1er décembre 1916

1er décembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Nous avons été très douloureusement impressionnés par la mort de Melle [1]Grimprel. L’annonce m’en avait échappé dans Le Gaulois, je ne l’ai vue qu’à midi. C’était une charmante fille et je plains bien vivement sa pauvre mère [2] et Hélène [3].

Je t’avais laissé hier au soir pour aller retrouver un brave homme qui devait me donner des nouvelles de Constantinople. J’ai fait un peu buisson creux car il n’avait récolté que peu de détails en dehors des derniers que je t’envoyais. Misère noire, situation affreuse, mais on réconforte la population avec les succès roumains. Dans peu de jours, la Roumanie, disent les Allemands, fournira le pétrole, le blé, et de nouveau on pourra manger à sa faim. Ce ne sont que des promesses, mais l’Ottoman se rassasie avec ces espoirs.

Tu as dû recueillir des opinions sur la séance d’hier et sur le discours de Briand. Somme toute, me dit-on, c’est un peu jusqu’ici la répétition du Comité secret d’antan avec une aggravation cependant, c’est que l’Assemblée est moins calme et digne qu’autrefois. Il y a par-ci par-là des exclamations à la Brizon ou Raffin-Dugens qui ne s’étaient pas produites à la précédente session secrète. On a l’impression que la Chambre cherche à user Briand. Elle espère, en l’obligeant à prononcer chaque jour deux ou trois discours, qu’à un moment donné ses nerfs l’emporteront ou sa lassitude le déprimera, et l’on profiterait de l’occasion pour le mettre à bas. Ce calcul sera-t-il déjoué ?

Bonnefous [4], le député, a dit hier à notre informateur parlementaire que le service de contre-espionnage anglais avait fait parvenir ici un des rapports de la commission de l’Armée qui portait le cachet de Berlin. Cette pièce aurait donc, dans l’hypothèse la plus favorable, été dérobée ici et envoyée à Berlin. Sur quelques doutes émis par mon homme, Bonnefous est retourné s’enquérir d’une façon exacte, et il est revenu en disant que la chose était absolument certaine. Les secrets sont bien gardés ! Et si nous rapprochons cet incident de la lettre ou des lettres interceptées de Raffin-Dugens à un membre du Reichstag, nous prenons une belle idée de la valeur morale de certains de nos parlementaires.

Il sort de chez moi en ce moment un grand propriétaire de l’Allier et de la Creuse [5]. Il est conseiller général, par conséquent connaît bien le pays. Il me dit qu’on ne peut se douter de la veulerie des préfets fonctionnaires, en un mot de tout ce qui représente l’action gouvernementale. Il me raconte quelques histoires bien significatives de la gabegie actuelle.

Il a reçu dans sa commune tout un personnel de chimistes, de médecins, d’infirmiers, et l’on ne peut se résoudre à lui envoyer des malades. Il est allé aujourd’hui même au service de Santé pour demander si enfin on allait aboutir. Là, il lui fut répondu qu’il ferait bien d’intéresser un député à la chose sans cela la situation menaçait de s’éterniser. Et là, dans le local même, on lui a raconté l’anecdote suivante :

La célèbre propriété du Glandier [6] en Corrèze appartient au député de Pompadour [7]. Ce dernier l’avait offerte au début de la guerre pour rien. Après examen de la proposition, on refusa cette offre généreuse, le Glandier était trop loin du chemin de fer, il y aurait de trop grosses réparations à faire, il fallait chauffer, enfin une foule d’objections toutes irréfutables. Mais le temps se passa, les appétits grandirent. Aujourd’hui le Glandier vient d’être pris par la Santé au prix de location de quinze mille francs et l’on y fait pour vingt-cinq ou trente mille francs de réparations. Pense que le service de Santé possède la lettre d’offre gracieuse du député qui, aujourd’hui, a trouvé le moyen de se faire payer et en plus d’imposer les frais qui avaient paru inabordables.

Mon ami qui s’appelle Henri Thonier [8] m’a exprimé ses craintes d’avenir. À même de juger les paysans de sa région, il découvre dans leur état d’esprit les symptômes de toutes les jacqueries futures. Les ouvriers, me dit-il, sont dix fois moins mauvais que les paysans parce que moins bêtes. Le paysan a été empoisonné et abêti par l’instituteur et il faut penser que nous n’échapperons pas, après la guerre, à de terribles scènes de révolution. Déjà, chaque paysan parle des pillages futurs et Thonier ajoute que certainement il enverra en Suisse sa femme et ses filles pendant les mois qui suivront la cessation des hostilités.

Tu vois que l’état d’esprit de nos propriétaires ruraux n’est pas folâtre. Maintenant il faut dire aussi que celui-ci a des gros intérêts agricoles dans la circonscription de Brizon.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Élisabeth Grimprel (1880-1916). Fille de Georges Grimprel (1838-1910).

[2] Mme Georges Grimprel (1846-19). Née Berthe Armet de Lisle, épouse de Georges Grimprel, inspecteur des Finances.

[3] Hélène Grimprel (1873-1961). Sœur d’Élisabeth Grimprel. Elle épouse André Toutain, conseiller maître à la Cour des comptes.

[4] Georges Bonnefous (1867-1936). Homme politique. Député Entente républicaine démocratique de Seine-et-Oise (1910-1936).

[5] Cf. lettre du 25 septembre 1916. Il s’agit d’Henri Thonier.

[6] Célèbre pour l’affaire Lafarge.

[7] Non identifié.

[8] Henri Thonier. Grand propriétaire de l’Allier et de la Creuse. Conseiller général.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Odile Gaultier Voituriez (1 décembre 2016). 1er décembre 1916. La 1ère Guerre vue de Paris. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rq9m


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.