19 mai 1919

            19 mai 1919

            Assez longuement causé avec Cambon ce matin au Suez. Je lui avais écrit il y a trois ou quatre jours pour lui demander si le ministère des Affaires étrangères m’avait dit la vérité en m’annonçant le transport des négociations sur les affaires en Orient à Londres. L’ambassadeur me prend à part pour me donner la réponse. C’est exact, mais il est extrêmement embarrassé. Confidentiellement, il me confie qu’il ne peut arriver à savoir ce que l’on désire ici, quelle est la politique française, et si même il y en a une.

            Le War Office prétend que tout l’Orient est en ce moment encore réquisitionné et doit être soumis au régime militaire. Le Foreign Office n’est pas de cet avis, mais c’est le War Office qui commande. Néanmoins, Paul Cambon est allé trouver Curzon et lui a dit : Il faut que nous en finissions, la situation actuelle ne peut se prolonger. Voulez-vous que nous l’étudiions ensemble ? Curzon a répondu en lui disant qu’il était de son avis et qu’il était prêt à discuter. Mais Cambon était-il sûr que ses décisions seraient acceptées par le gouvernement français ? Cambon a aussitôt télégraphié pour demander à Paris ce qu’on pensait, et en tout cas qu’on lui donne quelques instructions. Aucune réponse. Quelques jours après, on apprend au Foreign Office à Cambon qu’on est très étonné, que Fayçal a reçu une lettre personnelle de Clemenceau et que ce dernier a promis l’autonomie de la Syrie. Il télégraphie à Paris d’où on ne répond encore pas ou très évasivement. De sorte que voici un négociateur qui ne sait même pas quelles sont les promesses que l’on a faites à l’autre partie. En tout cas, on lui apprend du Quai l’existence d’une lettre de Fayçal remerciant le président, et c’est tout. Pendant ce temps-là, l’émir balade sa lettre partout et en fait grand état.

            Quelle cacophonie !

            Aujourd’hui, c’est le jour de l’Orient. Je reçois la visite d’un garçon dont toute la famille est dans le Levant. Dans la soirée, on m’a présenté des représentants de la presse de toute nation. Je demande à un Espagnol arrivé le matin de Madrid comment il a laissé son pays. D’une voix sombre, il me dit qu’il l’a laissé dans un abîme de ténèbres, qu’au fur et à mesure que les autres pays progressent, l’Espagne recule de plus en plus. Comme ce journaliste est avec Bréal, je pense qu’il représente un des partis les plus avancés. Dumont-Wilden, lui, rentre de Belgique. Il estime que la situation est moins mauvaise, malgré tout, le chômage continue à rester un danger.

            Tu as vu ce matin les démentis Jonnart après l’annonce de l’acceptation. Je crois que le démenti est là pour gagner du temps. On parle du successeur en Algérie et on met en avant le nom de Raoul Péret.

            Je crois t’avoir raconté naguère l’incident Raoul Péret à propos du gouverneur de l’Algérie. Jonnart l’avait, à cette époque-là, choisi pour son successeur, puis on lui avait offert la Tunisie, ce qu’il avait refusé avec indignation. Je ne sais pas si cette fois on le prendra, mais il y en a un qui croit à sa nomination, c’est M. de Selves. Il l’a dit tout à l’heure à l’un de nos collaborateurs.

            Si vraiment notre diplomatie est menée comme peut nous le faire croire l’anecdote suivante, nous sommes frais. Tu as lu dans le journal de ce soir ce cri d’alarme poussé à Londres contre les mesures prises ou à prendre à l’égard des étrangers. La censure nous dit qu’elle ne peut nous donner le visa. Je lui demande pourquoi. Elle me répond qu’il pourrait arriver que le gouvernement britannique demandât une explication à notre ministre. Mais, Monsieur, dis-je, si personne ne proteste, il n’y a alors qu’à laisser l’Angleterre nous manger la laine sur le dos. Dans un cas comme celui-ci, il est de toute nécessité que l’opinion publique se regimbe. C’est au contraire une force pour un ministre que de pouvoir s’appuyer sur des articles de journaux. – Vous avez sûrement raison, mais nous, nous exécutons les consignes. Il faut voir comme le gouvernement anglais sait jouer de la presse et de l’opinion publique quand elle veut mettre un projet étranger en échec !

            Mais, pendant ce temps-là, on laisse passer dans L’Action française une violente diatribe contre Lansing, ce qui alors est très grave car il s’agit là de mécontenter tout un peuple dans ses rapports avec nous, et non pas de discuter l’opportunité plus ou moins grande d’un projet de loi ou de défendre nos propres intérêts.

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.