25-26 mai 1919

            25-26 mai 1919

            Je t’aurais parlé hier de la lettre de Londres. Tu l’as lue, c’est beaucoup mieux.

            Le correspondant que nous avons à Versailles est venu me voir dans la matinée. Il me raconte une foule de petits détails amusants sur les plénipotentiaires. Il est persuadé qu’on signera. Il l’était beaucoup moins au moment du voyage de Brockdorff [1], mais les conditions dans lesquelles il est revenu paraissent indiquer que la détermination serait prise.

            Du reste, les rapports de notre mission militaire avec ces messieurs ont beaucoup changé. On ne peut pas dire que ce soit encore la cordialité, mais c’est quelque chose qui s’en rapproche. Les voyages en automobile ont changé d’aspect. Jusqu’à ces jours-ci, l’officier français montait à côté du chauffeur, maintenant il est dans la voiture. On ne les a jamais vus se serrer la main, mais il y a une détente réelle qui ne sera pas sans influer sur l’issue des négociations.

            Mais quand ? Cela, quand, nul n’en sait rien, car si l’on imitait l’activité des Allemands, on pourrait finir assez vite. Mais il n’en est rien. Un courrier vient prendre les communications, les place dans sa serviette et part pour Paris où il faut bien attendre jusqu’au lendemain. Le courrier fait cela en automobile, négligeant téléphones et radios. Les Allemands, au contraire, même si le pli arrive dans la soirée, se mettent au travail et ne cessent que quand leur papier est élaboré, qu’il soit 2 ou 3 h du matin. Lorsque pour chaque question on perd ici deux jours, on voit jusqu’où cela peut nous mener. Les journalistes sont très sceptiques sur la date du 15 juin.

            L’attitude des délégués est maintenant très correcte. Ils ne traitent plus leur maître d’hôtel avec la même arrogance. Ils sont arrivés à se convaincre qu’en France ces manières ne prenaient pas et ils en ont changé.

            La brimade des journalistes accrédités par la mission militaire est régulière. La consigne est de leur refuser tous renseignements. Du reste, ils connaissent tout ce qu’on leur cache généralement deux heures avant. À la dernière minute, s’il y a un déplacement, sans leur dire où l’on va, on les charge dans une auto et on les emmène. Les bons militaires sont alors stupéfaits de voir que, déjà, au point d’arrivée, il y a une nuée de photographes.

            Il est arrivé une bonne histoire il y a deux jours. On a pincé flagrante delicto [2] une secrétaire dactylo faisant l’acte de fornication avec un jeune attaché. Le rapport du garde porte qu’il n’a pu dire au juste dans quelle position était la dame car on a fait du bruit, mais il l’a trouvée les jupes relevées, elle était un peu bossue et vêtue d’une robe rose.

            personnelle

            Déjeuner ce matin… Je te le dirai une autre fois.

Amitiés.

Et


[1] Le 20 mai, à la Conférence de la Paix, le comte Ulrich von Brockdorff-Rantzau demande une prolongation du délai pour l’examen du traité. Elle est accordée jusqu’au 29. Le 20 mai, dans une lettre à la délégation allemande, le comte de Brockdorff-Rantzau s’exprime contre la responsabilité de l’Allemagne. La note est donnée à Clemenceau.

[2] En latin : « en flagrant délit ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.