24 avril 1919

            24 avril 1919

            J’ai su aujourd’hui dans quelles conditions Wilson avait lancé sa déclaration. Elle était prête depuis au moins huit jours et le président avait tardé à la rendre publique, attendant une occasion favorable. Ce qui l’a décidé à le faire et dans les conditions où je te l’ai raconté c’est-à-dire en avisant les journaux du soir à une heure très tardive, c’est qu’il venait d’apprendre, ou du moins on le lui avait dit, que l’Italie allait proclamer l’annexion de Fiume et de la Dalmatie [1]. Ce fut pour prévenir cette catastrophique détermination que la publication fut faite. Contrairement à ce qu’on a dit, ce ne fut pas imprévu pour les Quatre, sauf pour Orlando peut-être bien qu’il dut s’en douter, car Lloyd George et Wilson avaient eu connaissance du papier vingt-quatre heures avant son apparition. Il y a donc loin, comme tu le vois, de la vérité à la stupeur causée par lui chez Clemenceau, comme le raconte La Liberté de ce soir.

            Dans le monde conservateur, et j’en ai vu plusieurs échantillons au mariage Brancovan [2] (lequel épouse la fille d’une amie d’enfance [3] à nous), Wilson a mauvaise presse. Il est probable que, dans quelque temps, on reconnaîtra dans ces milieux-là qu’il avait bien raison mais on ne conviendra pas qu’on a eu tort, et, à la première piste qu’on rencontrera détestable, on s’y lancera comme d’habitude tête baissée.

            Quoi qu’il en soit, Orlando n’a pas dû partir encore [4]. Il a déclaré dans la matinée qu’il lui était impossible d’être prêt pour le train de 2h, puis, dans la journée, il a prétendu qu’il n’avait pu trouver de wagon-lit pour celui de 8h, et il a laissé comprendre qu’il causerait encore volontiers. Une conférence a eu lieu en effet, mais pas chez Wilson ; le ministre italien a dit que, vraiment, il ne pouvait se rendre place des États-Unis mais, tout de même, il s’est rendu chez Lloyd George où les deux autres l’ont retrouvé. Je ne sais quel a été le résultat de l’entretien, mais Wilson ne cédera pas. Du reste, la situation d’Orlando, même en Italie, est très compromise. Les gens de son parti prétendent qu’il est par trop menteur.

            Pernot, qui est de passage à Paris, est venu me voir longuement aujourd’hui. Il est à Vienne comme tu le sais sans doute, il repart demain. Il m’a donné sur l’Autriche des détails intéressants. Je n’entreprends pas de te raconter sa conversation, mais j’en retire la certitude que, là comme ailleurs, nous entassons les gaffes. Il est persuadé que si nous faisons mine d’entrer en Autriche, ce que demandent beaucoup la noblesse du sang et la noblesse de l’argent toutes deux craignant de perdre leurs biens, nous déclencherons instantanément le bolchevisme. Cependant, nous avons envoyé des militaires, et ceux-ci, gravement, ont créé un 3e Bureau qui s’amuse à préparer des plans d’opération et cherchent les points stratégiques. Le danger, c’est qu’une fois qu’ils auront ainsi élaboré tout le plan, ils auront le désir de le réaliser.

            Je lui demande s’il est vrai que la tentative que devait faire Franchet d’Espérey sur la Hongrie avait pour but, comme le général l’a dit lui-même, la restauration et l’avènement de l’archiduc Joseph. Au Quai d’Orsay on le lui a formellement nié, mais ce n’est pas une raison pour que cela ne soit pas. Il ne croit pas du tout à des chances de restauration. Tout cela lui paraît fini et bien fini.

            On vit très mal à Vienne, on y mange fort peu avec des semaines entières sans viande. Dans le centre, la vie est moins active qu’autrefois mais enfin elle existe, tandis que la misère des faubourgs est affreuse. Dans le dixième arrondissement notamment, les figures sont émaciées, les femmes pleurent, le spectacle est fort triste.

            Il y a peu de monde dans les restaurants car on n’y trouve rien, en revanche cinémas, salles de danse, concerts sont bondés.

            Les Américains, comme toujours, travaillent énormément. Ils cherchent surtout à obtenir des concessions de forêts, et, déjà, ils ont attrapé pas mal d’entreprises ou de promesses d’entreprises. Comme toujours aussi, les Français ont eu jusqu’ici interdiction de faire des affaires. C’est à grand peine que P. vient enfin d’arracher au gouvernement l’autorisation pour six de nos compatriotes de retourner à Vienne où ils ont leur installation et leurs affaires. Enfin, ils partiront lundi ou mardi. C’est déjà quelque chose.

            Nous avons convenu qu’il fallait pousser les Autrichiens à faire des traités de commerce avec les jeunes États voisins, ce sera le meilleur moyen d’empêcher l’union austro-allemande. Déjà quelques petits accords ont été réalisés.

            Je t’ai parlé de Péricat et de ses prophéties, j’ai interrogé Rouanet sur cet illuminé. Il est plus qu’illuminé, me répond-il, il est surtout un agent du gouvernement.

À toi.

Et


[1] A la Conférence de la Paix, Wilson refuse de prendre part aux discussions sur la question de la côte dalmate.

[2] Michel-Constantin, prince de Brancovan (1875-1967), épouse en secondes noces dans l’intimité le 24 avril 1919, en la chapelle paroissiale de la rue Ampère, Paris, XVIIe, Nicolette Cesiano (1891-1968), fille de Dimitri Cesiano (1852-1898) et d’Hélène Bibesco (1870-1945).

[3] Il s’agit d’Hélène Bibesco (1870-1945).

[4] Vittorio Orlando quitte la Conférence de la Paix et rentre en Italie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.