25 mars 1917

25 mars 1917

 

Je t’avais un peu espéré ce matin, mon cher Pierre, aussi n’avais-je pas mis hier mon mot à la poste. Du reste, pour ce que j’ai à te raconter je suis vraiment un peu honteux de prendre ton temps.

Enfin, voici toujours une conversation de Barthou de ce matin. Comme tu dois le penser, le brave homme est ulcéré à un point extraordinaire. Ne pas être dans un ministère nouveau, quel terrible signe d’incapacité pour celui qui est en fonction ! Quoi qu’il en soit, c’est contre l’imbécillité des partis ministériels qu’il s’en prend. Ceux-ci n’ont pas vu que Thierry aux Finances, c’était Caillaux à ce ministère, un Caillaux adouci, ne donnant pas d’inquiétudes mais allant jusqu’au bout de ses doctrines… Eh ! Eh ! D’autre part, d’un air de mépris il nous dit que personne n’a vu la gaffe de Ribot dans son discours à la Chambre. Ribot, qui n’est pas maître de son éloquence et se laisse aller à une diatribe contre les monarchies, sentit la gaffe au cours de son discours et voulut se rattraper en faisant l’éloge du czar ! “La gaffe alors fut double, car n’ayant pas pensé que nous avions des monarques comme alliés, il les a froissés et l’éloge du czar ne pouvait que mécontenter le nouvel ordre de Russie !”

Voilà ce que dit cette belle âme qui habite un corps de candidat ministre.

L’Agence républicaine, dont plusieurs fois déjà je t’ai parlé comme l’émanation spéciale de Caillaux, m’envoie aujourd’hui une circulaire spéciale en dehors de sa feuille habituelle. C’est un éloge du ministère Ribot, mais un éloge jésuitique. Ribot est couvert de fleurs mais… il a commis une irrégularité ou plutôt le président de la République a été irrégulier :

La démission d’un ministre est généralement la suite de débats parlementaires dans lesquels la Chambre a approuvé les adversaires du cabinet, et c’est à ces derniers que le président doit s’adresser. Ce n’est pas ainsi qu’il a agi. Loin d’appeler ceux qui avaient critiqué le cabinet, il ne les a même pas appelés à consultation. Le président de la République a semblé méconnaître ou dédaigner la volonté du Parlement. – Le ministère Ribot en souffre devant l’opinion républicaine.

Aucune importance pour le moment, mais à noter.

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.