mais pas grand-chose d’intéressant. On a surtout parlé de la Russie et l’on se demande si ce n’est pas une nouvelle comédie que l’on joue de façon à entraîner les Alliés du côté de ces défenseurs de la liberté des nations et, en les prenant ainsi dans un piège, hâter la paix générale.

On se demandait également si l’Entente n’allait pas reconnaître les États qui se sont séparés des bolcheviks. La Suède vient de reconnaître la Finlande [1], la France reconnaîtrait-elle l’Ukraine ? Dans ce cas, on reconnaîtrait implicitement l’État soumis aux maximalistes.

J’ai entendu dire ce soir, étant allé voir le bon Chantavoine [2] qui est malade, par des intellectuels russes, que Lénine était un convaincu, qu’il était persuadé qu’il amènerait la révolution en Allemagne. En revanche, ces mêmes intellectuels déclaraient que Trotski [3] qui, lui, était vénal, avait été acheté par les Américains [4]. La comédie n’existerait donc pas et l’attitude serait réelle et voulue.

Tout cela n’est bon qu’à noter sans y attacher plus d’importance qu’il ne faut, car les incidents, les coups de théâtre ne sont pas terminés en Russie.

Extraits de lettre du neveu :

« On vient de faire cet après-midi une opération partielle sur le Tomba [5] qui a très bien réussi, elle aura une plus grande influence morale que matérielle. C’est un exemple, et il était bon qu’il vienne de nous avant les Anglais. De plus, c’est une situation locale améliorée, au moins provisoirement, car il faut toujours attendre la riposte du Boche.

« Il paraît que vous trouvez que nous ne voyons pas très juste ici et que nous errons un peu. J’aimerais bien connaître qui et en quoi. Il me semble cependant que nous sommes assez sages. Le sentiment se résume en ceci : affaire mal embarquée dont il faut essayer de tirer le profit qu’on peut puisqu’on est venu. La question de l’instruction est réglée en ce sens qu’on va faire des camps d’instruction modèles, tous français, et on espère que les Italiens, séduits, demanderont spontanément à venir s’y mettre à l’école. Raisonnement digne de toute notre politique, on verra bien ce qu’il donnera. Quant à la situation plus générale ; croyance, qui semble assez fondée, que la victoire militaire est un mythe et que le temps, au moins dans ce domaine, ne travaille pas pour nous malgré les Américains, au contraire. Le gouvernement a sans doute d’autres lumières et d’autres idées. On verra encore. Jusqu’à présent, la suite était assez facile à prévoir car elle était logique et on continue de raisonner dans l’idéal. Le temps d’un autre idéal, non moins mythique, celui du soviet, pourrait bien venir.… »

Tu as vu un blanc de la censure dans le numéro de ce soir. C’était une dépêche de notre correspondant de Suisse signalant le passage de gros canons autrichiens en route pour la Haute-Alsace. ??

À toi.

Et

[1] La Suède reconnaît l’indépendance de la Finlande le 4 janvier 1918, et le gouvernement allemand le 6 janvier.

[2] Henri Chantavoine (1850-1918) meurt le 26 août 1918.

[3] Lev Davidovitch Trotski (1879-1940). Russe. Homme politique. En 1898, il est arrêté pour ses idées révolutionnaires et déporté en Sibérie. Évadé, il rejoint Lénine à Londres. De retour en Russie en 1917, il ralllie les Bolcheviks et est l’un des organisateurs de la révolution d’Octobre. Commissaire du peuple à la Guerre, il crée l’Armée rouge.

[4] Le 30 décembre 1917, Trotski invite les gouvernements alliés à ouvrir des négociations de paix.

[5] Le 30 décembre 1917, une contre-attaque française de la 37e division d’infanterie reprend à l’ennemi le mont Tomba.