11 mai 1919

11 mai 1919

            As-tu vu la manchette de L’Œuvre ce matin ? Il n’y avait que ce simple mot « Limoges ». On avait dû, me dit-on, y joindre sept étoiles et l’horaire des trains pour la capitale limousine. Voilà qui corrobore ce que je te disais hier. Pauvre Foch ! Voici ce que lui coûtera d’avoir écouté les fous comme Doumer toujours à la recherche du militaire à coup d’État ou les sirènes comme Briand qui ne désire qu’une chose, le conflit qui, renversant le ministère, le mènera au pouvoir. Il est bien certain que le malheureux maréchal sera le mauvais marchand de toutes ces ambitions.

            Je ne crois pas t’avoir parlé hier de la visite de Milewski. Il était venu me prier de tâcher de me renseigner sur l’incompréhensible évacuation d’Odessa après que Franchet d’Espérey avait donné les assurances les plus formelles qu’en aucun cas la ville ne serait abandonnée. Qu’y a-t-il eu ? L’ordre de partir est arrivé, les bolcheviks n’étant pas du tout sous la ville mais à quatre ou cinq journées encore. Il y avait, dit Milewski, environ vingt mille hommes, largement assez pour tenir victorieusement, et, subitement, l’ordre de Franchet est arrivé. Le plus étrange, c’est que cela concorde avec un mouvement de bourse à Budapest où le franc était monté à quarante, ce qui mettait le rouble à moins de dix centimes. De prodigieuses fortunes se seraient ainsi faites en quelques heures. Milewski se demande si les dépêches sur lesquelles aurait agi le général français ne seraient pas de fausses nouvelles radiotélégraphiées ou par les bolcheviks ou par les Allemands. Je vais tâcher de m’informer, mais on a dit beaucoup que la population, prise de panique, s’était tournée contre les troupes alliées et que, devant cette attitude, celles-ci auraient pensé ne pouvoir résister. Quelqu’un d’assez informé me disait ce matin, ce qui donnerait quelque raison à la théorie, qu’au moment du départ des troupes, la ville entière avait été tendue de rouge.

            Vallombrosa [1], que j’ai vu ce matin, me racontait qu’il travaille ici aux Archives militaires avec un ancien capitaine de la garde russe, le comte Stepanov [2]. Ce dernier s’effraie de ce que les Allemands semblent abandonner les bolchevistes pour se créer des relations parmi les antirévolutionnaires. Koltchak [3] serait tout à fait d’accord avec le Japon et aurait renvoyé la mission française comme inutile. La vue d’avenir serait justement d’avoir des intelligences avec les Allemands pour l’avenir. J’ai cherché à avoir confirmation de ce renvoi de la mission française, mais ce serait complètement faux. Ceci ne veut pas dire que les Allemands ne chercheraient pas à réprimer, d’accord avec Koltchak, et réduire les troupes bolcheviks pour, plus tard, faire figure de sauveurs et exploiter la Russie. Il y a certainement là un péril que je te signalais en son temps et auquel on ne prête aucune attention.

            Décidément, toute la diplomatie se fait à la fourchette. Aujourd’hui, invitations à dîner à l’ambassade d’Espagne, à l’ambassade du Japon, chez le Belge à déjeuner. Je refuse tout en bloc. Tant pis pour les pensums qui ne trouveront pas leur compte à ce manque aux bavardages.

À toi.

Et


[1] Il s’agit soit de Louis (1885-1959), duc de Vallombrosa, soit de son frère Paul de Vallombrosa (1890-1950), soit de son cousin Amédée de Vallombrosa (1880-1968). Les trois ont été décorés de la croix de guerre.

[2] Non identifié.

[3] Alexandre Vassilievitch Koltchak (1874-1920). Russe. Amiral. Ayant pris à Omsk la tête des Russes blancs fin 1918, il sera fusillé par l’Armée rouge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.