29-30 avril, 1er mai [1919]

            29-30 avril

            1er mai [1919]

            Je n’ai pas eu littéralement un instant pour écrire mon pensum mardi et mercredi. J’ai vécu dans la bousculade, mon temps partagé en quarts d’heure. Et si j’avais noté tout ce que j’ai entendu, ce sont des feuillets nombreux que je devrais t’offrir. Au lieu de cela, il me semble que je ne me rappelle plus rien.

            Lundi soir, j’ai été invité à dîner au Cercle Dufayel par le Bureau international de presse qui veut que je sois à la tête des congrès, et c’est bien ennuyeux. Le dîner, lui, ne l’a pas été, il était composé de correspondants étrangers et j’ai pu voir la supériorité de ces journalistes sur les nôtres. De même, j’ai eu la satisfaction de constater également que Le Journal des Débats est encore celui qu’ils lisent avec le plus d’attention. Ils étaient là à peu près une vingtaine et presque tous connaissent notre maison, en suivent les collaborateurs, la politique, les doctrines, même parfois les variations sur lesquelles ils m’interrogent. Comme on parlait de l’ancienneté du journal, un Chinois, qui était parmi les convives et qui parle un français admirable, nous dit que lui représente un journal qui a trois mille cinq cents ans d’existence et dont on possède la collection depuis huit siècles. Et c’était déjà, il y a trois mille ans, un journal quotidien qui énumérait les faits et gestes de la cour. Ce M. Scien Tu Fu a été fort intéressant sur son pays. J’avais demandé que ce dîner eût lieu sans apparat et sans toast. J’ai vu qu’au dessert, Dumont-Wilden qui présidait avait quelque chose à dire. Il n’y a pas manqué, j’ai été obligé de lui répondre, mais là, sans la moindre préparation. Mon improvisation de quelques mots leur a plu je crois.

            Mardi matin, Gauvain me donne lecture au téléphone d’une lettre écrite en anglais et j’entends à peu près ceci : « Cher Monsieur Gauvain, je tiens à vous dire que j’ai lu avec admiration votre admirable article de tel jour. On n’aurait pu exposer l’état de la question avec plus de force, plus de loyauté et plus de perspicacité. Bien cordialement vôtre. Woodrow Wilson. »

            Je pense que Gauvain a dû être touché de cet autographe. Le fait est que ses articles étaient admirables.

            Je te passe sous silence toutes mes réunions. J’ai vu des quantités de gens, mais, à quarante-huit heures, tout se brouille un peu dans mon pauvre cerveau. Il faudrait que je l’accouche avec les fers, et c’est trop douloureux.

            Je ne te parle pas du 1er mai, je viens de te téléphoner quelques renseignements sommaires, demain nous pourrons tirer la morale de tout ceci.

            Tout est si triste qu’il vaut mieux que je te raconte une petite blague qu’une amie à moi m’a répétée.

            L’amie en question était à Annecy au nouvel Hôtel Royal Impérial je ne sais quoi, situé sur le lac. Elle était voisine de chambre d’une femme que tu dois connaître car elle est très connue pour l’extrême liberté de son langage, Mme de Pomereu, dite la Pomme. Elle habitait l’hôtel avec un petit ami lieutenant qu’on m’a dit se nommer le lieutenant d’Azé, mais avec un é m’a-t-on affirmé. Ils avaient deux chambres contiguës et, le soir, lorsqu’il pénétrait dans la chambre d’amour, l’air retentissait d’une formidable claque sur les fesses de la dame, lesdites étant opulentes. Au matin, le lieutenant en pyjama arrosait les fleurs du balcon, ce dont tout l’hôtel était témoin. Généralement, Mme de Pomereu et son petit ami se disputaient dans la journée comme des chiens. Ils se raccommodaient généralement le soir. On percevait des propos comme ceux-ci : Tu n’es venu ici que pour me faire souffrir, je suis trop malheureuse, etc. Ces querelles prenaient fin toujours par un claquement sonore sur la partie ci-dessus indiquée. Ce devait être un maniaque.

            Le comique de la chose, c’est que, certains jours, le lieutenant disparaissait et il était remplacé aussitôt par un autre guerrier qui était le mari. Alors, à la joie de l’hôtel, l’époux en pyjama arrosait à son tour les fleurs du balcon. Puis, après s’être livré à ces divers exercices, il disparaissait à son tour, et, de nouveau, la nuit retentissait des claques sur la fesse de la Pomme.

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.