22 mars 1917

22 mars 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Rien d’intéressant aujourd’hui pour le pensum. Journée très chargée de besognes ingrates et pas une minute pour griffonner les propos recueillis.

Je ne sais pas pourquoi l’on ne se décide pas à publier la perte du Danton [1] survenu sur les côtes de Sardaigne. Je crains bien qu’il n’y ait que très peu de survivants, si toutefois il y en a.

Quelqu’un a prétendu aujourd’hui connaître ce qui restait du discours de Lyautey lorsque celui-ci fut interrompu par les clameurs d’extrême gauche. Il continuait sa protestation contre le Comité secret par un blâme à l’égard des généraux qui auraient cru devoir parler dans une séance de ce genre et terminait par l’annonce de sa démission.

De toutes les lettres que je reçois de province il ressort que le pays ne goûte guère ce nouveau ministère. D’une façon générale on s’étonne de la présence immuable de Malvy, et on se demande quel est le paragraphe de la Constitution qui décrète que Malvy et Viviani feront obligatoirement partie de tout cabinet en temps de guerre. Et cependant, Malvy, qui jouit à la fois de la confiance de Poincaré et de celle de Caillaux, a joué un rôle important dans la formation du ministère. C’est dans son cabinet que beaucoup de conciliabules eurent lieu, c’est chez lui que s’élaborèrent la plupart des actes préparatoires. On admet aujourd’hui qu’il assistera aux séances du Comité de guerre. J’aime à croire que ce dernier ne sera plus que le Conseil national d’antan dans lequel se racontaient beaucoup de calembredaines mais où aucun plan sérieux n’était étudié. Sans cela la chose serait grave.

Puisque je fais allusion à Caillaux, je t’avais signalé l’apparition de cette feuille publiée et rédigée par un homme du Bonnet rouge. Elle paraît régulièrement imprimée sur très beau papier, ce qui prouve que l’argent ne manque pas dans cette officine. Chaque numéro publie le portrait tracé d’une plume bienveillante d’un homme du jour. Le premier ainsi mis en vedette fut naturellement le patron, puis ce fut Delanney, ensuite, le tour de Sarrail arriva. Ce n’est pas mauvais car nous pourrons ainsi déterminer l’état-major présent ou futur de l’ancien ministre des Finances qui s’agite en ce moment de façon désordonnée. Sent-il son moment venir ? Je le crois.

Quant à Painlevé, il a pris comme chef du cabinet civil Bonifas [2], un homme qui fut déjà au cabinet de Clemenceau. On lui prête l’intention de prendre comme chef du cabinet militaire un colonel Morin qui passe pour un homme de valeur. Liesse, qui a Painlevé au Conservatoire [3] et qui le connaît bien, nous dit qu’on ne saurait imaginer l’importance pour cet homme-là d’une bonne influence auprès de lui. Personne n’est comme lui influençable, et s’il a auprès de lui quelqu’un de bien, il peut faire des choses excellentes. Naturellement, le contraire est aussi vrai.

Croirais-tu que le célèbre défenseur de Liège, le général Leman [4], est d’origine allemande très proche. Wilmotte me disait tenir de sa bouche que son grand-père s’appelait von Lehman. Le pauvre homme s’emploie maintenant à des recherches de bibliothèques.

Au revoir, old man.

Et

[1] Le cuirassé Danton est coulé le 19 mars 1917 par un sous-marin à San Pietro.

[2] Bonifas. Chef du cabinet civil de Painlevé.

[3] Le Conservatoire national des arts et métiers où André Liesse est professeur d’économie industrielle et statistique (1894-1929) et dont Paul Painlevé est administrateur.

[4] Gérard Leman (1851-1920). Militaire. Général. Fils de Georges-Auguste Leman et de Marie Kips. Il s’illustre lors de la défense de la ville de Liège en août 1914. Il est fait prisonnier et transféré en Allemagne (1915-1917) puis libéré pour raisons de santé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.