27 mai 1919

            27 mai 1919

            Tu liras dans la dernière heure de ce soir une note annonçant la publication par les Allemands de quelque rapport ayant trait à l’occupation d’Alsace-Lorraine par les Français. Ce que la note ne dit pas, c’est qu’on y raconte, paraît-il, toutes les gabegies commises par notre premier gouvernement dans les provinces reconquises. Ce serait encore un beau nid à scandales. Je n’en serais que médiocrement étonné en me rappelant quel singulier entourage avait Maringer.

            Il y a eu une assez jolie scène, que l’on pourrait dédier à Camastra, entre Italiens et Français. Une commission devait régler la question de la redevance versée à l’Autriche par l’Italie pour les chemins de fer lombards. La France touche dans cette redevance une assez grosse somme, vingt-six ou vingt-sept millions, puisque c’est elle qui a le plus contribué à la construction du chemin de fer. Ces sommes étaient versées dans les banques autrichiennes pour être après réparties entre les intéressés. Les délégués italiens ont prétendu qu’ils n’avaient pas à connaître des intérêts français, que l’argent devait être versé à l’Autriche et que désormais il ne le serait plus.

            Le président de la Commission déclara qu’il y avait là, pour l’Italie, une question d’honneur à reconnaître cette dette envers la France et à en respecter les conditions.

            L’Italien a prétendu qu’on l’insultait et que, dans ces conditions, il se retirerait.

            Le président, qui était sergent, lui fit comprendre qu’on ne le retenait pas. Il partit en faisant claquer les portes. Gauvain a cent fois, mille fois raison.

            Des renseignements d’ordre financier que j’ai eus hier au soir, l’Italie serait acculée à la faillite. Nous sommes malades, mais elle l’est bien plus que nous et le vieux finaud de Luzzatti a beau se trémousser, il ne peut arriver à trouver de l’argent. Ceci n’empêche pas nos voisins de pratiquer l’impérialisme en grand. Pour le moment, ils achètent tout, établissements, chemins de fer, ne s’inquiétant nullement de la façon dont on paiera. Ils achètent, voilà tout. On suggérait comme un moyen de parer à la catastrophe la remise à ferme de tous leurs chemins de fer aux Américains ? ?

            Paul Hymans nous avait fait manifester son désir d’assister à notre dîner de ce soir, mais il vient de me dire que ce ne serait pas possible, il est obligé de tenir une conférence préparatoire pour la séance de demain.

            On dit beaucoup que Klotz tomberait d’ici à peu de jours et que déjà on penserait à le remplacer par Lefèvre ? ?

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.