Archives de l’auteur : Odile Gaultier Voituriez

20 mai 1919

            20 mai 1919

            Obligé d’aller aujourd’hui voir Sellier [1], le directeur général des Fonds aux Finances, j’ai causé avec lui une bonne demi-heure. La situation est certainement très difficile, mais elle l’est beaucoup moins du fait des conséquences de la guerre que de l’absolue désorganisation de tout le ministère. C’est à reprendre de fond en comble. Le personnel, qui avait déjà été réduit avant la guerre, se trouve maintenant, après la démobilisation, réduit encore de quatre-vingt-douze employés. Il y a deux cents milliards dont les titres ne reposent dans aucun coffre, aucune armoire, et quarante millions de coupons de change que l’on ne peut toucher faute de personnel. On envoie notes sur notes au ministre qui n’en tient aucun compte. La réduction du personnel a été faite par mesures d’économie, et Dieu sait ce que coûte cette économie. Les titres dont je parlais ont été placés dans les grandes galeries de Flore [2] dans des ronds dessinés à la craie. Quelle sécurité ! Et en ce moment, quels services ne rendraient pas ces coupons pour l’amélioration du change.

            – Cependant, lui dis-je, le ministre était assez travailleur.

            – Certainement, il l’était quand il est venu ici en 1911, je l’ai connu très laborieux, mais maintenant il ne travaille plus, il est agité. Il ne lit plus les papiers qu’on lui envoie. J’en ai les preuves chaque jour. Il griffonne une note dessus sans savoir ce qu’elle contient. Constamment je reçois, venant du cabinet, un rapport que j’ai adressé. Ce rapport me revient avec la mention « pour avis ». Certaines dépêches qu’il a signées et adressées aux Affaires étrangères font retour, il les envoie dans les services avec la mention « urgent », et c’est fait. Il y a quelques jours, il y avait à débattre une question importante et le ministre avait convoqué plusieurs de ses collègues, Loucheur, Clémentel, etc. La discussion commence. Pendant qu’on causait, il se fait apporter le courrier et signe sans désemparer. Ceci achevé, il est allé recevoir quelqu’un dans le cabinet à côté. Une fois rentré, on avait porté Le Temps, il le déplie et se met à le lire. Quand il eut parcouru son journal, il sonna au téléphone et se mit à causer avec quelqu’un d’une invitation à dîner, et comme la conversation des autres ministres le gênait, il les pria de se taire un instant. Tous étaient stupéfaits.

            C’est dans ces conditions qu’il sortit son impôt sur le capital. Il avait commencé par déclarer : J’étudie un nouvel impôt sur le capital, il faut que l’exposé des motifs soit très court. Je suis en train de rédiger le dispositif. Or rien, il n’avait absolument pas étudié quoi que ce soit. De sorte que l’un des membres de la commission lui dit : Eh bien, puisque vous êtes déjà aussi avancé et que vous en êtes au dispositif, vous devez savoir à peu près combien il rapportera. Il fut interloqué et une minute et demie se passa avant sa réponse, et c’est long une minute et demie dans ces circonstances. Il reprit son aplomb et, gesticulant avec son crayon, il déclara : soixante milliards si l’impôt est bien appliqué, et s’il est moins bien perçu, quarante milliards. (Il avait cru faire impression sur les socialistes.)

            Sellier est d’avis que la situation est bien moins mauvaise qu’on ne s’en va le répétant. Il est persuadé qu’un bon ministre, avec de la volonté, pourrait en sortir et beaucoup plus vite qu’on pourrait le croire. Si une catastrophe se produisait, elle serait due à l’incapacité de ceux qui gouvernent et pas du tout à la situation du pays.

À toi.

Et


[1] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit d’Alexandre Celier (1881-1952). Inspecteur des Finances, il est chef de cabinet du ministre des Finances en 1917 et directeur du Mouvement général des Fonds de 1918 à 1921. Administrateur de banques.

[2] Le ministère des Finances a son siège au pavillon de Flore 93, rue de Rivoli, Paris, Ier.

19 mai 1919

            19 mai 1919

            Assez longuement causé avec Cambon ce matin au Suez. Je lui avais écrit il y a trois ou quatre jours pour lui demander si le ministère des Affaires étrangères m’avait dit la vérité en m’annonçant le transport des négociations sur les affaires en Orient à Londres. L’ambassadeur me prend à part pour me donner la réponse. C’est exact, mais il est extrêmement embarrassé. Confidentiellement, il me confie qu’il ne peut arriver à savoir ce que l’on désire ici, quelle est la politique française, et si même il y en a une.

            Le War Office prétend que tout l’Orient est en ce moment encore réquisitionné et doit être soumis au régime militaire. Le Foreign Office n’est pas de cet avis, mais c’est le War Office qui commande. Néanmoins, Paul Cambon est allé trouver Curzon et lui a dit : Il faut que nous en finissions, la situation actuelle ne peut se prolonger. Voulez-vous que nous l’étudiions ensemble ? Curzon a répondu en lui disant qu’il était de son avis et qu’il était prêt à discuter. Mais Cambon était-il sûr que ses décisions seraient acceptées par le gouvernement français ? Cambon a aussitôt télégraphié pour demander à Paris ce qu’on pensait, et en tout cas qu’on lui donne quelques instructions. Aucune réponse. Quelques jours après, on apprend au Foreign Office à Cambon qu’on est très étonné, que Fayçal a reçu une lettre personnelle de Clemenceau et que ce dernier a promis l’autonomie de la Syrie. Il télégraphie à Paris d’où on ne répond encore pas ou très évasivement. De sorte que voici un négociateur qui ne sait même pas quelles sont les promesses que l’on a faites à l’autre partie. En tout cas, on lui apprend du Quai l’existence d’une lettre de Fayçal remerciant le président, et c’est tout. Pendant ce temps-là, l’émir balade sa lettre partout et en fait grand état.

            Quelle cacophonie !

            Aujourd’hui, c’est le jour de l’Orient. Je reçois la visite d’un garçon dont toute la famille est dans le Levant. Dans la soirée, on m’a présenté des représentants de la presse de toute nation. Je demande à un Espagnol arrivé le matin de Madrid comment il a laissé son pays. D’une voix sombre, il me dit qu’il l’a laissé dans un abîme de ténèbres, qu’au fur et à mesure que les autres pays progressent, l’Espagne recule de plus en plus. Comme ce journaliste est avec Bréal, je pense qu’il représente un des partis les plus avancés. Dumont-Wilden, lui, rentre de Belgique. Il estime que la situation est moins mauvaise, malgré tout, le chômage continue à rester un danger.

            Tu as vu ce matin les démentis Jonnart après l’annonce de l’acceptation. Je crois que le démenti est là pour gagner du temps. On parle du successeur en Algérie et on met en avant le nom de Raoul Péret.

            Je crois t’avoir raconté naguère l’incident Raoul Péret à propos du gouverneur de l’Algérie. Jonnart l’avait, à cette époque-là, choisi pour son successeur, puis on lui avait offert la Tunisie, ce qu’il avait refusé avec indignation. Je ne sais pas si cette fois on le prendra, mais il y en a un qui croit à sa nomination, c’est M. de Selves. Il l’a dit tout à l’heure à l’un de nos collaborateurs.

            Si vraiment notre diplomatie est menée comme peut nous le faire croire l’anecdote suivante, nous sommes frais. Tu as lu dans le journal de ce soir ce cri d’alarme poussé à Londres contre les mesures prises ou à prendre à l’égard des étrangers. La censure nous dit qu’elle ne peut nous donner le visa. Je lui demande pourquoi. Elle me répond qu’il pourrait arriver que le gouvernement britannique demandât une explication à notre ministre. Mais, Monsieur, dis-je, si personne ne proteste, il n’y a alors qu’à laisser l’Angleterre nous manger la laine sur le dos. Dans un cas comme celui-ci, il est de toute nécessité que l’opinion publique se regimbe. C’est au contraire une force pour un ministre que de pouvoir s’appuyer sur des articles de journaux. – Vous avez sûrement raison, mais nous, nous exécutons les consignes. Il faut voir comme le gouvernement anglais sait jouer de la presse et de l’opinion publique quand elle veut mettre un projet étranger en échec !

            Mais, pendant ce temps-là, on laisse passer dans L’Action française une violente diatribe contre Lansing, ce qui alors est très grave car il s’agit là de mécontenter tout un peuple dans ses rapports avec nous, et non pas de discuter l’opportunité plus ou moins grande d’un projet de loi ou de défendre nos propres intérêts.

À toi.

Et

18 mai 1919

            18 mai 1919

            Rien à raconter aujourd’hui car je crois bien t’avoir dit ce que j’avais recueilli aux Affaires étrangères sur la manière dont les Italiens étaient revenus. Pendant leur absence, on avait prié Venizélos d’opérer sous la protection alliée le débarquement en Grèce. Venizélos avait accepté. Aussitôt, les Italiens sont revenus à Paris. On ne leur a donné que l’après-midi pour se décider. Ils décidèrent de permettre l’opération à condition qu’ils puissent y coopérer. Voilà pourquoi ils y ont une escouade.

            Toujours les Italiens. En déjeunant tout à l’heure, Pierrefeu qui était en Italie nous a raconté une anecdote assez amusante et qu’il a entendue.

            Le chef d’état-major est venu trouver nos officiers au jour de Caporetto et leur demande : Combien de prisonniers ? – Cinquante mille. – Oh ! seulement, que je suis content. Le général a passé sa nuit à pleurer (?), on s’attendait à beaucoup plus.

            – Et où est-il le général ?

            – Il n’est pas là. Il est parti pour Paris pour se distraire.

            Que dis-tu de cela ?

À toi.

Et

17 mai 1919

            17 mai 1919

            Voici un mot reçu aujourd’hui du même correspondant dont je t’ai donné une partie de la lettre hier. Ce mot est daté 18 avril :

            J’apprends aujourd’hui qu’une convention a été conclue à Sébastopol entre notre colonel français et les délégués de l’armée rouge par l’intermédiaire du maire de la ville. On a stipulé une suspension d’armes jusqu’au 25 avril, ce qui permettra aux gouvernements alliés de faire connaître leurs intentions définitives au sujet du maintien de l’occupation de Sébastopol ou de l’évacuation totale.

            La chose est très importante pour un grand port de guerre comme Sébastopol car les bolcheviks y pourront faire des armements qui seraient une gêne pour nous en mer Noire.

            Je me demande comment on va conclure. La chose est intéressante à suivre.

            Les journaux de ce matin parlaient des affaires d’Orient comme si elles étaient réglées. Ce n’est pas exact. La vérité est ce que je te disais hier au soir. Il n’y a encore que des présomptions.

            On est, dans certains milieux, très monté contre la future organisation de ce qui fut l’empire ottoman. On a raison quand on dit que chaque portion donnée à une nation est quelque chose que l’on retire à la France, mais, malheureusement, l’empire est condamné et nous ne pouvons songer à le maintenir seuls. Il faudrait que notre diplomatie prenne ses précautions et je n’ai guère confiance en son énergie. On parle beaucoup dans l’opposition d’une lettre que Clemenceau aurait écrite lui-même à Fayçal.

À toi.

Et

16 mai 1919

            16 mai 1919

            Les nouvelles ne sont guère bonnes. La grève a une allure assez louche. Pendant toute la matinée, elle n’a donné lieu à aucun incident. Mais, vers 1h, des attroupements ont commencé à se former dans la périphérie. Les métros ont été envahis par des groupes, du reste assez calmes, se rendant à des endroits non prévus.

            Autour de la Grange-aux-Belles, de la Bourse du travail, on relève la présence de meneurs qui donnent à la foule des instructions prescrivant d’éviter tout contact avec les forces de police et de se tenir prêts pour une grande manifestation. À 2h, la police ne connaissait ni le sens ni le but de cette grève. On croit que les dirigeants voudraient soulever un grand mouvement général.

            Les métros seront sans doute en grève demain, et on se demande si cette grève ne serait pas une bonne chose pour amener l’échec des projets révolutionnaires.

            Autre chose qui a son importance. La Dépêche de Toulouse a reçu la nouvelle que le 57e d’artillerie était sorti drapeau rouge en tête, avait massacré les sentinelles et s’était heurté aux Dragons avec lesquels il y eut un conflit sanglant. Je n’en sais pas plus long. La personne qui voulait me téléphoner cette nouvelle a été immédiatement coupée par la censure et a reçu l’avis de n’avoir pas à dire un mot de cette affaire. Elle est alors venue me le dire. Les choses, du reste, sont peut-être beaucoup moins graves que la distance et le laconisme peuvent le faire supposer. Si ces hommes ont tué les sentinelles, c’est donc que tout le régiment n’était pas révolté. Enfin, nous verrons.

            Autre chose que j’aurais voulu te dire hier et qui prend un peu plus d’intérêt ce matin à la lecture des dépêches annonçant l’arrêt de la marche sur Pétrograd que Le Matin a obéi à des ordres mystérieux. Je me demande si ce n’est pas ce que j’avais appris hier qui est la véritable cause. Tu as vu que, ces jours-ci jusqu’à ce matin, nos journaux ont fait l’apologie de Koltchak, sa marche triomphale, etc. Or notre presse a assez mal choisi son moment car le centre Koltchak serait tout à fait enfoncé.

            Un jeune Russe qui est ici me dit aujourd’hui que l’armée Koltchak n’est guère plus sûre que les autres et qu’il pourrait bien arriver qu’une fois les Alliés venus pour l’aider, Koltchak reconnu, etc., elle pourrait très bien passer au bolchevisme.

À toi.

Et

15 mai 1919

            15 mai 1919 [1]

            Venizélos annonçait dès hier au soir que les Grecs avaient débarqué à Smyrne. Le ministère prétend qu’il s’agit d’une opération interalliée, et une dépêche du Petit Parisien de ce matin la laisse prévoir, mais, à midi, la légation nous communique un télégramme envoyé à l’Havas par l’agence d’Athènes disant que c’est un fait accompli. Le Quai d’Orsay est fort embarrassé car il ne voudrait pas que l’on sache que la prétendue opération interalliée est en réalité un débarquement grec sous la protection d’un navire de guerre français. Il paraîtrait qu’on cède aux Anglais non seulement Smyrne mais un immense hinterland, et cela non plus on veut le cacher le plus longtemps possible. On nous dit que c’est pour éviter un massacre de Grecs. Il est certain que c’est notre rusé Grec qui a mis cela dans la tête de notre diplomatie. En ne disant rien, on placera tout le monde devant le fait accompli. Il me paraît bien près de l’être. En tout cas, je donne les ordres pour que les deux dépêches figurent ensemble. La censure me donne l’ordre formel de supprimer le télégramme grec.

            Es-tu au courant du conflit Vatican-Monaco ? Le prince a un nonce qui est tout à fait proboche. Il insiste auprès de la cour pontificale pour qu’on le change, mais le pape ne veut rien savoir et l’affaire en est là, le prince est empoisonné. Pendant qu’on parlait de cela ce matin à la rédaction, quelqu’un nous a raconté une scène assez comique à laquelle il a assisté. C’était à Monte-Carlo, dans une tournée organisée par la YMCA [2]. Le prince avait fait les plus grands frais pour recevoir la caravane américaine qui avait été comblée d’attentions. Cette caravane était conduite par une de ces petites femmes que tu rencontres faisant visiter Paris à des bandes de Yanks. Une fois sur la terrasse de Monte-Carlo, après avoir donné toutes les explications du paysage, elle montre le château de Monaco : C’est là qu’habite le prince à qui appartient tout ce que vous voyez. C’est une honte qu’un prince tire ainsi sa fortune d’une maison de jeu dans laquelle tout le monde vient se ruiner, etc., etc. C’était un joli remerciement pour tous les avantages dont avait joui la troupe.

            À la messe pour Charmes, trouvé entre autres Stanislas de Castellane [3]. Je lui demande s’il est vrai que, ainsi qu’on me l’a dit dans le Cantal, il va se présenter. Il y travaille. Avec le scrutin d’arrondissement il a beaucoup de chance, moins avec le scrutin de liste. Il est persuadé qu’avec un peu d’argent et de la bonne volonté, on pourrait arriver cependant à changer tout le personnel parlementaire du département. Il regrette beaucoup Charmes qui représentait pour lui une grosse action.

            J’ai reçu un extrait de la presse espagnole. C’est bien curieux. Les positions sont reprises sur le traité de paix exactement comme avant la guerre. Je dois dire qu’il y a bien plus de journaux germanophiles qu’aliadophiles[4].

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix du 13 mai où le comte de Brockdorff-Rantzau déclare (note à Clemenceau) que l’Allemagne refuse d’accepter la clause de responsabilité unique de la guerre, ni celle du 15 mai où sont examinées les conditions militaires à imposer à l’Autriche.

[2] Young Men’s Christian Association est une association fondée en 1844 en Angleterre par sir George Williams et destinée à améliorer les conditions de travail des jeunes.

[3] Stanislas de Castellane est en effet élu député gauche républicaine démocratique du Cantal en 1919.

[4] Aliadophiles.

13-14 mai 1919

            13-14 mai 1919 [1]

            Hier, journée remplie mais tranquille. Réunion chez Gauvain avec les délégués arméniens. Ceux-ci sont encore indécis sur les modalités de gouvernement dans leur pays de nationalités si diverses et où ils sont en minorité. On discute une heure environ, et on convient de laisser une certaine autonomie aux Kurdes. Il est très probable du reste que le pays sera soumis au mandat américain. Un des délégués craint beaucoup qu’étant donné la richesse du sous-sol où l’on trouve de tout, l’agriculture ne soit délaissée. Il faudrait que l’on puisse prévoir cela pour quelques années au moins. Il redoute aussi que, fidèles à leurs habitudes, les Américains ne cherchent à truster quelque chose dès leur arrivée.

            À dix heures et demie du soir, une automobile avec un chauffeur militaire italien m’apporte la lettre de Camastra. Il y répète à peu près ce qu’il m’avait dit. Il serait bien facile d’y répondre. Évidemment, ce duc, en voyant l’insertion in extenso de la lettre de Salvemini, a voulu lui aussi jouer son rôle dans la partie. Mais Salvemini est un écrivain de grand mérite et Camastra n’est que Camastra. Je lui réponds une lettre fort courtoise pour refuser sa copie. Il va sans doute me riposter par des injures contre les Débats. Je te montrerai les lettres échangées.

            T’ai-je dit, toujours à propos de la même question, que Quellenec m’a adressé une longue lettre d’exposition de la question Buccari ? Cette lettre, techniquement, est intéressante sur la creusée du port et je la publierai car il a été suffisamment désigné par M. de Martonne [2], et puis ce sera un moyen d’éteindre cet argument du port. On peut toujours créer un port mais il est plus difficile de créer une ville, et tu verras par l’étude de Quellenec ce que coûterait le port de Buccari. Notre naïf ingénieur me disait qu’on demanderait d’en payer les frais, il sera probablement très étonné lorsqu’on lui montrera que les Italiens préféreraient sûrement livrer Fiume que voir se construire un port à côté.

            Confidentielle absolument.

            Mais ce que ce matin j’ai vu de plus curieux, et quand tu auras lu je te prie de l’oublier, ce sont deux photographies de lettres avec en-tête du Temps signées de Charles Rivet [3]. L’une est de février 1917, l’autre est d’octobre ou novembre même année.

            Si tu as lu Le Temps de ces jours-ci, tu as dû voir que cette honnête feuille se livrait à de violentes attaques contre le Comité polonais. Ces deux lettres montrent pourquoi les attaques. Dans la première, Rivet déclare que le moment est venu, qu’il se charge de faire dans Le Temps une campagne en faveur du comité moyennant, pour ce journal, une somme de cent mille francs. On commencerait par des articles qui seraient payés à raison de mille ou mille cinq cents francs, etc., etc. Dans la seconde, Rivet se plaint qu’on le lanterne, depuis des mois il demande qu’on aboutisse au plus tôt, qu’il est dévoué, mais qu’il faut qu’on lui fournisse les moyens de l’être, qu’il est engagé vis-à-vis du journal, qu’on a confiance en lui mais que, tout de même, on lui demande compte de ces retards, etc.

            Je crois bien que le comité a cherché à négocier, mais il s’est aperçu qu’il fallait verser d’abord cent mille francs, puis mille ou mille cinq cents pour chaque article. Devant l’énormité de ces prétentions, il a, je crois, canné. Alors on a déclenché la campagne contraire. Mais ces lettres, après avoir été entre les mains de celui à qui elles étaient adressées et qui ne voulait pas s’en servir, sont maintenant dans les mains du comité. Il est probable que celui-ci ne les livrera pas tout de suite au public, mais il doit espérer arrêter la campagne grâce à elles.

À toi.

Et

            Quelle caverne ! Je t’assure que lorsqu’on voit de pareilles turpitudes, on se sent découragé de l’œuvre saine que l’on cherche à faire et dans laquelle on ne récolte que des injures.


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix du 12 mai où le Conseil économique envisage des mesures de blocus à appliquer si l’Allemagne ne signe pas.

[2] Emmanuel de Martonne (1873-1955). Normalien. Géographe. Professeur de géographie à la Sorbonne (1919). Il s’intéresse à l’Europe centrale et participe à la Conférence de la Paix en 1919 comme président de la commission chargée d’établir les nouvelles frontières de la Pologne et de la Roumanie.

[3] Charles Rivet. Journaliste. Correspondant du Temps et de L’Illustration en Russie depuis 1914.

11 mai 1919

11 mai 1919

            As-tu vu la manchette de L’Œuvre ce matin ? Il n’y avait que ce simple mot « Limoges ». On avait dû, me dit-on, y joindre sept étoiles et l’horaire des trains pour la capitale limousine. Voilà qui corrobore ce que je te disais hier. Pauvre Foch ! Voici ce que lui coûtera d’avoir écouté les fous comme Doumer toujours à la recherche du militaire à coup d’État ou les sirènes comme Briand qui ne désire qu’une chose, le conflit qui, renversant le ministère, le mènera au pouvoir. Il est bien certain que le malheureux maréchal sera le mauvais marchand de toutes ces ambitions.

            Je ne crois pas t’avoir parlé hier de la visite de Milewski. Il était venu me prier de tâcher de me renseigner sur l’incompréhensible évacuation d’Odessa après que Franchet d’Espérey avait donné les assurances les plus formelles qu’en aucun cas la ville ne serait abandonnée. Qu’y a-t-il eu ? L’ordre de partir est arrivé, les bolcheviks n’étant pas du tout sous la ville mais à quatre ou cinq journées encore. Il y avait, dit Milewski, environ vingt mille hommes, largement assez pour tenir victorieusement, et, subitement, l’ordre de Franchet est arrivé. Le plus étrange, c’est que cela concorde avec un mouvement de bourse à Budapest où le franc était monté à quarante, ce qui mettait le rouble à moins de dix centimes. De prodigieuses fortunes se seraient ainsi faites en quelques heures. Milewski se demande si les dépêches sur lesquelles aurait agi le général français ne seraient pas de fausses nouvelles radiotélégraphiées ou par les bolcheviks ou par les Allemands. Je vais tâcher de m’informer, mais on a dit beaucoup que la population, prise de panique, s’était tournée contre les troupes alliées et que, devant cette attitude, celles-ci auraient pensé ne pouvoir résister. Quelqu’un d’assez informé me disait ce matin, ce qui donnerait quelque raison à la théorie, qu’au moment du départ des troupes, la ville entière avait été tendue de rouge.

            Vallombrosa [1], que j’ai vu ce matin, me racontait qu’il travaille ici aux Archives militaires avec un ancien capitaine de la garde russe, le comte Stepanov [2]. Ce dernier s’effraie de ce que les Allemands semblent abandonner les bolchevistes pour se créer des relations parmi les antirévolutionnaires. Koltchak [3] serait tout à fait d’accord avec le Japon et aurait renvoyé la mission française comme inutile. La vue d’avenir serait justement d’avoir des intelligences avec les Allemands pour l’avenir. J’ai cherché à avoir confirmation de ce renvoi de la mission française, mais ce serait complètement faux. Ceci ne veut pas dire que les Allemands ne chercheraient pas à réprimer, d’accord avec Koltchak, et réduire les troupes bolcheviks pour, plus tard, faire figure de sauveurs et exploiter la Russie. Il y a certainement là un péril que je te signalais en son temps et auquel on ne prête aucune attention.

            Décidément, toute la diplomatie se fait à la fourchette. Aujourd’hui, invitations à dîner à l’ambassade d’Espagne, à l’ambassade du Japon, chez le Belge à déjeuner. Je refuse tout en bloc. Tant pis pour les pensums qui ne trouveront pas leur compte à ce manque aux bavardages.

À toi.

Et


[1] Il s’agit soit de Louis (1885-1959), duc de Vallombrosa, soit de son frère Paul de Vallombrosa (1890-1950), soit de son cousin Amédée de Vallombrosa (1880-1968). Les trois ont été décorés de la croix de guerre.

[2] Non identifié.

[3] Alexandre Vassilievitch Koltchak (1874-1920). Russe. Amiral. Ayant pris à Omsk la tête des Russes blancs fin 1918, il sera fusillé par l’Armée rouge.

9-10 mai 1919

            9-10 mai 1919

            Hier, jour de voyage. La cérémonie [1] ne m’a pas laissé beaucoup de temps pour voir du monde. J’ai eu cependant une assez longue conversation avec le préfet qui s’appelle Riom [2]. Ce dernier ne me paraît pas très avancé. Il déplore la faiblesse gouvernementale ou, plutôt que la faiblesse, l’absence totale de direction. Ce préfet voudrait faire de la conciliation avec les partis conservateurs. En poussant un peu, je vois que c’est aux conservateurs qu’il demande surtout des sacrifices. Il gémit sur la mentalité de ses administrés « qui n’ont pas une mentalité de victoire ». Les gens ont gagné beaucoup d’argent. Il en est peu qui n’ait pas gagné quelques centaines de mille francs, ils ont fini par se mettre à la place du propriétaire qu’ils n’ont jamais payé en prétextant la misère des temps, mais, lorsqu’il s’agit d’acheter, ils sortent de vraies fortunes amassées et mises de côté pendant que la ferme restait sans rapporter un radis. Le paysan ne demande qu’une chose, c’est la continuation de l’état actuel et de la hausse des prix.

            Riom n’est pas certain de l’heureux résultat du scrutin de liste. Il voit dans l’application qui en sera faite beaucoup de conservateurs sur le carreau.

            Je t’avais dit que Foch avait écrit une lettre d’excuses à Clemenceau, et c’était sur la demande du président de la République. Le maréchal a fait cette lettre tout à fait comme devait la faire un militaire. Il y a expliqué son attitude due à de sérieuses conversations avec MM. Doumer, Briand et je ne sais plus qui. Tu comprends que le Tigre aurait payé une lettre comme celle-là n’importe quel prix.

            Pénible conversation tout à l’heure à l’Union avec Camastra qui s’élève contre Gauvain, fait l’apologie de l’Italie. Il a servi comme lieutenant, il était à l’état-major et il a vu comment les Italiens se sont comportés. « Même après le désastre de Caporetto, ils n’ont pas hésité à rentrer de nouveau dans la guerre. » ? ? Il a tout fait pour que les relations de la France et de l’Italie soient assurées dans l’avenir. Aujourd’hui, cette amitié semble bien compromise. Les Débats, du reste, font des erreurs matérielles, ils ont qualifié de ville Sussak qui n’est qu’un faubourg (ceci est une stupidité, jamais les Débats n’ont dit cela). Il a parlé à Barrère de notre attitude. L’ambassadeur lui a répondu que les Débats n’étaient pas le pays, qu’ils ne comptaient pas et n’étaient pas lus. (Tu reconnais bien là ledit Barrère). Mais Camastra me dit : Ce n’est pas très aimable de ma part de vous répéter ce propos, mais moi je sais bien qu’ils sont lus. Dans ma propre famille, ma mère, qui a quatre-vingts ans, est abonnée depuis tout temps, et il y en a beaucoup comme cela en Italie. Le duc paraît au contraire dire que nous sommes trop lus et que notre influence est trop grande pour leurs intérêts.

            On repincera Barrère qui a fait faire, par notre ami Francès autrefois et Alcide Ébray, la politique la plus folle qu’on puisse faire.

À toi.

Et


[1] Nalèche se rend à Aurillac (Cantal) à l’enterrement de Xavier Charmes, en l’église Notre-Dame-des-Neiges, le 9 mai 1919. Le Journal des Débats du 6 mai 1919 annonce : « Nous avons le profond chagrin d’annoncer la mort d’un des plus vieux et des meilleurs amis de notre maison, Xavier Charmes, enlevé cette nuit après une longue et cruelle maladie, à l’âge de soixante-dix ans ».

[2] Émile-Édouard-Santiago Riom (1870-1943) est alors préfet du Cantal depuis le 11 mai 1917.

8 mai 1919

            8 mai 1919

            Quelques lignes de pensum avant de prendre le train [1]. Le conflit Foch-Clemenceau est de plus en plus aigu. Lorsque à la séance de l’autre jour, Foch eut développé ses arguments, Wilson et Lloyd [George] avaient voulu lui répondre mais Clemenceau les pria de n’en rien faire. Il fit comprendre que les militaires, quelques supérieurs qu’ils soient, ne pouvaient prendre le pas sur les hommes politiques. Le gouvernement reste seul maître. Il ajouta que la prépondérance militaire ne pouvait amener qu’à la dictature ou à la révolution.

            Il est très probable que Foch va s’en aller, et si sans doute l’on n’avait craint la répercussion sur le parti qui l’encourage, on l’en eût prié déjà.

            J’ai reçu une lettre de Bapst, notre ambassadeur au Japon. Il me dit qu’en ce moment nous pourrions faire beaucoup, notre prestige y est énorme, mais il faudrait le vouloir. Les apparences extérieures devraient être un peu plus flatteuses. Tout est minable, à commencer par notre ambassade tout à fait délabrée.

            Tu te feras raconter par Vauréal un fait qui montre ce que c’est que notre Quai d’Orsay. Leur négligence des intérêts français est quelque chose d’effarant. Racontée dans un journal, une histoire comme celle-là soulèverait un tollé d’indignation. Cela n’empêche pas ces messieurs d’être d’une suffisance imbécile. En peu de mots, voici. Les ministres se mettent d’accord pour la reprise d’une grande exploitation. On est officiellement avisé par le ministre des Affaires étrangères [2] lui-même. Un mois après, aucun ordre n’a été envoyé aux autorités françaises parce que les bureaux avaient pensé que la dépêche particulière de l’administration de l’entreprise et adressée par le canal des Affaires étrangères suffisait. Un mois après, rien n’a été fait et le haut-commissariat attend ses instructions. Pendant ce temps-là, les frais courent, tout un personnel est entretenu et payé, tout le monde attend le bon plaisir d’un monsieur qui, à Paris, fume tranquillement sa cigarette.

À toi.

Et


[1] Nalèche prend le train pour Aurillac (Cantal). Il se rend à l’enterrement de Xavier Charmes.

[2] Stephen Pichon.