30 mars 1917

30 mars 1917

 

Très intéressante visite ce matin à ce brave Ripault [1] avec lequel il est très lié, de l’intendant général Lacrambe en qui j’ai assez de confiance. C’est un esprit juste, sage et sans parti pris. Tu te rappelles que c’est lui qui fut le premier propagateur des coopératives militaires [2]. Il a dans ses attributions tout le ravitaillement de Noyon et les pays réoccupés. Il arriva donc un des premiers sur les lieux et constata l’étonnement des populations en voyant les Français en bonne santé, bien nourris, les chevaux gras et reluisants. Les Allemands étaient hâves, maigres et affamés et les chevaux étiques. Depuis bien des semaines, toujours au dire des habitants, le soldat allemand n’avait plus de viande et pour ainsi dire pas de pommes de terre, il faisait la soupe avec des raves ou des choux-raves.

Lacrambe nous dit également que le général Nivelle est hors de lui et qu’il en veut énormément au gouvernement. Depuis plus d’un mois il avait tout préparé pour bousculer le repli allemand, il avait disposé vivres, munitions pour cet objet, et ni Lyautey ni Briand n’ont voulu l’écouter et ont paralysé son initiative basée cependant sur des renseignements certains. Il serait décidé maintenant à ne plus se laisser ainsi entraver par les autorités gouvernementales.

Nos troupes auraient pendant quelque temps perdu le contact avec les arrière-gardes ennemies à cause du mauvais temps, mais c’est une division de cavalerie qui l’a rétabli. Il nous dit que notre cavalerie fut admirable. Les hommes seraient exaspérés par ce qu’ils voient des destructions allemandes, et si jamais on entrait en Allemagne il serait impossible de les retenir et de les empêcher de se livrer à de terribles représailles.

J’ai reçu aussi ce soir la visite de l’amiral Degouy .[3] Nous avons très longuement causé, presqu’une heure et demie. Te raconter sa conversation t’embêterait car tu penses combien de sujets on peut toucher en une heure et demie. Cependant, il m’a cité quelques faits qui m’ont paru prouver que l’esprit de routine et l’inertie sont aussi bien les hôtes de la rue Royale que de la rue Saint-Dominique. L’amiral a pris sa retraite deux mois avant la guerre. Avant de partir il avait laissé un travail qui lui avait coûté beaucoup de soin et de labeur. C’était, au début d’une guerre avec l’Allemagne, l’utilisation des sous-marins en se plaçant à tel point de la côte qu’il m’a désigné. La menace de guerre commence à se faire sentir à fin juillet. Il demande au cabinet du ministre si on a examiné son travail. Le chef de cabinet répond qu’il ne sait pas au juste où est le document, mais qu’il va le redemander pour en causer avec l’amiral le surlendemain. Degouy revient, c’était le jour de la mobilisation. L’amiral Pivet [4] (je crois) n’avait sûrement pas lu, et demanda une explication en se servant de la carte générale. Degouy répond qu’il a annexé à son travail une carte très complète et qu’il ne pourrait guère faire sa démonstration qu’avec cette carte-là contenant tous les détails nécessaires. Il comprit que jamais on n’examinerait son plan d’action. Il se retira.

Nous avons parlé de l’amiral Lacaze avec qui il est en bons termes. Je disais l’hostilité première du ministre contre l’aéronautique maritime. Je lui ai fait le récit de ce qui s’était passé pour les hydravions [5]. Il m’a répondu : Lacaze est l’homme qu’il faut à la Marine en ce moment car il est fin et sait se débrouiller avec les commissions, mais il a toujours montré de la répulsion pour tout ce qui est nouveau. Croiriez-vous que lorsqu’il était au cabinet de Delcassé, il nous a envoyé une circulaire par laquelle j’ai été touché comme commandant d’un cuirassé, circulaire qui défendait expressément aux sous-marins et torpilleurs de faire des essais de tir de torpilles sur des bateaux en marche. Tous les officiers, qui étaient même trop absolus en faveur des petits bateaux, furent effondrés et se demandèrent quand et comment ils pourraient s’exercer au torpillage.

Degouy croit que la guerre durera encore l’année prochaine, il ne voit aucun moyen de la terminer cette année.

On m’a téléphoné de la Chambre que les Allemands décollaient de Champagne. Trois villages seraient en feu au-dessus de Reims.

As-tu lu la lettre extraordinaire de Fels à un petit canard fait par Gohier [6] ? Je vais te la rechercher si tu ne l’as pas. C’est du haut comique.

Ton vieil

Et

[1] Eugène Ripault (1858-19). Secrétaire général du Journal des Débats.

[2] Cf. lettre du 3 mars 1917.

[3] Robert Degouy (1852-1942). Amiral. Commandant du cuirassé d’escadre Charles-Martel (1910). Major général du 4e arrondissement de marine (1911). Il a reçu deux médailles d’or pour ses travaux publiés dans la Revue maritime. Prix extraordinaire de l’Académie des sciences (1889).

[4] Louis-Joseph Pivet (1855-1924). Amiral. Commandant en chef, préfet maritime de Cherbourg (1914).

[5] Cf. lettres des 16 et 17 février 1917.

[6] Urbain Gohier (1862-1951). Urbain Degoulet-Gohier, dit Urbain Gohier. Avocat. Journaliste. Rédacteur au Cri de Paris, au Matin, à l’Intransigeant, à la Libre Parole. Collaborateur de nombreux journaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.