15 mai 1919

            15 mai 1919 [1]

            Venizélos annonçait dès hier au soir que les Grecs avaient débarqué à Smyrne. Le ministère prétend qu’il s’agit d’une opération interalliée, et une dépêche du Petit Parisien de ce matin la laisse prévoir, mais, à midi, la légation nous communique un télégramme envoyé à l’Havas par l’agence d’Athènes disant que c’est un fait accompli. Le Quai d’Orsay est fort embarrassé car il ne voudrait pas que l’on sache que la prétendue opération interalliée est en réalité un débarquement grec sous la protection d’un navire de guerre français. Il paraîtrait qu’on cède aux Anglais non seulement Smyrne mais un immense hinterland, et cela non plus on veut le cacher le plus longtemps possible. On nous dit que c’est pour éviter un massacre de Grecs. Il est certain que c’est notre rusé Grec qui a mis cela dans la tête de notre diplomatie. En ne disant rien, on placera tout le monde devant le fait accompli. Il me paraît bien près de l’être. En tout cas, je donne les ordres pour que les deux dépêches figurent ensemble. La censure me donne l’ordre formel de supprimer le télégramme grec.

            Es-tu au courant du conflit Vatican-Monaco ? Le prince a un nonce qui est tout à fait proboche. Il insiste auprès de la cour pontificale pour qu’on le change, mais le pape ne veut rien savoir et l’affaire en est là, le prince est empoisonné. Pendant qu’on parlait de cela ce matin à la rédaction, quelqu’un nous a raconté une scène assez comique à laquelle il a assisté. C’était à Monte-Carlo, dans une tournée organisée par la YMCA [2]. Le prince avait fait les plus grands frais pour recevoir la caravane américaine qui avait été comblée d’attentions. Cette caravane était conduite par une de ces petites femmes que tu rencontres faisant visiter Paris à des bandes de Yanks. Une fois sur la terrasse de Monte-Carlo, après avoir donné toutes les explications du paysage, elle montre le château de Monaco : C’est là qu’habite le prince à qui appartient tout ce que vous voyez. C’est une honte qu’un prince tire ainsi sa fortune d’une maison de jeu dans laquelle tout le monde vient se ruiner, etc., etc. C’était un joli remerciement pour tous les avantages dont avait joui la troupe.

            À la messe pour Charmes, trouvé entre autres Stanislas de Castellane [3]. Je lui demande s’il est vrai que, ainsi qu’on me l’a dit dans le Cantal, il va se présenter. Il y travaille. Avec le scrutin d’arrondissement il a beaucoup de chance, moins avec le scrutin de liste. Il est persuadé qu’avec un peu d’argent et de la bonne volonté, on pourrait arriver cependant à changer tout le personnel parlementaire du département. Il regrette beaucoup Charmes qui représentait pour lui une grosse action.

            J’ai reçu un extrait de la presse espagnole. C’est bien curieux. Les positions sont reprises sur le traité de paix exactement comme avant la guerre. Je dois dire qu’il y a bien plus de journaux germanophiles qu’aliadophiles[4].

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix du 13 mai où le comte de Brockdorff-Rantzau déclare (note à Clemenceau) que l’Allemagne refuse d’accepter la clause de responsabilité unique de la guerre, ni celle du 15 mai où sont examinées les conditions militaires à imposer à l’Autriche.

[2] Young Men’s Christian Association est une association fondée en 1844 en Angleterre par sir George Williams et destinée à améliorer les conditions de travail des jeunes.

[3] Stanislas de Castellane est en effet élu député gauche républicaine démocratique du Cantal en 1919.

[4] Aliadophiles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.