10 octobre 1916

10 octobre 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

Nous voici en plein dans la série à la noire. Succédant à cette période d’optimisme à outrance, ce mauvais tournant assombrit le moral et je ne sais pas jusqu’à quel point l’emprunt ne s’en ressentira pas. Un de mes vieux camarades dont je t’ai parlé qui est à la Caisse d’épargne postale [1] me dit que les retraits sont très gros en ce moment, mais il se demande si tous sont bien destinés à la souscription. D’autre part, un de mes quasi-compatriotes qui rentre d’une tournée en Corrèze et qui a pu causer un peu avec tout le monde, me dit que dans cette partie de la province il ne se manifeste aucun emballement, bien au contraire. Chacun dit : Il ne faut pas donner son argent, cela ferait durer la guerre. Les paysans ne sortent pas de cet axiome qui n’est pas de nature à aider à remplir les caisses. Le raisonnement est imbécile mais il est ancré. D’autre part, les mesures fiscales prises aussitôt le dernier emprunt n’ont pas accru la confiance, le nouvel appel reste donc avec un gros point d’interrogation. Il paraîtrait même que des poilus écriraient à leurs familles de ne pas souscrire.

On me signale de Genève une effervescence très grande parmi les neutralistes. Le Bonnet rouge attaque avec assez de violence un de nos collaborateurs suisses qui avait fait allusion dans un article à cette Entente ou convention militaire dont je te parlais. Le Bonnet accuse Muret d’être un tracassier jetant la zizanie partout. Ce journal prend texte d’un article de Wagnière [2] dans Le Journal de Genève qui reproche à Muret d’avoir fait des allusions de ce genre. Mais si l’on va au fond des choses, on s’aperçoit que Wagnière est un ancien chancelier du gouvernement fédéral et que de plus il lutte contre l’extension de La Gazette de Lausanne à qui il a enlevé Bonnard et ne se soucie pas de voir la réputation d’un rédacteur grandir chez la concurrence. Son ancien titre de chancelier fait qu’il cherche toujours à voiler la face du gouvernement. C’est la revanche des caillautistes.

À Genève, nous faisons toujours des gaffes comme propagande. Au moment même où l’on organisait pour cet hiver une série de conférences faites par nos plus illustres hommes de lettres, le Touring-Club annonce une grande manifestation à laquelle il convie la ville et la campagne et quel programme mettent-ils sur leurs affiches : « Leur Kultur ». Tu vois l’effet. Immédiatement, les protestations s’organisent, les pétitions circulent et notre programme est compromis. La Rue François-Ier a envoyé Jouvenel à Berne pour s’occuper un peu de nous. On lui a adjoint un autre monsieur qui, lui, est plus au courant des choses suisses. C’est à peine s’ils ont ensemble quelque rapport. Chacun travaille de son côté. Toujours la même organisation. Je crois que nous pourrions rester en guerre dix ans nous ne gagnerions pas un iota.

Malvy vient de nous dire que les mesures contre la Grèce étaient imminentes. Jusqu’à ce qu’elles l’aient été il faut se réserver. C’est aujourd’hui qu’expirait le délai, et le ministère vient d’être formé…

Il m’arrive à l’instant un homme d’ici qui est à Tahure. Il me dit que dans son entourage l’esprit n’est pas fameux, que le Conseil de guerre siège deux fois par semaine à Somme Suippes et qu’il y a toujours trois ou quatre condamnations à mort. Il me dit comme Laurier que les effectifs sont réduits au plus haut point.

Amitiés, mon vieux.

Et

[1] Cf. lettre du 24 septembre 1916.

[2] Georges Wagnière (1896-1902). Suisse. Diplomate. Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de la Confédération suisse près le roi d’Italie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.