22-23 mai 1919

            22-23 mai 1919

            J’ai vu tant de choses en ces deux jours que je n’entreprends pas de les raconter. Il me faudrait un effort de mémoire et un travail de composition que je suis incapable de fournir.

            Je note seulement que je suis parti avec Mme Poincaré arrivée au train avec Pénelon. Le général me dit tout bas : Je suis heureux que vous l’accompagniez, tâchez de la remonter un peu car le président est tout à fait triste et préoccupé. Je ne sais pas au juste la cause de son marasme. Est-ce l’extérieur ou l’intérieur, toujours est-il qu’il est très sombre.

            En causant, j’apprends de Mme Poincaré qu’en effet le président est très attristé. On sabote complètement sa victoire. Je lui dis qu’il n’a en tout cas là-dedans aucune responsabilité et que les conditions de la paix, tout en n’étant pas ce qu’on les eût souhaitées, sont néanmoins inespérées.

            Nous avons traversé toutes les villes dévastées. Je te fais grâce du récit de notre voyage que j’ai fait tout entier à côté et dans la voiture du général Philippot [1] qui m’a paru rempli de bon sens et de sang-froid. Tu penses s’il m’a mis au courant des difficultés en face desquelles on se trouve, tu les connais aussi bien que moi puisque c’est ta région. Il m’est apparu que ces difficultés sont quintuplées par la légèreté, le je m’en foutisme des gouvernants.

            J’avais oublié de te dire que Mme Klotz était du voyage, et qu’à Montdidier, fief électoral de son mari, elle s’est montrée admirable femme de candidat, embrassant les femmes, trouvant la ressemblance des enfants avec les grands-parents, etc., etc. Revenant à Philippot et à sa conversation, j’ai conclu que si l’on continuait à suivre les mêmes errements, dans dix ans nous ne serons pas encore très avancés.

            Il me disait hier qu’il avait reçu la commande de cinquante mille cercueils pour lesquels il n’a ni bois, ni ouvriers, car c’est un des points qui l’ennuie le plus, la volonté des parents qui réclament le corps de leurs enfants. D’abord il n’a pas de monde, et ceux qu’il a refusent d’être fossoyeurs. Même les hommes en sursis, payés dix-huit francs par jour, ne veulent pas être employés à l’état-civil. Vraiment, les morts peuvent attendre, les vivants non. Aussi ai-je eu un sourire ce matin en lisant l’article du Matin qui réclame à cor et à cri le transport des cadavres, cédant ainsi à l’opposition et sans doute sans se douter de ce que cela demande de travailleurs alors qu’on n’en a guère. Le pauvre Philippot me dit : Je suis très optimiste, dans les moments les plus durs je n’ai jamais perdu mon espoir et mon entrain, mais, en ce moment, je commence à perdre mon optimisme.

            Ce matin, déjeuner avec Gauvain, Hymans et Gaiffier. L’intérêt résida seulement dans la discussion des revendications belges.

            Ce soir, Bidou a vu Mandel qui croit que les Allemands vont refuser de signer. Ils tâcheront de faire ce chantage. Il voudrait que nous fassions un article pour demander les élections le plus tôt possible. Il y aurait à la Chambre un courant assez fort pour que l’année se passât avec la même Assemblée.

À toi.

Et


[1] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.