12 octobre 1916

12 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai reçu aujourd’hui un certain nombre de visites intéressantes. Pendant que je causais avec le prince Sixte de Parme, on me passe la carte du général de La Guiche que j’ai fait entrer en même temps. Il s’en est suivi une conversation générale qui n’a pas été par trop ennuyeuse. Sixte était allé à Verdun accompagné par notre ami Pernot et ils ont même eu la satisfaction d’avoir leur auto démolie et incendiée par un obus avec tout leur fourniment. Sixte est à l’armée belge dans l’artillerie. On bombarde tranquillement de part et d’autre, démolissant des ouvrages que l’on reconstruit aussitôt, et, comme il est entendu qu’il ne doit pas y avoir d’attaque d’infanterie, cela ne sert à rien sauf, dit-on, à accrocher les Allemands à ce point, sur quoi Sixte reste très sceptique. On sent chez ce garçon la souffrance de ne pouvoir jouer son petit rôle dans l’armée française.

La Guiche est arrivé. Présentations. Tu connais le général, tu sais combien il est aimable et gracieux. D’une façon générale on regrette qu’il ait été ainsi rappelé. On croit que c’est un coup de fil de Paléologue un peu jaloux de la situation personnelle du général. Naturellement pas un mot de cela. Au contraire, La Guiche nous a dit sa satisfaction de pouvoir ici reprendre contact et enfin combattre dans son arme. Avec la plus grande modestie, il nous a dit : Il faut que maintenant je m’instruise car, en réalité, je n’ai pas vu la guerre. Celle que j’ai été à même d’étudier sur le front russe est tout à fait différente de la nôtre et dès que je me serai mis au courant, j’espère partir pour le front.

Je lui ai fait part des craintes que Laurier m’exprimait. L’état d’esprit que je te signalais est absolument vrai, surtout depuis trois mois. On est là-bas anglophobe, francophobe, etc., et il y a beaucoup de bulgarophiles. On est en réalité xénophobe. À mon avis, malgré tout, aucune crainte de rapprochement. L’empereur et le peuple sont d’accord pour aller jusqu’au bout, et ils iront. « Ne vous préoccupez pas de la situation russe, même si vous voyez de nouvelles retraites qui impressionneraient terriblement en France, six cents kilomètres ne sont rien pour les Russes. Au contraire, quelques échecs sont pour eux une bonne chose, dans le succès ils s’endorment ».

Le prince questionna sur le commandement. Il est bon, répondit le général, il y a quatre excellents généraux. Je fis observer que l’on m’avait dit le haut commandement excellent mais l’officier de troupes détestable. C’est bien l’avis du général qui ne dit pas détestable, mais évidemment très différent de notre admirable corps d’officiers.

Le prince lui a demandé ce qui allait advenir du Nord et de l’offensive prévue. Ici, le général a laissé entendre que c’était difficile, qu’à cause de nous on avait attaqué et que deux corps d’armée y avaient été pris et que dans cette région on vivait un peu dans l’idée de l’invincibilité des Allemands et que l’on ne semblait pas oser…

Du reste, le général reviendra me voir à son retour de la campagne où il va demain voir sa mère qu’il n’a pas vue depuis quatre ans.

Un de mes petits-neveux, maréchal des logis de dragons qui, malgré ses notes excellentes, n’a pu passer sous-lieutenant bien qu’ayant fait toute la campagne, est venu dîner avec moi hier. Le moral, d’après lui, n’est plus le même, on ne trouve plus aussi facilement les bonnes volontés, on trouve que c’est long.

J’avais causé ce matin avec une compétence au sujet de l’affaire roumaine, cette compétence était inquiète. Sur deux points, les Austro-Boches sont sur le versant roumain des Carpathes. Le général de La Guiche a néanmoins confiance, il est persuadé que les Roumains réagiront, mais ils comptaient sur deux cent cinquante mille Russes et n’avoir pas à défendre la Dobroudja. Ils auraient voulu éviter à tout prix la guerre avec la Bulgarie. Mais les Russes sont très roumanophobes…

Au revoir, mon vieux.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.