Archives de l’auteur : Odile Gaultier Voituriez

16-17 novembre 1918

16-17 novembre 1918

 

Le toupet des gens est vraiment extraordinaire. Je reçois une carte d’invitation à une conférence sur l’Irlande faite par Lefas, député. Que diable peut bien savoir de l’Irlande ce pauvre Lefas ? Il veut débrouiller une question que Lloyd George lui-même n’arrive pas à comprendre. Le culte de l’incompétence !

Moreau [1], le directeur général de la Banque de l’Algérie, demande à me voir. Il veut venir aux Débats, mais comme je devais aller au Comité de l’Afrique [2], je me rends boulevard Saint-Germain. Moreau est l’ancien chef de cabinet de Rouvier. C’est un très gentil garçon, très intelligent et modeste. Il commence par me faire le plus grand éloge de Gauvain et des Débats qu’il a suivis sans manquer un jour depuis août 1914. La question dont il veut m’entretenir, c’est le traité d’Algésiras [3] qu’il faut absolument abolir. Il contient des restrictions économiques dont il faut se défaire. Il est nécessaire maintenant d’unifier l’Afrique du Nord. Monnaie, chemins de fer. Il serait inadmissible que le Maroc ait une monnaie différente de l’Algérie, de même que les chemins de fer qui se raccrocheront à nos lignes de l’Algérie devront avoir le même régime. Qu’on laisse subsister si l’on veut les divisions administratives car l’Algérie jouit d’un régime qui ne donne pas toutes les satisfactions désirables, et l’organisation de la Tunisie, celle du Maroc peuvent avoir de bien meilleurs résultats, les circonscriptions électorales de l’Algérie ne sont pas le rêve, mais pour tout ce qui est économique, il faut qu’il y ait un régime unique. Le Quai d’Orsay ne paraît pas vouloir entrer dans cette voie car, ainsi que tout ministère qui a conscience de son rôle, il songe d’abord à trouver quelque part un bon déversoir pour tous les fonctionnaires frères ou amis.

Je dis à Moreau qu’il a absolument raison mais que, déjà avec de Caix, nous avions envisagé la question de l’abolition de l’acte d’Algésiras et que je serais bien étonné s’il n’en était pas question dans quelques instants au Comité de l’Afrique.

En effet, rue Cassette [4], on fit voter trois vœux dont un d’ordre général à publier et deux autres pour être soumis aux ministres et à la commission des Affaires extérieures. L’un concernait la Syrie et l’autre, justement, l’abolition du traité d’Algésiras. Là-dessus, grand discours de René Millet [5] pour demander à ce que ce vœu restât secret pour empêcher des manifestations espagnoles. On se demande alors à quoi il pourrait servir si on le gardait dans les cartons. Étienne [6] répondit fort justement et les vœux furent votés.

Quant à l’acte d’Algésiras, il est nécessaire que l’abolition en soit déclarée, mais il faut que ce soit le résultat d’une négociation avec l’Angleterre et que, surtout, on empêche les Allemands de pouvoir faire une opposition possible. Ce ne peut donc être l’objet d’articles de journaux mais de pression sur les négociateurs. L’acte d’Algésiras intéresse des quantités de puissances et non pas la France seule, mais ce que décideront l’Angleterre et la France ne pourra rencontrer d’obstacle à condition que l’on soit d’accord et que la chose soit posée préalablement.

Je t’ai raconté la visite du jeune Boissy qui est un littérateur assez distingué et qui a fait toute la campagne comme fantassin puis caporal. Tu sais qu’il m’a dit dans quelles conditions on éviterait de gros ennuis avec nos poilus démobilisés, l’impression qui a suivi l’armistice. Il y aurait de grandes leçons à tirer des observations de gens intelligents et habitués à voir, mais jamais nos conseils n’iront chercher là une documentation, ils préféreront les cinq ou six patentés grand-croix de la Légion d’honneur et titulaires d’une foule d’autres distinctions aussi méritées que la première.

Du reste, il paraît que le gouvernement a failli faire la gaffe la plus monumentale au moment de la signature de l’armistice. Je regrette que tu n’aies pas été là à déjeuner car il est venu partager mon repas un garçon très intelligent, Léon Lévy [7], qui est le familier des Rothschild et qui est un apôtre de l’aviation. Il a une usine de fabrication d’avions et vient de réaliser un magnifique avion de bombardement, sans usage maintenant. Trois de ces avions gigantesques ont, par ordre, survolé aujourd’hui la place de la Concorde, contre l’avis des pilotes du reste.

Ce jeune homme nous a dit les choses les plus intéressantes au point de vue démobilisation. Il avait chez lui, envoyés par les gouvernements, un assemblage des meilleurs bolchevistes de nos usines. Il est donc très documenté. Il n’est guère en admiration de nos industriels, lui ne l’est pas d’origine. Il prétend qu’on ne peut rien voir de plus maladroit et de plus fermé que cette classe d’industriels qui ne veut pas se rendre compte qu’il faut payer les salaires plus cher que ne les payaient leur père, grand-père, etc.

Le président de la République est très ennuyé du peu de place qu’on lui fait dans la victoire. Il nous l’a fait dire pour que notre article d’aujourd’hui lui fasse une petite place. Pauvre Poincaré !

Amitiés.

Et

[1] Émile Moreau (1868-1950). Inspecteur des Finances. Directeur général de la Banque d’Algérie. Il demeure 217, boulevard Saint-Germain, Paris, VIIe.

[2] 21, rue Cassette, Paris, VIe.

[3] Conférence internationale d’Algésiras (7 janvier-6 mai 1906). Le traité d’Algésiras est signé le 30 mars 1912. Il est très mal vécu par les Marocains.

[4] Le siège du Comité de l’Afrique est 21, rue Cassette, Paris, VIe.

[5] René Millet (1849-1919). Diplomate. Ambassadeur de France, à la retraite depuis 1909, il a été résident général de France à Tunis à partir de 1894. Membre de l’Alliance française, de l’Union coloniale française, du Comité de l’Afrique française et du Maroc, il a beaucoup écrit sur la diplomatie.

[6] Eugène Étienne (1844-1921). Homme politique. Député Alliance démocratique de l’Algérie (1881-1919). Ministre de la Guerre (1905-1913). Membre du Comité de l’Afrique.

[7] Léon Lévy (1851-1925). Ingénieur des Mines. Directeur des forges de Châtillon. Membre de l’Union Interalliée.

15 novembre 1918

15 novembre 1918

 

Il faut que je te raconte un bien joli trait de mœurs, de nos mœurs politiques où le « Do ut des » joue le premier rôle, même parmi les gens qui nous paraissent devoir être le plus dévoués à l’intérêt public. Voici donc cette édifiante anecdote que tu ne te répéteras pas à cause des personnages en cause.

Figure-toi que le Comité de l’Asie française s’occupa dans une de ses dernières séances, et comme c’était son devoir, des questions de Syrie et de la fâcheuse posture dans laquelle se trouverait la France si on ne portait pas remède au traité conclu par Picot et consorts. Jonnart présidait. On décida d’aller porter ses doléances au président de la République, et le président de l’Asie française, le bon père Sénart [1], reçut mission de demander audience au chef de l’État pour lui et quelques collègues. Au jour dit, on fut reçu par Poincaré. Ce dernier écouta avec beaucoup de bienveillance les explications et les critiques et, comme d’usage, se déclara prodigieusement intéressé et promit d’user de son influence, etc., etc. L’audience terminée, on sortit. Mais on s’aperçut qu’il y avait quelque point sur lequel, peut-être, on n’avait pas assez insisté. Après s’être consulté, on décida de rentrer chez le secrétaire général pour le prier d’éclaircir auprès de son patron les points restés dans l’ombre. Olivier Saincère, dont tu connais sûrement les moustaches gauloises dont il est si fier, reçut très aimablement (c’est son tempérament) le père Sénart et ses acolytes. Au cours de la conversation, on expliqua que c’était Jonnart qui avait présidé le comité et que, certainement, il serait personnellement très reconnaissant de ce qui serait fait auprès du président. Alors le bon Olivier Saincère laissa tomber ces paroles mémorables : « Certainement, je suis tout disposé à être agréable à M. Jonnart et je ferai ce qu’il demande, mais dites-lui donc qu’en retour il pense aussi un peu à moi auquel il ne songe guère. »

Il faut te dire que le sens secret de cette phrase s’explique par la candidature de Saincère au conseil du Suez, candidature dont, je crois, on se soucie peu en effet. Mais quel degré d’inconscience chez un homme fort agréable sous bien des rapports. Je crains qu’il n’ait tué définitivement toute chance de jamais arriver à entrer dans la maison de la rue d’Astorg.

Tu as vu les nominations que l’on vient de faire pour l’Alsace-Lorraine. Elles laissent intactes les décisions prises et dont je t’ai fait part en ce qui concerne les gouverneurs militaires, Castelnau et Maud’huy. Mais tant que ce n’est pas définitif…

[1] Émile Sénart (1847-1928). Homme politique. Conseiller général de la Sarthe. Président du Comité de l’Asie française (1906-1928) et de celui de l’Afrique française. Président fondateur du Comité France-Amérique. Membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres (1882).

13 novembre 1918

13 novembre 1918

 

            Les ordres de la Censure :

– Ne pas parler de manifestations bolchevistes en Allemagne. Tout cela, c’est du battage fait pour impressionner l’Europe.

– Ne pas parler des différends yougoslaves et italiens. Toute information sur ce sujet délicat serait impitoyablement caviardée.

De plus, la censure retient toutes nos dépêches de Suisse. Le Temps qui a parlé hier de la grève générale a dû, au cours du tirage, enlever son information. Pour nous, la dépêche quotidienne de notre correspondant est restée au central.

On me dit que c’est Castelnau qui va être nommé gouverneur général de l’Alsace et Maud’huy gouverneur de Strasbourg. On pense aussi à nommer plusieurs maréchaux. La voix du peuple désigne, comme devant être élus, Mangin, Pétain, Gouraud et Castelnau. Certains prétendent que Castelnau n’en serait pas, pas plus que le père Fayolle auquel on aurait pensé mais que l’on trouverait trop vieux [1].

J’ai appris aujourd’hui que le monstrueux projet de réquisition des chemins de fer, si bourré d’hérésies économiques, était dû à la plume d’un de nos conseillers d’État les plus en vue, Henri Chardon [2], qui est le collaborateur de Claveille et qui vit dans l’admiration de son chef. J’ai dû, dans mes papiers, te parler déjà [3] de ce thuriféraire de Claveille, car je me souviens avoir été pris par le bouton de ma veste et avoir été, il y a un an ou dix-huit mois, obligé de subir un formidable dithyrambe en l’honneur du maître des Transports.

Je t’ai raconté la grande colère de Mgr Touchet contre nous à cause de nos articles sur le protectorat en Chine. Cette colère vient de recevoir son épilogue sous forme de désabonnement avec prière de cesser, dès aujourd’hui, l’envoi du journal. Il n’invoque pas, selon la méthode cléricale, la vraie raison. Il prend prétexte d’une phrase de Gauvain qui, faisant fi de la prose de Max de Bade, ajoute que le chancelier avait l’âme d’un prédicateur plutôt que d’un homme d’État. Comme chef de beaucoup de ces prédicateurs, Mgr Touchet prend la mouche et déclare qu’il ne peut les laisser insulter dans un journal auquel il est abonné. Je lui réponds avec beaucoup de politesse que sa décison me désole mais qu’il reste encore quelques mois à courir et que je fais attribuer les numéros qu’il refuse à l’un des curés pauvres qui me demandent le service des Débats. Qu’en dis-tu ?

[1] Sont élevés à la dignité de maréchal de France Ferdinand Foch (7 août 1918), Philippe Pétain (19 novembre 1918), Louis Franchet d’Espérey (19 février 1921), Émile Fayolle (26 février 1921), Hubert Lyautey (1921), Joseph Gallieni (avril 1921, à titre posthume), Joseph Maunoury (1923, à titre posthume).

[2] Henri Chardon (1861-1939) est alors directeur du personnel au ministère des Travaux publics et des Transports.

[3] Cf. lettre du 26 février 1917. Le souvenir de Nalèche est juste ; cela fait vingt mois.

12 novembre 1918

12 novembre 1918

 

Reçu la visite d’un camarade lieutenant instructeur auprès d’une division américaine. L’armistice les a surpris au moment où, l’instruction terminée, il allait partir pour le front. On ne sait plus ce qu’on va faire de la mission. Il me donne quelques détails intéressants sur la bravoure des soldats américains et aussi sur leur imprudence. Le colonel d’un régiment voulait, un jour, absolument enlever de face un bois que l’on savait bourré de mitrailleuses et souriait de pitié quand Dalléas lui expliquait qu’il pourrait jeter son régiment et sa division sur ce bois sans pouvoir réussir à l’occuper et que tous les hommes seraient fauchés. Il s’obstinait et on a eu grand peine à l’empêcher de faire cette folie. Enfin, tout cela n’est plus à craindre pour l’instant.

La joie populaire n’a heureusement pas pris jusqu’ici un tour inquiétant bien que nos reporters aient constaté la présence sur les boulevards d’assez sinistres visages. On est d’accord pour penser qu’il sera nécessaire de mettre un terme aux réjouissances. Il y a eu néanmoins plus d’incidents qu’on ne le laisse croire. Les Américains étaient très pochards et en divers endroits ils ont fait usage de leurs revolvers sur d’inoffensifs promeneurs. Il y a eu un certain nombre de morts. Malgré cela, les manifestations n’ont pas pris le caractère révolutionnaire.

Ce soir, un de mes amis qui est allé sur les boulevards, me dit à 10h1/2 par téléphone que c’est très animé. Beaucoup de pochards, mais la foule donne l’impression de gens qui s’amusent après avoir été longtemps bridés. On fait des rondes. On embrasse toutes les personnes et on ne fait pas que les embrasser… et oui, carrément.

J’étais invité à déjeuner ce matin par Pernot qui voulait absolument me faire faire la connaissance d’un directeur du commerce, M. Gourdon (je crois). Le fait qu’il est lié avec Pernot me faisait penser que c’était un homme ayant de la valeur. Il m’a paru fort intelligent et redoute beaucoup, au cas où dans l’industrie on voudrait dès la fin de la guerre revenir à l’ancien état de choses avant que la situation normale ne soit rétablie, on ne jette le peuple dans la révolution et l’anarchie. Pour lui, il faudra continuer quelque temps encore l’intervention de l’État, c’est-à-dire considérer que, pendant un certain temps encore après la guerre, l’existence sera hors des conditions ordinaires. J’ai entendu dire la même chose par Loucheur (?) et je crois que ces messieurs ont raison. Malgré tout il y a un danger, c’est que cette intervention, loin de chercher à se rendre de moins en moins nécessaire, multiplie ses fils ou ses tentacules. Ce monsieur me dit qu’il est industriel lui-même et qu’il le redeviendra lorsqu’on lui aura rendu sa liberté. Il a eu affaire avec les délégués cégétistes avec lesquels il a rarement eu des difficultés. Il n’est pas très tendre pour Robert Pinot et Pralon. Il est étrange de voir comme ces hommes-là sont impopulaires. Il me vient à ce propos une réminiscence du déjeuner avec Loucheur (?).

Je crois t’avoir parlé de la tentative théâtrale ouvrière essayée à Lyon [1] avec l’aide de Loucheur. Ce dernier en avait parlé aux syndicats patronaux. Il avait rencontré la plus vive opposition de la part de Pinot qui avait déclaré le spectacle Le Bourgeois Gentilhomme immoral.

Depuis, en voyant le succès, il est revenu sur son jugement et a avisé Loucheur que l’idée était admirable et qu’il allait le faire réaliser dans ses industries.

On s’occupe des élections. Clemenceau avait paru un moment, autrefois, désireux de les faire visite, mais je crois t’avoir signalé déjà qu’il voulait garder cette Chambre. On n’en parle plus que pour 1920. On dit que les pays envahis ne seront pas en état de nommer des représentants avant cette date. D’autre part, il faudra que l’Alsace-Lorraine soit réorganisée et l’on ne pourrait avoir un Parlement dans lequel nos provinces ne seraient pas représentées. Tant de questions se posent pour ce retour qu’il faudra bien attendre.

Good night.

Et

[1] Cf. lettre du 9-10 novembre 1918.

8 novembre 1918

8 novembre 1918

 

Les dernières nouvelles que nous ayions sur les parlementaires sont celles que je t’ai données dans le téléphone. Ils avaient l’air consterné, nous dit-on à la Présidence. Ils ont même fait mine de se retirer. On ne les a pas retenus et, d’eux-mêmes, ils sont venus demander à réfléchir et à consulter leur gouvernement.

Au ministère de la Guerre, on nous dit qu’il y aura sans doute demain un excellent communiqué, mais que ce sera devenu inutile. Il serait bien important que tout cela aboutisse vite dans un sens ou dans l’autre car déjà, dans certains dépôts, les hommes ne veulent plus rien faire, prétendant que cela n’est plus nécessaire. Des rumeurs comme celles qui ont circulé hier sont mauvaises pour le moral et de nature à le diminuer s’il n’y a pas de résultat ou si le résultat est la continuation des hostilités.

Croirais-tu que le maire de Neuilly a fait afficher ce matin la signature de l’armistice. Tu vois l’effet produit. En ce moment j’entends dire que, dans la population, on coud des drapeaux pour pavoiser dès que la nouvelle sera connue.

On me téléphone pendant que je t’écris que la République vient d’être proclamée à Munich.[1]

Les événements marchent avec une foudroyante rapidité. La nouvelle vient de Clemenceau.

Voici quelles sont les conditions de l’armistice :

1° – Évacuation de la France et de la Belgique en quatre jours.

2° – Abandon du matériel de guerre et des munitions.

3° – Abandon de la rive gauche du Rhin.

4° – Trois têtes de pont sur le Rhin : Mayence, Coblentz, Mannheim.

5° – Retrait des troupes allemandes à trente kilomètres de distance de la rive droite.

6° – Metz et Strasbourg occupés par les troupes alliées.

7° – Occupation d’Essen.

8° – Neutralisation du port de Kiel.

9° – Occupation de Hambourg.

10° – Démantèlement d’Héligoland.

11° – Reddition de tous les sous-marins.

12° – Désarmement de la flotte de guerre et internement des équipages.

13° – Libération des prisonniers de guerre sans réciprocité.

14° – Livraison d’une partie de la flotte de commerce en compensation des                            torpillages.

15° – Libération des prisonniers civils.

On me disait tout à l’heure qu’il y avait une clause concernant la livraison de certains nationaux coupables de crimes. Ceci m’étonnerait, et, en tout cas, ces conditions-là sont, je le crois, authentiques.

As-tu lu dans La Revue de Paris deux articles sur la politique de Benoît XV ? Ils sont signés trois étoiles et sont très durs pour le Vatican. Ils font beaucoup parler en ce moment. Ils sont dus à la plume d’un nommé Canet. Ceci pour que tu le saches si l’on venait à t’en parler. Ces articles sont en général pris assez bien par le clergé français qui, cependant, est assez divisé sur la question. J’ai reçu quelques lettres d’injures d’abonnés catholiques qui ne voient dans les quelques articles critiques que nous avons publiés que les méfaits du protestantisme et de la libre pensée. Cependant, j’ai su que le curé de Saint-Charles-de-Monceau était hier à un dîner où on a fortement bêché la politique du Saint-Père. Il n’a pas pris part à la discussion mais il souriait et ne désapprouvait pas. Du reste, au début de la guerre, presque tous les partis catholiques dans le monde étaient contre l’Entente. Tu retrouverais bien des preuves de cela en feuillettant mes papiers. Je reçois ce matin de Baltimore une lettre d’un brave homme qui me dit que, par expérience, il sait que « partout où il y a un prêtre catholique, il y a un ennemi de notre pays. » Puis il ajoute cette petite anecdote :

« Le dernier paquebot français a ramené ici une brave fille qui est de mes amies, paysanne d’un village de l’Ardèche qui possède son brevet simple, ce qui ne l’empêche pas d’être dénuée d’orthographe. Elle vient de reprendre ses occupations d’assistant professor in the department of romance languages, dans un collège de jeunes filles de ce pays. Elle m’a dit candidement : « Les gens de chez moi qui, avant la guerre et sur le conseil du curé, ont acheté des valeurs allemandes se mordent bien les doigts à présent. Je leur avais bien dit de prendre des valeurs américaines. » Après tout, le curé de Montpezat faisait en petit ce que Caillaux faisait en grand. »

Quirielle devait remettre un article à La Revue des Deux Mondes sur l’effondrement de l’Autriche. Étant allé en causer avec Doumic, ce dernier lui dit : « Il y a dans les Débats des articles qui ont fait scandale. » – ? ? – « Oui, ceux qui paraissent en tête et signés Gauvain. » – ? ? – « J’ai reçu la visite des plus hauts personnages qui s’en sont vivement plaints. » – « Que leur reprochez-vous, demande Quirielle ? Voulez-vous me préciser les points car, d’une façon générale, je suis complètement de l’avis de M. Gauvain. Il serait bien nécessaire que vous me disiez le fond de votre pensée. » Doumic, visiblement embarrassé, ne sait que répondre et ne paraît pas connaître un traître mot de la question. Il ne peut donc arriver à donner le moindre éclaircissement à son collaborateur qui le quitte, se demandant vraiment comment il pourra écrire son article. Mais le lendemain il reçoit une lettre de Doumic qui s’était renseigné entre temps et qui lui mandait : « Il est deux points auxquels il faut veiller et qui doivent être néfastes aux succès de l’Entente, le rattachement des millions d’Allemands d’Autriche à l’Allemagne et ce foyer de corruption qu’il ne faut pas laisser s’établir au centre de l’Europe. »

J’ai lu cette lettre étonnante de la part du directeur de la Revue des Deux Mondes.

À toi.

Et

[1] Le mouvement révolutionnaire s’étend à Hanovre, Brunswick, Cologne, dans la nuit du 7 au 8 novembre 1918 et à Munich, où Kurt Eisner proclame la déchéance de la dynastie bavaroise. Malgré la pression du gouvernement, Guillaume II refuse d’abdiquer.

6-7 novembre 1918

6-7 novembre 1918

 

Tu as su tous les bruits qui couraient dans Paris puisque tu m’en as téléphoné. J’ai reçu au moins dix coups de téléphone me demandant si l’armistice était réellement signé, comme on le disait qu’il l’avait été à 4h du matin. C’est toujours ma stupéfaction de voir la même nouvelle se répandre avec la rapidité de l’éclair dans les milieux les plus divers. La déclaration du chancelier a bien l’air d’être une préparation. Roger qui sort d’ici me dit qu’on lui a raconté que la flotte de Kiel s’était révoltée. C’est parfaitement vraisemblable. De la Chambre, deux minutes après ton départ, on m’a redit la même chose. Les plénipotentiaires sont arrivés à 11h devant nos lignes du côté d’Hirson. De là, ils ont été conduits en auto au GQG. Un de mes amis, de Bormans, qui est venu me voir tout à l’heure, est rempli de la crainte que Hintze [1] ne soit venu pour assassiner Foch. Gauvain ne voyait pas du tout ce matin l’armistice signé aussi facilement que cela par les délégués allemands. D’après lui, ces conditions imposées sine qua non pourraient être prises par eux, emportées en Allemagne pour y être examinées et on s’en servirait pour tenter un suprême « sursum corda » auprès du peuple. Ou bien on chercherait à discuter les clauses et cela prendrait du temps.

En tout cas, on dit beaucoup qu’il serait dans les intentions de Foch de faire quelque chose de foudroyant en Alsace. Toujours est-il que le service de propagande a reçu l’ordre d’assembler tout ce qui a paru dans la presse en brochures, en gravures sur l’Alsace-Lorraine pour que tout cela puisse y être expédié sans délai.

Par exemple, ce qui ne marche pas bien, ce sont nos rapports avec l’Italie. Je t’ai parlé hier des deux dépêches de Clemenceau à propos de Pula [2] et de la flotte. Mais ce que laissait prévoir Gauvain et que la censure nous a caviardés s’est produit hier. Il y eut une réunion des Yougoslaves au Continental, réunion qui fut très vive. Clemenceau, paraît-il, aurait compris et se montrerait très bien en la circonstance, mais Pichon pique du nez de plus en plus et n’ose parler ferme à l’Italie. Il a du reste à Rome son Barrère qui est plus italien que les Italiens eux-mêmes et soutient tous leurs points de vue. Quand il reçoit des ordres, il ne les exécute pas ou écrit en sens contraire des idées de son gouvernement. Ce pauvre Barrère, qui est très réellement un peu gâteux, peut nous conduire à de très vilaines histoires. Il est environné de thuriféraires, dont Charles-Roux n’est pas le moindre, et tout ce monde fait la plus lamentable politique. D’autre part, le change, en ce moment, est à peu près impossible, alors il faudrait de la fermeté. Ce n’est pas à Pichon qu’on peut demander cela.

L’ambassadeur est dans une telle colère contre nous qu’il ne défait plus la bande de son journal, du nôtre.

Tantôt, Cochin a raconté à Combe, notre informateur, qu’il avait joint Clemenceau très pressé, très affairé, qui lui dit : Je ne puis causer avec vous, je cours chez le président du Conseil lui raconter les choses les plus favorables. Malheureusement le Tigre n’a pas dit quoi, et les imaginations se sont montées.

À toi.

Et

[1] Paul von Hintze est alors ministre des Affaires étrangères d’Allemagne.

[2] Pula, en italien Pola, est une ville de Croatie, en Istrie.

5 novembre 1918

5 novembre 1918

 

Notre ami Pernot s’était bien gardé de nous dire que le Comité interallié de Versailles avait procédé par cascades. Les organisateurs eux-mêmes devaient y avoir une certaine responsabilité.

Le premier jour, on avait omis de convier les Belges aux délibérations. Il a fallu réparer l’erreur et les convoquer pour la séance suivante. Puis on s’est aperçu qu’on ne pouvait guère traiter les affaires serbes sans les Serbes et on a convoqué Vesnitch, puis ensuite Venizélos et enfin Bénès. La convocation de ce dernier est une grosse chose.

Je ne sais pourquoi on nous a fait tout espèce d’histoires pour la publication des conditions de l’armistice apportées [1] par le Journal de Genève à 11 h ce matin. Interdiction absolue pour nous de publier avant 4 h. Je m’en suis tiré avec une seconde édition, la première n’ayant eu que très peu de numéros.

Les conditions de l’armistice bulgare ont eu une drôle d’histoire, si l’on en croit Marin. Voici ce que raconte le bouillant député de Meurthe-et-Moselle.

Il reçoit un jour la visite d’un émissaire bulgare, ce qui ne veut pas dire d’un Bulgare, mais bien un intermédiaire de troisième ou quatrième ordre. Cet homme lui raconte que les Bulgares ne désirent plus que la paix et seraient disposés à capituler. Marin se dit qu’il est de son devoir de le conduire à Clemenceau. Il en parle à Berthelot et on va chez le président du Conseil. Ce dernier était dans un jour de casquette sur l’oreille, il répond par quelques mots sentis voulant dire : les Bulgares, je m’en f., qu’ils s’en aillent au diable. Rien avec eux, etc.

Berthelot et Marin se retirent et, en causant entre eux, se disent : Que pourrait-on bien demander aux Bulgares au cas où ils viendraient à solliciter la paix ? Ces deux messieurs prennent du papier et, au hazard, écrivent des conditions imaginaires et très dures.

Quelques jours après, la dépêche de Franchet d’Espérey ! Clemenceau se dit : Mais on n’a rien préparé, que répondre au général ? Si au moins on avait le temps d’étudier quelque chose ! Alors intervient Berthelot qui dit : Mais nous avons déjà préparé des conditions et les voici. Et il sort le papier perpétré avec Marin dans un moment où ils considéraient ce qu’ils écrivaient comme impossible. Clemenceau saute là-dessus et fait télégraphier cela à Franchet. Étonnement, les Bulgares avalent tout. Maintenant je dois te dire que Marin est assez imaginatif.

On attribue une sortie vigoureuse de Clemenceau à l’égard des nouvelles républiques au comité des Alliés. Il aurait vu dans les transformations des États monarchiques en Républiques indépendantes le moyen de sauver la caisse. Pas de ça, aurait dit le Tigre, il ne manquerait plus que de changer sa constitution pour échapper au paiement. Il m’est absolument égal que ce soit des rois, des empereurs ou des républiques, ils ont participé à la casse, il faut qu’ils paient.

C’est vendredi le fameux rendez-vous. J’aurai donc du nouveau à te raconter au dîner le soir.

Ton

Et

[1] Les conditions de l’armistice sont la démobilisation de l’armée austro-hongroise, la livraison du matériel de guerre et la libération des prisonniers, l’évacuation des territoires promis à l’Italie par le traité de Londres, le droit pour les Alliés de pénétrer en territoire austro-hongrois pour attaquer l’Allemagne. Les hostilités doivent cesser vingt-quatre heures après la signature.