2 novembre 1916

2 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On peut faire contre les embusqués toutes les lois que l’on voudra, jamais on ne débusquera personne. Je vais te raconter l’histoire vraie, mais qui paraît invraisemblable, que me dit un de mes amis propriétaire d’un bel immeuble dans le XVIe. Je te mettrai tous les noms quand tu voudras sur les personnages.

Un des locataires de mon ami, récemment marié lorsque éclata la guerre, un gros et fort gaillard de vingt-huit ans, fut mobilisé dans les ravitaillements. Avec stupéfaction, tout le monde s’aperçut qu’il revenait coucher chaque jour chez lui dans les plus beaux costumes et conduit par des somptueuses automobiles. Obligé par son service à fréquenter les halles, la voiture était toujours chargée des victuailles les plus fines, des poulardes les plus grasses, etc. Cela dura un an et demi environ. Un beau jour, un gendarme se présenta chez la concierge et se fit donner des indications sur le personnage. Prise des repas à la maison, couchage régulier à domicile, etc. Après avoir dûment interrogé, Pandore dit : Je regrette de ne pas avoir les pouvoirs nécessaires car je devrais arrêter votre locataire. Veuillez signer vos déclarations.

Mais, dit la concierge, signer des déclarations contre un locataire, c’est bien ennuyeux pour moi et de nature à me créer des ennuis et peut-être la perte de ma place. Vous m’avez interrogée, j’ai répondu, mais je ne veux pas faire de dénonciation. – Ce n’est pas une dénonciation, c’est une enquête. – Êtes-vous au moins sûr du secret de pareilles choses ? – Naturellement, c’est tout à fait secret.

Quatre ou cinq jours après, le locataire fait appeler la concierge et lui dit : Vous vous êtes permis de faire une dénonciation contre moi, votre compte est bon. – Comment, une dénonciation, j’ai répondu aux questions d’un gendarme enquêteur. – Du reste, reprend le locataire, vous n’avez pas dit grand-chose, mais il y a certaines gens comme untel marchand de quelque chose, le concierge d’à côté et untel établi à tel endroit, ceux-ci, je saurai me venger d’eux. Voici leurs déclarations – Ils ne peuvent pas nier.

Et il sort de sa poche l’original lui-même de l’enquête du gendarme ! – N’est-ce pas formidable ? Ce garçon était mobilisé dans la cavalerie, il a trouvé le moyen de rester à Paris. Plus tard, il a été mobilisé dans son usine. Aux dernières nouvelles il aurait été réformé.

Que dis-tu de cette véridique histoire ? Elle nous entrouvre de sinistres horizons.

Ton vieil

Et


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Odile Gaultier Voituriez (2 novembre 2016). 2 novembre 1916. La 1ère Guerre vue de Paris. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rq9b


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.