29 mars 1917

29 mars 1917

 

Il m’a été impossible d’écrire une ligne hier, mon vieux Pierre, ma journée a été prise tout entière tu sais par quoi au début, et la suite par une cérémonie qui m’a mené jusqu’à la gare de Lyon.

Dans la soirée, j’ai vu le célèbre Grunebaum-Ballin [1]. Tu sais qui est cet homme. Ce fut lui qui travailla avec Briand à la séparation de l’Église et de l’État. Très intelligent, Juif comme son nom l’indique, et neveu du célèbre Ballin [2], le grand armateur de la Hamburga. Personne au monde ne donna l’aspect d’une trouille plus verdâtre que ce pauvre Ballin lors de la marche des Allemands sur Paris et nul ne décampa avec plus de rapidité. Il se voyait déjà pincé, fusillé, grâce à la bonne protection de son cher oncle. Il fut depuis envoyé à Salonique, mais se sépara de Sarrail d’une façon retentissante. Je ne me rappelle pas très bien les circonstances. Il me dit qu’à un moment nous tenions complètement la Macédoine. Si nous l’avons perdue ce fut la faute du général en chef qui nomma aux fonctions de gouverneur etc., des hommes de police. Quand, un jour, on fera l’historique de la police en Grèce, je vous assure, m’a-t-il dit, qu’on pourra lire des choses curieuses et inattendues.

Pour continuer la Grèce, j’ai déjeuné ce matin chez le petit Rodocanachi [3]avec Romanos et Diomède, l’ancien ministre. Ce dernier qui ne devait passer que huit jours à Londres a fini par en rester quarante-cinq [4]. Tout est plus long qu’en France, m’a-t-il expliqué. Les Anglais ont improvisé tout. Le War Office, qui n’était autrefois qu’un petit bureau, est devenu une formidable administration. Le gouvernement anglais a réquisitionné cinq mille chambres. Mais, dit-il, tout cela ne marche pas sans bien des lenteurs et des difficultés. Je lui ai demandé s’il était satisfait de son voyage et s’il revenait avec une bonne impression. Pour la guerre, oui, m’a-t-il dit. Les Anglais iront jusqu’au bout, la question ne se pose pas. Ils auront la victoire parce qu’ils la veulent, le temps, l’argent, tout cela ne compte pas. Quant à mon point de vue, c’est autre chose, a-t-il ajouté. Du reste, je viendrai causer avec vous et avec Gauvain. J’ai la frayeur de l’Italie. – Cependant, lui ai-je dit, j’ai entendu parler (Grunebaum-Ballin) d’un changement de politique du célèbre ministre d’Italie qui maintenant serait tout à fait miel et sucre pour la cause nationale. – Je ne le crois pas et je vous le répète, j’ai la frayeur de l’Italie.

Il y avait à déjeuner également Gouin [5], le constructeur des Batignolles qui fait du 155 en ce moment. Il est bien de notre avis et ne croit pas que la guerre puisse continuer l’année prochaine. La situation économique paralysera tout.

Cependant, lui ai-je fait remarquer, il me semble que vous avez à peu près tout ce qui vous faut comme acier, etc.

– Oui, mais pour combien de temps ? À mon avis nous pourrons marcher jusqu’à l’automne, après c’est l’inconnu, financièrement et industriellement. C’est pour cela, a-t-il ajouté, qu’il faut faire quelque chose sur notre front avant cette époque-là. Nous n’avons pas besoin de plus d’artillerie que nous en avons, et celle des Anglais est formidable. Presque chaque semaine ils reçoivent une batterie de six pièces, et je suis très certain que l’Allemagne est beaucoup plus affaiblie qu’on ne le croit.

Gouin est administrateur du Nord, il croit pour l’après-guerre à une crise bien plus forte que celle qui sévit en ce moment. On ne peut plus dans le monde entier se procurer des locomotives, et tout le matériel est disloqué. Les machines ne font leurs trajets qu’avec des pannes nombreuses et les wagons commencent à être hors d’usage. La guerre finie, on croira qu’on peut reprendre le trafic et on s’apercevra que rien ne pourra fonctionner.

Un détail amusant qui m’a été raconté ce matin par un garçon qui est l’ami de Briand. Croirais-tu que l’ex-Premier continue à habiter le ministère de la Justice. Il a bien son domicile avenue Kléber, mais pour lui c’est un bureau où il va le matin. Briand est un être casanier et pour qui tout changement de visage ou d’objet est une catastrophe. Quand il vint à la Justice, il trouva là un garçon qui lui convint comme valet de chambre et dont il ne voulait pas se séparer. Devenu ministre des Affaires étrangères il voulut emmener son homme au Quai d’Orsay. Ce ne fut pas possible car chaque ministère a ses cadres. Tu peux changer le ministre mais pas les huissiers. Briand demande alors à Viviani s’il ne pouvait l’autoriser à rester à la Justice. Viviani qui habite boulevard de Courcelles l’appartement de Calmette lui dit : Reste si tu veux, cela m’est bien égal. Et voilà comment Briand continue à coucher à la Justice n’étant plus ministre et après avoir été aux Affaires étrangères.

Je dois te dire qu’il couche aussi ailleurs. Il ne doit pas plus aimer les changements de f…

À toi.

Et

[1] Paul Grunebaum-Ballin (1871-1969). Auditeur au Conseil d’État. Il a été secrétaire adjoint de la commission extraparlementaire chargée d’élaborer un projet de réglement sur la séparation de l’Église et de l’État.

[2] Albert Ballin (1857-1918). Allemand, d’origine juive. Armateur, président de la Hamburg-America Line et chef du lobby maritime allemand.

[3] 54, rue de Lisbonne, Paris, VIIIe.

[4] Cf. lettre du 24 janvier 1917.

[5] Édouard Gouin (1876-1922). Président de la Société de construction des Batignolles qui a des chantiers dans différents pays. Administrateur de plusieurs compagnies de chemins de fer et régent de la Banque de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.