18 mai 1919

            18 mai 1919

            Rien à raconter aujourd’hui car je crois bien t’avoir dit ce que j’avais recueilli aux Affaires étrangères sur la manière dont les Italiens étaient revenus. Pendant leur absence, on avait prié Venizélos d’opérer sous la protection alliée le débarquement en Grèce. Venizélos avait accepté. Aussitôt, les Italiens sont revenus à Paris. On ne leur a donné que l’après-midi pour se décider. Ils décidèrent de permettre l’opération à condition qu’ils puissent y coopérer. Voilà pourquoi ils y ont une escouade.

            Toujours les Italiens. En déjeunant tout à l’heure, Pierrefeu qui était en Italie nous a raconté une anecdote assez amusante et qu’il a entendue.

            Le chef d’état-major est venu trouver nos officiers au jour de Caporetto et leur demande : Combien de prisonniers ? – Cinquante mille. – Oh ! seulement, que je suis content. Le général a passé sa nuit à pleurer (?), on s’attendait à beaucoup plus.

            – Et où est-il le général ?

            – Il n’est pas là. Il est parti pour Paris pour se distraire.

            Que dis-tu de cela ?

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.