19 janvier 1917

19 janvier 1917

 

Rien de très particulier à signaler aujourd’hui, mon cher Pierre, sinon que la campagne s’accentue contre Briand et qu’on signale des complots un peu dans tous les coins. On raconte même qu’Hervé d’accord avec Coggia [1], le préfet des Hautes-Pyrénées, cherchent à raccommoder Caillaux et Barthou. Ceux qui s’agitent le plus, ce sont les gens de l’Action nationale. Jusqu’ici cette agitation ne paraît pas porter grand fruit. Je sais même par Lachaud, le radical-socialiste un peu grotesque de la Corrèze, que l’ordre du jour d’avant-hier a plutôt déplu dans le parti, car les collègues ont senti malgré la part de vérité qu’il y avait dans l’élaboration de ce papier une grande mauvaise foi et beaucoup de perfidie. On a trop bien compris l’ôte-toi de là que je m’y mette.

Lyautey, après son entrevue avec la commission de l’Armée du Sénat, a manifesté le désir de faire une petite révolution. Il a demandé à s’expliquer à la fois devant les deux commissions des Chambres réunies. Chacune d’elles pourrait délibérer à part mais elles recevraient en commun les déclarations du ministre. Économie de peine et de temps.

Castelnau, me dit-on, part ce soir pour la Russie. Doumergue devait l’accompagner. Parmi les questions qui seraient l’objet du voyage figurerait l’accord avec le Japon. Toujours les fameuses grosses pièces qui devraient arriver en Russie avec leurs servants. On les a joliment fait voyager en imagination ces grosses pièces depuis quelques mois. Finiront-elles par trouver place sur le front ? La question est de savoir ce que demandent les Japonais. Je t’avais fait part d’un bruit qui me venait du cabinet du ministre de la Guerre il y a environ une quinzaine et d’après lequel la Russie était en froid avec eux, mais je n’ai jamais pu me faire confirmer cette mauvaise disposition. Cependant, si réellement Castelnau doit s’occuper d’une négociation nipponne, c’est bien qu’il y aurait eu quelque chose d’un peu accroché.

J’ai reçu une nouvelle lettre de Pétrograd que tu pourras lire demain dans le journal. Notre correspondant a passé quelques jours aux armées, il en est revenu très content et me dit qu’il faut s’attendre à un effort russe intéressant un de ces jours.

Le pauvre Bourdel [2], qui est à la tête de la maison Plon et Nourrit, vient de perdre son fils [3] officier d’infanterie. Les anciennes méthodes ne semblent pas encore abandonnées. On a voulu leur faire faire l’essai d’une attaque par surprise sans préparation d’artillerie. On croyait que cette attaque serait inconnue des Boches et que nos soldats enlèveraient la tranchée en face en un temps. On se trompait sans doute, car, le signal donné, les trois officiers enjambent le parapet. Coup de sifflet, les mitrailleuses sont entrées en danse et les trois chefs de l’attaque ont été foudroyés. Néanmoins, les sergents ont pris le commandement et la tranchée a été enlevée en fin de compte, mais qu’est-ce que cela a pu coûter ? Pendant que l’on nous racontait cela ce matin, un père de famille ajouta qu’aucune leçon ne servait. Son fils était, il y a deux mois encore, aspirant à Saint-Cyr. Les cours étaient faits par des officiers blessés de la Marne ou d’ailleurs et tous ne parlaient que de la guerre de manœuvres. – Mais cependant, mon capitaine… Oui, oui, répondaient les professeurs, la guerre actuelle c’est un accident, mais forcément la guerre de manœuvres reprendra et c’est la tactique napoléonienne qui est encore la meilleure.

À toi.

Et

 

As-tu su comment était mort le petit Vergé ? Je te le raconterai.

[1] Antoine-Auguste-Joseph Coggia (1872-1943). Préfet des Hautes-Pyrénées de 1907 à 1909. Il ne l’est donc plus.

[2] Joseph Bourdel. Éditeur. Directeur de la maison d’édition Plon et Nourrit.

[3] Michel Bourdel (1881-1916). Capitaine au 312e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 29 décembre 1916 à Chattancourt (Meuse).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *