11 octobre 1916

11 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je n’ai pas eu une minute de la journée pour t’écrire. Excuse-moi si tu n’as pas ta pitance quotidienne. Je n’aurais du reste rien de bien intéressant à te conter. Un représentant de compagnie d’assurances nous a dit que le Syndicat des compagnies avait reçu l’avis du torpillage de soixante bateaux depuis huit jours. Il a même prétendu que deux contre-torpilleurs auraient été coulés dans les eaux américaines. Je ne crois guère à ce dernier racontar. Qu’auraient été faire là-bas nos contre-torpilleurs ? Ainsi je t’avais dit que l’escadre de Brest, dont fait partie François de Chevigné, avait reçu l’ordre de partir pour les Antilles [1]. Tout le monde la croyait là-bas et nous venons de recevoir des nouvelles. Elle est en Méditerranée. Elle avait un pli à ouvrir en pleine mer qui changeait sa destination.

Un de mes jeunes gens qui devait être rendu à Alger dimanche et avait quitté Paris mercredi sur l’avis de la compagnie était encore à Marseille lundi.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 9 septembre 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.