31 octobre 1916

31 octobre 1916

 

Pardonne-moi, mon vieux, si mes mots ne se suivent pas, je suis complètement abruti par une journée de Fregoli [1]. Pris entre un enterrement forcé et le mariage Rodocanachi [2] [3] à 3 h, obligé entre les deux de relire toute la première partie du journal, ce que j’ai fait en cravate blanche, je suis gâteux.

D’abord la réponse que je reçois de mon ami P. [4] « J”écris un mot au colonel Madelin [5] pour le capitaine Lebaudy pour que sa proposition soit transmise en bonne place. Une fois qu’elle sera ici, je l’appuierai de mon mieux et j’espère bien que nous réussirons pour la promotion du jour de l’an. »[6]

Je t’avais parlé, je crois, de l’article que Hanotaux avait écrit pour La Revue des Deux Mondes. Il a paru avec quelques changements demandés par la censure. C’est un fouillis extraordinaire et stupide dans le fond. Sa grande idée, c’est que l’Empire allemand n’a pas une existence légale. Il paraît que cette opinion est partagée par nombre de nos diplomates honoraires. On voudrait une sorte de tribunal des nations. Je crois que le hanneton d’Hanotaux lui travaille la cervelle avec énergie en ce moment.

Il paraîtrait qu’un radio allemand a dit que le Berliner Tageblatt aurait publié une lettre de Sarrail à un ami. Ce dernier aurait montré la lettre à un neutre, lequel neutre se serait empressé d’envoyer ce papier au journal. Entre autres choses, d’après ce radio, Sarrail dirait à cet ami que sa mission était bien difficile, qu’il avait à commander une armée composée de bric et de broc, généralement avec l’écume des pays alliés. Il tombe à bras raccourcis sur les Russes et les Anglais, seuls les Serbes trouvent grâce devant lui. (Tu te rappelles qu’au début, Sarrail ne voulait pas entendre parler des Serbes. Il avait même donné l’ordre à ses états-majors de les traiter le moins bien possible. Il croyait que tous les Serbes étaient comme les malheureux arrivés à Salonique après la retraite, découragés et mourant de faim et de misère. Plus tard, en voyant ceux qui avaient été rééquipés à Corfou, il avait changé d’avis mais n’avait pas rapporté ses ordres. D’où une période de tension et de difficultés).

Ce radio peut parfaitement être une invention ennemie, et je crois bien qu’il ne faut en faire état que dans la mesure où l’on parviendra à s’assurer de l’authenticité de la lettre. J’ajoute que la chose m’a été dite par quelqu’un qui touche de très près Briand. Cela rentre très bien dans ses vues et on pourrait très bien en grossir la valeur.

Il paraît, toujours d’après la même source, que Sarrail serait mal avec tout le monde là-bas et que Roques va tâcher d’éclaircir tout cet embrouillamini.

Un protestant me racontait ce matin que la troupe l’a insulté un jour qu’il faisait un pique-nique avec son extraordinaire entourage dont Marcelle Tinayre [7] et peut-être la Narischkine, mais sûrement la première. Il aurait encaissé sans dire ouf.

Les gens des sucres sont revenus me voir ce matin et m’ont demandé de marcher. … Avant d’entrer plus à fond dans le sujet, j’ai dit à leur représentant : Mais il me paraît bien difficile d’entamer une campagne comme cela. Monsieur Br. de Saint-C.. [8] m’a raconté des choses qui m’ont intéressé au plus haut point, mais ça n’est qu’une conversation. Avant de prendre une décision, je voudrais bien avoir une documentation complète. Les Débats, dans une affaire comme celle-là, ne doivent pas à un moment donné être inexacts, quel que soit l’avantage qu’ils puissent retirer d’une campagne.

– Vous voudriez sans doute un schéma, je vous le porterai d’ici à deux jours.

– Parfaitement, un schéma avec tous les documents s’y référant.

Il doit m’apporter tout cela vendredi. Je doute qu’ils puissent me montrer des choses bien péremptoires.

J’allais oublier de te dire un renseignement qui m’a été donné tantôt au mariage par un colonel qui était témoin avec moi. Son neveu serait au Chiffre. C’est un ingénieur. Il attribue pour partie l’échec roumain à notre ignorance du Chiffre austro-hongrois. On vient de le découvrir, et déjà l’on est au courant de toutes les instructions données à l’armée autrichienne.

Et voilà, mon vieux. Amitiés.

Et

N’as-tu pas trouvé la reprise trop dure ?

[1] Leopoldo Fregoli (1867-1936). Italien. Acteur et artiste virtuose des changements de rôle qui est allé jusqu’à interpréter cent rôles costumés en un spectacle. Nalèche veut dire qu’il a dû lui-même changer de rôle et de costume plusieurs fois au cours de sa journée.

[2] Emmanuel Rodocanachi (1859-1934). Homme de lettres spécialiste de l’histoire de Rome. Collaborateur du Journal des Débats.

[3] Cf. lettre du 30 octobre 1916.

[4] Il s’agit probablement du général Pénelon.

[5] Louis Madelin (1871-1956). Homme de lettre et historien. Agrégé d’histoire. Membre de l’École française de Rome. Il écrit de nombreux ouvrages dont Danton (1914). Il est alors détaché à l’état-major de la place de Paris depuis le 22 août 1915.

[6] Pierre Lebaudy recevra en effet la Légion d’honneur fin décembre 1916.

[7] Marcelle Tinayre (1872-1948). Femme de lettres. Féministe. Journaliste, elle collabore au Temps, à la Revue de Paris et à l’Illustration.

[8] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.