21 mai 1919

            21 mai 1919

            Ma journée a débuté ce matin par une lettre recommandée de M. le duc de Camastra qui se plaint de la non publication de sa lettre et de l’aggravation de la campagne. Il incrimine la grosseur du titre Lissa – (j’en suis bien innocent et Gauvain aussi, c’est l’affaire du prote [1] d’origine italienne). Il proclame que les Gauvain et comte Bégouen n’ont pas mérité du pays. Il ne termine pas avec sa haute considération mais simplement par : J’ai l’honneur, M. le directeur, de vous saluer. – Moi aussi – Je ne répondrai pas à cet imbécile. C’est cette lettre-là qui serait à publier.

            Politiquement, rien appris de bien intéressant. J’ai vu simplement un colonel dont le régiment est quelque part sur le Rhin et qui me dit ne pouvoir prendre l’engagement de venir pour une cérémonie devant avoir lieu le 6 juin parce qu’il a l’ordre de se tenir prêt à passer le fleuve si les choses ne marchent pas dans le bon sens. Évidemment, Foch est allé là-bas pour un peu agiter son sabre et faire un cliquetis d’armes salutaire.

            Je viens de parcourir Le Temps. Il est amusant à lire. Il y a un éloge de Briand formidable bien que Briand ait soutenu un point juridique fort contestable. On sent que bientôt on aura besoin d’être en bons termes avec lui. Viviani-Briand-Briand-Viviani, nous allons certainement revoir cela sans tarder.

            Avais-tu entendu dire cela ? Il paraîtrait que les Israélites font campagne en ce moment pour obtenir la suppression complète du rouble papier et non pas la suppression dans l’avenir, mais l’annulation de cette monnaie. Dès la révolution russe, ils auraient commencé à acheter des terres ou des immeubles et auraient ainsi placé tous leurs roubles papier. Aujourd’hui, n’ayant plus rien à craindre de ce côté-là, ils en demanderaient la suppression, prétendant qu’on ne pourra jamais éclaircir la situation financière sans cette mesure radicale.

            Je pars demain avec Mme Poincaré, naturellement les journaux annoncent que c’est Jean Dupuy qui l’accompagne.

À toi.

Et


[1] Le prote est le chef d’un atelier de composition typographique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.