20 mai 1919

            20 mai 1919

            Obligé d’aller aujourd’hui voir Sellier [1], le directeur général des Fonds aux Finances, j’ai causé avec lui une bonne demi-heure. La situation est certainement très difficile, mais elle l’est beaucoup moins du fait des conséquences de la guerre que de l’absolue désorganisation de tout le ministère. C’est à reprendre de fond en comble. Le personnel, qui avait déjà été réduit avant la guerre, se trouve maintenant, après la démobilisation, réduit encore de quatre-vingt-douze employés. Il y a deux cents milliards dont les titres ne reposent dans aucun coffre, aucune armoire, et quarante millions de coupons de change que l’on ne peut toucher faute de personnel. On envoie notes sur notes au ministre qui n’en tient aucun compte. La réduction du personnel a été faite par mesures d’économie, et Dieu sait ce que coûte cette économie. Les titres dont je parlais ont été placés dans les grandes galeries de Flore [2] dans des ronds dessinés à la craie. Quelle sécurité ! Et en ce moment, quels services ne rendraient pas ces coupons pour l’amélioration du change.

            – Cependant, lui dis-je, le ministre était assez travailleur.

            – Certainement, il l’était quand il est venu ici en 1911, je l’ai connu très laborieux, mais maintenant il ne travaille plus, il est agité. Il ne lit plus les papiers qu’on lui envoie. J’en ai les preuves chaque jour. Il griffonne une note dessus sans savoir ce qu’elle contient. Constamment je reçois, venant du cabinet, un rapport que j’ai adressé. Ce rapport me revient avec la mention « pour avis ». Certaines dépêches qu’il a signées et adressées aux Affaires étrangères font retour, il les envoie dans les services avec la mention « urgent », et c’est fait. Il y a quelques jours, il y avait à débattre une question importante et le ministre avait convoqué plusieurs de ses collègues, Loucheur, Clémentel, etc. La discussion commence. Pendant qu’on causait, il se fait apporter le courrier et signe sans désemparer. Ceci achevé, il est allé recevoir quelqu’un dans le cabinet à côté. Une fois rentré, on avait porté Le Temps, il le déplie et se met à le lire. Quand il eut parcouru son journal, il sonna au téléphone et se mit à causer avec quelqu’un d’une invitation à dîner, et comme la conversation des autres ministres le gênait, il les pria de se taire un instant. Tous étaient stupéfaits.

            C’est dans ces conditions qu’il sortit son impôt sur le capital. Il avait commencé par déclarer : J’étudie un nouvel impôt sur le capital, il faut que l’exposé des motifs soit très court. Je suis en train de rédiger le dispositif. Or rien, il n’avait absolument pas étudié quoi que ce soit. De sorte que l’un des membres de la commission lui dit : Eh bien, puisque vous êtes déjà aussi avancé et que vous en êtes au dispositif, vous devez savoir à peu près combien il rapportera. Il fut interloqué et une minute et demie se passa avant sa réponse, et c’est long une minute et demie dans ces circonstances. Il reprit son aplomb et, gesticulant avec son crayon, il déclara : soixante milliards si l’impôt est bien appliqué, et s’il est moins bien perçu, quarante milliards. (Il avait cru faire impression sur les socialistes.)

            Sellier est d’avis que la situation est bien moins mauvaise qu’on ne s’en va le répétant. Il est persuadé qu’un bon ministre, avec de la volonté, pourrait en sortir et beaucoup plus vite qu’on pourrait le croire. Si une catastrophe se produisait, elle serait due à l’incapacité de ceux qui gouvernent et pas du tout à la situation du pays.

À toi.

Et


[1] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit d’Alexandre Celier (1881-1952). Inspecteur des Finances, il est chef de cabinet du ministre des Finances en 1917 et directeur du Mouvement général des Fonds de 1918 à 1921. Administrateur de banques.

[2] Le ministère des Finances a son siège au pavillon de Flore 93, rue de Rivoli, Paris, Ier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.