31 mars 1917

31 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai encore entendu parler ce matin des rapports de Nivelle et de Lyautey, et ce que nous racontait Lacrambe hier semble bien la vérité [1]. C’est du reste à cette intervention du gouvernement dans les affaires du commandement qu’il faut attribuer la phrase de la déclaration de Ribot. Comme tu te le rappelles, Ribot dit que le gouvernement aura un général en chef qui sera seul chargé des opérations.

Je disais à Koechlin venu me voir, ce que Ribot m’avait annoncé, c’est-à-dire le retour de Lyautey au Maroc. Koechlin le savait. Il en tenait la nouvelle de Lyautey lui-même avec qui il a dîné il y a quelques jours et qui lui a paru plutôt ennuyé de son coup de tête. Lyautey sent très bien que son retour au Maroc ne le rendra pas comme avant à son prestige. Autrefois il était l’homme à qui l’on accordait tout ce qu’il demandait parce qu’il n’avait qu’à parler de son départ pour que tout le monde s’incline. Aujourd’hui il n’en sera pas de même sans doute. Il est l’homme qui n’a pas réussi dans le poste que l’on a prétendu pouvoir être occupé par lui seul.

Quoi qu’il en soit et pour le moment il retourne au Maroc. En devenant ministre, il a cru qu’un homme ayant son passé et son expérience pourrait en imposer à la Chambre. Pas plus lui que Gallieni n’avaient réalisé ceci : c’est qu’un homme, quelque acquit qu’il ait amassé, quelque situation qu’il ait occupée, est par cela même un peu suspect aux élus du suffrage universel, et qu’il sera d’autant plus épluché que sa vie antérieure aura été en vue. C’est malheureux, mais c’est la caractéristique des démocraties. Là où un Lyautey ou un Gallieni inspireront de la méfiance, Tartempion, qui n’aura d’autre mérite que d’avoir été élu après un certain nombre de palinodies au suffrage d’un arrondissement sans connaissances techniques, presque sans instruction générale, trouvera l’oreille de la Chambre.

Je ne sais pas pourquoi mais la question du blocus vient subitement d’intéresser Alter ego. Comme j’avais besoin d’un filet pour aujourd’hui, j’ai accepté le sien en attendant qu’il fasse un article plus complet. S’il se réveille comme cela sur ce point spécial c’est qu’il y a sans doute une raison à cela. Pour le moment, je ne la saisis pas très bien. En relisant le petit article, j’ai trouvé qu’il faisait une part magnifique à Tardieu et une beaucoup moins belle à notre Denys [2]. J’ai même, je te l’avouerai, atténué quelques adjectifs qui me semblaient tout de même dépasser la note. L’article me mettra peut-être sur la voie. Tout ce que je sais, c’est qu’à un déjeuner auquel j’étais invité hier mais où je me suis excusé, Denys Cochin manifestait de l’inquiétude au sujet de l’interpellation. Il semblait se plaindre de ce qu’on l’interpellât après l’avoir empêché d’agir. Y aurait-il un piège ? Tu sais que Tardieu est devenu de ceux qui ne veulent pas d’action avant 1918 et qui ont dû pas mal influencer le ministre de la Guerre [3]. Lui et ses partisans semblent maintenant attacher une importance définitive à la situation économique allemande. Je crains beaucoup qu’ils ne se trompent et que les récoltes dans les immenses territoires envahis ne viennent donner raison aux gouvernants allemands qui affirment que l’on souffrira mais qu’on ne mourra pas de faim.

Le père Henri Joly [4], successeur à la ligue de Bérenger [5], est venu m’entretenir de la clientèle de certaines maisons qui, n’ayant plus d’adultes comme clientèle, débauchent la petite jeune de quinze à dix-huit ans. Il a reçu de nombreuses plaintes et voudrait insister pour que l’on prenne des mesures. Je suis harcelé également par des braves gens inquiets des progrès du mal napolitain et qui demandent une vigoureuse campagne contre le fléau. Mais ces apôtres se divisent en deux camps. Les uns veulent que l’on se préoccupe dans la lutte du côté moral et les autres du côté purement hygiène et santé publique. Il y a là entre eux un fossé profond qui les sépare et les empêche de marcher la main dans la main. Si on peut parler de main en ce cas.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

Nous tenons du célèbre Nivelon [6], huissier de Thierry, que la constitution de son cabinet a été extrêmement difficile. Il y eut bataille avant-hier. Enfin les gazettes annoncent qu’il est formé. Tout est bien.

 

[Suit un document confidentiel tapuscrit L’attaque du 21 mars 1917, 12 p.]

 

[1] Cf. lettre du 30 mars 1917.

[2] Denys Cochin, sous-secrétaire d’État au Blocus.

[3] Le ministre de la Guerre est alors Paul Painlevé.

[4] Henri Joly (1839-1925). Normalien. Doyen de la faculté des lettres. Professeur de philosophie. Il publie des travaux sur la criminologie.

[5] René Bérenger (1830-1915). Magistrat. Homme politique. Député républicain de la Drôme (1871-1875), puis sénateur inamovible (1875-1915). Catholique. Surnommé « Père La Pudeur », il fonde en 1894 la Société de protestation contre la licence des rues et présente son plan contre la pornographie et la prostitution.

[6] Nivelon. Huissier de Joseph Thierry, ministre des Finances.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.