21 mars 1917

21 mars 1917

 

Le manifeste de Ribot est accueilli assez mal dans nos milieux de presse. J’étais à une réunion syndicale où je l’ai entendu juger. On s’accorde à trouver que ce sont des phrases assez bien construites mais ne voulant rien dire. Les conservateurs Écho, Figaro, etc. lui reprochent avec violence de ne parler que des paysans et ouvriers. Au cours de notre réunion, Reynaud [1], l’ancien ministre aujourd’hui directeur de L’Heure, nous dit que la déclaration a été accueillie à la Chambre par de fréquents applaudissements. Cela se peut mais ce ne fut pas le cas chez les journalistes. On ne prête à ce pauvre Ribot qu’une durée très éphémère. Les séides de Briand disent qu’il vivra quelque temps parce que l’ancien président a le désir véritable de se reposer. Les autres annoncent que Painlevé le coulera pour prendre lui-même la présidence du cabinet qui lui succédera. Je ne te signale tous ces potins qu’à titre de curiosité, mais il est certain qu’avant la séance les radicaux-socialistes étaient en colère. Ils annoncent que l’on sortira d’une façon certaine l’affaire de Roanne. C’est cette grande entreprise de produits chimiques qu’on a cherché à faire nationale, et dans le lancement de cette affaire il y eut, dit-on, matière à scandales.

Comme je suis sans nouvelles de la Chambre, il n’y a qu’à attendre.

Tu as connu une assez sale histoire qui fut racontée au Comité secret. Un colonel prit sur lui de commander mille quatre cents avions qui ne se recommandaient par rien autre que par quelques pots-de-vin, et la commande fut faite sous les yeux de Guillemin qui n’y vit goutte. Le colonel Renard est venu aux nouvelles pour se renseigner sur Daniel-Vincent [2] que je ne connais pas. Je sais seulement que c’est un gros homme, qu’il a fait des rapports, mais j’ignore s’il est qualifié pour le poste qu’il va occuper.

Un de mes collaborateurs qui est capitaine à l’armée anglaise et qui repart ce soir, nous a beaucoup intéressés par ses impressions sur le repli allemand absolument voulu sur des positions dont on possède les photographies. Il m’a cité un exemple assez comique des effets de l’artillerie anglaise. D’après le commandement, Puisieulx devait être complètement anéanti. On marche sur le village. Pas d’Allemands, mais presque rien n’était demoli. Et ce fut le sujet de plaisanteries qui durent encore dans lesquelles on félicitait les artilleurs d’avoir si admirablement tiré dans les jardins pour respecter les maisons.

Pendant quatre ou cinq jours avant l’avance, les patrouilles se repliaient parce qu’elles rencontraient des feux de mitrailleuses jusqu’à ce que la retraite ennemie, complètement effectuée, on occupait le terrain.

Mais l’armée anglaise va faire bientôt quelque chose de plus important, et ce serait même imminent.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Étienne Raynaud (1860-1927). Homme politique. Ancien ministre. Directeur de L’Heure.

[2] Charles Vincent, dit Daniel-Vincent (1874-1960). Homme politique. Sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique militaire dans le gouvernement d’Alexandre Ribot du 20 mars au 12 septembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.