18 avril 1919

            18 avril 1919

            Il y a eu hier une journée et une soirée véritablement dramatiques. Je n’ai pu connaître le fond des choses d’une façon précise, mais j’en ai su assez pour comprendre qu’il s’est agi tout simplement d’empêcher une rupture avec l’Angleterre et les États-Unis, rupture qui aurait été amenée par l’attitude des Foch, Doumerc et consorts. C’est Jean Dupuy qui a contribué à ramener le calme, et il s’y est employé jusqu’à 1h du matin. Je n’ai pas pu lui tirer d’autre confidence que ce que je viens de te dire, mais il était profondément ému. À un moment il m’a dit : Je connais Foch depuis longtemps, c’est un homme de bon sens et de jugement droit. Je ne lui connaissais aucune ambition. Il faut vraiment qu’il ait perdu le sens. Il a été repris ici par son milieu, évidemment. C’est incompréhensible. – Puis : Rompre avec l’Angleterre et les États-Unis en ce moment, c’est de la démence ! Je ne puis donc pas te dire au juste ce qui s’est passé dans la soirée, mais voici en tout cas ce que je sais, et je t’en ai esquissé hier les prodromes en te disant que la proposition Doumerc avait été combinée entre le sénateur et le généralissime. Tu as vu la place que Le Matin a donnée à cette proposition. Dubost, qui a à satisfaire de vieilles rancunes contre Clemenceau, qui a voulu lui faire sauter sa présidence [1], aurait désiré maintenir ce texte. On est arrivé, grâce à Jean Dupuy, à le transformer en un texte absolument insignifiant qui a pu être signé par tout le monde. Mais, dans la nuit, est arrivée la déclaration que tu as pu lire aujourd’hui dans le même Matin, et Foch en était manifestement désigné comme l’auteur. Le Matin avait mis la plus haute personnalité de l’armée. La censure a, sous menace du Conseil de guerre, fait enlever cette désignation et aussi plusieurs phrases de l’interview elle-même qui auraient mis le feu aux poudres.

            Doumerc joue son rôle traditionnel, mais Foch risque de soulever une portion de l’armée, et je crains que ce ne soit son but. Ce serait abominable, car je crois bien que les officiers surexcités ne seraient guère suivis par leurs hommes et c’est pour le coup que, Anglais et Américains disparus, nous verrions l’Allemagne se recoller d’un seul coup. J’ai reçu une lettre d’un neveu à moi qui est capitaine, qui a eu une admirable conduite et qui m’écrit une lettre absolument insensée. Il me parle de rien moins que de venir avec son régiment mettre Wilson et Lloyd George à la raison, et ceci dans des termes d’une violence inouïe. Il n’est certainement pas seul à parler comme cela. Dans leurs popotes, ces officiers doivent se monter la tête entre eux. Ce qu’il y a d’assez curieux, c’est cette campagne du Matin. Suis-là et tu verras que tout y est présenté de la façon la plus alarmiste. Certaines choses sont présentées dans la première page de la manière la plus désastreuse, et, en troisième page, les dépêches disent tout le contraire. La feuille de Bunau faisait depuis longtemps le jeu de Briand, devons-nous penser que Briand fasse sentir son influence dans cette désastreuse campagne ?

            J’ai eu tantôt des détails sur la façon dont se réunissent et discutent les Quatre. Je les tiens d’un témoin oculaire. Ils sont tranquillement assis dans des fauteuils comme en visite, sans table devant eux. Leurs papiers sont posés à leurs pieds. Mantoux, le célèbre traducteur [2], est complètement penché sur l’oreille d’Orlando et lui traduit la conversation qui a lieu en anglais. Quand on a besoin d’un papier, on sonne et on fait venir le document, ou, si c’est un rapport que l’on possède, ces messieurs se penchent ou se mettent à cropeton pour chercher dans le petit tas qui est devant eux. Voici le tableau de la Conférence qui règle les affaires du monde. Il paraît du reste que cela se passe très bien. Les réunions sont gaies, chacun dit des mots, plaisante. C’est exquis.

            Malgré tout, on travaille ailleurs et le traité avance ; il aurait trois cents pages, soit treize mille lignes de journal qui seront écrites en trois langues, anglais, français et italien.

            À l’Union où j’ai fait un tour ce soir, j’ai été copieusement rasé par Moustier qui, ayant été reçu par Clemenceau il y a trois jours, est persuadé que tout va admirablement. Quant à l’alliance anglo-franco-américaine, évidemment elle n’est pas faite, mais elle est en gestation. Il me cite les propres paroles de Clemenceau sous lesquelles il écrase mes timides objections.

            Sommier me prend à part. Il voudrait que nous nous réunissions et que nous nous entendions pour en terminer enfin avec le ministère du Ravitaillement et que nous fassions cesser la politique économique absurde qui maintient la vie chère.

            La proportionnelle, ou plutôt la nouvelle loi électorale, ouvre les plus riantes perspectives à Xavier de La Rochefoucauld. Il voudrait que l’on puisse s’entendre entre républicains libéraux et conservateurs. On pourrait se mettre sur les mêmes listes à condition que les républicains n’exigent pas une renonciation formelle aux choses catholiques, ou plutôt la reconnaissance de toutes les lois de persécution. La question religieuse n’existera pas, on peut convenir d’en laisser la discussion au gouvernement et au Vatican. Entendons-nous sur les questions sociales. Là, rien ne nous divise. Un des Vogüé, qui s’est présenté dans , se mêle à la conversation et dit que les républicains sont tellement peureux qu’ils ne veulent pas se mettre sur la liste avec des conservateurs. Il cite son cas. Il a mille voix à lui qu’il donne consciencieusement à Bourely [3], mais ce dernier n’a jamais osé faire en sa faveur la moindre démonstration. Je cherche à lui expliquer qu’il est difficile pour un républicain de se mettre sur la même liste qu’un monsieur qui, pendant quarante ans, a combattu la République. Instantanément il serait démonétisé et perdrait sa majorité. À Paris c’est possible car on oublie facilement, mais en province il n’en va pas de même. Le souvenir des luttes politiques est tenace et survit aux générations.

            Ils ont eu l’air de comprendre mais ça ne les empêche pas de répéter plus loin que l’intransigeance est le fait des républicains.

À toi.

Et


[1] Cf. lettres des 17 octobre 1918, 1er novembre 1918, 11 janvier 1919.

[2] Cf. lettre du 27 juillet 1917.

[3] Élisée Bourely (1867-1919). Homme politique. Député radical socialiste puis Fédération des gauches de l’Ardèche (1905-1919). Sous-secrétaire d’État aux Finances (1913 et 1917).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.