24 mai 1919

            24 mai 1919

            On était ce matin plus optimiste à la présidence du Conseil au sujet de la signature du traité. C’était peut-être aussi par ordre parce que, dans la soirée d’hier, il était entendu que les Allemands ne signaient pas. C’est peut-être tout simplement le voyage de Brockdorff [1] qui a causé toutes ces alternatives. Ils ont craint que, l’oiseau parti, on ne le revoit plus. Bien qu’il soit revenu, beaucoup des diplomates qui ont été en poste avec lui estiment qu’au dernier moment, il pourrait bien s’éclipser pour passer la plume à signer à quelque autre personnage de second plan. Vauvineux, qui fut longtemps son collègue, dit que c’était lui qui était le plus aimable des Allemands avec les Français. Il passait pour fort agréable et avoir le défaut de se morphiner.

            Lettre d’Odessa – très longue – je vais te donner seulement le passage concernant Odessa et l’état moral de nos troupes. Ce n’est pas court, mais cela t’intéressera peut-être en raison de l’interpellation qui viendra à la Chambre dans quelques jours. Voilà :

            « Je suis resté jusqu’à la dernière minute dans le secteur d’Odessa et j’en viens directement : à peine ai-je passé deux jours à Constantinople pour charbonner. J’ai assisté à toutes les tristesses de l’évacuation : nous y avons perdu beaucoup de notre prestige et n’avons pas fait figure de vainqueurs. Je ne t’ai pas envoyé de récit détaillé du départ parce que je ne sais ce que veut dire ou ne pas dire le gouvernement, et ce n’est vraiment pas le moment de le gêner. Ce qu’il y aurait intérêt à démentir de la façon la plus nette, c’est le tir de la flotte sur les quartiers bolchevistes. Pas un coup de canon n’a été envoyé sur une maison d’Odessa. On s’est contenté de nous demander de contenir l’avance de l’ennemi sur les routes allant en Bessarabie. Elles l’ont fait sans être inquiétées et elles sont depuis longtemps installées derrière le Dniestr qui forme une défense de premier ordre.

            « Durant la retraite sur le Dniestr, les volontaires russes qui nous ont donné tant de déboires (honteuse fuite à Perekop) n’ont pas démenti leurs actes antérieurs. Avant de franchir le Dniestr et d’entrer en Bessarabie, ils ont volontairement détruit tout leur matériel, matériel fourni et payé par nous. Ce matériel, identique au nôtre, aurait été très utile à nos propres troupes qui ne sont pas déjà si bien montées ; mais les volontaires n’ont pas voulu qu’il servît à la défense de la Bessarabie.

            Je t’ai déjà dit quelle aide nous avons trouvée dans les volontaires qui n’ont jamais songé qu’à fuir au premier coup de fusil : ce dernier trait ajoute au tableau. Par l’étalage de leurs sentiments ultra réactionnaires, ils n’ont fait que nous compromettre auprès de tous les partis russes. Je ne crois pas que la majorité des Russes soit bolcheviste, mais elle n’est pas tsariste, c’est certain.

            « Je n’ai pas assisté à l’évacuation de Sébastopol, mais je sais que, là aussi, comme à Odessa, les bolchevistes se sont faits tout petits garçons afin que la flotte ne tirât pas sur la ville. Son action s’est bornée, comme à Odessa, à arrêter l’ennemi sur les routes d’accès. Mon amiral m’a dit souvent que si nous avons pu éviter de tirer contre les villes de Nikolaïev, Outchakow, Odessa, Sébastopol (ce qui a été préférable), nous le devons à mes coups de canon de Khestow. L’effet a été tellement puissant que les bolchevistes ont pensé que si on obtenait de tels résultats avec des bâtiments légers, ceux qu’amèneraient les pièces formidables des cuirassés seraient terribles. Dans toutes leurs négociations, ils ne faisaient que demander si nous avions l’intention de tirer sur les villes, ce à quoi on a toujours répondu que nous n’attaquerions jamais si nos troupes n’étaient pas inquiétées dans le repli volontaire que nous avions décidé de faire […]. [Il reparle de l’abandon de la Crimée].

            « Tu entendras peut-être parler de quelques incidents regrettables qui se sont passés sur certains de nos navires. Il est bon de mettre les choses au point. S’ils sont attristants, il faut bien dire que le mal n’est pas profond. Une propagande anarchiste très bien faite (elle est partie de France par les bâtiments qui y ont récemment séjourné), puissamment aidée par de l’argent bolcheviste répandu à flot à Odessa et Sébastopol, est tombée sur un terrain préparé par le cafard de l’isolement et du désir de retour en France. Ce sont ces derniers sentiments que la propagande anarchiste a exploités. Ce ne fut pas difficile. En effet, bien de coupables négligences dans le maintien du moral de nos équipages avaient été commises : suppression totale des permissions pour les gens de la mer Noire qui devaient simplement avoir quarante jours de liberté après deux ans d’embarquement, ce qui tendait à faire croire qu’on resterait là durant cette longue période. – Oubli total de dire à ces équipages que les opérations ne dureraient pas plus de quelques semaines et qu’on s’arrangerait pour leur faire vite revoir la France ; – très mauvais ravitaillement ; – grands retards des courriers ; – peu ou pas d’habillement, en particulier manque complet de chaussures.

            « N’ai-je pas raison de dire qu’on aurait le cafard à moins ? Partout où il y a eu des désordres, le seul mot a été : « Nous voulons rentrer en France. Nous aimons et estimons nos officiers qui souffrent comme nous ; jamais nous ne leur ferons de mal, mais nous voulons rentrer en France. »

            « J’ai eu pour ma part les plus grandes satisfactions de mon équipage qui a toujours manifesté les meilleurs sentiments. L’amiral a bien voulu le reconnaître et a pris l’ordre suivant qui a été communiqué à tous les autres bâtiments : […] »

À toi.

Et


[1] Ulrich von Brockdorff-Rantzau (1869-1928). Allemand. Diplomate. Ministre des Affaires étrangères de la République de Weimar.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.