17-18 avril 1919

            17-18 avril 1919 [1]

            Je viens de te téléphoner le vote de la Chambre. C’est un gros échec pour la politique du président du Conseil ou plutôt pour celle de Mandel qui avait dépêché Pams à la Chambre. Que pouvait peser Pams devant Briand ! Voilà ce dernier en marche vers le prochain cabinet. Tu as vu son habileté d’hier. Il a pris la défense des pauvres salariés et s’est prononcé pour le maintien des salaires. Il a le cœur si bon. Note que Loucheur avait mis cela dans la loi et la Chambre l’avait écarté. Briand était peut-être de ceux qui ont contribué à le faire disparaître.

            Je t’ai raconté l’histoire de la proposition Doumer au Sénat et comment elle était le résultat du duel Clemenceau-Foch. Il paraît que le maréchal a les plus hautes visées et qu’il s’est mis à guetter comme tout le monde le faubourg Saint-Honoré et les palais officiels. Quelle bizarre attraction exerce sur les esprits cette abominable situation. C’est attristant de voir un homme comme Foch y succomber. S’il s’amuse à entrer dans les sales petits complots politiques, il y laissera sa réputation, sa gloire et il écornera son honneur, et ne sera peut-être jamais couronné.

            Je t’ai également mis au courant de cette nouvelle donnée par Mandel d’un traité d’alliance entre les États-Unis, l’Angleterre et la France, comme si un traité pouvait se conclure dans une conversation dont il ne reste nulle trace. Mais Jean Dupuy a vu Pichon aujourd’hui. Ce pauvre ministre est fort loin d’être bête et ignorant. À ce point de vue là, s’il avait deux sous de caractère étant très supérieur à son entourage, il pourrait jouer un rôle important, mais il plie sous le poids de l’autorité de la rue Saint-Dominique. Il n’a pas caché à Jean Dupuy que Mandel était auprès de Clemenceau l’influence la plus déplorable. Il ne voit que le côté politique intérieure, entendons par là la durée du ministère et les ambitions politiques de lui et de ses amis. Le ministre s’effraie à bon droit des illusions que ledit Mandel verse dans le public pour qui le réveil sera dur.

            À propos des ambitions politiques de Mandel, je puis te citer un petit fait qui s’est passé il y a deux jours et qui est ultra symbolique. Tu as lu dans les journaux que Marguerie [2], le président du Conseil d’État, avait été mis à la retraite. Le successeur désigné par ses pairs, et ma foi aussi sa distinction et son esprit d’indépendance pour succéder à l’homme de haute valeur qu’était Marguerie, était Hébrard de Villeneuve. Mandel fit une campagne sournoise mais tenace pour que l’on nommât Marty, le préfet du Rhône évincé. Marty est l’homme qui a voulu couler Herriot et qui a révoqué deux excellents magistrats pour satisfaire aux rancunes gouvernementales. Marty est, paraît-il, d’une médiocrité juridique avérée et, en plus, la besogne dont il est chargé prouve son caractère. Mandel fut battu et Villeneuve a été élu.

            L’histoire n’est pas finie pour le Conseil d’État. L’entourage de Clemenceau a encore quelqu’un à caser, et c’est naturellement au Conseil d’État que l’on veut frapper. Maringer, le pauvre Maringer est sans place et on voudrait le faire nommer président de section en faisant sauter un des conseillers d’État actuels. Tous ces micmacs ne sont pas bien jolis, et si on joint à tout cela les mécontentements de la vie chère, des transports, etc., cela commence à faire un ensemble assez important de griefs contre le Tigre.

            Lechartier vient de rentrer des États-Unis. Il est aussitôt venu me voir. « Je suis parti des États-Unis, me dit-il, avec la conviction que le président Wilson était fini, et le parti démocrate avec lui, mais, depuis mon arrivée, je me demande s’il ne remontera pas. » Le président a contre lui la majorité du Sénat et l’opinion publique qu’il avait gardée jusqu’ici se retourne maintenant contre lui. Comme il n’a pas voulu convoquer le Congrès, le budget, très difficile à établir, n’a pas été voté et, avec lui, sont restés en panne un grand nombre de bills très importants. Il en est résulté une situation plus que difficile. Il n’y a plus d’argent pour payer, et les États-Unis sont tout à fait dans la situation d’un fils de famille prodigue qui a fait des bêtises. Couramment, maintenant, Wilson est traité d’autocrate, de Kaiser, les bons mots de Clemenceau sont colportés et imprimés dans les journaux. On avait espéré que le président serait revenu avec son traité de paix et, tout au moins, un embryon de Ligue des Nations. Il aurait fait une tournée à travers les États-Unis, aurait agité son traité et la constitution de sa Ligue, et il aurait reconquis la faveur populaire. Le temps a marché, la Ligue des Nations n’est pas constituée, le traité de paix n’est pas signé et la tournée réclame se fera difficilement. Cependant, ici, Lechartier commence à se demander si Wilson, en partant le 28 les choses terminées, n’aurait pas encore le temps d’exécuter le programme, c’est ce que l’on verra.

            La grande ambition du président est, et, paraît-il, a toujours été de devenir directeur de la Société des Nations. Craignant de n’être pas réélu, il avait vu dans cette situation une retraite auréolée d’une sorte d’arbitrage mondial. Tout ce qu’il a fait ici était guidé par cette ambition qui menace de n’être jamais réalisée.

            Je ne t’ai pas parlé, je crois, de la visite reçue avant-hier de mon jeune arabe Boutros. Il était venu très ému me demander si j’avais entendu dire que les Cinq avaient décidé d’inscrire dans les préliminaires de paix la reconnaissance par l’Allemagne du protectorat britannique de l’Égypte. Si cela était, me dit-il, le voyage des délégués du peuple égyptien qui vont arriver serait bien inutile et il aurait été fou de faire massacrer tant de monde pour en arriver à ce résultat après avoir reçu tant d’encouragements de tous côtés. – ? – Mais oui, de la part des Américains, des Italiens, etc.

            Du reste, le peuple égyptien ne demande que peu de chose. Il comprend très bien qu’il ne peut pas faire figure d’État et ne demande pas la suppression du protectorat. Il ne s’oppose pas au maintien des tribunaux mixtes, mais il voudrait simplement une extension de ses droits qui mettrait plus de justice dans son existence. Si on avait pris la mesure dont nous parlions plus haut, le président du Conseil du Caire se trouverait dans la situation la plus fausse et la résistance qu’il aurait faite aux autorités anglaises lui serait imputée à mal.

            J’ai du reste su aujourd’hui que la question n’avait pas même été abordée par les Cinq comme étant purement anglaise.

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix du 18 avril qui envoie une note à l’Allemagne l’invitant à envoyer des plénipotentiaires à Paris. Le 19 avril, une note allemande annonce l’envoi de six plénipotentiaires.

[2] René Marguerie (1847-1925). Conseiller d’État, il devient vice-président et non président – Nalèche se trompe – du Conseil d’État le 15 mars 1913. Il prend sa retraite le 15 avril 1919.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.