8 octobre 1916

8 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Une petite affaire m’a amené hier chez notre ami Thierry avec lequel j’ai causé une bonne demi-heure à la Guerre. Je te parlerai une autre fois de cette entrevue.

Tu as dû suivre sur les gazettes l’incident de la commission des Affaires extérieures. Tu te souviens que je t’avais parlé du coup de téléphone d’un de ses membres qui s’était vivement plaint de l’injustice du journal à l’égard des travaux de la commission et que notre article allait amener un incident. Nous nous en sommes réjouis car, à ce point de vue-là, tout ce qui pouvait remuer les apathies est une bonne chose.

Une délégation de la commission s’est rendue chez le président du Conseil et a tenu le langage le plus ferme. Après la réunion, la commission avait rédigé un ordre du jour assez vif. Prompte comme la poudre, la censure avait reçu l’ordre de caviarder cette note. D’où fureur des membres de la commission et injonction d’avoir à publier la note dont, cependant, on adoucit les termes. L’inaction de Briand sur ce point est quelque chose d’extraordinaire. J’ajoute même qu’elle est coupable.

Tu auras lu qu’un complot a été découvert à Bucarest. Je sais par l’Intérieur que cette conspiration d’espionnage a sévi aussi. On vient de mettre la main sur un nid d’espions. Naturellement, et on a bien raison, on n’en parle pas. Mais tous ces services d’espionnage étaient composés d’un certain nombre d’Américains du sud, de Mexicains et malheureusement aussi de quelques Français. On sait même les sommes que ces gens ont reçues. Quelques-uns ont touché cent ou cent cinquante mille, parfois trois cent mille. Le but était d’abord de renseigner et aussi de faire sauter certains édifices, notamment celui des Invalides où l’on fait certaines expériences.

Nous avons eu hier une réunion à l’Institut dans le joli appartement habité par Widor et qui est situé au coin du palais sur le quai [1]. Je ne crois pas que ce soit très confortable à habiter mais c’est tout à fait charmant. L’aréopage se tenait dans un salon en rotonde décoré de boiseries simples mais jolies. L’appartement sentait bon, ce qui est rare dans un établissement de l’État, et fait honneur aux soins et à la propreté de notre musicien. Mme Max [2], du reste, doit y être pour quelque chose. Il y avait là Bergson, Saint-Saëns [3], Bonnat [4], d’Eichthal [5], de La Tour, Geoffray, etc. On s’occupait de la réception des académiciens espagnols auxquels on va donner l’hospitalité pendant huit jours et on leur en flanquera des plaisirs, je ne te dis que ça. Déjeuners, dîners, discours, une visite au front et deux excursions à Versailles et à Fontainebleau. Naturellement, Mme de Ganay, qui est de tout et qui veut jouer un rôle extraordinaire dans notre République, a mis Courances [6] à la disposition des organisateurs pour le cas où, trouvant des automobiles, on voudrait aller luncher en traversant la forêt. Fin octobre, la saison n’est pas bien fameuse, mais on demandera des automobiles à la Guerre pour que Mme de Ganay puisse faire son chichi de femme de haute intellectualité et acquière sa réputation de type accompli de la femme française.

À Versailles on fera jouer les petites eaux, mais, comme parfois nos braves gens retour d’Espagne demandaient s’il ne fallait pas faire intervenir le gouvernement avec quelque représentation de gala, etc., l’un des membres présents a dit avec sagesse : N’oublions pas que ce sont des neutres et ne faisons pas jouer les grandes eaux. Il vaut mieux les réserver pour des envoyés amis et alliés. Petites et grandes eaux sont simplement un symbole. Puis, Geoffray a un peu contristé nos académiciens en leur montrant que tout cela était très bien mais que la mission académique qu’on nous envoyait était assez loin de représenter le coefficient de valeur que notre mission en Espagne avait représentée. À part deux ou trois noms comme celui de Pérez Galdos [7], tous les dix ou douze autres étaient loin d’avoir une réputation égale à celle de nos plus ou moins immortels qui étaient allés là-bas. Cette idée que peut-être on pouvait envoyer du menu fretin a un peu assombri les fronts enthousiastes de nos apôtres. Dans le fond, Geoffray disait la pure vérité. Rien n’est dangereux, vois-tu, pour nous Français, comme les réceptions officielles à l’étranger où il y a un roi, une cour. Nous sommes tellement heureux de nous entretenir avec un monarque que nous nous figurons n’être jamais assez dignes de pareilles faveurs. Cet état d’esprit est la grande faiblesse de notre diplomatie.

Ton vieil

Et

[1] Le Palais Mazarin abrite l’Institut de France, 25, quai de Conti, Paris, VIe.

[2] Mme Max.

[3] Camille Saint-Saëns (1835-1921). Compositeur, pianiste et organiste. Membre de l’Académie des beaux-arts.

[4] Léon Bonnat (1833-1922). Peintre, portraitiste. Second prix de Rome (1857). Membre de l’Institut.

[5] Eugène d’Eichthal (1844-1936). Directeur de l’École libre des sciences politiques (1912-19). Il écrit de nombreux ouvrages sur le socialisme.

[6] Le château de Courances à Milly-la-Forêt appartient à Jean (1861-1948), comte de Ganay, et à son épouse née Berthe de Béarn qui font remanier le parc. Il est situé à 50 km au sud de Paris.

[7] Benito Pérez Galdós (1843-1920). Espagnol. Écrivain, romancier, dramaturge et journaliste. Grand romancier réaliste.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.