14 octobre 1916

14 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Nous avons eu notre dîner [1] hier au soir qui fut assez nombreux, quatorze personnes. Je t’ai regretté car Bompard m’a raconté des choses assez amusantes. Il est vrai que j’étais à côté de lui et qu’il avait justement pris cette place pour me parler de la Turquie dont il avait des nouvelles récentes.

Tout le monde à Constantinople, Vieux-Turcs et Jeunes-Turcs, est absolument subjugué par l’Allemagne. Pour les partisans du comité, l’Allemagne continue à être la puissance militaire la plus forte qui emportera la victoire tôt ou tard.

Pour ceux qui étaient plutôt francophiles et pour ceux qui réfléchissent, il faut maintenant rester avec l’Allemagne car on ne peut songer à l’Angleterre et à la France qui ont cédé la Turquie à la Russie et que cette dernière ne lâchera pas le morceau. On se rend bien compte que l’Allemagne a perdu la partie telle qu’elle l’avait engagée, mais on croit qu’elle ne sera jamais assez battue pour qu’on puisse l’écraser et qu’elle s’en tirera. On est convaincu que si l’Entente ne peut plus être battue, l’Allemagne ne le sera pas non plus. Et en Turquie pénètre cette opinion que je t’ai signalée déjà dans d’autres pays, c’est que la bataille de la Somme est exactement la même chose que Verdun de l’autre et la preuve que les forces ennemies se contrebalancent. Il n’y a donc qu’à suivre sa voie et partager la fortune de l’Allemagne.

Talaat serait aujourd’hui le véritable sultan de Turquie, bien supérieur à Enver démonétisé, et Talaat dirait : Si c’était à refaire, nous ne le referions pas, mais puisque ça y est il faut aller jusqu’au bout. Il croit du reste à la reconnaissance de l’Allemagne s’attribuant, et il n’a pas tort, le salut de cette nation qui, sans eux, aurait été écrasée par les puissances de l’Entente.

Du reste, a ajouté Bompard, on ne se rend pas compte des trésors d’habileté que dépense le Kaiser pour s’attacher les Turcs. Quand ces derniers vont en Allemagne, ils sont l’objet des attentions les plus flatteuses, déjeunent, dînent à la table impériale au titre de l’intimité la plus cordiale. Ils ont les automobiles de Sa Majesté à leur disposition, et vous pensez si les Turcs se rengorgent !

L’empereur entretient une correspondance directe avec Enver et, suprême habileté, il lui demande parfois conseil comme à un des plus grands génies militaires. Enver, qui se croit très au-dessus de Napoléon, prend cela argent comptant.

Du reste, c’est une habitude de Guillaume de demander ainsi conseil à ceux qu’il veut s’attacher et qui jouissent de grandes réputations dans leurs pays respectifs, et l’ambassadeur me dit que l’empereur avait fait le même coup à Witte. Il lui avait dit : Vous allez me promettre une chose, c’est que chaque fois que vous penserez que je commets une erreur, dites-moi très franchement votre opinion et écrivez-moi. Witte, qui n’est pas non plus un modeste, sentit un frisson de gloire lui traverser l’échine. Il voulut mettre à profit l’impériale autorisation lorsque l’Allemagne prit Kiao-Tchéou. Il s’en vint trouver l’ambassadeur et, après lui avoir exposé le vœu de l’empereur concernant ses avis, il le pria de transmettre ses observations à Sa Majesté et ses raisons pour qu’il ne soit pas donné suite aux projets allemands. Naturellement, il ne reçut aucune réponse et en fut très mortifié.

Witte partit pour l’Amérique et eut à son retour une entrevue avec le Kaiser un an ou un an et demi environ après l’histoire ci-dessus. Le comique, c’est que l’empereur lui fit le même coup. Mais Sire, dit Witte, j’ai eu l’honneur déjà d’en soumettre certaines observations à Votre Majesté qui n’y a pas répondu. – Comment avez-vous donc fait ? – Mais je suis allé trouver votre ambassadeur, etc. Alors, le Kaiser : – Mais il ne faut jamais prendre la voie officielle, c’est à moi qu’il faut vous adresser. La prochaine fois vous irez trouver Mendelsohn [2] !

Le plus curieux, c’est que la chose se vérifia au moment d’Algésiras [3]. Tu te rappelles qu’à Algésiras on discuta trois mois pour ne pas laisser internationaliser les questions de frontière entre l’Algérie et le Maroc. Rosen [4], d’accord avec son gouvernement, résistait comme un diable. Witte en parla à Mendelsohn et l’empereur, séance tenante, rédigea une dépêche de sa main donnant ordre de céder sur ce point.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Le dîner de rédaction des Débats.

[2] Non identifié.

[3] La convention d’Algésiras est signée le 7 avril 1906 entre la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie. Elle prévoit de placer le Maroc sous la protection des grandes puissances européennes sous couvert de réforme, de modernité et d’internationalisation de l’économie marocaine. Théodore Roosevelt en est le médiateur. Cf. lettre du 21 mars 1916 où Nalèche cite Emilio Visconti-Venosta qui y représente l’Italie.

[4] Roman de Rosen (1847-1921). Russe. Baron. Diplomate. Ambassadeur de Russie au Japon et aux États-Unis pendant la guerre russo-japonaise. Il négocie notamment le traité de Porthsmouth (1905).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.