13-14 mai 1919

            13-14 mai 1919 [1]

            Hier, journée remplie mais tranquille. Réunion chez Gauvain avec les délégués arméniens. Ceux-ci sont encore indécis sur les modalités de gouvernement dans leur pays de nationalités si diverses et où ils sont en minorité. On discute une heure environ, et on convient de laisser une certaine autonomie aux Kurdes. Il est très probable du reste que le pays sera soumis au mandat américain. Un des délégués craint beaucoup qu’étant donné la richesse du sous-sol où l’on trouve de tout, l’agriculture ne soit délaissée. Il faudrait que l’on puisse prévoir cela pour quelques années au moins. Il redoute aussi que, fidèles à leurs habitudes, les Américains ne cherchent à truster quelque chose dès leur arrivée.

            À dix heures et demie du soir, une automobile avec un chauffeur militaire italien m’apporte la lettre de Camastra. Il y répète à peu près ce qu’il m’avait dit. Il serait bien facile d’y répondre. Évidemment, ce duc, en voyant l’insertion in extenso de la lettre de Salvemini, a voulu lui aussi jouer son rôle dans la partie. Mais Salvemini est un écrivain de grand mérite et Camastra n’est que Camastra. Je lui réponds une lettre fort courtoise pour refuser sa copie. Il va sans doute me riposter par des injures contre les Débats. Je te montrerai les lettres échangées.

            T’ai-je dit, toujours à propos de la même question, que Quellenec m’a adressé une longue lettre d’exposition de la question Buccari ? Cette lettre, techniquement, est intéressante sur la creusée du port et je la publierai car il a été suffisamment désigné par M. de Martonne [2], et puis ce sera un moyen d’éteindre cet argument du port. On peut toujours créer un port mais il est plus difficile de créer une ville, et tu verras par l’étude de Quellenec ce que coûterait le port de Buccari. Notre naïf ingénieur me disait qu’on demanderait d’en payer les frais, il sera probablement très étonné lorsqu’on lui montrera que les Italiens préféreraient sûrement livrer Fiume que voir se construire un port à côté.

            Confidentielle absolument.

            Mais ce que ce matin j’ai vu de plus curieux, et quand tu auras lu je te prie de l’oublier, ce sont deux photographies de lettres avec en-tête du Temps signées de Charles Rivet [3]. L’une est de février 1917, l’autre est d’octobre ou novembre même année.

            Si tu as lu Le Temps de ces jours-ci, tu as dû voir que cette honnête feuille se livrait à de violentes attaques contre le Comité polonais. Ces deux lettres montrent pourquoi les attaques. Dans la première, Rivet déclare que le moment est venu, qu’il se charge de faire dans Le Temps une campagne en faveur du comité moyennant, pour ce journal, une somme de cent mille francs. On commencerait par des articles qui seraient payés à raison de mille ou mille cinq cents francs, etc., etc. Dans la seconde, Rivet se plaint qu’on le lanterne, depuis des mois il demande qu’on aboutisse au plus tôt, qu’il est dévoué, mais qu’il faut qu’on lui fournisse les moyens de l’être, qu’il est engagé vis-à-vis du journal, qu’on a confiance en lui mais que, tout de même, on lui demande compte de ces retards, etc.

            Je crois bien que le comité a cherché à négocier, mais il s’est aperçu qu’il fallait verser d’abord cent mille francs, puis mille ou mille cinq cents pour chaque article. Devant l’énormité de ces prétentions, il a, je crois, canné. Alors on a déclenché la campagne contraire. Mais ces lettres, après avoir été entre les mains de celui à qui elles étaient adressées et qui ne voulait pas s’en servir, sont maintenant dans les mains du comité. Il est probable que celui-ci ne les livrera pas tout de suite au public, mais il doit espérer arrêter la campagne grâce à elles.

À toi.

Et

            Quelle caverne ! Je t’assure que lorsqu’on voit de pareilles turpitudes, on se sent découragé de l’œuvre saine que l’on cherche à faire et dans laquelle on ne récolte que des injures.


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix du 12 mai où le Conseil économique envisage des mesures de blocus à appliquer si l’Allemagne ne signe pas.

[2] Emmanuel de Martonne (1873-1955). Normalien. Géographe. Professeur de géographie à la Sorbonne (1919). Il s’intéresse à l’Europe centrale et participe à la Conférence de la Paix en 1919 comme président de la commission chargée d’établir les nouvelles frontières de la Pologne et de la Roumanie.

[3] Charles Rivet. Journaliste. Correspondant du Temps et de L’Illustration en Russie depuis 1914.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.