1er janvier 1917

Je te signale à toutes fins utiles que Vidalon [1], chef du cabinet militaire de Lyautey, est l’ancien chef de cabinet d’Étienne.

1er janvier 1917

 

D’abord une bonne année, mon pauvre vieux. Espérons que 1917 verra la fin de nos maux.

Je ne sais si ce que je t’ai écrit depuis deux jours avait quelque sens, car ces informes papiers ont été faits dans un terrible brouhaha. Enfin tant mieux si tu y as trouvé quelque chose tant pis si c’est le contraire, tu te diras simplement que mon gâtisme s’est singulièrement augmenté. Aujourd’hui je ne sens pas mes méninges en beaucoup meilleur état.

Je t’envoie l’article de Zurich que la censure nous a enlevé hier. Après l’avoir lu tu pourras juger de la bêtise des organismes officiels. J’estime qu’il eût été excellent de le donner car il est fait d’après des sources très sérieuses et tout à fait de nature à éclairer l’opinion sur les buts de l’Allemagne.

Je t’avais dit que j’avais convoqué Alter ego ce matin. Il est venu et il a parlé avec une chaleur et une abondance de documentation qui prouvait qu’il était réellement envoyé pour nous convaincre et nous endoctriner. Dans la conversation, il m’a laissé entendre qu’il avait eu sur le même sujet une discussion de plusieurs heures avec Polybe qui, évidemment, lui présentait à peu près les mêmes observations que moi. Il m’a dit : « Polybe qui avait été circonvenu par Joffre ou son entourage. » Alter ego n’a pas manqué de nous dire que la Marne et Verdun étaient dues à l’initiative du gouvernement. Entends-tu bien, du gouvernement ! C’est le gouvernement qui a donné l’ordre de ne pas évacuer Verdun. Je lui ai doucement rappelé que les faits ne m’apparaissaient pas comme tels, que Castelnau était parti de son chef. Il a bien été obligé d’en convenir.

À l’heure actuelle, tout ce qu’il y a eu de bien, c’est Briand. Tout ce qu’il y a eu de mal, c’est Joffre et son entourage.

Je suis tout à fait d’avis qu’il faut donner le plus d’autorité possible à Lyautey, mais il faut que les situations soient nettes et définies.

Comme tu le vois, notre Alter ego est le porte-parole, et c’est lui que l’on envoie à droite et à gauche porter la saine doctrine.

Il y avait deux jours que l’on m’avait dit la mort de Raspoutine mais on l’avait annoncé tant de fois que je n’y avais pas attaché grande importance [2]. Les mêmes gens m’avaient annoncé que Stürmer était pendu [3]. J’ai signalé ce bruit à la Rue François-Ier qui me répond qu’elle ne le sait pas, mais qu’elle croit bien à la pendaison de Manonikoff [4].

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Jean Vidalon (1869-1959). Militaire. Colonel. Chef d’état-major de la 4e armée depuis le 3 août 1916, il devient chef du cabinet militaire d’Hubert Lyautey, ministre de la Guerre, le 2 janvier 1917.

[2] Gregori Raspoutine (1872-1916) est en effet mort empoisonné, tué et noyé le 16 décembre 1916 par le prince Youssoupov et un groupe de conjurés voulant sauver la monarchie.

[3] Boris Stürmer (1848-1917) n’est pas pendu. Il meurt en prison en septembre 1917, après son arrestation par le gouvernement provisoire en février 1917.

[4] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.