31 mai 1919

            31 mai 1919

            Tu as assisté hier au coup de téléphone de la rue Saint-Dominique. Tu te rappelles qu’il m’avait parlé du défi allemand. Or c’était le titre de l’article du Temps. Ce matin, le même personnage demande à voir Fernand de Brinon de suite. C’était pour lui dire que certains articles avaient paru le matin (notamment Hervé) et qu’il y avait nécessité immédiate à faire quelque chose de très net sur les conditions de la paix et demander de la fermeté. Aussitôt Brinon se rend chez Gauvain qui est absolument de cet avis et a de suite écrit le filet que tu auras lu ce soir.

            Ce petit article se terminait par une terrible rosserie contre, évidemment, les prédécesseurs de Clemenceau, tu sais que Gauvain ne les aime pas. J’ai modifié cette fin. Il y était parlé des intrigants qui, en vue de ressaisir le pouvoir dont ils avaient fait un si mauvais usage, ne cherchaient qu’à recommencer à s’en servir pour etc. J’ai édulcoré tout cela. Il n’y a plus d’allusion directe plutôt aux uns qu’aux autres. Se reconnaîtra qui voudra.

            Tu as vu que le père Ribot avait eu une faiblesse après deux heures et demi de discours. Le Matin et quelques journaux ont dramatisé et annoncé que le vieil homme s’était évanoui. Rien n’est moins vrai. La tribune du Sénat est fort basse et pendant deux heures le père Ribot ne put s’y appuyer que du bout des doigts. En fin de compte, il ne put plus continuer et se laissa tomber. Mme Ribot qui assistait dans une tribune, voyant son mari s’affaisser, se précipita et arriva jusqu’à l’entrée de la salle des séances. On l’empêcha de passer. Elle protesta en s’écriant : Mais c’est mon mari, je veux le voir. Alors on lui répondit : Mais le président n’a eu qu’un peu de fatigue et si vous voulez le voir, remontez dans votre tribune car il a repris son discours.

            Tout à l’heure, en te parlant des affaires du traité, j’omettais de te dire qu’il devait y avoir contradiction entre le Tigre et le Quai d’Orsay. À 2h Jean Dupuy me téléphone une note qui se terminait par une phrase constatant que certains alliés pensaient que le traité pourrait être amendé sur certains points [1], que du reste la chose était encore possible puisque aucune signification n’avait été faite jusqu’à maintenant, contrairement à ce qu’on avait cru et dit jusqu’à maintenant. Je dis à Dupuy que la fin de sa note me paraissait en contradiction avec l’article de Gauvain cependant fait sur des renseignements tout à fait nouveaux. Dupuy, sans insister, me dit qu’il avait cru bon de publier cette note reflétant l’opinion qu’il venait de recueillir, et ceci pour ne pas être distancé. Je lui réponds : Ou on nous a menti sciemment, ou mon renseignement est bon. Il ne saurait être meilleur. Si on a menti, alors nous verrons ce que nous devrons faire, mais, en tout cas, la note ne pourrait être publiée à cause de notre opinion de la première page. Si nous la publions, nous ne pouvons le faire qu’en collant quelques lignes de blâme très sec.

            Les dîners pleuvent. Je reçois un bleu des Chinois qui veulent que je parle à un dîner qu’ils donnent mardi. J’ai promis de présider le dîner des régions dévastées le 4 juin, et voici les Polonais qui me convoquent à leur jeudi. Je vais exciper pour les Chinois et les Polonais de ma fluxion. Je ne vois pas que toutes ces paroles avancent beaucoup les choses.

À toi.

Et


[1] A la Conférence de la Paix du 30 mai 1919, le Conseil des Quatre examine les contre-propositions allemandes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.