23 mars 1917

23 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Ne trouves-tu pas, en lisant tous les comptes rendus des circonstances qui environnent l’abdication du czar, de terribles analogies avec les choses qu’on entend ici dans certains milieux. Les propos de l’entourage du couple impérial ne sont-ils pas à peu de choses près ceux que l’on entend dans ce qu’il est convenu d’appeler la société. À ce propos, je me suis rappelé un dîner où j’étais invité par Joseph Cornudet et où se trouvait aussi Béarn, le prince de Béarn et Chalais. Ancien diplomate, il revint à l’activité auprès de Margerie [1]. C’était à peu près au moment de l’assassinat de Raspoutine et naturellement on parlait de la Russie. Béarn, et là tu verras les qualités spéciales de nos diplomates dont les raisonnements correspondent à la catégorie sociale, soutenait que l’impératrice était obligée de se ranger du côté des ultra-conservateurs, que c’était pour elle une nécessité absolue dans son désir de conserver le trône à son fils, que du reste elle n’avait pas de sympathies particulières pour l’Allemagne mais que, menacée par la révolution, elle prenait le seul moyen pour sauvegarder la couronne. M. de Béarn paraissait même approuver cette conduite politique qui a si bien réussi.

Je crains bien que les Russes ne fassent la grande bêtise de traduire en jugement leurs anciens souverains. Si ce que l’on dit ce matin est vrai et que l’on ait laissé filtrer la correspondance Protopopov, il se créera très rapidement un courant d’opinion irrésistible et la pauvre tzarine pourrait bien être entraînée ainsi que son mari comme responsable.

Dans nos milieux socialistes on est inquiet, on craint beaucoup que les pacifistes n’arrivent à prendre le dessus et l’on s’efforce de paralyser le mouvement. Interrogé ce matin, Renaudel nous a répondu que le parti allait travailler à empêcher cette campagne. Il a obtenu déjà que certains de nos pacifistes notoires se déclarassent ouvertement pour la continuation de la guerre contre le despotisme allemand, le despotisme russe étant d’ores et déjà vaincu. À l’instant, j’apprends qu’une délégation de deux membres du parti, dont Moutet, vont partir pour la Russie afin de s’aboucher avec les révolutionnaires de palais de Tauride. D’autre part, la commission des Affaires extérieures enverra également une délégation auprès du gouvernement provisoire.

Je crois avoir fait allusion en son temps dans mes lettres à des renseignements que m’envoyait parfois une personnalité suisse, du reste assez mystérieuse. Elle m’avait adressé à une époque, quelques mois avant que n’éclatât l’affaire du colonel de Loÿs, de telles précisions sur les menées de l’état-major fédéral que j’avais cru de mon devoir d’en informer Piccioni [2], Delcassé regnante, et Piccioni m’avait beaucoup remercié, les détails que je lui donnais recoupant certains rapports qui lui étaient parvenus.

J’ai reçu aujourd’hui de cette personnalité quatre grandes pages qui n’ont pas le même intérêt mais qui sont assez indicatives du sentiment suisse.

Elle s’élève assez vivement contre les campagnes bruyantes que nous faisons. Elle condamne les discours, les banquets, les airs guerriers de France joués à tort et à travers. Elle revient sur le banquet de cet hiver dont nous croyions les convives de vrais Suisses et qui n’étaient rien moins que cela. Elle ajoute : « Vous feriez mieux d’envoyer des gens actifs pour s’occuper un peu du commerce, pour voir que les places sont déjà prises par les Boches et pour constater qu’après la guerre, grâce à la lenteur, à la routine et à la paresse françaises, le commerce, en Suisse française, reprendra avec l’Allemagne plus fort qu’avant la guerre. »

Elle me supplie d’attirer l’attention de qui de droit sur cette question. Hélas ! Qui de droit ?…

Puis cette personnalité passe à la question des internés. Elle désirerait qu’on s’en occupe d’urgence. Je crains qu’elle n’ait que trop raison car je savais par notre ami Muret que nos internés font une noce carabinée. Voici toutefois comment la lettre résume les griefs :

– Les internés sont en train de se démoraliser et de contracter des habitudes diverses, également funestes.

– Le séjour que sous prétexte humanitaire on leur permet dans les villes est déplorable. Le très petit nombre de ceux qui étudient auraient étudié n’importe où, et les autres…

– Les travaux que fait la masse des internés sont mieux organisés que l’année dernière mais la plupart sont inutiles et ne préparent les hommes à reprendre un travail après la guerre.

– La conduite des internés est peu édifiante et fait du tort à leur pays. Toutes les femmes n’étant pas hystériques et tous les hommes n’étant pas toqués, ceux-là commencent à trouver que le bleu horizon est mieux vu de loin et prochainement on trouvera qu’on l’a trop vu.

La conclusion serait qu’on en rapatriât le plus possible. La chose serait peut-être faisable.

Au revoir, old man.

Et

[1] Henry de Béarn (1874-1947). Diplomate. Secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg en 1907, il devient secrétaire de Pierre de Margerie en 1916.

[2] Camille Piccioni (1859-1932). Diplomate. Chef adjoint du cabinet du ministre des Affaires étrangères, Théophile Delcassé (1898-1905).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.