24 mars 1917

24 mars 1917

 

Old Peter,

 

Tu sais que ce matin, au téléphone, je te parlais des intentions que l’on prêtait au gouvernement provisoire russe d’abandonner les projets sur Constantinople. Quelques instants après, ayant rendez-vous avec Jules Cambon, je suis allé le voir au Quai d’Orsay et je lui ai posé la question : « Jamais de la vie, m’a-t-il répondu, et le nouveau gouvernement sera sur ce chapitre plus intraitable que l’ancien. »

Inutile de te dire, n’est-ce pas, que l’information qui m’avait été donnée me venait des messieurs qui sont à la censure des télégrammes ou plutôt des radios, et leur perspicacité avait découvert ces nouvelles tendances au désintéressement.

Ce que j’ai eu de plus curieux aujourd’hui, c’est une explication sur les affaires des coopératives militaires. Tu te rappelles qu’à la Chambre on avait jeté un général aux gémonies, qu’on l’avait accusé d’avoir voulu ruiner les coopératives au profit des trafiquants de Paris ou des villes d’arrondissements. Naturellement, le général accusé était celui qui avait signé la circulaire aux armées. Tu savais comme moi du reste, que l’initiative de ces mesures en revenait à certains membres du cabinet. La Chambre n’a pas cherché plus loin et Millevoye même aurait parlé de frapper ces officiers d’affaires.

J’ai là sous les yeux, et je te la montrerai quand je te verrai, que la circulaire Pellé a été envoyée sur l’ordre direct de notre Thierry. Ni ce dernier ni le ministre n’ont bronché pour prendre la défense du subordonné. Après l’algarade, ils lui ont écrit une belle lettre dans laquelle ils le dégagent de toute responsabilité, mais cette lettre n’a jamais été rendue publique tandis que les débats de la Chambre étaient universellement lus.

Comme à tout cela il faut bien une sanction, c’est Pellé qui est puni car il commande une division mais on ne le nomme pas divisionnaire, contrairement à toutes les promesses et les engagements.

Comme nous avons des caractères au pouvoir !

            Good bye.

 

Reçu la visite de Roger [1]. Je te fais grâce des discours de notre guerrier. Tu as dû les entendre déjà et tu sais de quelle couleur sont ses pensées.

[1] Roger Luzarche d’Azay.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.