20-21 avril 1919

            20-21 avril 1919

            Ces deux jours de fête, il n’y a rien à glaner pour le pensum. Je n’ai vu que peu de monde, et surtout personne d’intéressant. Hier, je t’ai vidé à peu près tout le fond du sac et je crois bien que Franklin t’a parlé de ce qui s’était passé pour l’Italie. Milewski, qui était venu ce matin, me demande si nous sommes bien sûrs des Yougoslaves, Croates, Slovènes, etc. Je lui ai répondu : « Nous ne sommes pas très sûrs de ces peuples, peut-être, mais, en tout cas, nous sommes tout à fait sûrs des Italiens. » Vous avez raison, m’a-t-il répondu en riant.

            Tu sais que dans son livre il dit beaucoup de bien de Paderewski [1]. Ce matin, il m’avoue être un peu revenu sur le comte de son président du Conseil. Non pas qu’il ne l’estime pas comme le plus brave des Polonais, le mieux intentionné, le plus dévoué, mais c’est un artiste, un sentimental, et aujourd’hui ce sont des caractères qu’il faut. Et puis, il a Mme Paderewska. Cette vieille dame se mêle de tout, parle à tort et à travers et exerce une influence déplorable. Il dit tout cela devant l’intendant général Wilmotte venu me voir et très désireux d’être nommé à l’armée polonaise, car on n’en nomme plus pour la Russie qu’il avait demandée.

            Je déjeune avec Bourdeau après le mariage Chabannes [2]  que je suis obligé de quitter avant la fin.

            Je confesse à Bourdeau mes vieilles idées qui sont que nous touchons à la fin de notre civilisation et que nous allons être détruits non par les barbares du dehors mais par ceux du dedans. J’ai cette idée-là depuis longtemps car je l’ai développée en 1883 – ou 84 – ce qui m’a valu un prix spécial [3]. Bourdeau est tout à fait de cet avis. Il y a régression chez l’homme qui va s’en revenir à l’homme primitif. Douce perspective ! Rappelle-toi ce que disait Saint-Sauveur du paysan russe.

            Péricat, le fameux Péricat dont l’influence paraît commencer à supplanter celle de Merrheim, a causé avec un de mes collaborateurs. C’est un illuminé avec des yeux de fou. Il est persuadé que le grand soir est prochain et que nous sommes à quelques heures de la révolution et de la disparition de la classe bourgeoise.

            Que ferez-vous donc de moi, lui demande L. ? – Voilà, si vous adhérez à nos idées, nous nous mettrons à la statistique, mais si vous n’adhérez pas, vous balaierez les rues.

            Je cause avec Bidou des affaires Foch. Il n’est pas du tout au courant. Il travaille en ce moment surtout à Chantilly où l’on est très calme et où l’on ne s’occupe pas de politique. C’est un titre de plus pour l’homme qui y commande. On aura sans doute encore besoin de lui. Les méchantes langues prétendent qu’il est amoureux et amoureux fou de Mme Piérat dont le mari fut longtemps au GQG comme chef camoufleur. Il aurait succédé à Viviani et goûterait le bonheur le plus complet. Celui qui me dit cela est Henry Simond, directeur de L’Écho de Paris, qui déteste Pétain et disait naguère de lui qu’il était défaitiste. Il ne faut donc pas croire complètement à ces bavardages.

            Vu un instant Geoffray comme il sortait de chez ce pauvre La Bégassière [4] qui est condamné. Il y avait vu M. de Sérionne [5] arrivé d’Égypte avant-hier. L’opinion de notre homme du Suez est que la situation, sans être très grave, est sérieuse en Égypte. Le mouvement est fort, mais il est mal conduit par des gens qui ne savent pas très bien ce qu’ils veulent. C’est la sauvegarde, car si les chefs étaient de véritables chefs, ce serait mauvais pour l’Angleterre. Je verrai du reste sous peu M. de Sérionne.

À toi.

Et


[1] Ignacy Paderewski (1860-1941). Polonais. Homme politique. Il est le premier président du Conseil de la République polonaise en 1919. Pianiste et compositeur.

[2] Edwige de Chabannes (1895-1986), fille d’Alfred de Chabannes, épouse le 22 avril 1919 Jean Courtin de Neufbourg (1896-1933).

[3] Nalèche a probablement reçu ce prix en 1883-1884 au collège Stanislas.

[4] Antoine du Boüays, marquis de La Bégassière (1874-1919). Diplomate. Secrétaire d’ambassade, il meurt en effet en 1919 à 45 ans.

[5] L’épouse de Charles de Sérionne est Marie de La Bégassière (1876-19). Il s’agit donc de son beau-frère, Antoine, marquis de La Bégassière, secrétaire d’ambassade. Ce sont des liens de famille qui les rattachent aux affaires du canal de Suez car Antoine et Marie de La Bégassière sont les frère et sœur de François de La Bégassière (1875-1914), qui a épousé Marie-Eugénie de Lesseps (1876-1958), fille du fondateur du canal de Suez, Ferdinand de Lesseps.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.