26 mars 1917

26 mars 1917

Tout ceci pour toi à cause de

la nature des conversations.

 

Mon cher Pierre,

 

Hier au soir, Robert de Caix me téléphonait en me priant de demander une audience à Ribot le plus tôt possible afin de tâcher de le convaincre de donner certaines latitudes financières à des missions, dont je crois t’avoir signalé le but déjà, sur le point de partir pour la Russie. Voici l’explication :

Il est certain que si nous pouvons quelque chose au cataclysme russe, c’est en envoyant là-bas des hommes capables de faire entendre raison aux gens de gauche et de leur montrer que les Alliés doivent vaincre pour que le peuple russe puisse être libre. Il faut que l’on use de ces hommes comme intermédiaires pour aider pécuniairement les Russes de gauche à créer des organes de parti patriotes. Les journaux peuvent être le meilleur et le plus discret moyen d’acheter des consciences sous couleur de rétribuer des collaborations.

On avait décidé d’envoyer là-bas un nommé Charles Dumas [1], secrétaire de Guesde, « socialiste patriote » comme il s’intitule, et en relations avec de nombreux socialistes russes. Ribot, toujours homme de courage, n’ose pas lui allouer un viatique de peur de se compromettre. De Caix a connu la situation par un grand personnage qui est près du président du Conseil et qui lui a conseillé de me faire agir auprès de ce dernier.

J’ai donc téléphoné ce matin au cabinet de Ribot qui m’a prié de venir aujourd’hui même à 4 h 1/2. Je me suis rendu à l’heure dite au ministère où j’ai été reçu très aimablement après avoir croisé Leygues, président de la commission des Affaires extérieures, qui sortait du cabinet ministériel.

J’ai demandé quelques renseignements, tout d’abord sur ce qui se passait à Pétrograd. Cela ne va pas bien, m’a répondu Alexandre le grand, on est menacé d’une grève des chemins de fer et l’armée de Pétrograd vit dans l’anarchie. Le gouvernement provisoire est extrêmement faible (Ô Ribot !). Vous savez sans doute que l’armée de Pétrograd n’est composée que d’hommes qui ne sont jamais allés au front et ne veulent pas s’y rendre. Eh bien, le gouvernement a cédé, paraît-il, et pour obtenir la soumission aurait promis à ces troupes qu’elles ne seraient jamais envoyées au front. N’est-ce pas joli, Ribot déplorant et ne comprenant pas un cannage. J’ai entamé alors mon sujet, mettant simplement en cause les bureaux et regrettant que l’on hésite à sacrifier quelques dizaines de mille francs pour épargner des milliards. Que dis-tu de cette économie quand on risque, si la Russie flanche, d’avoir claqué cent milliards pour être tout de même vaincus par l’Allemagne !

J’ai malgré tout compris que Ribot était buté et le désir de son adjoint de faire intervenir ceux qui disposent d’une parcelle d’opinion. Je n’ai cependant pas perdu courage, je lui ai raconté ce que je savais de la caisse pangermaniste qui donnait dans la Freie Press des articles de tous nos hommes politiques depuis Tardieu jusqu’à Clemenceau en passant par Adolphe Brisson [2]. Je l’ai mis au courant de l’affaire de l’ABC de Madrid avec Maurras, affaire que je t’ai signalée en son temps car j’y ai été mêlé pour faire cesser ce scandale offert avec la plus parfaite bonne foi par Charles Maurras dont la vanité était en jeu. Enfin, j’ai fait ce que j’ai pu, sans être certain de l’avoir convaincu. Il m’a dit qu’il y avait deux missions, l’une de Moutet et l’autre de Delmas. Il y avait une telle différence dans les demandes de l’une et de l’autre qu’il avait complètement souscrit aux exigences de la première, mais rogné celles de la seconde.

En sortant, j’ai mis Arnauné au courant pour qu’il insiste s’il en a l’occasion. Il me l’a promis car il m’a fort bien compris.

Changeant de sujet, nous avons parlé de l’Orient. Ribot m’a dit : Leygues sort d’ici, j’ai été obligé de le mettre au courant d’une chose qu’il ne connaît pas et que la commission ignore aussi. C’est que dans nos accords avec l’Angleterre au sujet de l’Orient, la Palestine est internationalisée, mais nous avons la Syrie. Gardez cela pour vous et pour que vous soyez au courant. L’Angleterre vraiment tire beaucoup à elle.

J’ai aussi, continue notre Premier, une assez bonne nouvelle à vous annoncer et que je ne veux pas dire encore, c’est que j’ai causé avec Lyautey. Il est tout à fait calmé et je l’ai amené à me demander son retour au Maroc. Je le lui ai promis, mais il désire que cela ne se sache pas encore car il a l’intention de faire une cure à Vichy, et si son retour était connu il n’en aurait pas le loisir, une foule de questions restant à régler.

J’ai pris congé du grand Alexandre et suis tombé dans le salon d’attente sur le successeur à la rue de Rivoli [3]. Comme je savais dans quel état avaient été laissées les finances de la République, j’ai posé quelques questions insidieuses auxquelles il m’a été répondu par des bras au ciel. « Mes paiements ne sont pas assurés jusqu’au mois de mai. Ah ! il est parti au bon moment ! »[4]

Tout va bien, comme tu vois.

Pendant que j’attendais mon entrée chez le président, j’ai vu arriver le petit Bailloud qui, du plus loin qu’il me voit, me dit : Ah ! vous savez, vous m’avez donné un faux renseignement avec les sous-marins qui se seraient rendus. Je lui avais en effet raconté l’histoire de Beyens corroborée par une autre affirmation qui m’avait été faite tout au moins pour un sous-marin.

J’ai dit au général que je ne lui avais rien affirmé, je m’étais borné à lui répéter ce que j’avais entendu. Nous étions en train de bavarder lorsque d’Ormesson est venu recevoir et écouter le guerrier. Ils se sont mis dans un coin du salon et j’ai parfaitement entendu la conversation. Bailloud demandait à partir avec un corps expéditionnaire que l’on enverrait en Syrie. Si ce n’est que deux ou trois bataillons, disait Bailloud, cela m’est égal, j’irai parfaitement à leur tête car je connais très bien le pays. Pauvre Bailloud, il dessèche de ne rien faire. Mais ce que j’ai retenu c’est cette annonce d’envoi de troupes, et cela m’a rappelé que Jean de Kergorlay [5] m’écrivit il y a quelques jours et m’envoya un petit article sur Tripoli de Syrie en me disant que si le projet de débarquement s’exécutait, je pourrais mettre cet article-là de suite.

J’avais su d’autre part le matin même que les Anglais, numériquement très supérieurs aux Turcs, pourraient dès aujourd’hui entrer en Palestine, mais qu’ils ne veulent rien faire avant que le chemin de fer soit achevé et qu’ils aient leur ravitaillement tout à fait assuré.

Longue conversation avec Lasteyrie [6], tout à fait gentil et intelligent. Il m’a parlé de la question du blocus que l’on va rendre de plus en plus étroit dans les trois mois qui vont suivre. Il estime comme moi que si la guerre ne se termine pas cette année le temps jouera contre nous. Les Allemands ont pris leurs dispositions pour faire des récoltes en Roumanie et dans tous les pays envahis et la situation ne sera plus la même.

J’avais oublié de te noter un propos de Thierry qui revenait du Sénat, très ennuyé de l’attitude de ce dernier qui est enragé contre Thomas à propos de Roume [7].

Ribot, m’a-t-il dit, croyait et m’avait affirmé que tout était arrangé avec Aimond (le rapporteur), mais naturellement Aimond l’a trahi et rien n’est arrangé.

À toi.

Et

[1] Charles Dumas (1883-1955). Homme politique. Socialiste démocrate. Secrétaire de Jules Guesde.

[2] Adolphe Brisson (1860-1925). Journaliste. Écrivain. Critique dramatique. Directeur des Annales politiques et littéraires.

[3] Joseph Thierry devient ministre des Finances le 20 mars 1917.

[4] C’est Alexandre Ribot qui était ministre des Finances.

[5] Jean de Kergorlay se consacre à l’archéologie et aux voyages.

[6] Charles de Lasteyrie du Saillant (1877-1936). Comte. Archiviste paléographe. Homme politique. Inspecteur des Finances. Chef de cabinet de Denys Cochin (1915-1916), successivement ministre d’État, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, sous-secrétaire d’État chargé du Blocus (1916-1918). Membre de l’Union. Officier de la Légion d’honneur.

[7] Ernest Roume (1858-1941). Conseiller d’État. Administrateur colonial. Gouverneur général de l’Indochine (janvier 1915-janvier 1917).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.