15 octobre 1916

15 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On nous dit que l’affaire d’hier au nord de la Somme et que le communiqué appelle la perte de quelques éléments de tranchée aurait été une tape assez sérieuse. Il est probable que tu sais à quoi t’en tenir là-dessus. On prétend même que nous serions arrêtés dans notre plan ?

On m’a remis hier un petit factum qui nous vient d’un poilu. C’est un appel à la révolte pour les soldats. Ce papier est imprimé à Paris à la Fédération des métaux. Il engage les soldats à déposer les armes, dénonçant les fauteurs et les profiteurs de la guerre et faisant l’apologie de Kienthal et des Kienthaliens. On le distribuerait chaque fois que cela se peut dans les tranchées. Cette feuille serait une émanation d’un comité qui s’intitule : « Comité pour la reprise des relations internationales » et qui siège 33, rue de la Grange-aux-Belles. Après avoir énuméré les hommes qui sont à la tête de ce mouvement dans chaque pays, il fait appel aux « Peuples qu’on ruine et qu’on tue ». Puis il termine par la liste des organisations qui ont adhéré à l’action de Zimmerwald. En avez-vous vu circuler des exemplaires dans votre secteur ?

L’aumônier du Val-de-Grâce qui donne des soins spirituels aux officiers allemands qui y sont en traitement a dit hier à Chantavoine [1] que tous ou à peu près étaient très sombres sur l’avenir de l’Allemagne et qu’ils considéraient la partie comme plus que compromise.

On dit beaucoup en ce moment qu’il y a une campagne allemande qui se fait contre l’emprunt. Le propos indiquant l’état d’esprit de nos paysans et que je te citais : Il ne faut pas souscrire parce que c’est pour la continuation de la guerre, serait dû aux manigances allemandes. Malgré tout, nos campagnards n’aiment pas beaucoup sortir leur argent et quand ils trouvent un bon prétexte ils n’hésitent pas à s’en servir pour conserver ce qu’il y a dans le bas de laine. Néanmoins, il y a certainement beaucoup trop de gens douteux chez nous et on les laisse circuler trop librement. Les caisses noires doivent fonctionner avec énergie.

J’ai reçu hier une lettre d’un militaire de haut grade en Indochine me parlant de l’envoi d’Annamites. Il me dit : « Nous devrions également vous envoyer des Chinois du Yunnan. Le consul allemand de Yunnan, Fou s’est mis en travers et a réussi à persuader aux autorités chinoises que ce recrutement constituait une violation de la neutralité. Le projet n’a pas eu de suite. C’est étonnant ce que les Allemands, qui sont encore nombreux en Chine, ont conservé de l’influence. On en donne comme explication qu’ils ont beaucoup d’argent à leur disposition, argent qui proviendrait des indemnités dues par la Chine pour l’affaire des légations et que le gouvernement chinois continue à verser à leur ambassadeur qui le distribue à ses compatriotes. Ils en profitent pour chercher à nous créer des difficultés, et on les retrouve derrière tous les soulèvements et brigandages de frontière.

Les Japonais travaillent beaucoup. Ils sont en train de s’emparer de tout le commerce maritime d’Extrême-Orient. Il y aura peut-être là une source de difficultés après la guerre entre eux et les Anglais. Chose curieuse, des Américains viennent se rendre compte du commerce indochinois. Ces Américains paraissent servir de façade à des maisons allemandes. Je crois qu’il y aura beaucoup de problèmes à résoudre en Extrême-Orient après les hostilités… »

Le général a parfaitement raison, et des sources de conflits se préparent sûrement là-bas. Les Japonais marchent de toutes leurs forces.

Au revoir, old man.

Et

 

[1] Henri Chantavoine (1850-1918). Homme de lettres. Journaliste, il collabore à La Tribune de l’Aube et au Journal des Débats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.