27-28 avril 1919

            27-28 avril 1919 [1]

            L’humanité est décidément comique. Les mêmes gens qui venaient autrefois nous reprocher notre tiédeur à l’égard de Clemenceau s’élèvent aujourd’hui violemment contre lui. Dans les milieux conservateurs où le Tigre était Dieu naguère, il n’est plus aujourd’hui bon qu’à jeter à la voirie. Avec la plus parfaite mauvaise foi, on prétend qu’il est interdit au maréchal de s’occuper des choses militaires et on s’indigne. Je t’ai raconté à peu près comment les choses s’étaient passées sauf ceci, c’est qu’à la suite de Clemenceau, Tardieu avait pris la parole au Conseil des ministres et défendu l’œuvre de la Conférence et que son exposé avait paru convaincre les membres du cabinet.

            On me dit aujourd’hui que Foch, qui aurait offert par deux fois sa démission au président de la République, aurait écrit une lettre d’excuses (?) à Clemenceau. Cette lettre n’aurait pas beaucoup amélioré la situation et l’irritation serait grande dans le gouvernement contre lui. Lloyd George et Clemenceau seraient tombés d’accord pour estimer qu’il aurait fait figure de général factieux, et, au cas où on reprendrait des opérations, on se demande si ce serait lui qui serait chargé de les conduire.

            Ce matin, Quellenec, l’ingénieur en chef du Suez, veut absolument me parler. Il voudrait que je publie une lettre de lui à propos du différend italien. Il connaît ce pays-là. Je parcours sa lettre il n’est pas de notre avis, mais il propose une solution transactionnelle qui, si j’ai bien lu, est la construction d’un nouveau port qui serait donné aux Yougoslaves. Je lui dis que je ne peux rien faire sans le soumettre à Gauvain, ce que j’ai fait, et les deux hommes avaient rendez-vous à 3h. Je pense que notre Gauvain a dû lui flanquer la douche sérieuse. Quellenec ne voit encore que notre voisinage avec l’Italie. Il se figure qu’en leur cédant on conservera leur amitié et qu’on les tiendra éloignés de l’Allemagne. Il ne se rend pas compte que, si la première guerre a éclaté, c’est par la Serbie, il en sera de même pour la seconde, c’est la clef de voûte de l’édifice que cette question de l’Adriatique.

            Je l’interroge sur l’Égypte. C’est très grave et très profond mais il croit que l’Angleterre arrivera à dominer le mouvement. Les Égyptiens ont fait preuve d’une organisation qu’on ne soupçonnait pas. Télégraphes, téléphones coupés, chemins de fer s’arrêtant au point précis, et cela dans toute l’Égypte. À côté de cela, des massacres, des incendies. Dans un wagon-lit, seize officiers anglais ont été, à la lettre, coupés en morceaux. Il me confirme absolument tout ce que me disait Boutros et me donne la certitude que Boutros n’exagérait pas.

            Tout à l’heure, à un comité espagnol que j’avais à l’Institut, j’ai causé assez longuement avec M. Ledoux [2], directeur de Pennaroya. L’Espagne est florissante, jamais les récoltes n’ont été aussi belles, et on se goberge avec frénésie, mais la situation politique est très mauvaise. L’ouvrier ne veut plus toucher à la récolte à moins qu’on ne lui en cède la moitié. Les propriétaires se trouvent dans une situation extrêmement difficile. D’autre part, dans le monde industriel, l’état des esprits est épouvantable. Au demeurant c’est inquiétant. Il me dit, de la part d’Alapetite, qu’il faudrait si possible intervenir dans la presse française où l’Espagne est fort maladroitement traitée. Elle nous a fait des avances très nettes et avantageuses en novembre, nous les avons repoussées. Nous étions à ce moment-là à l’apogée de la gloire, aujourd’hui, les sentiments se sont tout de même modifiés. Nous ne parlons jamais que de ce que l’Espagne a fait contre nous, et jamais une allusion à ce qu’elle a fait pour. Cependant, grâce à elle, nous avons pu continuer la guerre, elle nous a laissé passer nos pyrites pour l’acide sulfurique, notre fer, nos chevaux, etc. Elle aurait pu nous paralyser. Nous avons des amis en Espagne et d’énormes intérêts. Voulons-nous sacrifier tout cela au Maroc ? Il faut garder les deux, et on peut le faire avec du doigté. C’est cela qu’il faut faire comprendre à la presse. Pauvre Ledoux, il croit que la presse comprend ces raisons-là !

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix du 25 avril où Sonnino, demeuré à Paris, refuse de prendre part aux travaux de la Conférence. Les premiers délégués allemands arrivent à Versailles. Le 28 avril, en cinquième séance, est approuvé le texte définitif du Pacte de la Société des Nations et de la Conférence internationale du Travail.

[2] Charles Ernest Ledoux (1837-1927). Ingénieur. Directeur de la Société Pennaroya.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.